Les nouveaux garde-frontières délocalisés

De nombreux candidats réfugiés tentent actuellement la traversée de la Manche entre France et Royaume-Uni pour pénétrer illégalement dans ce dernier pays. Londres accuse Paris de ne point en faire assez pour bloquer ces départs (voire de les favoriser) qui se traduisent par de l’immigration illégale sur son territoire. Evidement c’est toujours mieux pour Londres de laisser ces personnes en France, d’autant plus que l’accord dit « du Touquet » signé en 2003 convient que les contrôles douaniers pour passer du pays A vers le pays B se pratiquent sur le territoire de B par des douaniers de A, et vice-versa. Pour les demandeurs d’asile en Grande-Bretagne, si la demande est formulée avant le départ du navire c’est à la France de traiter la demande, si elle est faite après c’est le Royaume-Uni qui s’en charge et… qui renvoie le candidat en France si sa demande est rejetée ! Il n’est rien prévu de particulier pour les illégaux qui s’embarquent sur des bateaux de fortune. Londres participe au financement des frais engagés par la France pour assurer tous ces contrôles.

Comme il y a beaucoup plus de réfugiés qui veulent se rendre de France vers l’Angleterre que l’inverse, Paris se retrouve avec un nombre important de réfugiés bloqués sur son territoire car ils ne peuvent pas être autorisés à prendre un bateau depuis la France puisqu’ils ne peuvent pas rentrer légalement dans le territoire de leurs rêves.

Cela ne vous rappelle rien ? C’est grosso-modo le même modèle d’accord qui existe entre la Turquie et l’Union européenne (UE) : cette dernière paye Ankara pour que des réfugiés candidats à l’entrée dans l’UE soient maintenus en Turquie et empêchés de franchir illégalement la Méditerranée où ils aboutissent naturellement d’abord en Grèce et en Italie. La France est « bénéficiaire » de l’accord en cours avec la Turquie en ce qu’il bloque dans ce pays des candidats réfugiés dont certains seraient sans doute intéressés par s’installer en France, mais elle est en revanche « contributrice » à l’accord avec Londres puisque celui-ci aboutit à bloquer en France des réfugiés qui cherchent à se rendre au Royaume-Uni… En gros, Paris est le turc de Londres.

Les deux accords affichent le même réalisme (teinté d’une touche de cynisme) à vouloir régenter des flux de réfugiés. Ils sont pour le moment relativement efficaces pour les pays « bénéficiaires » c’est-à-dire les pays de destination et reportent sur les pays « contributeurs » la charge d’accueil et de maintien des réfugiés. L’accord « du Touquet » présente l’avantage d’avoir été signé entre pays « bien élevés et de bonne compagnie » à la différence de celui impliquant la Turquie, pays qui vocifère, menace, ne respecte pas grand-chose et met ses menaces à exécution, au besoin en transportant officiellement les candidats réfugiés vers la frontière gréco-turque en leur faisant croire que le passage est libre[1]. S’il est sans doute possible de transiger avec le Royaume-Uni pour rééquilibrer l’accord « du Touquet », c’est mission impossible avec la Turquie qui continue à utiliser les flux de réfugiés, par ailleurs accueillis sur son sol, comme arme de dissuasion massive pour faire trembler les pays européens qu’elle n’aime pas beaucoup…

Migrations et frontières : c’est la combinaison garantissant le niveau maximum de problèmes dans notre monde d’aujourd’hui (et peut-être aussi déjà dans celui d’hier). La Turquie joue adroitement avec ces deux leviers pour jeter le trouble dans les pays chrétiens d’Europe occidentale qui, par ailleurs, accueillent une forte diaspora de citoyens… turcs (ou d’origine turque) sur leurs territoires, notamment en Allemagne et en France, et à qui les nationalités allemandes et françaises ont été délivrées ou obtenues par le droit du sol ou le droit du sang en vigueur dans nos pays. Ce n’est pas là le moindre des paradoxes d’une situation inextricable qui en compte bien d’autres. Nous en sommes là !


[1] On se souvient que à l’apogée de la crise des migrants en 2015-2016, des vieux cargos rouillés chargés de réfugiés étaient lancés sur les côtes françaises et italiennes après que leurs équipages aient pris la fuite sur les embarcations de secours. Une courte enquête permit d’identifier les ports turcs de départ de ces navires en perdition. Il semble que quelques photos satellites aient été transmises à Ankara par les autorités françaises et ces flux se sont taris assez rapidement.

Boris est sorti de l’hôpital

Coco / Charlie-Hebdo (23/10/2019)

Au début de la crise sanitaire, le premier ministre britannique Boris Johnson a fait partie des dirigeants occidentaux sceptiques quant à la gravité de ce virus, se vantant même à la télévision de ne pas respecter les gestes-barrière préconisés par le corps médical. Début 2020 le Royaume-Uni envisageait de suivre la stratégie de « l’immunisation de groupe » visant à laisser courir le virus pour qu’une majorité de citoyens s’auto-immunise quoi qu’il en coûte en nombre de morts.

