Moscou se régale

Avec ironie et cynisme, Moscou donne des leçons de « droit-de-l’hommisme » aux pays occidentaux en les morigénant sur le caractère inhumain de la façon dont ils traitent les réfugiés moyen-orientaux à la frontière de la Biélorussie. C’est facile, alors le président russe ne s’en priva pas :

« Voyons comment les forces de sécurité polonaises se comportent aujourd’hui à la frontière. […] Il y a des petits enfants… tout de même, ils leur projettent de l’eau, jettent des grenades lacrymogènes. Pendant la nuit, des hélicoptères volent le long de la frontière, ils mettent en marche des sirènes. »

Président Poutine cité par RT France

Et il est bien relayé par son ministre des affaires étrangères :

« Ils ne peuvent pas ne pas comprendre qu’ils sont en train de violer toutes les normes imaginables du droit international humanitaire et d’autres accords de la communauté internationale. Bien sûr qu’ils le comprennent ! »

Sergueï Lavrov cité par RT France

C’est un peu la réponse du berger à la bergère : à force de faire des remontrances à la planète entière sur les principes démocratiques qu’elle devrait suivre, l’Occident donne des cordes pour se faire battre et, Moscou, et d’autres capitales, se font un plaisir d’insister sur ces contradictions.

Avec la montée en puissance impressionnante de pays non démocratiques comme la Chine ou la Russie, l’Occident se trouve confronté à la remise en cause de certains principes défendus au cours du XXème siècle, notamment, la démocratie ne serait plus la voie unique pour un développement « heureux ». On voit même depuis plusieurs années des démocraties voter sciemment pour des dirigeants dits « illibéraux » dont Donald Trump aux Etats-Unis d’Amérique fut l’exemple le plus frappant, sans doute favorisé par des actions de soft power russes ! C’est d’ailleurs la plus éclatante victoire des « démocratures » qui réussissent à favoriser l’émergence de pouvoirs leur ressemblant dans les démocraties, élus lors de suffrages démocratiques.

C’est ainsi, la roue tourne, et le rééquilibrage des puissances mondiales n’est d’ailleurs pas forcément une mauvaise nouvelle. Malgré tout, il fait toujours bon vivre dans les démocraties dont la créativité économique et culturelle, ainsi que la conception de la liberté, constituent toujours une force d’attraction significative.

On dirait que les migrants sont plutôt d’accord car ils se dirigent dans une très grande majorité plus vers l’Ouest que vers l’Est pour tenter de trouver refuge. Alors, l’Occident voudrait utiliser les mêmes méthodes que la Biélorussie en utilisant les flux migratoires comme « arme hybride », il ne le pourrait guère en l’absence de migrants « volontaires » pour aller se réfugier en Biélorussie… Rappelons que ce pays, comme la Fédération de Russie, est signataire de Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et/ou à son protocole de 1967.

Publié le
Catégorisé comme Russie Étiqueté

La Russie aux avant-postes du soutien à la Biélorussie

Avec sa morgue habituelle, la diplomatie russe affirme que ni la Biélorussie, ni la Russie bien entendu, n’ont la moindre responsabilité dans le fait que des migrants moyen-orientaux se retrouvent massés à la frontière entre la Biélorussie d’une part, la Pologne et la Lituanie d’autre part. Bien au contraire, son chef accuse l’Europe d’être responsable de ce nouvel afflux de candidats à l’exil sur ce continent.

« Cela a commencé avec la politique que les pays occidentaux, dont l’OTAN et les pays de l’Union européenne, mènent depuis de nombreuses années vis-à-vis du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, en essayant de leur imposer une vie meilleure selon les modèles occidentaux, la démocratie sous la forme sous laquelle l’Occident l’interprète et a tenté de l’imposer agressivement dans le monde entier, se lançant dans des aventures militaires lorsqu’il rencontrait la moindre résistance »

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères (RT-France)

On dirait tout de même que les migrants et candidats au statut de réfugié sont plutôt intéressés par « les modèles occidentaux » puisque les flux actuels se dirigent tous vers les pays de l’Union européenne (UE) ou les Etats-Unis d’Amérique…, assez peu vers la Russie ou la Corée du Nord.

Mais qu’importe cette réalité, le russe pousse le bouchon encore un plus loin en rappelant que l’ancien ministre italien de l’intérieur Mattéo Salvini, est actuellement traduit en justice pour avoir refusé à des bateaux chargés de migrants de les débarquer dans un port italien, et que les dirigeants polonais et lituaniens devraient subir le même sort :

« Aujourd’hui, [Matteo] Salvini est jugé pour avoir mis en danger la vie de ces réfugiés qui tentaient d’échapper à des conditions sanitaires désastreuses. Quelle est donc la différence entre les mesures prises par les pays baltes et la Pologne et celles qui ont amené l’ancien ministre du gouvernement italien à être traduit en justice ? »

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères (RT-France)

Plus c’est gros plus ça passe et Moscou sait utiliser avec efficacité une mauvaise foi de première catégorie et une langue de bois en chêne massif. On se souvient de l’inoubliable déclaration du président russe Poutine lors de l’aide apportée à la rébellion dans la région ukrainienne du Donbass en 2014, russophone et russophile, par des combattants russes dont les uniformes ne portaient aucun insigne distinctif, mais dont la nationalité russe fut attestée par les passeports saisis sur certains prisonniers, déclaration qui disait en substance : « si des citoyens russes veulent aller passer leurs vacances en Ukraine à titre privé, je n’y peux rien ».

