La France culottée

Avec le culot qui la caractérise, la France se permet de faire la leçon à la Chine qui traite avec une relative mollesse (par rapport à ses habitudes) les émeutes se déroulant actuellement sur son territoire de Hong Kong. Que n’aurait-on dit si Pékin s’était ingérée dans les émeutes qui ont agité la France tout au long du premier semestre 2019 !

Hong Kong – Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (14 août 2019).

Les manifestations à Hong Kong se poursuivent dans un climat de plus en plus tendu. Cette situation fait l’objet d’un suivi très attentif de la part de la France, en lien avec ses partenaires, notamment européens. J’appelle toutes les parties, en particulier les autorités hongkongaises, à renouer le fil du dialogue afin de trouver une issue pacifique à cette crise et de mettre fin à l’escalade de la violence.

La Loi fondamentale de Hong Kong et le principe « un pays, deux systèmes » garantissent l’Etat de droit, le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ainsi que l’autonomie du système judiciaire, qui sont essentiels à la population et à la prospérité économique de Hong Kong.

La France est profondément attachée au respect intégral de l’ensemble de ces principes.

www.diplomatie.gouv.fr

Le territoire et les citoyens de Hong Kong, ex-colonie britannique rendue à l’Empire du Milieu en 1997, bénéficient d’un statut particulier qui leur donne plus d’autonomie que le reste des régions chinoises. Ce statut est provisoire et doit durer jusqu’en 2047 suivant l’accord de décolonisation signé entre le Royaume-Uni et la Chine. Il est probable qu’à l’issue de ce délai, le territoire de Hong Kong retournera au droit commun de la Chine. Qui sait d’ailleurs ce que sera le régime chinois en 2047 ?

Les citoyens hong-kongais craignent en tout cas que leurs libertés seront alors restreintes. C’est probable compte tenu de ce que l’on sait aujourd’hui du régime chinois. Toutefois, le pragmatisme de Pékin fait que peut-être un air de liberté au moins économique continuera de souffler sur le territoire compte tenu de son importance comme place financière, à moins que d’ici-là Shangaï ne se soit substituée à Hong Kong ? C’est sans doute la meilleure tactique à mener par la Chine : rendre Hong Kong moins indispensable pour Pékin afin de pouvoir normaliser cette région.

Hélas pour les citoyens locaux, il est peu probable que personne au sein de la communauté internationale ne parte « en guerre » pour préserver leur liberté « spéciale ». De même que l’annexion de la Crimée par Moscou n’a pas déclenché une grande émotion au-delà de quelques sanctions économiques, le retour de Hong Kong dans le droit commun chinois ne sera probablement empêché par personne, d’autant plus qu’il est prévu dans le traité de décolonisation entre Londres et Pékin.

Confirmation : la Russie n’aime pas l’Occident

Pour ceux qui avaient encore des illusions sur ce que pense la Russie officielle de l’Occident, ils auront été éclairés par les récentes déclarations du président russe dans différents médias. Depuis une dizaine d’années que Moscou a réaffirmé sa puissance, ses représentants pointent la décadence de l’Occident qui « marie ses homosexuels », M. Poutine revient sur ces changements sociétaux qu’il désapprouve. Il déclare dans une interview au Financial Time du 27 juin que « l’idée libérale est morte » :

The ruling élites have broken away from the people [in the US as in Europe]. There is also the so-called liberal idea, which has outlived its purpose. Our Western partners have admitted that some elements of the liberal idea, such as multiculturalism, are no more tenable.

https://www.ft.com/video/a49cfa25-610e-438c-b11d-5dac19619e08

Interrogé sur cette déclaration au sommet du G20 d’Osaka le 29 juin il illustre ce qu’il a voulu dire en précisant qu’il se revendique libéral lui-même mais qu’il existerait à ce jour « cinq ou six genres de personnes… je ne comprends même pas ce que c’est » ! Il développe sa pensée en précisant qu’une minorité ne peut pas imposer sa volonté à la majorité, en tout cas ce n’est pas ainsi que cela se passe en Russie. Il élargit le sujet aux flux d’immigration qui arrivent en Europe.

Quand on détaille la politique économique russe et la façon dont elle a été privatisée après l’effondrement de l’Union soviétique, on peut avoir quelques doutes sur son aspect « libéral », mais qu’importe, tous les goûts (et les politiques) sont dans la nature et les résultats de cette politique économique feront œuvre de juge de paix le moment venu. Plus déprimant sont ce que ces déclarations racontent de l’état de la relation entre la Russie et le monde occidental, en tout cas européen : Moscou méprise profondément tout ce qui est à l’Ouest de l’Oural et, sans doute, matérialise ce mépris par des actions d’agit-prop afin de nuire à cet Occident honni qui lui, en retour, manifeste indécision et division dans l’attitude à opposer. C’est une sorte de nouvelle guerre froide dont l’issue, comme la précédente, reposera sur la capacité de la Russie à suivre économiquement l’Occident.