Plus récemment, et devant les prévisions dramatiques de morbidité si on laissait la pandémie courir, M. Johnson s’est finalement résolu à ordonner le confinement de ses citoyens. Dans le même temps il informait le peuple qu’il était lui-même contaminé. Il dut être hospitalisé en soins intensifs la semaine dernière et se trouve maintenant en convalescence dans sa résidence, sans doute pas à 100% de ses capacités pour tenir la barre du Royaume.

Les négociations sur la relation future de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne que Londres souhaitait conclure pour le 31 décembre 2020 sont au point mort et Boris Johnson a refusé de s’associer aux différents programmes de relance et de soutien mis en place dans le cadre de l’Union. Décidemment le Royaume-Uni reste tourné vers le large. Nous verrons dans 10 ans s’il a eu raison de persévérer dans son individualisme national.

La Queen monte au front

Elisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 93 ans, s’est exprimée quelques minutes ce soir à la télévision pour son peuple, y compris les citoyens du Commonwealth, pour leur parler de la crise sanitaire du coronavirus. Elle s’exprimait depuis son château de Windsor et de ce fait ne portait pas un de ses inimitables chapeaux. Dommage ! Elle affichait tout de même perles, broche et pot de fleurs dans un ensemble parfait.

Il n’est pas sûr que ses mots soient très efficaces contre le coronavirus mais cette reine, quelle classe tout de même ! Des ruines de Londres bombardée par les allemands durant la IIème guerre mondiale aux événements actuels elle traverse le temps avec cette froide sérénité tellement britannique. Son fils se rétablit du coronavirus et son premier ministre est à l’hôpital, elle reste de marbre et règne, tout simplement.

“We will meet again”

…est sa conclusion.

Des expatriés dépités au Royaume-Uni

Depuis hier le Royaume-Uni a récupéré sa souveraineté pour gérer l’immigration sur son territoire, y compris celle de citoyens de l’Union européenne dont elle ne fait plus partie. Un régime transitoire a été mis en place pour ces citoyens de l’Union présents depuis au moins 5 ans sur le territoire britannique. Ils doivent se faire enregistrer pour la délivrance d’un titre de séjour les autorisant à rester sur place, au moins pour quelques années. La réciprocité a également été acquise pour les britanniques résidant dans les 27 pays membres de l’Union.

Certains de ces expatriés s’émeuvent d’un tel régime, les français n’étant pas les derniers à se plaindre, comme d’habitude. Et les journalistes présents sur place recueillent des « c’est honteux », « c’est un scandale », etc.

La mondialisation a fait oublier un peu trop rapidement aux citoyens du monde que « chez les autres » ce n’est pas encore exactement pareil que « chez soi ». Il y a ce que l’on appelle en matière d’investissement le « risque politique » : un citoyen d’un pays A installé dans un pays B est soumis à la Loi de son pays d’accueil qui peut être différente ou évoluer différemment de la Loi du pays A. C’est le b-a-ba de tout investissement à l’étranger. La libre circulation et d’installation des personnes qui a cours au sein de l’Union européenne ne l’a pas à l’extérieur où les lois nationales s’appliquent.

L’expatrié français installé à Londres va devoir désormais obtenir un titre de séjour qui peut bien entendu lui être refusé. Il semble d’ailleurs que c’est justement l’immigration débridée des citoyens de l’Union dans leur pays qui a causé le vote en faveur du brexit. Il n’est donc pas étonnant que la Grande-Bretagne reprenne le contrôle de son immigration. C’est le retour à la période d’avant la libre circulation des personnes qui n’est pleine et entière que depuis finalement pas si longtemps que ça, et qui souffre d’ailleurs toujours d’exceptions significatives. Les gens ont la mémoire sélective…

Cela étant dit, il est peu probable que le Royaume-Uni expulse sauvagement et rapidement ses immigrés originaires de l’Union. Cela devrait se passer de façon ordonnée et progressive, mais les non britanniques devront obtenir à l’avenir un titre de séjour et de travail pour s’installer et travailler en Grande-Bretagne, c’est ainsi que cela peut se passer quand on élit domicile à l’extérieur de son pays d’origine. A ne pas oublier !

C’est fait, voyons la suite désormais !

Charlie Hebdo – Vuillemin

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne est actée ce soir à minuit. Les prophètes de malheur continuent à annoncer le pire : faillite économique, séparatisme en Grande-Bretagne, expulsion des immigrés, refoulement des expatriés, et bla-bla-bla, les remainers se désolent, les parlementaires et fonctionnaires britanniques de l’Union font leurs valises. C’est ainsi !

En réalité personne ne peut bien anticiper ce qui va se passer. Les pays européens vont bien arriver à trouver une solution pour définir le futur qui ne sera pas « comme avant ». Le Royaume-Uni n’a jamais vraiment apprécié faire partie d’une union politico-économique supposée brider sa créativité. Il a décidé collectivement de quitter l’Union européenne et il l’a fait. Voyons les étapes suivantes maintenant.

Jusqu’ici tout ne va si mal que ça !

