Omerta corse ou association de malfaiteurs

"Les Français dehors" (traduit du dialecte corse)

La justice française est en train de renoncer à faire la lumière dans l’affaire de l’assassinat en 2012 de Jacques Nacer, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Corse du Sud. Cet assassinat s’est déroulé un mois après celui du bâtonnier de la ville d’Ajaccio, Me Antoine Sollacaro. Dans l’affaire Nacer, un non-lieu général vient d’être émis, faute d’éléments. Il met fin aux investigations et les coupables resteront certainement impunis.

Ces assassinats en série fleurent bon les règlements de comptes entre clans mafieux. On a évoqué la bande « du Petit Bar », Alain Orsoni, Jacques Santoni, bref, toute la fine fleur du banditisme corse teinté de revendications nationalistes. Tout ce petit monde s’assassine et se tient par la barbichette et, surtout, respecte une redoutable omerta qui protège les uns et les autres des foudres de la justice.

Les mafieux corses préfèrent régler leurs comptes directement entre eux plutôt que de laisser agir le pouvoir judiciaire censé protéger les citoyens de leurs errances. La population semble ne guère leur en vouloir et participe d’ailleurs plus ou moins à l’omerta. C’est une preuve supplémentaire de l’incompatibilité de la Corse avec la République française. Cela tombe bien car les premières négociations sur l’autonomie sont programmées maintenant qu’un nouveau gouvernement a été désigné à Paris. Il faut rapidement avancer vers cette autonomie préalable à une totale indépendance qui est la seule voie pour organiser un futur serein et apaisé à la Corse qui fut rattachée à la France en 1769.