Malgré les envolées lyriques occidentales régulières sur l’amitié avec la Russie, l’Histoire montre que la relation a toujours été houleuse entre l’Ouest et Moscou, sous les tsars comme sous les soviétiques, les déclarations du président actuel ne sont que la continuation de cette situation : on a toujours préféré s’opposer que coopérer, à l’exception notable de la deuxième mondiale mais l’éclaircie fut de courte durée… C’est ainsi, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde mais il faut arriver à maintenir l’affrontement dans les limites du raisonnable. Le reste est l’affaire du peuple russe qui, peut-être un jour, préfèrera que son Etat dépense un peu moins d’énergie et d’argent pour nuire à l’extérieur et un peu plus à développer son économie intérieure.

Négociations américano-talibanes

Les Etats-Unis mènent des négociations plus ou moins officielles au Qatar avec la rébellion talibane d’Afghanistan. L’objectif est de sortir l’armée américaine des terrains de combat afghans où elle tente avec assez peu de succès d’endiguer le retour des talibans au pouvoir à Kaboul, et avec eux leur cortège de pratiques religieuses d’un autre âge.

Les militaires américains sévissent sur place depuis 2001 et l’attentat terroriste du 11 septembre contre du World Trade Center. Il s’agissait alors de « casser la gueule » aux talibans qui avaient inspiré cet attentat (3 000 morts et 6 000 blessés) et qui abritaient Ben Laden, cerveau saoudien de l’opération. Le problème est qu’une fois cette tâche accomplie, l’Occident s’est mis en tête d’occidentaliser l’Afghanistan en lui indiquant le chemin de… la démocratie. C’était la théorie des néo-conservateurs américains : répandre la démocratie par l’exemple, et au besoin par la force militaire. Les forces de l’OTAN ont alors été mises à contribution et, près de 20 ans plus tard, le dossier n’a pas avancé. Les talibans sont repartis dans leurs montagnes à l’abri desquelles ils mènent leurs actions terroristes pour chasser les forces impies, le business d’opium a explosé, le gouvernement officiel ne gouverne pas grand-chose au-delà de la capitale, et encore, la plupart des forces de l’OTAN sont rentrées dans leurs pénates après avoir encouru des pertes significatives, les attentats terroristes sont légion, les contribuables occidentaux ont dépensé des dizaines de milliards d’euros dans ce pays en vain et les talibans sont aux portes du pouvoir. Seule éclaircie dans ce désastre, il semble que les attentats terroristes menés en Occident ces dernières années ne soient plus fomentés en Afghanistan mais plutôt au Proche et Moyen-Orient.

La constance avec laquelle l’Histoire se répète est parfois confondante. On se souvient qu’en 1962 la France coloniale signait avec l’Algérie des accords de paix et d’indépendance qui prévoyaient explicitement que les harkis (supplétifs locaux de l’armée française) ne feraient l’objet d’aucune mesure de discrimination après l’indépendance. Il ne fallut pas trois mois après la signature de l’accord pour qu’environ 100 000 harkis ne soient massacrés ! En 1973 les Etats-Unis négocient avec le Vietnam du Nord (communiste) un accord de paix qui prévoit le maintien de la République du Vietnam (du Sud). Il ne faudra pas trois années aux nordistes pour réunifier militairement le Vietnam et instaurer un régime communiste sur la totalité du pays.

La négociation en cours avec les talibans d’Afghanistan suivra probablement la même voie : promesses écrites de ces derniers contre engagement américain du retrait des troupes ; les premières ne seront pas réalisées une fois que ce dernier sera effectif et les talibans reprendront le pouvoir avec les méthodes qui leur sont propres afin de gouverner un pays qui, finalement, n’est sans doute pas vraiment contre.

Vouloir « casser la gueule » des talibans après les attentats américains de 2001 était somme toute compréhensible mais il aurait fallu évacuer ce pays une fois la tâche réalisée. Penser y instaurer la démocratie par les armes fut une illusion qui coûta très cher, à tout le monde. Croire aujourd’hui à des engagements talibans quels qu’ils soient serait une faute. Comme à Alger en 1962, comme à Saïgon en 1973, une fois la puissance colonisatrice ou occupante partie, les nouveaux dirigeants de ces pays « libérés » iront vers où les portent leurs sentiments, sans ne se soucier ni de leurs engagements pris ni des états d’âme de leurs anciens occupants.  Mais il faut bien que les « envahisseurs » s’en aillent un jour de façon plus ou moins honorable car ils ont encore une capacité de nuisance. Alors on négocie le départ contre un traité de papier sur lequel sans doute personne ne se fait beaucoup d’illusions. Le plus étonnant réside dans le fait que se renouvelle encore si régulièrement ce genre de situation !

Ainsi va l’Histoire et il est fort probable qu’elle ne se répète sous peu en Afghanistan.

La Turquie entre deux rives

La Turquie et son tonitruant président, membre actif de l’organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), est en train d’exécuter un contrat d’armement avec la Russie, prévoyant notamment la livraison de missiles anti-aériens supposés très sophistiqués qui doivent être opérés avec une assistance russe. Dans le même temps, les entreprises turques devaient participer au pool de fournisseurs du programme d’avion de combat américain F35. Les autres membres de l’Alliance, et plus particulièrement les Etats-Unis s’émeuvent de cette double allégeance et Washington vient de suspendre la participation turque au programme F35 craignant qu’elle ne facilité l’acquisition de données sur cet avion du futur par la Russie.