Bye-bye…

Charlie Hebdo – Riss

Ça y est ! Enfin. Le Royaume-Uni est arrivé à se décider et son parlement a voté le texte de séparation de l’Union européenne, plus de trois ans après le référendum ayant voté le « leave ». Ce furent d’interminables semaines d’atermoiements, de batailles politiques, d’indécision et, finalement, d’exaspération de la population quel qu’ait été son vote de 2016. La décision était prise, il fallait la mettre en œuvre. C’est ce qui a été fait.

Bien malin aujourd’hui qui est capable de prédire ce que donnera le nouvel attelage Royaume-Uni souverain – Union européenne ! La redéfinition des liens entre ces deux entités a débuté, rendez-vous dans dix ans pour commencer à y voir plus clair.

Attaque religieuse à Londres

Un terroriste islamique a tué deux personnes au couteau au Royaume-Uni ce 29 novembre. Il en a blessé deux autres puis a été abattu par la police. Il portait une ceinture d’explosifs fictive et avait déjà passé huit années en prison pour terrorisme. Un habitué donc… il portait d’ailleurs un bracelet électronique car étant sous libération conditionnelle. L’attentat s’est passé un jour de Black Friday durant lequel la foule se presse dans les magasins pour surconsommer. C’est d’ailleurs une partie des passants qui a réussi à stopper le religieux dans son périple terroriste avant que la police ne lui tire dessus pour le « neutraliser ». Le groupe Etat Islamique a revendiqué cette action meurtrière.

Aussitôt les donneurs de leçons, dont le premier ministre conservateur britannique, répètent à l’envie que ce terroriste n’aurait pas dû sortir de prison et qu’il faut durcir la Loi. Certes oui, si cet individu avait été en prison il n’aurait pas tué des citoyens innocents, il aurait peut-être assassiné des codétenus, mais pas des passants. Cependant, comme d’habitude, aucune de ces pleureuses n’expliquent comment elles comptent s’y prendre d’un point de vue pratique et légal pour appliquer ce « durcissement de la Loi » appelé de leurs vœux.  Faut-il que tout terroriste ne puisse être condamné qu’à une peine de prison à perpétuité même s’il n’a pas (encore) commis de crime ? Si telle est la solution préconisée, il va falloir construire beaucoup de prisons car pour le moment la « démographie terroriste » est plus que positive : il y a bien plus d’arrivants dans cette activité que de terroristes qui décèdent donc s’il faut tous les emprisonner à vie, le secteur pénitentiaire va connaître un boom de l’immobilier et une croissance économique phénoménales, ce qui ne devrait pas empêcher de nouvelles vocations d’éclore.

Tout ceci n’est guère réalisable et ces dernières années montrent que nos sociétés, occidentales comme dans le reste du monde, doivent désormais vivre avec ce nouveau risque du terrorisme islamique. Les arsenaux législatifs et sécuritaires ont déjà été considérablement renforcés dans nos pays occidentaux, et tout particulièrement en France, sans pour autant faire disparaître complètement ces attaques terroristes. Peut-être un jour le développement de l’Humanité éloignera les citoyens mondiaux de ce tropisme religieux mortifère et que l’intelligence triomphera ? Nous en sommes loin pour le moment et le massacre se poursuit au nom d’un Dieu.

Mauvais souvenirs en Irlande du nord

Le Royaume-Uni fait toujours partie de l’Union européenne mais avec la volonté renouvelée d’en sortir. L’un des partis nord irlandais, soutien du gouvernement britannique conservateur actuel, le Parti unioniste démocrate (DUP), en faveur du maintien de l’Irlande du nord sous la couronne britannique, est dirigé par Mme. Arlene Isabel Foster. Dans le cadre des négociations en cours pour la sortie du Royaume-Uni, elle a marqué sa ferme opposition a tout accord qui atténuerait la force du lien entre Londres et Belfast et qui pourrait être un premier signal en faveur d’une réunification de l’île irlandaise.

Lorsqu’elle avait 8 ans son père a été victime d’un attentat de l’IRA (l’armée catholique irlandaise) et survécut à une balle dans la tête. Quelques années plus tard, la même IRA fait exploser une bombe dans un bus scolaire où je trouve la jeune Arelen, la jeune fille à côté d’elle est grièvement blessée.

Depuis, Mme. Foster qui est députée DUP au parlement britannique vote systématiquement contre tout ce qui ressemble à une amorce de détachement de l’Irlande du nord de la monarchie de Londres et pourrait la rapprocher de la République d’Irlande. On comprend mieux pourquoi…

Compte tenu de la sauvagerie de la guerre qui a opposé les terroristes catholiques, favorables à la réunification, aux unionistes protestants ne voulant pas entendre parler d’une séparation, il est probable qu’il faille attendre que la génération qui a mené ces combats soit éteinte pour envisager une inévitable réunification irlandaise. En attendant, le parti DUP dispose d’une sérieuse capacité de nuisance démocratique avec les 4 ou 5 députés dont il dispose à Londres.