Lire aussi : Les nouvelles « attaques hybrides »

« Accessoirement », un avion civil malaysien fut abattu par un missile au-dessus de cette région le 17/07/2014 faisant 298 morts. Les forces en présence se rejettent la responsabilité du tir du missile et Moscou a mis son veto au Conseil de sécurité de l’ONU sur le principe de l’établissement d’un tribunal international afin de poursuivre les responsables de cet abattage d’un avion civil.

La Russie tape contre l’Occident, ce qu’elle fait depuis 1918, nie l’évidence, agit avec cynisme, utilise avec efficacité soft et hard power contre la démocratie libérale, son ennemi. Cela fonctionne plutôt bien pour le moment tant le rejet de la démocratie occidentale est désormais partagé par les pays autoritaires de la planète. Seuls les migrants semblent donner quelque crédit à cette utopie en menant leurs pas vers l’Europe plutôt que vers la Biélorussie…

Pour en savoir plus sur la politique russe et la vision de Moscou sur le reste du monde, il est bon de consulter la chaîne « RT France » qui est très éclairante : https://francais.rt.com.

Une dictature plutôt plébiscitée par la majorité de ses citoyens

Le Canard Enchaîné 20/01/2021

La Russie expulse quelques diplomates européens (de Suède, Pologne et Allemagne) accusés d’avoir participé à une manifestation de soutien à l’opposant Navalny. Les pays européens s’émeuvent et expliquent que leurs représentants ne « participaient » pas à la manifestation mais y « assistaient » à titre d’information.

Alexeï Navalny est un avocat opposant au président Vladimir Poutine, ex-officier du KGB recyclé dans la politique, élu et réélu président depuis 2000, y compris un intermède comme premier ministre afin de contourner la lettre de la constitution russe limitant le nombre de mandats successifs autorisés. Il affiche un cynisme assumé et surfe sur la décadence de l’Occident. C’est lui qui lors de l’invasion de la Crimée par l’armée russe expliquait qu’il ne pouvait pas « empêcher des citoyens russes d’aller passer leurs vacances en Crimée » pour justifier la présence de ses soldats dont certains furent faits prisonniers par les forces ukrainiennes. Sous sa présidence la Russie a initié les meurtres de nombre d’opposants russes réfugiés à l’étranger, y compris avec des armes chimiques avec chaque fois le même déni sur l’implication de son pays dans ces assassinats.

La dernière tentative en date a été menée en Russie en août 2020, justement contre Navalny, empoisonné au Novitchok un agent chimique innervant très puissant développé à l’époque par l’URSS et dont la production fut poursuivie par la Russie. Pour des raisons mystérieuses la Russie a accepté l’évacuation de Navalny, dans le coma, en Allemagne pour y être soigné. Une fois rétabli, il a repris l’avion en janvier 2021 pour la Russie où il a été arrêté dès son arrivé puis condamné à trois années de prison pour n’avoir pas respecté les termes du contrôle judiciaire auquel il était soumis… durant son séjour en Allemagne. Il était supposé se présenter régulièrement au commissariat de police de son quartier à Moscou à la suite de l’une des multiples condamnations dont il a été l’objet. Lors d’une récente conférence de presse, le président Poutine a affirmé que les services russes n’étaient pour rien dans l’empoisonnement de Navalny, la meilleure preuve en étant que s’ils l’avaient été « l’affaire aurait été menée à son terme », accusant au passage son opposant favori dont il ne prononce jamais le nom d’être manipulé par les services secrets américains.

Il est désormais avéré que Moscou a utilisé son soft power de façon intense pour influencer les élections présidentielles américaine et française de 2017 via la diffusion de désinformation sur les réseaux dits « sociaux ». On se souvient que Vladimir Poutine avait reçu officiellement Marine Le Pen au Kremlin en mars 2017. L’élection de dirigeants nationalistes, voire populistes, dans les pays occidentaux sert les intérêts de Moscou qui, de son côté, a réactivé le panslavisme de sa population. On a notamment assisté en France au retournement complet de nombre d’élus de la droite conservatrice qui sont devenus pro-russes après des décennies de discours antisoviétique. Cerise sur le gâteau, le président américain Trump a constamment soutenu la Russie durant son mandat (2017-2021) allant même jusqu’à désavouer ses propres services de renseignements lors d’une fameuse conférence de presse avec le président russe qui, comme à son habitude, cachait sa satisfaction derrière son masque glaçant d’apparatchik du KGB. C’est ainsi que Moscou a atteint avec brio ses objectifs de soft power.