Au-delà de ces considérations tactiques et techniques bien compréhensible on voit une nouvelle fois les hésitations de la Turquie à se positionner : entre République et Empire, entre Europe et Asie, entre laïcité et religion, entre l’Est et l’Ouest, entre démocratie et dictature. Bref, à la différence de nombre de pays européens, elle n’a pas abdiqué de sa volonté de puissance et fait feu de tout bois pour tenter de revenir à un statut d’influence, empruntant toutes les voies qu’elle pense ouvertes pour ce faire. Cela se fait hélas au détriment de ses convictions et d’une ligne de politique étrangère claire.

Les alliés de la Turquie au sein de l’OTAN peuvent légitimement s’inquiéter de cette attitude girouette. En cas de conflit dur, quel camp choisirait Ankara ? On ne le sait pas vraiment, sans doute pas plus son tonitruant président d’ailleurs, et on frémit à l’idée que tout le matériel militaire de l’Alliance stationné en Turquie puisse être utilisé à mauvais escient. Sans doute des précautions ont été prises pour tenir compte de la fiabilité limitée de cet allié remuant. Entre la Pologne définitivement rebelle à tout rapprochement avec la Russie compte tenu de son histoire récente et la Turquie menant des alliances de circonstance avec Moscou, ennemi historique de l’OTAN, la voie est étroite pour gérer les intérêts contradictoires d’une alliance militaire. Pas sûr qu’elle n’y résiste, ou alors va-t-elle réduire son envergure comme l’Union européenne se séparant du Royaume-Uni, pour se concentrer sur ses vrais amis.

Abrutissement et communautarisme sportifs

A la suite de la victoire de leur équipe de fouteballe dans une compétition internationale de baballe des supporters se répandent dans Paris, bloquent le périphérique, détruisent et pillent des magasins de moto sur l’avenue de la Grande Armée. Cela devient désormais un rituel, pour exister il faut casser quelque chose chez le voisin, le piller au passage lorsque cela se présente. L’intérêt particulier des uns n’est considéré comme comblé que si celui de la majorité des autres est dévasté. C’est devenu un mode de fonctionnement dans la République.

Elément de contexte, la compétition de foute en question est une coupe d’Afrique, l’équipe fêtée est celle d’Algérie et c’est là que les choses s’enveniment. Première (bonne) nouvelle : un supporter de l’équipe d’Algérie est une personne ni plus ni moins navrante que son alter-ego de l’équipe de France, un être décérébré dont la joie ou la peine ne peuvent s’exprimer qu’au détriment de son prochain. Deuxième nouvelle (moins bonne) : le syndrome franco-algérien toujours présent aggrave les effets de l’incivisme. Les supporters hooligans se drapent dans… des drapeaux algériens ce qui a tendance à provoquer un léger agacement chez une partie de la population, sans parler des partis politiques conservateurs. Ces comportements communautaires sont à tout le moins maladroits, chaque drapeau algérien agité provoque à coup sûr des votes supplémentaires en faveur de l’extrême droite et de ses messages simplistes.

Du bon sens et de la modération devraient amener ces supporters à un peu plus de discrétion, peut-être en déployant un peu moins de drapeaux algériens ? Ces qualités sont, hélas, assez peu partagées dans le monde de la baballe, la relation franco-algérienne à fleur de peau fait le reste en jetant du sel sur des plaies jamais complètement cicatrisées de la guerre coloniale qui a opposé ces deux pays. Les descendants de ces combattants qui ont vaincu leur puissance coloniale se croient beaucoup permis dans ladite puissance qui, le plus souvent, a octroyé sa nationalité à leurs parents. Et c’est là toute l’ambiguïté de la relation entre ces deux nations : des millions de français d’origine algérienne vivent dans le pays qui a asservi leurs ancêtres. Il y a pour certains la volonté plus ou moins consciente d’une revanche à prendre, d’une dette à faire payer, même après tout ce temps passé. La génération qui a fait et vécu cette guerre est en train de s’éteindre doucement des deux côtés ; gageons qu’une fois complètement disparue les tensions diminueront peu à peu. Les gouvernements algérien et français ne réussissent toujours pas à partager une relation politique apaisée, les prises de bec sont fréquentes, souvent sur des détails de protocole, même si la coopération sur le fond est excellente. Comment imaginer alors qu’il puisse en être autrement pour les citoyens ?

Une partie significative de la population française a des origines au Sud de la Méditerranée alors chaque évènement dans ces pays riverains d’Afrique du Nord, heureux ou malheureux, a des répercussions dans l’hexagone. L’enthousiasme méditerranéen ajoute l’exubérance et l’excès que l’on voit dans les rues ces jours-ci. Une génération plus tôt, la réconciliation franco-allemande s’est faite sur un mode plus froid, propre aux pays du Nord. Elle ne s’est pas traduite non plus par l’émigration significative d’une population vers le pays de l’autre. Après la dernière guerre chacun a repris son développement de son côté, mené par deux dirigeants visionnaires : le Général de Gaulle et le Chancelier Adenauer. Peut-être l’Algérie et la France ont-elles manqué de visionnaires ces dernières décennies ?