La situation britannique devient risible

Après l’échec assumée par l’ancienne première ministre britannique de conclure un accord de brexit modéré, son successeur est en train d’échouer à obtenir un brexit dur, c’est-à-dire sans accord avec l’Union européenne sur les conditions du divorce. Ce qui est inattendu dans cette affaire est que le blocage relève en fait du parlement : les députés votent « Non » à tous et ne proposent rien en contrepartie. Ils ne veulent pas de sortie sans accord, ils n’ont pas voulu de l’accord proposé et ils veulent empêcher l’actuel premier ministre de mener sa barque seul car celui-ci a promis de réaliser ce fameux brexit au plus tard au 31 octobre coûte que coûte !

Aucun parti au parlement ne veut compromettre, personne ne lâche le morceau, chacun est persuadé de son bon droit et tout ceci produit une irresponsabilité collective à laquelle la démocratie britannique ne nous avait pas habitués. Après avoir essayé sans succès la méthode douce il n’est pas illégitime de passer à un processus plus énergique puisqu’il faudra bien que le Royaume Uni quitte l’Europe qu’il n’a d’ailleurs jamais vraiment intégrée. Alors que le nouveau premier ministre claironne qu’il réalisera cette évacuation avec ou sans accord est plutôt logique. Pourquoi diable des députés immobiles, effrayés par l’inconnu, paniqués par leurs ombres, inconscients de leur inertie, voudraient l’en empêcher. Tout le monde a peur, sauf Boris Johnson le ministre premier tonitruant. Il va bien falloir y arriver pourtant.

Pour le moment la situation est de nouveau bloquée : un dirigeant bouffon est empêché par des parlementaires incompétents d’appliquer une décision populaire, acquise après une campagne de Café du commerce, et dont personne n’est capable d’anticiper les conséquences, grandioses ou dévastatrices. On est à la limite du coup d’Etat constitutionnel : va-t-il oser ?

Le Royaume-Uni encalminé

Charlie Hebdo – Riss

La première ministre britannique continue à défendre contre vents et marées son projet d’accord de brexit « raisonné ». Le vent et la marée sont en l’occurrence l’inconstance et l’irresponsabilité de son parlement. Après avoir exigé de valider tout accord de sortie de l’Union européenne (UE), ils n’y arrivent finalement pas. Comme leur a fait remarquer Theresa May ils ont voté :

  • Contre l’accord avec l’UE proposé par elle
  • Contre une sortie sans accord
  • Contre un report à long terme de la date limite de sortie
  • Contre un rétablissement d’une frontière en Irlande du Nord
  • Contre l’octroi d’un statut spécial à l’Irlande du Nord
  • Contre différentes propositions alternatives qui ont été mises sur la table

Et ils n’ont voté « pour » à rien !

Finalement le Royaume-Uni a obtenu un nouveau report au 30 octobre de sa date de sortie soumis à différente conditionnalité. Personne ne veut lâcher prise et composer pour constituer une majorité de décision. La situation est relativement ubuesque et ne permet à aucune des parties d’avancer. Ironie suprême, il est désormais probable que le Royaume devra participer aux élections du parlement européen de mai prochain s’il est toujours membre de l’Union.

La fébrilité commence à saisir l’Union européenne qui craint l’incertitude d’un brexit brutal. En fait personne ne sait bien quelles seront les conséquences de ce divorce, qu’il soit amiable ou conflictuel. Il arrive un moment où il faut y aller et advienne que pourra, mais tout le monde fuit ses responsabilités à Westminster, terrifié d’avoir à endosser une responsabilité en cas d’échec. Le courage politique est une denrée qui se fait plutôt rare en nos temps d’opulence… Au pied du mur, gageons que nous nous en sortirons, mais il serait bienvenu que les électeurs britanniques renvoient leurs parlementaires nationaux dans leurs cottages compte tenu de leur piètre efficacité, et élisent un personnel politique neuf capable de gérer ce changement à venir.

Dans son Histoire, le Royaume-Uni a vu pire, et, souvent, fait mieux !

Le Royaume-Uni n’arrive pas à se décider

Le parlement britannique a rejeté pour la seconde fois l’accord de divorce négocié entre le gouvernement et l’Union européenne. Comme la fois précédente, l’accord mécontente la majorité pour des raisons opposées : les partisans du divorce ne le trouvent pas assez radical, ceux qui veulent rester dans l’Union le trouvent trop mou, et tout ce petit monde campe sur ses positions, refusant de compromettre, oubliant leur mission et, probablement, participant à la montée de la détestation du monde politique par le citoyen. Comme d’autres nations occidentales, le Royaume roule en pente douce vers la décadence démocratique qui gangrène nombre de nations.

Le cas du Brexit est emblématique. On l’a vu dans le passé, les britanniques n’ont jamais été de francs partisans de l’union politique européenne mais uniquement intéressés par l’accès au marché unique que lui permettait son adhésion à l’Union en 1973. Ils se sont opposés depuis à beaucoup de politiques européennes et ont obtenu nombre d’exceptions et d’exemptions leur conférant un statut particulier : « le beurre et l’argent du beurre ». Avec le sentiment de leur bon droit et une efficacité certaine, ils ont cherché depuis leur adhésion à savonner la planche sur laquelle les pays membres cherchaient à renforcer les aspects politiques de l’Union. En juin 2016, un gouvernement conservateur organisa un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union pour de basses raisons de politique interne. Contre toutes attentes, le résultat fut en faveur d’une sortie. La campagne électorale fut un consternant déchaînement de beaufitudes et de mensonges des deux côtés, le résultat inattendu.