Bref, la Russie est le digne successeur de l’URSS en ce qu’elle cherche à nuire à un occident qu’elle juge aujourd’hui décadent et à la dérive. Elle le fait avec ses méthodes et un succès certain, sachant toucher les points faibles des démocraties. Celles-ci réagissent avec des effets de manche plutôt naïfs et peu efficaces. Le président Poutine est élu et réélu depuis 20 ans. Certes il a laminé toute opposition et continue à le faire mais les sondages plus ou moins libres réalisés dans le pays montrent que le peuple russe soutient globalement son président. Il vote en lui donnant de confortables majorités à chaque élection présidentielle et, même si l’on considère qu’il y a sans doute un peu de fraude, ces majorités sont difficilement contestables et sont en tout cas bien plus larges que celles constatées dans les pays occidentaux.

Cela semble mystérieux aux pays occidentaux qui continuent à vouloir appliquer les principes démocratiques qui régissent encore leurs systèmes politiques. Les russes apparaissent bien plus malins dans leur tactique pour faire tomber l’occident qu’ils ne l’étaient du temps de l’URSS. Ils activent leur hard power sur différents terrains de combat (Ukraine, Syrie, Caucase, notamment) là où il est peu probable que l’Occident viennent guerroyer, et ils déclenchent avec succès leur soft power directement contre les démocraties occidentales pour leur nuire ; ils rejettent systématiquement toute critique ne se gênant pas pour nier les évidences du moment que cela sert leurs intérêts. Le pays est évidemment peu encombré par les associations de défense des droits de l’homme ou pro-démocratiques, et lorsqu’un opposant comme Navalny émerge, il est mis à l’ombre, voire pire…

L’URSS a perdu la guerre froide à la fin des années 1980, elle est en train de prendre sa revanche et l’on dirait que la grande majorité du peuple russe s’en réjouit.

Publié le
Catégorisé comme Russie

Le président français et la géographie

Foolz – Charlie Hebdo

A l’occasion d’une rencontre entre les présidents russe et français, M. Macron a déclaré, entre autres, que la Russie serait européenne jusqu’à Vladivostok. On verra sur la carte ci-dessous que cette ville portuaire d’Extrême Orient est située en face de Saporo sur la Mer du Japon et est frontalière avec la Chine et la Corée du Nord :

Pourquoi donc vouloir qualifier cette ville d’européenne alors qu’elle est manifestement asiatique, par la géographie comme par la politique ? Un tel raccourci ne peut qu’effrayer les citoyens de l’Union européenne et consterner les géographes de toutes origines. De plus, cela semble a priori intéresser fort peu le président russe de voir l’Extrême Orient de son pays « rattaché » symboliquement à une Europe qu’il méprise souverainement. Cette saillie ne fait plaisir à personne sinon à son locuteur qui s’écoute parler et s’imagine passer un coup de brosse à reluire sur les rangers de son alter-ego russe, avachi dans son fauteuil sur le perron du fort de Brégançon, et qui ne lui en sera certainement pas gré, bien au contraire.

Une bonne occasion perdue de se taire !

Je sais une autre chose : c’est que la Russie est européenne, très profondément, et nous croyons dans cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok. Un grand auteur russe, DOSTOÏEVSKI, dans L’adolescent disait, et je le cite imparfaitement, de mémoire, que le Russe avait cela de particulier par rapport à l’Allemand, au Français ou autre, c’est qu’il était le plus russe quand il était le plus européen, et en quelque sorte son nationalisme était toujours plus grand que lui-même et devait embrasser le fait européen, et je crois très profondément à cela.

Déclaration de presse à l’occasion de l’entretien du Président de la République avec M. Vladimir POUTINE, Président de la Fédération de Russie
Publié le
Catégorisé comme Russie

Confirmation : la Russie n’aime pas l’Occident

Pour ceux qui avaient encore des illusions sur ce que pense la Russie officielle de l’Occident, ils auront été éclairés par les récentes déclarations du président russe dans différents médias. Depuis une dizaine d’années que Moscou a réaffirmé sa puissance, ses représentants pointent la décadence de l’Occident qui « marie ses homosexuels », M. Poutine revient sur ces changements sociétaux qu’il désapprouve. Il déclare dans une interview au Financial Time du 27 juin que « l’idée libérale est morte » :

The ruling élites have broken away from the people [in the US as in Europe]. There is also the so-called liberal idea, which has outlived its purpose. Our Western partners have admitted that some elements of the liberal idea, such as multiculturalism, are no more tenable.

https://www.ft.com/video/a49cfa25-610e-438c-b11d-5dac19619e08

Interrogé sur cette déclaration au sommet du G20 d’Osaka le 29 juin il illustre ce qu’il a voulu dire en précisant qu’il se revendique libéral lui-même mais qu’il existerait à ce jour « cinq ou six genres de personnes… je ne comprends même pas ce que c’est » ! Il développe sa pensée en précisant qu’une minorité ne peut pas imposer sa volonté à la majorité, en tout cas ce n’est pas ainsi que cela se passe en Russie. Il élargit le sujet aux flux d’immigration qui arrivent en Europe.