Passation de services sanglante au Soudan

A Khartoum au Soudan, un dictateur au pouvoir depuis des décennies, Omar Al-Béchir, accusé entre autres joyeusetés de génocide et crimes contre l’humanité au Darfour (300 000 morts), est déposé par un quarteron de galonnés de son entourage, par suite de manifestations populaires. Les traitres semblent un peu indécis sur ce qu’ils doivent faire de ce nouveau pouvoir sur un pays dévasté par la guerre, le clanisme, la corruption, la misère, les chefs de bande et la (très) mauvaise gouvernance. Alors ils font ce qu’ils ont toujours su excellement faire : ils lâchent leurs sicaires sur la foule amassée en attente d’improbables réformes. Il y aurait « quelques » centaines de morts.

Le chef de l’ONU en appelle à :

« L’importance de défendre les droits de l’homme de tous les citoyens et de continuer à donner la priorité au dialogue en tant que moyen de régler les différends en suspens. Il souligne aussi la nécessité d’éviter toute forme de violence qui pourrait compromettre la sûreté et la sécurité des citoyens ainsi que la stabilité du pays ».

Onu Info

Evidemment, l’ONU ne peut guère dire autre chose dans ces circonstances, mais de telles déclarations face à la situation de ce pays prêterait à rire s’il ne s’agissait d’une histoire sans fin de massacres et de prévarication ; probablement tout ce que l’Humanité compte de plus mauvais au XXIème siècle.

Rappelons que le Soudan a été récemment scindé en deux Etats distincts en 2011 où le Soudan du Sud (chrétien) est désormais à la frontière sud de la République du Soudan (musulman). Assez rapidement après sa création, le Soudan du Sud, dernier Etat officiellement reconnu par l’ONU, a sombré dans une nouvelle guerre civile plus ou moins terminée en 2018.

Khartoum, capitale de la République du Soudan vit sous le régime de la charia islamique et a servi de camp de base du terrorisme islamique à la fin du siècle dernier. Aujourd’hui il continuerait d’attiser l’islamisation violente dans tout le Sahel y compris, au premier chef, en République Centrafricaine, pays dont il est frontalier et qui fait également face depuis des décennies à une guerre civile et ethnique, à laquelle s’est ajouté l’élément religieux relativement récemment.

C’est à Khartoum que le terroriste vénézuélien Carlos s’était réfugié après avoir été chassé de Damas. Il y avait été enlevé par les services secrets français avec plus ou moins l’assentiment des autorités soudanaises. On n’ose même pas imaginer le type d’arrangement qui a pu être pris par ces deux Etats. A ce jour, Carlos est toujours emprisonné en France où il a été condamné à perpétuité à deux reprises.

Bref, la République du Soudan va avoir du mal à s’extirper de ce passé sanglant et, le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’est pas encore vraiment engagée sur le long fleuve tranquille de la démocratie !

320 morts au Sri-Lanka dans un attentat religieux

Le groupe Etat islamique a revendiqué l’attentat terroriste qui a fait plus de 320 morts et encore plus de blessés dans des hôtels et des églises de cette île-Etat. Il s’agit d’une attaque coordonnée de plusieurs kamikazes qui ont ciblé tout particulièrement des églises où se pressaient des foules de fidèles à l’occasion de la célébration des fêtes catholiques de Pâques. La cible des hôtels a « permis » d’atteindre une population non-sri-lankaise nombreuse.

C’est un Dieu contre un autre, et la guerre continue ! Elle a même tendance à s’élargir à des pays d’Asie qui étaient jusqu’ici plutôt épargnés par cette barbarie religieuse.

L’Algérie vire son président

Finalement, devant l’insistance des manifestations de rue en Algérie, le pouvoir algérien en place se rend à l’évidence : le président Bouteflika est incapable de mener un cinquième mandat. Après avoir nié ce fait purement médical, il avait été annoncé dans un premier temps que M. Bouteflika se ferait élire puis démissionnerait avant la fin de son cinquième mandat. La rue n’était pas contente. Il a ensuite été décidé que le mandat en cours serait prolongé jusqu’à une révision de la constitution avant l’organisation de l’élection présidentielle à laquelle le président actuel ne se présenterait pas. La rue a continué de gronder. Puis il a été acté que M. Bouteflika démissionnerait sous peu, puis le président Bouteflika a démissionné avant la fin de son mandat et s’en est remis, enfin, à la constitution du pays.

Un président par intérim est en place et les élections se dérouleront dans les prochaines semaines. La rue est encore mécontente, redoutant que le « clan » Bouteflika n’arrive à rester au pouvoir malgré l’absence de son leader, une crainte pas tout à fait infondée. Nous sommes en Algérie alors les critiques contre la France, ancienne puissance coloniale, ne sont jamais loin. Elles fleurissent dans les manifestations, parfois avec humour, même si Paris prend bien soin de ne surtout pas se même de ce qui se passe dans son grand voisin du Sud.