Les partisans du Brexit croyaient si peu à leur victoire que rien n’avait été préparé pour la mise en œuvre d’une telle hypothèse et nombre des dirigeants qui la défendaient ont d’ailleurs disparu dans la nature et sont retournés à leurs affaires. En fait, ils sont généralement de vrais libéraux et pensent profondément qu’il faut laisser faire les choses, surtout ne pas convenir d’un accord avec l’Union, le sacrosaint « Monsieur le Marché » devant régler naturellement tous les problèmes et aplanir les difficultés.

En attendant il n’y a pas de majorité au Parlement, ni pour la solution libérale, ni pour l’option modérée d’une séparation encadrée par un accord. Encore plus contradictoire, le lendemain du second rejet du projet d’accord remodelé, ce Parlement a voté massivement contre l’option d’une sortie sans accord… retour à la case départ et aveu d’impuissance. Du coup, un nouveau vote de ce parlement indécis demande à la première ministre de négocier un report de la date limite de sortie fixée au 31 mars 2019.

L’un des points de blocage les plus sensibles concerne le cas de l’Irlande du nord. Celle-ci faisant partie du territoire de la couronne, une fois le Royaume sorti de l’Union, il conviendrait donc de rétablir une frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du nord, c’est la logique de la sortie du marché unique. Simplement, les britanniques n’en veulent pas car cela risquerait de relancer la guerre civile en Irlande du nord entre les catholiques partisans de la réunification des deux Irlande et les protestants voulant maintenir leur appartenance à la couronne britannique. Du coup, le Royaume-Uni quitte l’Union, principalement pour revenir tranquillement à l’abri de ses frontières mais… ne veut pas rétablir celle avec la République d’Irlande. C’est inextricable et nous en sommes là. Les britanniques qui ont pollué l’Union du temps de leur présence, continuent à la perturber sérieusement pour en sortir.

Cerise sur le gâteau, le gouvernement conservateur dirigé par Theresa May, elle-même initialement partisane du maintien dans l’Union, chargé de négocier la sortie, organisa des élections anticipées en avril 2017 pour renforcer sa majorité, dont le résultat aboutit à… l’affaiblir, rendant plus délicate encore l’adoption du produit de ses négociations avec Bruxelles, comme on l’a vu ces derniers mois. Bref, c’est le chaos à tous les étages mais peut-être cette déconstruction sera-t-elle positive.

Il reste encore quelques semaines pour aboutir à un divorce à l’amiable, si celui-ci ne pouvait pas être conclu à temps, et bien la sortie serait plus brutale mais pas forcément plus mauvaise. Il faudra refaire le point dans dix ans sur les positions respectives de l’Union sans le Royaume-Uni et du Royaume indépendant. Bien malin est celui qui croît pouvoir prédire aujourd’hui ce qu’il en sera demain. God save the Queen !

L’accord de Brexit refusé par le parlement britannique

Charlie Hebdo – Riss

Le parlement britannique a rejeté ce soir l’accord « raisonnable » qui avait été négocié entre Londres et l’Union européenne. Comme c’était à craindre, une majorité s’est retrouvée pour voter non au projet, ceux qui trouvaient l’accord trop mou se sont ligués avec ceux qui le pensaient trop dur. On se retrouve quasiment au point de départ d’il y a deux ans, personne ne sait bien ce qui va se passer désormais car, bien entendu les parlementaires qui ont voté contre l’accord n’ont pas de projet alternatif. Ils ont fait preuve de la même irresponsabilité que les dirigeants de rencontre qui en 2016 ont eu l’idée saugrenue d’organiser un référendum sur le maintien dans l’Union que tout le monde pensait gagné d’avance, mais il fut perdu et commença alors la débandade sans fin des dirigeants, des parlementaires, des partis politiques et des électeurs.

Finalement les dés en sont presque jetés, peut-être qu’une sortie de l’Union sans accord précis mettra les britanniques au pied du mur pour reconstruire leur avenir. Ce sera sûrement violent sur le court terme mais à plus long terme peut-être profitable pour le Royaume comme pour l’Europe ? Dans 15 ou 20 ans il sera toujours temps d’en faire le bilan. Aujourd’hui on plonge dans l’inconnu. La situation était trop complexe et sensible pour donner lieu à un plan de bataille ordonné, espérons que le chaos sera à terme créateur de développement. L’incertitude effraye toujours l’environnement, spécialement économique, mais parfois le désordre pousse à la responsabilisation. On ne peut pas dire que la classe politique britannique ait fait preuve de beaucoup de rationnel dans la façon dont a été provoquée puis gérée cette affaire majeure pour l’avenir du continent mais il est sans doute temps aujourd’hui de changer d’équipe pour mener la suite. Le pire n’est jamais sûr !

Chapeau bas pour le premier ministre britannique !