Quand on détaille la politique économique russe et la façon dont elle a été privatisée après l’effondrement de l’Union soviétique, on peut avoir quelques doutes sur son aspect « libéral », mais qu’importe, tous les goûts (et les politiques) sont dans la nature et les résultats de cette politique économique feront œuvre de juge de paix le moment venu. Plus déprimant sont ce que ces déclarations racontent de l’état de la relation entre la Russie et le monde occidental, en tout cas européen : Moscou méprise profondément tout ce qui est à l’Ouest de l’Oural et, sans doute, matérialise ce mépris par des actions d’agit-prop afin de nuire à cet Occident honni qui lui, en retour, manifeste indécision et division dans l’attitude à opposer. C’est une sorte de nouvelle guerre froide dont l’issue, comme la précédente, reposera sur la capacité de la Russie à suivre économiquement l’Occident.

Malgré les envolées lyriques occidentales régulières sur l’amitié avec la Russie, l’Histoire montre que la relation a toujours été houleuse entre l’Ouest et Moscou, sous les tsars comme sous les soviétiques, les déclarations du président actuel ne sont que la continuation de cette situation : on a toujours préféré s’opposer que coopérer, à l’exception notable de la deuxième mondiale mais l’éclaircie fut de courte durée… C’est ainsi, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde mais il faut arriver à maintenir l’affrontement dans les limites du raisonnable. Le reste est l’affaire du peuple russe qui, peut-être un jour, préfèrera que son Etat dépense un peu moins d’énergie et d’argent pour nuire à l’extérieur et un peu plus à développer son économie intérieure.

Publié le
Catégorisé comme Russie

Les Russes en Centrafrique

Un accord militaire aurait été signé en décembre 2017 entre la Russie et la Centrafrique incluant une livraison d’armes au gouvernement local (dûment autorisée par l’ONU par exception à l’embargo en cours) et la formation des forces militaires gouvernementales.

La presse rapporte que l’on voit dans les rues de Bangui des militaires russes ressemblant plus à des mercenaires qu’à des soldats réguliers. Ils assurent la sécurité rapprochée du président centrafricain et cohabitent, pacifiquement pour le moment, avec la force internationale de l’ONU censée maintenir la paix entre les nombreuses milices qui se battent entre elles et avec les maigres forces gouvernementales. La Russie lorgne aussi sans doute sur les ressources minières dont ce pays est doté.

Ce pays bantou est un mystère insondable : incapable de se développer harmonieusement, la mauvaise gestion, les luttes tribales, l’alcool et le sida y font des ravages depuis des décennies. Massacres, pillages, fraudes et incompétence ont depuis longtemps perdu cette République. La France, ancienne puissance coloniale, a tout à se reprocher dans cette triste affaire. Le pays a été transformé en vaste terrain d’entraînement militaire français après l’indépendance. L’armée française y régnait en maître jusqu’à son départ à la fin des années 90’, un proconsul de la DGSE (le commandant Mansion) manipulait le président, des repris de justice corses dirigeaient les casinos de la capitale, Giscard-dit-d’Estaing venait y chasser le gros gibier et tout ce petit monde trafiquait le diamant se compromettant jusqu’au « sacre de l’empereur Bokassa », sommet du ridicule et de la perversion de la bien triste « francafrique ».

D’interventions militaires en débarquements de présidents, la France a plus ou moins passé la main à l’ONU au début du XXIème siècle, qui ne réussit pas plus à remettre ce pays sur les rails d’un développement paisible. Alors que les russes s’y essayent, pourquoi pas ? Les interventions étrangères de ces dernières années ont sans doute limité l’ampleur des massacres inter-ethniques mais l’avenir est sombre, sans doute sans espoir. Que les russes soient mercenaires ou réguliers, qu’importe, ils sont certainement soutenus et envoyés là par le gouvernement russe qui ne s’en cache pas. On se souvient avec quel aplomb le président russe affirmait que les citoyens russes tués sur le front ukrainien devaient y être « en vacances » mais certainement pas en mission commandée…

Cette fois-ci la Russie assume sa présence et c’est très bien ainsi. Nous verrons où ils en seront dans quelques années. Puissent-ils réussir à apaiser ce pays désespérant !

Les prix du fouteballe en Russie

 


Les prix officiels des tickets des matches de la coupe du monde de fouteballe en Russie s’échelonnent entre 105 et 1 100 USD selon le stade de la compétition auquel on s’intéresse. Il y a une catégorie pour « personnes obèses », sans supplément de prix. Il s’agit des prix officiels affichés sur le site de la fédération internationale mafieuse de foute, gageons que le marché noir doit multiplier par trois ou par quatre.

Forte capacité de nuisance de Moscou

Un ex-agent double russe, Sergueï Skripal, réfugié au Royaume-Uni est empoisonné avec sa fille par un gaz de combat innervant. A ce jour les deux russes sont soignés en soins intensifs et dans un état critique, de même qu’un policier qui a été atteint par ce gaz en voulant intervenir sur les blessés. On se souvient qu’en 2006 un opposant russe, Alexandre Litvinenko, avait aussi été empoisonné avec un produit radioactif polonium. Il avait mis une vingtaine de jours à en mourir et produit quelques déclarations et écrits avant son décès. Ce polonium était tellement radioactif que la police britannique a pu suivre à la trace le retour à Moscou des deux agents qui avaient mélangé au thé de M. Litvinenko ; même les avions commerciaux qui les avaient transportés exsudaient la radioactivité… L’un de ces agents a été élu depuis député au parlement russe.

Le président russe et son entourage n’ont jamais caché qu’ils voulaient tuer les agents doubles russes considérés comme des traîtres à la patrie, probablement largement soutenus par la population locale. Les autorités britanniques ont déclaré que l’Etat russe lui semblait responsable de l’empoisonnement de M. Skripal et, du coup, ont rouvert les enquêtes concernant les décès douteux de nombre de citoyens russes, ou d’origine russe, sur le territoire britannique. En attendant des sanctions diplomatiques ont été annoncées par Londres, soutenue par d’autres pays d’Europe de l’ouest ainsi que les Etats-Unis d’Amérique. La Russie conteste son implication dans ces meurtres dans le langage fleuri qui est le sien et parle de manipulation occidentale pour interférer sur l’élection présidentielle se déroulant ce dimanche. Tout est possible, bien sûr.

Quelle que soit le fin mot de cette histoire on sait la Russie portée de tous temps à l’agit-prop internationale et en utilisant les moyens qui sont les siens, souvent brutaux, en tous cas manquant parfois de discrétion. Les bolcheviks et l’Union soviétique ont tout fait pour exporter leur révolution à l’étranger, n’hésitant pas à exécuter leurs opposants où qu’ils se trouvent. Trotski fut de ceux-là. Après une courte période de repli sur elle-même suivant la dissolution de l’Union soviétique, la Russie de Poutine a repris le chemin de l’interventionnisme malfaisant en dehors de ses frontières nationales. On a découvert avec une relative stupeur que ce pays développait ses compétences informatiques pour interférer dans les campagnes électorales occidentales et favoriser les candidats qu’elle estime meilleurs pour la Russie : ainsi de Trump aux Etats-Unis ou Marine Le Pen en France.

Dans le cas des Etats-Unis d’Amérique, le plus croquignolet dans l’affaire est que Donald Trump a effectivement été élu et que la nouvelle équipe républicaine marquait de réelles sympathies pour la Russie mais le dévoilement des interventions de Moscou et des liens un peu trop étroits de forbans américains proches de Trump avec l’ennemi intime de Washington force le gouvernement américain à prendre lui aussi des sanctions contre la Russie.

Ainsi vont les relations internationales. Il n’y a pas grand-chose de nouveau en ce XIXème siècle sinon les outils utilisés, mais l’ambition des hommes et des Etats restent toujours aussi malsaine et porteuse de violence. La Russie considère l’Occident comme décadent et faible, elle fait tout pour lui nuire. Ce que les démocrates optimistes déplorent est qu’un pays comme la Russie dépense autant d’énergie et d’argent pour chercher à perturber l’extérieur plutôt qu’à se concentrer sur son développement intérieur. Mais les démocraties sont prises à leur propre piège puisque le président russe actuel est élu à peu près librement à une très significative majorité, il est vrai après avoir éliminé, au besoin physiquement, ses opposants et noyauté les médias.

Chaque partie diffuse sa propagande en vantant les mérites de son système, persuadé de son bon droit. Le peuple russe dont l’armée intervient en Syrie sans mandat de l’ONU ne voit pas vraiment la différence avec l’invasion de l’Irak par les forces anglo-saxonnes en 2003 sans plus de mandat onusien, ou celle de la France et du Royaume-Uni en Lybie quelques années plus tard, outrepassant largement le mandat donné par l’ONU. Le peuple russe estime qu’il est autant fondé à aller abattre les traîtres russes réfugiés à l’étranger que l’armée françaises à éliminer les djihadistes nationaux partis guerroyer en Syrie. Il est vrai que les situations sont pour le moins ressemblantes…

Malgré tout, des oligarques russes viennent passer leurs vacances à Nice ou Gstaad, plutôt qu’à Sotchi, et investissent les milliards accumulés plus ou moins légalement à Londres et dans cet « Occident décadent » plutôt qu’à la bourse de Moscou. C’est aussi un moyen d’exercer des pressions sur le « capitalisme rapace » au sujet duquel Lénine disait « qu’ils [les capitalistes] nous vendront la corde pour les pendre ». Le dicton présente toujours une part de vérité mais il n’est pas sûr que Moscou gagne sur le long terme en basant son développement socio-économique et sa puissance d’abord sur sa capacité de nuisance extérieure plutôt que ses qualités et richesses intrinsèques. L’avenir le dira !

Publié le
Catégorisé comme Russie

Curieuse géographie

Le journal Le Monde classe ses articles sur la Russie et la Turquie dans sa rubrique « Europe » et non « Asie-Pacifique ». On se demande si les écoles de journalisme en France apprennent bien la géographie à leurs élèves ?

Attentat religieux en Russie

Une bombe explose dans le métro à Saint-Pétersbourg ce 3 avril, il y a 14 morts et de nombreux blessés. Un premier suspect de nationalité russe a été identifié et se serait fait explosé sur place. Né au Kirghizistan dans la minorité ouzbèke du pays il avait obtenu la nationalité russe il y a quelques années. La Russie entretient des liens historiques avec ses anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale à fortes majorités musulmanes dont une frange extrémiste constitue l’un des premiers bataillons de combattants étrangers en Syrie. D’autres de leur représentants commettent des attentats dans le métro ou ailleurs. A bien des égards on retrouve des similitudes avec la situation française : colonisation/décolonisation mal digérée, marginalisation, bêtise, dérive religieuse et violence nihiliste. Le résultat est toujours le même, l’absence de solution à court terme toujours patent.

La Russie à l’assaut des élections occidentales

L’administration américaine confirme ses accusations contre la Russie qui serait intervenue lors des élections américaines via des manipulations de données informatiques, intrusion dans les systèmes du parti démocrate, vol et publication de documents secrets ou privés. Moscou aurait cherché à favoriser l’élection de Donald Trump plus ouvert aux positions russes que son opposante Hillary Clinton. La Russie et M. Trump contestent cette analyse officielle américaine.

Le problème dans ce genre de situation est que l’on peut croire l’une et l’autre partie largement capable de ce dont elles s’accusent mutuellement : la Russie d’intervenir contre la démocratie et l’administration américaine de raconter des bobards. Ce qui est incontestable sont les attaques informatiques qui ont eu lieu contre les sites du parti démocrate ayant abouti à la publication de toute une série de documents négatifs pour la candidate Clinton. Il semble probable que l’origine de ces attaques vienne de Russie bien qu’il ne soit pas évident de remonter la chaîne des ordinateurs hackers procédant à ce genre d’attaque. Ce qui est encore plus difficile est de démontrer que le pouvoir russe serait le donneur d’ordre. Les services de renseignement américains ont franchi ce pas et l’ont documenté dans un rapport dont une partie vient d’être déclassifiée et publiée.

La Russie, comme nombre d’autres pays de la planète, n’aime pas la démocratie comme système d’organisation de la société. Lorsque ces pays opposants sont des puissances, ils vont plus loin et cherchent à abattre les démocraties. Ce fut l’obsession de l’ex-URSS durant les 70 années de guerre froide et la Russie reprend aujourd’hui le flambeau. Les puissances occidentales ne sont pas non plus restées inactives pour accélérer la fin de l’empire communiste soviétique. Plus récemment elles n’ont pas été en reste pour généraliser de façon assez effrayante l’espionnage des communications de notre civilisation de l’information, y compris en piratant les téléphones portables de dirigeants amis.

Alors que la démocratie occidentale apparaissait comme le système victorieux après la chute du mur de Berlin en 1989 et semblait avoir vocation à être instauré partout sur la planète où il ne l’était pas encore, la situation est significativement différente aujourd’hui trente ans plus tard. Une bonne partie de l’Asie conteste ce système en l’accusant de tous les maux et mène des actions hostiles diverses pour le faire choir. De la Russie à l’Iran en passant par les monarchies religieuses du Golfe persique nombre de pouvoirs de ces pays se retrouvent pour s’attaquer à la démocratie via des actions souvent illégales. Il y a sans doute dans ces attitudes belliqueuses un mélange de jalousie devant la réussite économique et technologique occidentale et de crainte que cette liberté (et sa première manifestation : les élections) s’installe dans leurs propres populations, mettant ainsi la continuité de leur pouvoir en péril.

Il faut vivre avec cette menace, et s’y possible se préparer à y réagir. La démocratie occidentale est un système minoritaire dont le sens de la liberté sonne comme un symbole de décadence aux yeux de ses opposants. Il est illusoire de penser que chacun puisse vivre de son côté sans chercher à nuire à l’autre. L’esprit de compétition et de conquête est un moteur fort de tous temps pour l’Humanité. Rien ne change, il faut juste ne pas perdre la course !

Attentat religieux en Turquie

L’ambassadeur de Russie en Turquie est assassiné par un de ses gardes du corps turc en direct devant les télévisions réunies pour l’inauguration d’une exposition artistique. Le meurtre a lieu alors que l’ambassadeur y prononçait un discours. Avant d’être abattu le tireur a le temps de crier :

N’oubliez pas Alep. Tant que les habitants n’y seront pas en sécurité vous n’y serez pas non plus.

Les empires sont cruels

Après un long siège de la partie rebelle de la ville syrienne d’Alep mené par les troupes gouvernementales locales puissamment appuyées par la Russie slave, l’Iran perse et les milices libanaises arabes du Hezbollah, les dernières résistances sont en train de céder. Il y aura eu plusieurs années de siège, des milliers de morts, une ville, pour autant que l’on puisse en juger sur les images diffusées, réduite en ruines. Ce sera peut-être une étape vers une solution politique qui serait celle du vainqueur militaire. Pas sûr toutefois que cette guerre civile ne s’achève rapidement après une telle fureur. Il ne va pas être facile de se réconcilier après tant de haine.

La Russie s’est engagée dans un combat incertain et sans nuance. L’avenir dira si elle se débrouille mieux dans cet Orient compliqué que l’Occident qui n’a jamais vraiment su faire dans cette région en conflit permanent depuis des décennies. Moscou a déployé une force militaire aveugle au service d’un pouvoir syrien sinistre. Vu à l’aune de nos démocraties occidentales tout ceci est un désastre humain et les images de gamins étouffant sous les gaz de combat au milieu des ruines d’Alep font frémir. L’Orient favorise la force pour imposer la paix là où l’Occident a échoué avec la négociation et les interventions de l’Onu.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que la Russie considère le système démocratique comme décadent et inefficace. Voilà juste un siècle que la révolution bolchévique était déclenchée en Russie en 1917. Au cours de ces cent dernières années, l’Union soviétique puis la Russie ont cherché avec constance, et pour le moment insuccès, à détruire la démocratie. L’Histoire continue donc et Moscou déploie une brutalité coutumière pour défendre ses alliés de circonstance au Moyen-Orient.

Les empires sont cruels, souvent criminels. La France est bien placée pour le savoir. La Russie perpétue la tradition. Paris n’a pas fini de payer les conséquences de ses éphémères ambitions impériales. On peut craindre que Moscou ne suive la même voie.

La politique en Russie

Un ex-ministre russe, opposant au pouvoir actuel est assassiné à Moscou sous les fenêtres du Kremlin. La politique est violente dans ce pays, la vie est violente chez les slaves, c’est ainsi et les assassinats politiques ont émaillé son Histoire. Ce ne sera pas le dernier dans un pays qui a laissé tomber la dictature communiste mais pas complétement adopté les règles de la démocratie occidentale. Nous ne sommes d’ailleurs pas à l’Ouest, mais… à l’Est où il n’est pas dit que ces règles soient véritablement bienvenues. On y élit quand même un président de la République qui, en l’occurrence,  s’est fait  élire sur le programme essentiel de rétablir une Russie forte. Les moyens utilisés semblent moins importants pour le peuple et son élu que l’objectif.

La France donneuse de leçons oublie d’ailleurs que les assassinats politiques inexpliqués ont également émaillé son histoire récente : Yann Piat, députée assassinée en 1994, Robert Boulin, Joseph Fontanet, ancien ministre assassiné en 1980, ministre officiellement suicidé mais plus probablement assassiné en 1979, Jean de Broglie ancien ministre assassiné en 1876, sans parler de Pierre Bérégovoy, ancien premier ministre, suicidé en 1993 probablement en partie du fait du harcèlement de campagnes de presse pour un prêt personnel reçu d’un affairiste.

Le problème de fond de ce type de régime, le seul sans doute susceptible d’entraîner la colère populaire, réside dans la spoliation des biens publics par une bande de forbans, les « oligarques » qui ont mis la main sur une bonne partie de l’économie à l’occasion de sa privatisation pots-chute du Mur, qui a plus relevé du hold-up en bande organisée que d’une véritable mise sur le marchés des entreprises publiques.

La démocratie est un tout et c’est aussi parce que l’on assassine moins les opposants que l’on a plus de scrupules à voler le pays. L’état de droit s’applique, en principe, à un comportement général, en politique comme en économie. Lorsqu’on se croit autorisé à flinguer de l’opposant on pense aussi souvent que les biens publics sont à la disposition du plus fort…

Il va falloir payer pour la faillite ukrainienne

La France officialise le fait qu’elle ne livrera pas un bateau de guerre construit pour, et vendu à la Russie, compte tenu de l’ingérence de Moscou dans la guerre civile ukrainienne. Si ce contrat est définitivement rompu ce sera un coût supplémentaire pour les contribuables français après le refinancement de la faillite financière de l’Ukraine qui ne fait que commencer.

Il eut été plus avisé de ne pas vendre d’armes à de faux-amis comme la Russie, qui furent de vrais ennemis 60 années durant. En fait, les vrais amis sont en nombre très limité, l’Europe de l’ouest, les Etats-Unis, l’Australie… et encore considère-t-on l’Allemagne et le Japon comme des pays plus ou moins neutres ou pacifistes de par leurs constitutions. Mais la France vend des armes aux pays du Golfe persique, en Afrique, aux pays de l’Est, une bonne partie n’est d’ailleurs jamais payée par les clients mais financée par les contribuables, et les vrais amis achètent leurs armes aux Etats-Unis.

La survie de l’industrie française de l’armement nécessite sans doute ces compromissions, espérons que ces armes françaises ne se retournent pas un jour contre nous !

La Morano en tout cas, avec la subtilité qu’on lui connaît, sa grand capacité d’analyse politique et sa vision des relations internationales a voté pour la Russie :

Tweet_Nadine_Morano_20141125

Le chaos à l’Est

Et le chaos ukrainien continu : le République autonome de Crimée, officiellement ukrainienne depuis 1954, en fait une ville de garnison crypto-soviétique qui abrite une partie de la flotte de guerre russe via un bail de location (un peu comme le port de Tartous en Syrie, ou celui de Guantanamo à Cuba pour les américains), appelle la grande Russie à son secours face au « pouvoir fascisant et terroriste auteur du coup d’état de Kiev ». N’écoutant que son cœur, Moscou y envoie des troupes, en plus de celles y résidant déjà en permanence. L’Occident crie avec l’Ukraine contre cet oukase, etc. etc. Fabius-et-ses-pochettes-ridicules est prêt à repartir à l’Est !

Soyons réalistes, après l’Ossétie du sud et l’Abkhazie récupérées par les russes sur la Géorgie après la guerre ridicule de 2008, la Crimée risque de suivre la même voie. Qui ira contester aux russes un territoire où ils sont déjà installés depuis des décennies et où la population est très majoritairement en leur faveur. Cela fera par ailleurs une portion de territoire en moins à refinancer. Si l’Ukraine ne se tire de son maelstrom en cours qu’avec la perte de la Crimée, ce sera un moindre mal… A moins que Fabius-et-ses-pochettes-ridicules ne soit prêt à affronter l’armée russe pour faire prévaloir le droit international ?

On attend le moment où Poutine expliquera doctement que la Russie s’est portée au secours de la Crimée comme la France a répondu à l’appel du Mali ou de la Centrafrique pour lutter contre le terrorisme…

L’ours russe se réveille

Ils sont malins les russes, l’air de rien et sans rien avouer, ils envoient leur armée reprendre possession de la Crimée avec des militaires sans signe distinctif attestant de leur nationalité. En fait ils ont déjà quelques milliers de soldats sur leur base maritime de Sébastopol, au sud de la presqu’ile de Crimée, qui n’avaient que 100 km à parcourir pour se retrouver au cœur de la capitale de cette petite République autonome. Aussitôt dit, aussitôt fait !

L’Occident s’étrangle de fureur, Fabius-et-ses-pochettes-ridicules monte au front, et l’ours russe reste couché sur sa proie.

Enfer et damnation

On apprend avec consternation que les hôtels construits à la hâte à Sotchi en Russie pour accueillir les journalistes venus couvrir les jeux olympiques ne seraient pas complètement finis. Certains reporters n’auraient pas de rideaux dans leurs chambres, ou que de l’eau colorée non potable coulerait des tuyaux ! Mon Dieu quelle horreur, vont ils survivre à un tel traitement ?

Si tel n’était pas le cas et que ces plumitifs au cœur tendre ne résistent pas à ce dénuement, ils rentreront chez eux et la couverture de ces mondanités sportives sera moins abrutissante.

Que d’argent perdu pour des jeux olympiques

Des jeux olympiques d’hiver organisés en Russie, devant démarrer dans quelques jours, auraient fait exploser le compteur des coûts de préparation : on parle de 50 milliards de dollars dont un tiers parti en coulages divers et variés. Il est vrai qu’il s’agissait de transformer une station balnéaire du bord de la Mer Noire en station de ski, ce qui a nécessité quelques investissements… Les montagnes du Caucase toutes proches sont arrosées de neige artificielle depuis des semaines pour leur donner un semblant d’allure alpine et permettre aux skieurs de glisser sur autre chose que des cailloux.

50 milliards de dollars, ou même si c’était seulement 40, cela représente beaucoup, voire beaucoup-beaucoup, d’argent pour une simple compétition de sport où des musculeux vont s’agiter sous leurs bannières nationales, déclenchant les habituels relents nationalistes de supporters aigris et de politicards à la recherche de. Les dispositifs de sécurité sont impressionnants : missiles, drones, forces de sécurité et tout le tra-la-la habituel digne d’un sommet de chefs d’Etats.

Tout ceci laisse un peu pantois devant une telle débauche de moyens pour… du sport. Mais ainsi va le monde d’aujourd’hui.

Du terrorisme aussi en Russie

Volvogad a vaincu le péril nazi et inversé la cours de la deuxième guerre mondiale lorsqu’elle s’appelait Stalingrad. La voici aujourd’hui confrontée au défi du terrorisme, sans doute caucasien. Des cinglés se sont fait exploser dans la ville à des heures et lieux d’affluence. Il y a des dizaines de morts.

Publié le
Catégorisé comme Russie