Bientôt la fête va s’achever et il va falloir retourner au boulot. Gageons que l’Algérie n’est pas au bout de ses peines même si une étape importante a été franchie de façon relativement pacifique avec la mise à la retraite de son président, impotent depuis plusieurs années. Le pire n’étant pas toujours sûr on peut espérer une prise de conscience de la caste dirigeante qui pourrait se consacrer à l’intérêt général de façon un peu plus intense que par le passé… La stabilité de l’Algérie représente également un sujet important pour la sécurité des pays riverains du Nord de la Méditerranée. Il va falloir jouer finement avec ce sujet potentiellement explosif de la réforme et la mise à niveau de ce pays exigeant.

Constantinople et la politique moderne

En campagne électorale municipale le président turc passe la vitesse supérieure dans le beaufitude de son argumentation politique. Le voici maintenant qui s’attaque au statut de la basilique Sainte-Sophie à Istanbul, qui a été successivement une église, puis une mosquée, puis un musée depuis 1934, au fur et à mesure des guerres de conquête des croisés catholiques puis des guerriers musulmans qui ont marqué cette ville, de Byzance à Istanbul, en passant par Constantinople. Dans sa grande sagesse le président Atatürk avait transformé l’ancienne basilique en musée pour marquer l’impossible réconciliation entre les religions, alors que ses troupes voulaient la dynamiter en 1918 après la défaite des puissances de l’Entente lors de la première guerre mondiale et que des troupes occidentales occupaient Istanbul…

Evidement le président actuel dont l’une des stratégies est de réislamiser la Turquie s’empare du dossier et veut retransformer ce musée en mosquée. On se demande s’il n’a vraiment rien de mieux à faire que de perdre son temps à ces billevesées religieuses qui n’intéressent que les extrémistes des deux bords. Il pourrait par exemple consacrer un peu plus de temps au développement économique de son pays ? Ainsi vont politique et religion lorsque par malheur elles sont mélangées.

La Turquie attise le feu

Tout en subtilité, le président turc commente dans ses meetings les attentats de Nouvelle-Zélande contre deux mosquées qui ont fait 50 morts et de nombreux blessés, commis par un suprémaciste blanc australien qui a priori ne nie pas les faits mais au contraire les a théorisé sur ses différents comptes dans les médias dits-sociaux. En campagne électorale le président turc harangue les foules en clamant :

Ce n’est pas un acte isolé, c’est quelque chose d’organisé… Ils sont en train de nous tester avec le message qu’ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16 500 kilomètres d’ici.

Se référant à la bataille des Dardanelles pendant la première guerre mondiale, perdue par les alliés, y compris l’Australie, contre l’empire ottoman, il ajoute :

Il y a un siècle, vos aïeuls sont repartis à pied ou dans des cercueils. Si votre intention est la même que la leur, nous vous attendons.

Le terroriste australien qui a mené ces attaques a filmé ses exploits qu’il a diffusés en direct sur les réseaux dits-sociaux. Le président turc a rediffusé une partie de ces images lors de meetings électoraux. Il est indéniable que cet attentat en Nouvelle-Zélande était dirigé contre l’Islam comme ceux commis ces dernières années étaient dirigés contre les non-musulmans. Dans un cas comme dans les autres, ils sont surtout le triomphe de la bêtise humaine sur l’intelligence, la victoire de l’obscurantisme religieux contre la raison. Il n’est pas sûr que la récupération de ces attaques meurtrières dans le cadre d’un débat électoral puisse avoir d’autres effets que celui d’attiser les haines des uns contre les autres. Ce n’est pas le rôle qu’une démocratie assigne à ses dirigeants.

Le gouvernement australien s’est ému de ces propos présidentiels et en a demandé le retrait. Comme il est assez peu probable qu’il obtienne satisfaction, il recommande en attendant la prudence à ses concitoyens qui voudraient se rendre en Turquie. C’est bien le moins.

Lire aussi Attentat terroriste en Nouvelle-Zélande

Attentat terroriste en Nouvelle-Zélande

Un « suprémaciste blanc » australien a attaqué cette semaine des mosquées dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande, il y a une cinquantaine de morts. Le terroriste est arrêté, il a filmé et diffusé en direct ses meurtres sur Facebook. Ce pays pacifique est choqué, la dernière fois qu’il eut à affronter le terrorisme c’était lors de l’action des services secrets français contre le bateau écologiste Rainbow Warrior qui manifestait contre les essais nucléaires français dans le Pacifique, il y eut un mort, c’était en 1985.

On suppose que le nom de la ville, Christchurch, n’a pas été choisi au hasard par ce suprémaciste dont l’idéologie est de marquer la supériorité de la civilisation blanche et chrétienne sur le reste de la planète, et particulièrement face à la civilisation islamique. Le terrorisme idéologique est maintenant clairement mondialisé et le bal morbide des crétins n’a plus de frontière, du Bataclan à Christchurch.