Theresa May, premier ministre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, mène un valeureux combat, avec courage et abnégation, face à une classe politique en déliquescence devant le mur d’incertitudes qui se dresse en vue de l’échéance du 30 mars 2019, date à laquelle le divorce de ce pays avec l’Union européenne, le « Brexit », doit être scellé.

Alors qu’elle était à l’origine opposée à l’organisation du référendum qui posa il y a deux ans la question aux britanniques de savoir s’ils voulaient ou non rester dans l’Union, elle a été chargée par son parti de mettre en œuvre la réponse négative à la question référendaire. Elle mène ce projet alors que tous ceux qui avaient soutenu le Brexit, sans aucun programme précis tant ils n’avaient pas anticipé la volonté populaire, se sont débinés dans un bel ensemble la laissant à peu près seule pour gérer les contradictions politiques flagrantes de ce processus : on veut à la fois quitter l’Union mais garder l’accès au marché communautaire, à la fois rétablir les frontières mais surtout pas entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Dans la tourmente Mme. May a réussi à négocier un accord de sortie avec les 27 pays de l’Union mais celui-ci mécontente à peu près tout le monde : les partisans du Brexit qui le trouvent trop mou et les opposants qui le trouvent trop dur. Une ribambelle de ministres a démissionné et la majorité de gouvernement s’effrite. Le Parlement se divise et a priori refuse d’adopter cet accord en l’état, bien qu’il ne se soit pas encore formellement prononcé. Le temps courre et l’échéance se rapproche !

D’autres auraient jeté l’éponge depuis bien longtemps dans cette affaire où il n’y a que des coups à prendre. Pas Mme. May qui applique l’instruction du peuple britannique en refusant d’ailleurs l’idée même d’un deuxième référendum qui ne ferait qu’apporter de la confusion et remettre potentiellement en cause la décision souveraine du peuple qui a décidé de quitter l’Union européenne. Elle dit fièrement depuis le début des négociations « Brexit means brexit ». On ne saurait être plus claire et elle tenta de négocier quelque chose qui lui paraissait dans l’intérêt supérieur de la nation. Le Parlement décidera in fine au nom du peuple qui l’a élu.

En réalité ce qui pèse sur toutes les parties c’est l’incertitude considérable dans laquelle tout le monde se trouve. Les marchés n’aiment pas l’incertitude, pas plus que le business ou la politique. Les seuls qui apprécient l’incertitude sont les spéculateurs car elle est annonciatrice de rendements élevés, tout aussi élevés d’ailleurs que les risques pris. Personne ne sait bien si un Brexit doux donnerait de meilleurs résultats qu’un Brexit dur, que ce soit pour le Royaume ou pour l’Union. Nous sommes dans le brouillard et le Parlement qui va voter va en fait lancer un formidable coup de dés dont tout le monde ignore l’issue. Mme. May s’est dit qu’un accord modéré et raisonné était la meilleure solution à proposer, le Parlement n’en sait rien mais doit décider, grandeur et servitudes de l’action politique, ainsi va la démocratie !

Mais au-dessus de ce débat somme toute démocratique, se révèle une dirigeante modérée qui applique ses convictions en respectant la direction décidée par ses électeurs, indiquée par ses citoyens. Alors que tous les initiateurs du processus qui mena au Brexit se sont égayés dans la nature comme un vol de perdreaux au milieu des champs, elle tient la barre. Et quand nombre de dirigeants européens surfent sur l’éphémère illusion de leur popularité, leur colonne vertébrale ramollie pour s’avachir plus rapidement devant leurs renoncements, Theresa May se bat pour l’intérêt général comme la future reine Elisabeth arpentait les rues de Londres bombardées en 1940 par les allemands pour soigner les blessés de son peuple.

L’Histoire reconnaîtra ceux qui ont agit pour le bien général qu’elle distinguera des forbans à la recherche de leur gloriole.

Londres a finalisé son projet de divorce

L’Union européenne et le Royaume-Uni sont convenus d’un accord de divorce sur un mode amiable après presque deux années de négociation. Cet accord semble préserver la chèvre et le chou : on prolonge un peu l’union douanière, on ne rétablit pas de frontière physique entre la République d’Irlande et le territoire d’outre-mer d’Irlande du Nord, on protège les expatriés chez les uns et chez les autres, bref on est arrivé à un juste milieu conclu entre gens intelligents et de bonne compagnie, conscients de la volonté et des intérêts des populations qu’ils représentent.

Néanmoins, le premier ministre doit maintenant faire endosser ce projet d’accord par son parlement et la partie ne semble pas gagnée tant il s’agit justement d’un accord « modéré » donc considéré comme trop ou trop peu selon qu’il soit vu par les partisans du maintien dans l’Union ou ceux voulant la quitter à n’importe quel prix. Les députés britanniques ont maintenant dans leurs mains le sort de leur pays pour les prochaines décennies ; sacré enjeu ! Alors que les politiciens de circonstance qui ont lancé le Royaume dans cette voie inconnue du référendum pour ou contre le brexit ont tous plus ou moins fui leurs responsabilités, à commencer par le premier ministre David Cameron, laissant à leurs successeurs la complète impréparation du processus de divorce, les parlementaires vont avoir le dernier mot. Le vote est programmé pour le 11 décembre, gageons que nombre d’entre eux risquent d’avoir quelques insomnies d’ici là.