L’Algérie prépare ses élections présidentielles

Alors que le FLN algérien, parti officiel local, a annoncé la candidature pour un 5ème mandat de M. Bouteflika, des manifestations populaires contestent cette décision s’agissant d’un dirigeant de 81 ans, historique certes, mais tellement malade à la suite d’un accident vasculaire cérébral qu’il n’a plus été vu en public depuis des mois. Malade à tel point d’ailleurs qu’il serait actuellement en soins médicaux en Suisse. Le croustillant dans l’affaire est que la constitution algérienne prévoit que c’est le candidat lui-même qui doit déposer physiquement sa candidature, et pour élection, ce dépôt doit être fait pour ce soir dimanche.

Cela risque d’être difficile, d’abord parce que Genève n’est pas vraiment à coté d’Alger et ensuite car on ne sait même pas si l’impétrant aura la force physique nécessaire pour ce faire. S’il n’y arrive pas ce serait au moins une voie élégante pour changer de candidat et satisfaire les revendications populaires qui demandent du changement, et surtout quelqu’un de capable d’assurer le job… Cette situation ubuesque dépasse l’entendement mais va finalement peut-être se résoudre d’elle-même sans forcément remettre en cause la stabilité de ce pays qui importe à tous ses voisins méditerranéens.

Consternante élection algérienne

Le pouvoir algérien annonce que l’actuel président Bouteflika se représenterait pour un cinquième mandat. Agé de 81 ans, très handicapé suite à des attaques cérébrales, il ne se déplace plus qu’en chaise roulante, n’apparaît en public qu’à de très rares occasions et ne s’est plus adressé oralement à son pays qu’il y a fort longtemps. Il passe beaucoup de temps dans les hôpitaux (souvent à l’étranger). Lors de réunions publiques, son portrait est disposé à sa place pour le remplacer… Il paraît assez peu en état de gouverner. Même s’il était d’ailleurs en meilleure santé, à 80 ans et après déjà 4 mandats successifs, on peut penser qu’il ferait mieux de prendre sa retraite.

Il semble que le nid de vipères que représente le monde politico-militaire local n’arrive à se mettre d’accord sur rien, sinon de relancer Bouteflika pour un énième mandat comme gage de stabilité. Connaissant la susceptibilité à fleur de peau de l’Algérie, quasiment aucun dirigeant étranger n’ose s’exprimer sur le sujet et tout le monde reste discret. Mais quel triste spectacle qu’un dirigeant dans cet état pour un pays qui déborde de jeunesse et d’énergie.

La justice japonaise

L’emprisonnement en garde à vue au Japon du pédégé du constructeur automobile Nissan, Carlos Gohsn, pour soupçons de malversations financières au détriment de l’entreprise qu’il dirigeait, permet de réaliser ce dont est capable une justice de choc qui ne plaisante pas. Les délinquants en col blanc peuvent rester en prison des mois pour attendre leur jugement et c’est ce qui est train de se produire pour ce pédégé. A chaque fois que la fin de sa garde à vue approche de son terme, une nouvelle inculpation tombe et le garçon reste derrière les barreaux, a priori sans l’ombre d’un traitement de faveur.

Sans doute les (nombreux) responsables français qui accusent en permanence la justice nationale d’être « aux ordres du pouvoir », de « ne pas respecter la présomption d’innocence », et bla-bla-bla et bla-bla-bla, devraient regarder d’un peu plus près comment la chose judiciaire se déroule dans une démocratie comme le Japon, ils apprécieront peut-être un peu plus notre système national, sans doute perfectible mais aussi globalement respectueux des droits des droits des justiciables. La justice japonaise décidera de la culpabilité ou de l’innocence de M. Gohsn. Quoi qu’il ait fait, il devait savoir que travailler et vivre (au moins à épisodes) dans un pays étranger vous soumet aux lois et règlements dudit pays et qu’il convient de s’y plier si l’on ne pas encourir les foudres de la justice locale, surtout lorsqu’elle est sévère comme au Japon.

Un nouveau président au pouvoir au Brésil

Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro a pris ses fonctions ce premier janvier. Dans la lignée des pouvoirs populistes qui font fureur actuellement en Europe et aux Etats-Unis il déploie déjà l’étendard du repli sur le pays et le crucifix du Dieu des chrétiens, du développement forcené du libéralisme économique, de l’annulation de toutes mesures écologiques nationales ou multilatérales et de la lutte contre la violence et la corruption endémiques qui ravagent le pays. Plus original il a (re)lancé une croisade contre « les idéologies socialistes et communistes ».

Jusqu’à plus ample informé, le Brésil n’était pas à proprement parler un repaire bolchévique mais le nouveau président qui ne cache pas son attachement aux dictatures militaires passées en réactive le vocabulaire. On verra s’il en réhabilite également les méthodes. Sa tâche en tout cas sera rude pour réduire violence et corruption qui gangrènent cette immense nation et qui ont jeté à bas les progrès économiques des pouvoirs précédents. La devise du pays est « ordre et progrès » ; il est clair qu’à ce stade la première variable de l’équation est en déroute et qu’il sera difficile de maintenir la seconde sans résolution de la première !

Petit à petit des dirigeants « populistes » se font élire en disant à leurs électeurs ce qu’ils ont envie d’entendre. Leurs programmes économiques sont généralement hétérodoxes au regard de la théorie économique en vogue mais ils sont en train d’être déroulés. Voyons d’ici quelques mois ou années ce que cela donnera !

Le Cameroun va employer son argent à meilleur escient

La fédération africaine de fouteballe constate que le Cameroun qui devait organiser une compétition régionale en 2019 ne sera pas en mesure de livrer les infrastructures attendues dans les délais, du coup voilà le pays privé de cette coupe qui sera organisée ailleurs. C’est une bonne nouvelle pour ce pays qui a vraiment d’autres priorités à prendre en compte que de construire des stades de sport dans un pays miné par le sous-développement, la corruption, la sécession entre anglophones et francophones, le terrorisme religieux, sans parler du vieillard de 85 ans qui occupe sa présidence depuis plus de 35 ans…

Ce malheureux pays concentre tous les errements de l’Afrique postcoloniale après avoir subi les ravages de la double colonisation britannique et française. Les dépenses qui seront ainsi économisées par la non-organisation de la compétition devraient pouvoir être réallouées à des sujets plus productifs et plus utiles à la population, à moins qu’elles ne viennent enrichir encore le clan présidentiel dont le parrain, Paul Biya, passe maintenant plus de temps en Suisse, entre sa résidence de nabab et l’hôpital local, que dans sa capitale.

Les caravanes passent…

L’Amérique latine connaît elle-aussi ses flux de migrants quittant des pays pauvres (Honduras, Guatemala et autres confettis d’Amérique centrale) pour espérer rentrer aux Etats-Unis d’Amérique, pays riche. Depuis quelques semaines ils ont monté des « caravanes »de plusieurs milliers de personnes remontant à pieds vers le Nord dans l’espoir de forcer la frontière américaine. Les dangers sont moindres que pour les migrants tentant de traverser la Méditerranée pour rentrer en Europe mais ils ne sont pas absents. Les membres de ces caravanes se font copieusement piller et racketter par les citoyens des pays qu’ils traversent et les femmes sont souvent forcées de délivrer des « services sexuels » pour poursuivre leur route. C’est un peu comme Mme. Michu à Paris qui en 1940 dénonçait son voisin juif pour pouvoir s’approprier son commerce ; pas très brillant mais ainsi va la condition humaine.

Evidemment, tout ceci est du pain-béni pour les conservateurs américains qui communiquent sur le grand-remplacement avec la subtilité d’un Eric Zemmour sur un plateau télé de variétés. En période d’élections législatives pour le renouvellement du sénat et de la chambre des représentants, la Mme. Michu de l’Amérique profonde vote pour le parti républicain avec détermination d’autant plus que le président annonce l’envoi de l’armée pour renforcer la frontière avec le Mexique et annonce qu’elle pourrait faire feu si les migrants montrent de l’agressivité. Zemmour va demander l’asile au Texas…

En réalité les pays riches sont confrontés à l’exigence d’accès à leurs territoires toujours plus forte venant des pays pauvres. Si l’on exclut le cas des réfugiés répondant à une autre logique, il y a dix ou vingt ans les travailleurs maliens rentraient en France de façon illégale mais discrète et espéraient qu’au bout du compte ils pourraient régulariser leurs situations, ce qui était souvent le cas. Il en allait de même pour les « latinos » pénétrant illégalement aux Etats-Unis. Aujourd’hui les flux des pays les moins avancés vers les pays riches, émigrant pour améliorer leur situation économique, ne semblent pas beaucoup plus importants en nombre de personnes qu’il y a vingt ans mais la revendication est désormais tonitruante. L’entrée sur le territoire riche est quasiment considérée comme un droit, consciemment ou pas, peut-être comme une compensation à l’inégalité frappante et croissante des niveaux de richesse respectifs. L’une des causes de cette inégalité est locale mais la politique des Etats-Unis n’est pas exempte de tout reproche à cet égard. On pourrait d’ailleurs en dire largement autant de la responsabilité passée de la France dans la gestion des pays africains de départ.

Le cas du Honduras est caractéristique, rongé par la corruption, la mauvaise gouvernance, le trafic de drogue de mafias barbares, il fut aussi un proconsulat de la politique américaine de lutte contre le communisme dans les années 70/80’ laissant des ravages profonds dans le système politique de ce pays. Alors ses citoyens s’estiment en droit d’émigrer aux Etats-Unis sans suivre la voie légale qui leur serait de toute façon refusée. C’est une espèce de migration pour solde de tout compte…

Le problème est que cetteexigence se heurte à la zemourisation des élites de nombre des pays riches dont les électeurs ne voient pas pourquoi ils devraient partager leur niveau de vie avec des va-nu-pieds. C’est une vielle histoire et les dirigeants démocratiquement élus sont bien obligés de prendre en compte aussi les revendications de Mme. Michu, qu’elle habite le Minnesota ou Nice. Le chemin est étroit entre l’action intelligente et le populisme. Il n’y a pas de réponse évidente une fois que l’on a dit qu’il faudrait favoriser le développement économique des pays de départ pour que leurs citoyens n’aient pas le besoin de les fuir…Quel que soit le jugement moral que l’on porte sur la légitimité de ces flux de migration économique il est maintenant incontestable qu’ils gangrènent le débat politique dans les pays riches et font évoluer progressivement les démocraties vers le bord du gouffre. On ne sait pas encore qui sera gagnant à la fin de la partie, sans doute pas la Raison.