Des frontières

Les négociations sur les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne battent leur plein. Les difficultés auxquelles les britanniques ne s’étaient pas préparés, sans doute convaincus que le résultat de leur référendum de 2016 ne serait pas ce qu’il fut, ces difficultés sont grandes. Il est vrai qu’il faut démonter une fantastique bureaucratie multilatérale et en remonter une seconde qui fondera les nouvelles relations entre l’ile et le continent après la séparation.

Il apparaît que le point dur auquel se heurtent les parties concerne la frontière à rétablir entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, territoire britannique postcolonial. Et ce n’est pas la moindre des contradictions dans cette affaire : alors que l’une des causes majeures de cette volonté britannique de quitter l’Union est justement de vouloir rétablir les frontières et mettre fin à la libre circulation des personnes, le Royaume ne veut surtout pas en voir une réapparaître en Irlande. Tout d’abord la majorité conservatrice actuelle à Londres tient aussi à quelques députés d’Irlande du nord unioniste qui ne le veulent pas, mais surtout il existe des craintes probables que l’hypothèse ne relance la guerre civile et religieuse qui a ravagé ce territoire des décennies durant.

Le risque existe et Londres en fait un point de blocage à la conclusion de tout l’accord. Elle veut des frontières partout, sauf avec Irlande. L’Union ne sait pas trop comment faire avec cette exigence qui reviendrait à maintenir du libre-échange avec l’Irlande du nord qui est elle-même territoire britannique, ce qui fait réagir Londres qui refuse qu’une partie du Royaume reste régie par les règlements européens et à exercer des contrôles douaniers entre l’Irlande du nord et l’Ile principale britannique. C’est assez inextricable. En fait, au-delà des questions de souverainetés respectives, ce qu’il y a au bout du chemin c’est la question de la réunification de l’Irlande et c’est évidemment encore bien plus explosif…

Les droites européennes dirigées par des ânes bâtés !

Le parti conservateur de la chef du gouvernement britannique disposait d’une majorité absolue au parlement pour plusieurs années et s’apprêtait à démarrer les négociations de sortie de l’Union européenne. Elle avait d’ailleurs affirmé à plusieurs reprises qu’elle n’organiserait pas d’élections législatives anticipées mais conseillée sans doute par des communicants mondains et incompétents elle est revenue sur cet engagement et a initiée un scrutin législatif ce 8 juin, comme si le Royaume-Uni n’avait rien d’autre à faire que des élections par les temps qui courent.

Bien mal lui en pris d’écouter les mondains car à l’issue du scrutin elle garde la majorité mais celle-ci n’est plus absolue et voici le parti conservateur obligé de négocier une coalition avec un parti religieux irlandais extrémiste ! C’est un désaveu cinglant et souvent ce qui arrive quand on confond les petits arrangements dans les coins avec la Politique. On ne peut manquer de se souvenir de l’incroyable faute politique du président conservateur français Chirac en 1997 qui dissolut l’assemblée nationale où il disposait d’une majorité plus qu’absolue. Il perdit, son parti devint minoritaire et le président dut nommer un premier ministre socialiste pour cinq années. Là-encore il fut (mal) conseillé par un mondain entre les mondains, M. Gallouzeau de Villepin, et le publicitaire Jacques Pilhan qui sans vergogne était passé de Mitterrand à Chirac pour dispenser ses billevesées. L’évènement fut salué comme la guignolade du siècle politique.

A Londres, quelques mois avant l’échec abordé ci-dessus, un autre premier ministre a joué les apprentis sorciers en organisant un référendum pour ou contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Rien ne l’obligeait institutionnellement à lancer une telle consultation sinon sa volonté féroce de rester au pouvoir en donnant des gages à ses « amis » conservateurs eurosceptiques. Il mena campagne pour le maintien dans l’Europe mais, débordé par ses extrémistes qui menèrent une campagne de café du commerce, il perdit son Paris et la Grande-Bretagne a maintenant vocation à quitter l’Union. Il est encore trop tôt pour comprendre si ce sera bénéfique ou pas pour les parties mais on a vu un premier ministre britannique prêcher le faux pour savoir le vrai avec les résultats que l’on sait. Il a dû prendre une retraite anticipée et a lancé son pays pour des années de négociations compliquées aux résultats incertains.

Ces hauts dirigeants et leurs entourages ont passé du temps, beaucoup de temps, à manœuvrer alors qu’ils sont payés par les contribuables pour diriger. Ils ont fait dépenser beaucoup d’argent public pour financer ces scrutins inutiles alors qu’ils sont en charge de l’équilibre des finances de leurs Etats. Ils se sont préoccupés de leurs égos alors qu’ils sont censés prendre en compte les besoins du peuple. Ils ont été désavoués et, souvent, sont restés à leurs postes quand ils ne cessaient de prôner l’esprit de responsabilité dans les théories libérales assénées à longueur de discours. Bref, ils ont été incompétents.

En France, la droite conservatrice vient de confirmer ses limites en perdant une élection présidentielle qualifiée « d’imperdable » par ses dirigeants. Il en sera sans doute de même dès dimanche prochain avec le deuxième tour de l’élection législative. On a vu que la campagne électorale s’est transformée en bataille de caïmans dans un marigot trouble et nauséabond. Ce ne furent que coups bas, traitrises, attaques et lâchages en tous genres, dévoration de charognes avariées, bref, un festival qui a renvoyé cette droite dans l’opposition pour cinq années supplémentaires.

Que se passe-t-il avec ces droites d’Europe de l’ouest ? Pourquoi n’arrivent-elles pas à désigner des dirigeants responsables et efficaces ? Voyons ce que fera la génération suivante.

Nouvel attentat islamiste au Royaume-Uni

Trois terroristes islamistes tuent huit personnes à Londres ce 3 juin. Trois victimes sont françaises. Les trois agresseurs ont écrasé des passants sur un pont dans une première étape puis, après être sortis du véhicule fou avec des couteaux, ils ont poursuivi leurs meurtres au hasard dans les pubs du quartier. Le groupe Etat islamique a revendiqué cette action.

Attentat du groupe Etat islamique au Royaume-Uni

Un nouvel attentat suicide s’est déroulé à Manchester à la sortie du concert d’une artiste américaine pour pré-adolescents ce 22 mai. Il y a une vingtaine de morts et de nombreux blessés, souvent très jeunes. Le terroriste qui s’est fait exploser est citoyen britannique d’origine libyenne d’une vingtaine d’années. Son père et son frère ont été arrêtés en Lybie et auraient déclaré qu’ils étaient au courant du projet d’attentat.

Le groupe Etat islamique a revendiqué ce massacre et continue consciencieusement la mission de terreur dont il se croit investi par Dieu.

Attentat religieux islamiste à Londres

Un citoyen britannique mène une attaque terroriste au centre de Londres. Il fonce en voiture sur un pont renversant de nombreux piétons, tue au poignard un policier de garde devant le parlement avant d’être lui-même tué par des policiers. Il y a quatre autres morts à ce stade. Le groupe Etat islamique revendique l’action.

Comme en France, des enfants de la nation, nés sur place, élevés à l’école de la République ou de la Monarchie, prennent les armes contre leur pays et tuent aveuglément leurs concitoyens pour des motifs religieux plus ou moins inspirés par l’idéologie mortifère diffusées par des fous de Dieu, guerriers et stratèges moyenâgeux.

Evidemment nos esprits cartésiens libéraux occidentaux peinent, comme toujours, à comprendre ces comportements qu’il faut combattre. La bataille est engagée depuis plusieurs années et les citoyens occidentaux s’habituent progressivement à cette menace meurtrière. Il y eut de nombreux morts ces dernières années, il y en aura encore beaucoup d’autres à venir. Cela va être un peu la roulette russe. Pour survivre il suffit de ne pas être au mauvais endroit au mauvais moment puisque les attaques peuvent venir de n’importe où, même de nos proches qui seraient emportés par l’absolutisme religieux islamiste. Statistiquement cela reste assez peu probable mais cela peut arriver. Il suffit de croire aux statistiques.

Démissions en série à Londres

CH_20160624_GB

Dans la foulée du référendum britannique ayant décidé la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, deux des principaux élus qui ont mené la bataille pour ce départ démissionnent de leur poste. Après avoir agité les chiffons rouges sous les yeux de Mme. Smith et l’avoir persuadée que tous ses malheurs sont dus « aux immigrés, aux accords de Schengen,… » ils la laissent se débrouiller avec les conséquences de son vote.

Boris Johnson a renoncé à briguer le poste du premier ministre qui devra négocier les nouvelles conditions de coopération entre le Royaume et l’Union. Nigel Farage, patron du parti UKIP explique que son objectif de faire sortir son pays de l’Union étant maintenant atteint, il ne lui reste plus qu’à contrôler que le futur gouvernement conservateur qui devra négocier le divorce le fasse sans trop de faiblesse.

Quand à David Cameron, dirigeant conservateur aux convictions insulaires, il a joué avec le feu : après avoir critiqué des années durant l’Union européenne responsable désigné de tous les malheurs britanniques il propose d’organiser un référendum pour demander à ses électeurs s’ils veulent ou non rester dans cette union hétéroclite. Quelques jours avant l’échéance et après avoir arraché quelques ultimes passe-droits pour son pays, il change d’avis et se met soudain dans le camp du maintien… Bref, une politique à la petite semaine, des idées qui évoluent avec les retournements de veste au hasard des intérêts partisans, il ne faut pas s’étonner que les électeurs aient déjoué les attentes.

Selon le résultat auquel aboutira ce changement, Cameron devra sans doute rendre des comptes pour son inconséquence, ou au contraire empocher les dividendes d’un coup de poker qui équivaut à un saut dans l’inconnu mais peut se révéler positif.

En attendant, aucun des candidats favorables au départ ne semble avoir prévu un programme sur le jour d’après, sinon de se débiner de leurs responsabilités !