C’est parti pour le Brésil

Le Brésil vient d’élire un président nouveau : ancien militaire, nostalgique de la dictature militaire dans son pays, présentant un programme économique libéral tout en étant à ce stade relativement flou, promettant de rétablir la sécurité dans un pays rongé par la violence, mais surtout, à l’unisson de nombre de ses pairs en Occident, affichant une vulgarité assumée, mélange de racisme, d’homophobie et de simplisme, bref, un plouc de plus à la tête d’un grand pays.

Elu très largement, il est légitime et soutenu par la majorité des brésiliens. Voyons ce que donnera l’application de ce nouveau programme de société que les démocrates n’ont pas su empêcher d’advenir, condamnés qu’ils furent par les électeurs pour la corruption endémique qui ravage ce pays avec son flot de violences diverses. Comme on le sait, la corruption est un mal qui diffuse dans une société : les gros sont très corrompus, les moyens le sont moyennement et les petits le sont un peu. Régler cette histoire va nécessiter un changement drastique des mentalités auquel tout le monde n’est peut-être pas complètement prêt, y compris dans les électeurs de ce nouveau président.

Rendez-vous dans 5 ou 6 ans pour un premier bilan !

Les ravages de deux clowns latinos

Le Venezuela et, dans une moindre mesure, le Nicaragua sont en cours d’effondrement, menés l’un et l’autre dans le gouffre par deux clowns obstinés d’inspiration marxiste.

Le cas du Venezuela est particulièrement navrant, d’une part car le pays est assis sur une richesse pétrolière très significative et, d’autre part, ce grand pays continue à être gouverné sur des idées d’un autre âge : l’anti-impérialisme américain et le Capital de Marx, le tout maintenu par une hiérarchie militaire et policière solide. Depuis quelques mois l’inflation se compte en milliers de %, la devise locale n’a quasiment plus de valeur, les réserves pétrolières sont sous exploitées par manque d’investissements, la population fuit dans les pays avoisinants et la répression de la contestation est énergique. C’est un véritable modèle de la direction à suivre pour atteindre la faillite économique et humaine d’une nation entière. Il reste à espérer que le régime s’effondre de lui-même sans trop de violence et que le pays soit repris en mains par des dirigeants réalistes. En tout état de cause, il y en aura pour plusieurs générations pour redresser cette économie dans l’hypothèse optimiste où le top-départ serait donné rapidement. C’est loin d’être le cas pour le moment et les responsables du pays continuent à diffuser un discours surréaliste digne des plus beaux moments de l’URSS ou de Cuba, en regardant le pays se dissoudre sous leurs yeux.

Le Nicaragua fut dirigé pendant des décennies par des dictateurs soutenus par l’Eglise et les Etats-Unis, anticommunistes et dignes des romans de Garcia-Marquez. Ils moururent généralement de morts violentes jusqu’à ce qu’un pouvoir révolutionnaire s’installe aux commandes en 1979 sous la férule communiste de Daniel Ortega à la tête du parti sandiniste, mettant fin à la dynastie Somoza. Le régime est soutenu par l’intelligentsia bobo européenne. Le groupe britannique The Clash sort à cette occasion en 1980 un légendaire triple album intitulé Sandinista !

Après un intermède de libéralisation du régime qui organise des élections qui voient gagner des candidats libéraux, Ortega est revenu au pouvoir en 2006, adoptant la nouvelle orientation initiée par ses prédécesseurs. Il fait nommer sa femme comme vice-présidente et gère depuis ses petites affaires en famille. Des mouvements contestataires se développent dans le pays depuis quelques mois qu’Ortega réprime dans la violence. A la différence de ses collègues vénézuéliens le garçon a tourné sa veste idéologique sans trop de difficultés mais fait tout pour rester au pouvoir, telle une bernique collée à son rocher.

Au Venezuela comme au Nicaragua, une caste de dirigeants de rencontre préfère dévaster leurs pays plutôt que de renoncer à leurs idéologies ou leurs ambitions. Ils rendront les armes un jour ou l’autre car ils ont déjà échoué.

Les dictateurs jardinent


Une journaliste du Monde a identifié le parc Kim Il-sun dans le centre de Damas en Syrie. Inauguré en 2015, ce jardin est fermé au public mais son portillon est facilement franchissable et des gamins jouent au football sur ses pelouses. Il semble que ce parc ait été édifié en hommage à l’indéfectible amitié liée entre les dictateurs à la tête de ces Etats. Dans les deux pays le pouvoir se repasse de père en fils qui appliquent des politiques assez similaires avec comme objectif premier de garder le pouvoir au sein de la famille. Jusqu’ici ils y ont réussi. Les Assad rendant hommage aux Kim, c’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité.