Paris outragé

C’était prévisible, la droite française a une nouvelle fois échoué ce dimanche 28 juin à remporter la mairie dans la capitale. Une bataille d’égos entre trois zigotos qui ont privilégié leurs tactiques personnelles au détriment de l’intérêt de la municipalité qu’ils se voyaient bien diriger. Les plus naïfs ont pensé jusqu’au dernier moment que la raison prévaudrait et les conservateurs éloignés des commandes parisiennes depuis dix-huit ans allaient bien trouver un accord pour fusionner leurs listes et faire élire l’un d’entre eux à la mairie pour appliquer un programme conservateur après tout le mal qu’ils ont dit de la gestion municipale socialiste tous les matins de ces dernières dix-huit années…

Lire aussi : Comment la droite va voir une nouvelle fois lui échapper la mairie de Paris

Eh bien ce ne sera pas pour cette fois et la maire de Paris sera socialiste pour au moins six années de plus. Ce n’est pas dramatique tant les projets des uns comme des autres ne sont pas fondamentalement différents mais c’est confondant sur la stupidité et l’incompétence de ces chefaillons-candidats de droite qui ont préféré échouer ensemble plutôt que de gagner une mairie en principe imperdable par l’un d’entre eux s’ils s’étaient alliés, dans une ville gentrifiée définitivement droitière. Et ces exploits ont fait suite au retrait (si l’on ose dire) d’un précédent candidat de droite par suite de la diffusion sur les réseaux dits « sociaux » d’images sexuelles qu’il échangeait avec sa maîtresse.

On ne peut pas dire que tout ceci soit très brillant, à l’image du sens de l’intérêt général qui anime manifestement ces apprentis-sorciers !

Les héros d’hier sont mis à bas

La cause antiraciste poursuit sa marche vers l’excès. La dernière action à la mode est la dégradation dans les pays occidentaux de statues de personnages qui ont marqué l’histoire mais aussi eu un rapport avec l’esclavage, la colonisation ou l’exploitation des populations noires et ce, quelle que soit l’époque où ces hommes ont vécu et agi. C’est ainsi que la statue de Churchill à Londres a été taguée d’un « Was a racist », des statues de Victor Schoelcher ont été brisées en Martinique car « appartenant à l’héritage colonial », des statues de soldats sudistes aux Etats-Unis ont été déboulonnées, etc. Le cas Schoelcher (1804-1893) est intéressant car ce bourgeois, blanc, journaliste, député de la Guadeloupe, de la Martinique, sénateur, sous-ministre aux colonies, s’impliqua dans l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises formalisée par un décret de 1948. Il meurt en 1893 et ses cendres sont transférées au Panthéon en 1949. Il était jusqu’ici une sorte de héros pour les populations noires de la République, tout particulièrement dans les départements et territoires d’outre-mer (dom-tom), terres sur lesquelles la tragédie de l’esclavage fut une réalité vécue. Mais le garçon était blanc et le pur produit d’un système qui avait promu l’esclavage, la colonisation et en avait profité… Même s’il s’est ému plus vite que les autres de la barbarie de l’esclavage et de la traite négrière, qu’importe, il est quand même coupable aux yeux des activistes d’aujourd’hui.

Les descendants des esclaves noirs de cette période sont parmi nous, aux Etats-Unis, en France, en Belgique, dans bien d’autres pays et en Afrique bien sûr. Le cas des deux premiers lieux est particulier car l’esclavage a été pratiqué sur les terres américaines et françaises (dans les dom-tom [Antilles, Guyane, Réunion, ainsi d’ailleurs que toutes les iles avoisinantes qui sont par la suite devenues indépendantes]), rendant la sensibilité du sujet encore plus aigüe dans le cœur des descendants. Ajouté au fait que dans la majorité des pays occidentaux les populations noires n’ont reçu en général qu’une part non proportionnelle des fruits du développement socio-économique depuis l’abolition, voire, furent légalement discriminées comme ce fut le cas aux Etats-Unis jusque dans la deuxième moitié du XXème siècle, il n’en faut pas plus pour ancrer fermement depuis cinq ou six générations un sentiment de victimisation, voire un désir de vengeance pour certains. Nous en sommes la aujourd’hui.

Ces populations et leurs descendants affrontent aussi un problème de positionnement dans les sociétés où elles vivent. Issues d’anciens pays colonisés elles sont venues s’installer dans les pays qui les ont colonisés. La première vague d’immigrants a demandé et, généralement, obtenu la nationalité des anciens colons. Leurs descendants nés en France l’ont conservée. Plusieurs générations après, nombre ces descendants d’esclaves continuent à quitter leurs terres d’origine pour essayer de rallier une situation meilleure dans les pays des descendants de leur anciens maîtres… Un dilemme sans doute pas toujours facile à rationaliser qui génère une opposition sous-jacente entre les origines que l’avachissement intellectuel en cours de nos sociétés et l’activisme de certains extrémistes peut facilement transformer en réflexes racistes.

Les anciens esclaves sont quant à eux demeurés sur les territoires de leurs malheurs. Que pouvaient-ils d’ailleurs faire d’autre ? L’expérience de la création en 1922 du Liberia en Afrique de l’Ouest qui était censé accueillir les esclaves noirs libérés aux Etats-Unis a tourné court assez rapidement. Devenu indépendant en 1847 le pays est alors dirigé par une caste américano-libérienne qui poursuivit grosso-modo les conditions de l’esclavage sur place. La deuxième moitié du XXème siècle fut une terrible descente aux enfers pour ce pays livré à toutes les barbaries de chefs de guerre sans foi ni loi.

Les traces de l’Histoire sont partout et sont souvent tragiques. Les méthodes employées à travers la planète pour effacer ou atténuer les conséquences humaines de l’esclavage et de la colonisation n’ont pas toujours produit les résultats espérés. De la discrimination positive à l’assimilation, du multiculturalisme à l’intégration, nombre de pays occidentaux sont confrontés à des difficultés, parfois violentes, entre les différentes communautés qui les composent, et tout particulièrement celles relevant de la colonisation ou de l’esclavage. Celui-ci a été pratiqué par nombre d’empires, grecs, mogols, arabes, africains, occidentaux… Aujourd’hui c’est aux restes de ces derniers que des comptes sont demandés, sans doute car c’est l’Occident qui a pratiqué l’esclavage et le colonialisme sur la plus grande échelle et, certainement aussi parce les pays occidentaux étant les plus riches et les plus démocratiques c’est en leur sein que la revendication est la plus aisée. Aller demander des comptes à la Turquie ou à des pays du Golfe persique ou d’Afrique sur la traite orientale risque d’aboutir à moins de résultats…

L’esclavage et la colonisation ont généré des désastres et tout le monde se porterait mieux s’ils n’avaient pas eu lieu. De tous temps l’Histoire fut une succession de conquêtes et de batailles de puissances. Une minorité idéologue exploite aujourd’hui la frustration des perdants au sein des pays occidentaux. De nouveaux mots sont inventés ou remis au goût du jour comme « racialisme », « indigénisme », des statues sont détériorées, justice et réparation sont réclamées en ordre dispersé, certains veulent des réparations financières, d’autres se contenteraient de symboles ou simplement de culpabiliser les pays dont leurs ancêtres ont acquis la nationalité. Revenir sur l’Histoire pour prendre en compte ses conséquences requiert subtilité et intelligence là où une minorité agissante développe pour le moment hystérie et slogans.

Au siècle dernier on a vu Léopold Sédar Senghor, écrivain-poète et homme d’Etat, pétri de culture française, né au Sénégal colonisé, devenir ministre de la IVème République colonialiste puis, une fois son pays devenu indépendant, vanter avec finesse la « négritude » sous les ors de l’Académie française en costume d’académicien, tout en étant président élu de la République du Sénégal… Dans le même genre, Aimé Césaire, né en Martinique, écrivain-poète et homme politique français, cofondateur avec Senghor du mouvement littéraire de la négritude, fervent anticolonialiste, élu maire de Fort-de-France durant cinquante-six ans (ainsi qu’à nombre d’autres fonctions électives de la République), recevoir les dirigeants français métropolitains dans le mobilier Empire de sa mairie d’outre-mer…

C’était une autre époque, celle d’autres méthodes. La génération d’aujourd’hui est plus inspirée par le rap de Booba que par les poèmes de Césaire, l’Histoire dira si elle sera plus efficace que la précédente pour la reconnaissance et l’intégration dans les pays occidentaux des descendants de l’esclavage et de la colonisation.

Les Fillon et consorts condamnés pour détournement de fonds public

Coco / Charlie Hebdo (01/03/2017)

Par suite des contrats de travail fictifs offerts à sa femme Pénélope, François Fillon est condamné à cinq ans de prison dont trois avec sursis pour détournement de fonds publics, et complicité d’abus de biens sociaux, plus une amende de 375 000 euros et dix ans d’inéligibilité. Sa femme est condamnée à trois ans de prison avec sursis, la même amende et cinq ans d’inéligibilité. Son suppléant qui l’avait remplacé à l’assemblée nationale lorsqu’il avait été nommé ministre puis premier ministre, et qui avait poursuivi les mêmes pratiques douteuses au bénéfice de Pénélope, est condamné à deux années de prison avec sursis et quelques autres broutilles. Ils doivent en outre rembourser les fonds détournés à l’assemblée nationale qui s’était portée partie civile, soit un bon million d’euros.

Les trois condamnés à ces lourdes peines ont fait appel. Que la justice passe !

Les mafieux doivent éviter de se servir de leur téléphone

Juin / Le Canard Enchaîné (14/10/2015)

Encore une histoire de cornecul qui agite le microcosme judiciaro-médiatique parisien. Le pousseur de baballe Platini, impliqué dans une affaire de corruption internationale alors qu’il occupait sa retraite de joueur à des fonctions plus ou moins fictives dans une organisation multilatérale de fouteballe, aurait dans une conversation téléphonique évoqué l’aide que le président de la République française Macron se serait engagé à lui fournir pour le sortir de ses tracas judiciaires. Sa ligne était sous écoute légale dans le cadre des procédures en cours et, bien entendu, le compte rendu s’est aussitôt retrouvé dans la presse (ce qui est moins légal) qui en a aussitôt fait ses gorges chaudes.

En gros, par les temps qui courent, qu’un dirigeant français se soit engagé à aider un fouteballeur, ou pas, qu’il l’ait fait, ou pas, n’est pas d‘une importance majeure car la France a d’autres choses à faire pour le moment que de perdre son temps sur de pareilles affaires. Non, ce qui est le plus stupéfiant dans cette situation c’est qu’après des décennies d’écoutes téléphoniques, de pocket-calls malencontreux, publiés dans la presse, qui ont conduit nombre de célébrités au lynchage judiciaro-médiatique, voire pénal, il existe encore des olibrius suffisamment stupides pour évoquer leurs embarras judiciaires au téléphone ainsi que les options illégales qu’ils comptent mettre en œuvre pour s’en sortir ! Il n’est quand même pas compliqué de comprendre que ces moyens de communication ne sont pas fiables et qu’il vaut mieux convenir de ses petits arrangements douteux entre quatre yeux plutôt que dans un téléphone.

Il se dit que le président russe Poutine a toujours refusé d’utiliser un téléphone mobile. Ce garçon, ancien officier du KGB soviétique semble largement plus malin que Platini…

58,4% d’abstention aux élections municipales

Près de 60% des électeurs en France ne se sont pas déplacés ce dimanche pour aller voter aux élections municipales. Cela en dit long sur la tartuferie des analyses entendues à longueur de temps sur les plateaux télévisés et les dîners mondains comme quoi le poste de maire est le dernier qui inspire le respect, que Monsieur le Maire est l’homme des « territoires », proche du « peuple » et bla-bla-bla et bla-bla-bla.

En réalité cela veut dire que sur dix pochtrons au Café du Commerce, six sont restés devant leur blanc sec contre quatre qui sont allés dans l’isoloir. La vérité c’est qu’une majorité de français se moque de son maire comme de sa première chemise mais saura, en revanche, trouver le chemin de la Mairie pour aller se plaindre et geindre de ne pas recevoir assez d’argent public.

Ainsi va la France du XXIème siècle !

Comment la droite va voir une nouvelle fois lui échapper la mairie de Paris !

2ème tour des élections municipales à Paris XIVème (28/06/2020)

La gauche alliée aux écologistes va sans doute emporter la mairie de Paris pour la quatrième fois consécutive dimanche 28 juin. Pour la quatrième fois cela signifie une durée totale de 24 années avec un ou une maire socialiste. Une telle durée est en soi inopportune. Quelle que soit la qualité des personnes en charge, 24 ans c’est trop pour le même parti et une alternance aurait été bienvenue déjà à l’issue du second mandat, soit 12 ans.

Le plus improbable dans cette histoire est que les partis de droite soient incapables de faire liste commune alors que leurs programmes n’apparaissent pas considérablement différents. Un peu plus de sécurité pour les uns, un peu plus « d’urbanisme concerté et végétalisé » pour les autres. Aucun des 3 pieds nickelés ne parle de considérations financières et budgétaires, au contraire, on ne parle que de dépenses a priori nouvelles sans expliquer avec quelles recettes elles seront financées ; il ne faut pas effrayer le chaland ! Bref, tous ces nigauds se battent comme des coqs sur un tas de fumier, préoccupés par leurs égos personnels et préférant perdre de nouveau le pouvoir dans la capitale plutôt que de trouver un terrain d’entente et faire élire l’un d’eux trois. Personne ne veut avoir l’air de compromettre avec l’autre alors qu’il est assez probable que les électeurs conservateurs auraient plutôt plébiscité une telle alliance.

Cette défaite annoncée est une véritable démonstration d’inefficacité des partis de droite par rapport à l’objectif fixé. Ce n’est pas très grave tant cette probable Bérézina du microcosme politique parisien ne va pas changer la face du monde dans la capitale, mais voir cette ville conservatrice incapable d’empêcher l’élection d’un maire de gauche a quelque chose de risible.

La République et les vaccins

On se souvient que le mois dernier une déclaration du chef d’un laboratoire producteur de vaccins (Sanofi) avait déclenché l’émotion des commentateurs car il avait expliqué que les Etats-Unis d’Amérique finançant une partie de la recherche en cours pour mettre au point un vaccin contre le coronavirus, se verrait réserver une partie de la production de ce vaccin si celui-ci était trouvé. S’en suivirent une série de réactions outragée y compris de la présidence de la République affirmant que « le vaccin [doit être] un bien public et mondial, c’est-à-dire extrait des lois du marché ».

Un mois plus tard la France annonce fièrement s’être alliée avec l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas pour cofinancer la recherche du laboratoire AstraZeneca qui s’engage en contrepartie à fournir ces quatre pays avec 400 millions de doses de vaccins une fois le produit mis au point. Bref, ce qui est contestable pour les Etats-Unis ne l’est pas bien entendu pour la France… Une telle attitude relève d’un nombrilisme politique dont la France est hélas coutumière.

La vérité est que contrairement au slogan asséné par la République le vaccin est un produit dont la recherche est financée par des entreprises privées, éventuellement aidées par des fonds publics, produit dans des usines privées et commercialisés sur des marchés souvent publics, dans le cadre de programmes nationaux de lutte contre les maladies infectieuses. Il y a donc des investissements à mener (recherche, usines, circuits de distribution) et des recettes à encaisser pour amortir ceux-ci. Sauf quelques exceptions, les Etats ont laissé ce processus dans les mains du secteur privé depuis bien longtemps. Alors, comme pour la fourniture de masques de protection, chaque Etat cherche à privilégier sa propre population. C’est compréhensible !

Sauf à imaginer un système de recherche et de production de vaccins sous l’égide des Nations Unies (un doux rêve), la première entreprise qui va mettre au point le premier vaccin contre le coronavirus va ensuite produire une première dose qu’elle va livrer à un premier client qui sera considéré comme privilégié. On ne pourra pas d’un coup mettre sur le marché plusieurs milliards de doses. Il y a des pays-clients qui seront servis en premier et d’autres… en dernier, « lois du marché » ou pas ! De même, le premier pays qui va recevoir la première dose va bien devoir l’utiliser pour un premier patient qu’il faudra bien désigner. Bref, cette notion de « bien public mondial » s’avère particulièrement fumeuse et vide de sens.

Collomb, 73 ans, accroché à Lyon « quoi qu’il en coûte »

Dutreix / Le Canard Enchaîné (05/12/2018)

Gérard Collomb, 73 ans, ex-Parti Socialiste, ex-La République en Marche (LREM), ex-sénateur, ex-député, dont la liste investie par LREM a récolté un score plutôt modeste au premier tour des élections municipales à Lyon, 22% et quelques, a décidé pour le second tour de s’allier avec le parti Les Républicains et d’abandonner la tête de liste. Le garçon ne sera plus maire, poste qu’il a occupé durant dix-huit ans, mais simple conseiller municipal pour six années de plus durant lesquelles il espère sans doute conserver une influence politique sur ceux qui assureront le pouvoir municipal à Lyon.

Comme tout ceci est déplorable ! A 73 ans, l’homme n’a pas vraiment démérité, il sera rapidement oublié comme nous tous, mais n’aurait-il pas été plus judicieux de passer tranquillement la main à la génération suivante plutôt que de compromettre avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel politique pour conserver une dérisoire illusion de pouvoir ?

D’autres énergumènes du même acabit s’accrochent à leurs postes électifs comme des moules à un rocher. Martine Aubry, 69 ans, les cheveux noirs de teinture, cherche à rempiler après déjà 18 années passées comme maire de Lille.

L’un comme l’autre se pensent irremplaçables, se croient influenceurs indispensables au développement de leur ville, s’imaginent personnages centraux dans le cœur de leurs citoyens-électeurs. L’un comme l’autre se laissent déborder par un égo surdimensionné qui les empêche d’admettre qu’ils ont fait leur temps et qu’il n’y a pas de raison que la génération suivante réussisse aussi bien qu’eux. Et puis, dix-huit années au même poste ce sont au moins dix de trop. C’est la garantie de la création de clans, d’affidés, de clients, en plus, éventuellement de réalisations intéressantes.

Gérard Collomb ne sera plus maire puisqu’il a renoncé à la tête de liste. Martine Aubry n’a pas encore gagné son deuxième tour où elle se frotte à son ancienne directrice de cabinet qui a été investie par LREM. Elle a 46 ans, soit 23 ans de moins que sa concurrente senior. Cette seule différence d’âge devrait suffire à la faire gagner !

Bienvenue dans l’industrie !

Les nouveaux mots à la mode sont « relocalisation » et « réindustrialisation », employés à tort et à travers sur les plateaux télévisés peuplés d’experts mondains et au Café du Commerce. Deux micro-évènements devraient pousser tous ces « sachants » de pacotille à un peu de réflexion préliminaire pour enrichir leurs interventions.

Depuis le début de la pandémie, nombre d’usines textiles ont été recyclées pour fabriquer des masques protecteurs. Il fallut quelques semaines pour monter en puissance à une période où l’Etat et les entreprises privées cherchaient à de procurer des masques partout à travers le monde pour compléter la production nationale insuffisante par rapport à la demande. Progressivement ces usines françaises ont augmenté les quantités produites et, dans le même temps, la demande diminuait. Le résultat est évidemment dans des stocks de masques invendus. Alors les producteurs privés se tournent vers la puissance publique (donc les contribuables) en exigeant que leurs stocks soient acquis par l’Etat !

L’industrie (même celle de la fabrication de masques qui ne fait pas appel à des processus de haute technologie) est quelque chose de plus lourd à mettre en œuvre que les services. Il faut des usines, des machines, des plannings, des stocks (de matière première, de produits intermédiaires et finis). Il faut respecter des normes environnementales contraignantes (donc coûteuses) en Europe. Le taux de production d’une usine doit se rapprocher le plus possible de 100% de sa capacité sous peine d’être écrasée par des frais fixes qu’elle ne pourra amortir sur une production trop faible. L’ajustement de la capacité de production à la demande doit être permanente mais nécessite une anticipation raisonnable et des investissements/désinvestissements qui prennent souvent des mois. On ne double pas la capacité d’une usine en deux jours, l’industrie présente une certaine rigidité par construction. Les producteurs de masques sont en train de s’en rendre compte…

Deuxième « poil à gratter », le syndicat des industries pharmaceutiques rappelle que si l’on veut « relocaliser » la production de principes actifs en France ou en Europe, outre les probables augmentations de coûts de production de ces produits, il faudra également que les citoyens acceptent de voir construire des usines chimiques, souvent classées « Seveso » dans leur environnement, car il s’agit bien de chimie. A l’heure où l’incendie de l’usine de Lubrizol à Rouen en 2019 continue à déclencher polémiques, enquêtes et actions en justice, il est bon de se rappeler que l’industrie présente des avantages mais aussi des risques. On imagine sans trop de difficultés la réaction des municipalités (et de leurs administrés) lorsqu’une demande de permis de construire une usine chimique sur leur territoire sera déposée…

Bref, tout est possible pour autant que tous les éléments de cette éventuelle réindustrialision / relocalisation soient pris en compte. La « démocratie » impose sans doute que ces sujets soient aussi traités sur les plateaux télévisés et les réseaux dits « sociaux », mais ce serait l’honneur des animateurs et participants à ces débats d’éclairer Mme. Michu sur l’ensemble de la question au lieu de lâcher des slogans dans la nature, propres à déclencher de l’audience stopper toute réflexion et analyse.

Paris déconfiné…

Le dernier “traumatisme” vécu par les parisiens est en train d’être levé. Après avoir expliqué pendant des semaines combien la fermeture des parcs et jardins de la capitale était un obstacle majeur au bien-être psychologique de ses administrés (il semble qu’aller se promener aux bois de Boulogne ou de Vincennes qui eux étaient rouverts depuis le 11 mai ne suffisait pas…) et un facteur de propagation de la pandémie de covid-19, la maire de Paris vient d’obtenir satisfaction et parade dans les parcs parisiens devant les caméras de télévision, derrière son masque chirurgical et sous ses cheveux dégoulinant de teinture. On croirait qu’elle vient de recevoir la reddition du Général von Choltitz après un dur combat !

Les nuisibles de la République

Après Philippe Juvin déjà épinglé comme mélangeur d’intérêts croisés en temps de pandémie : médecin urgentiste, élu Les Républicains et geignard de plateaux télévisés, voici un revenant adepte des mêmes conflits d’intérêts. Philippe Douste-Blazy (surnommé Douste-Blabla en leurs temps par les Guignols de l’Info), 67 ans, médecin cardiologue, professeur de médecine, ex-ministre de la santé puis ex-ministre des affaires étrangères puis ex-ministre de la culture sous le règne endormi du Président Chirac, un accent toulousain débordant le confit de canard, ex-maire de Lourdes, ex-maire de Toulouse, ex-député des Hautes-Pyrénées, ex-député européen, ex-candidat incompris (qui n’a pas intéressé grand monde) pour la direction générale de l’Organisation mondiale de la santé, ressort du bois comme consultant de plateaux télévisés d’experts. Comme il prend partie contre une partie de l’establishment médical, les chaînes qui l’invitent adore sa capacité à attiser le conflit corporatiste. On peut imaginer qu’il lui reste quelques connaissances scientifiques de ses lointaines études mais il est fort peu opportun qu’il profite des évènements sanitaires en cours pour se mettre en avant et participer avec gourmandise à l’affichage médiatique des divisions du monde médical.

Lire aussi : Philippe Juvin : un fâcheux mélange des genres

On se souvient également que Douste-Blazy avait animé la chronique mondaine lorsqu’en 2005, ministre des affaires étrangères, il s’était retrouvé en caleçon dans les couloirs de la Mamounia, en train de s’engueuler avec sa compagne. La scène avait été largement rapportée en France et à l’Assemblée nationale. Toute l’intelligentsia française a défilé dans ce palace, souvent régalé par le Roi du Maroc, mais seul Douste-Blabla y a consenti une querelle de ménage en public. Un peu vulgaire pour le standing de ce palace déclinant. Plus récemment l’impétrant s’est présenté en 2ème position sur une liste aux élections municipales à Paris XVIème arrondissement, liste dissidente du parti Les Républicains qui a recueilli 3,28% des votes exprimés au premier tour, à la hauteur de l’importance de son numéro 2.

En mémoire des hautes responsabilités qu’il exerça, de celles qu’il n’a pas pu atteindre et de son âge, le mieux serait que Philippe Douste-Blazy évite de faite l’expert de plateau télévisé en se plongeant dans la polémique comme un cochon dans sa fange. Une retraite anonyme à Lourdes serait certainement plus adaptée à son cas et tout le monde s’en porterait bien mieux.

Et hop ! Une première augmentation d’impôt à l’horizon

Niant l’évidence, le pouvoir actuel continue à clamer qu’il n’y aura pas d’augmentation des impôts pour ne pas casser la reprise de la croissance comme cela avait été malencontreusement fait après la crise financière de 2008. Et tout le monde de se demander mais qui va payer pour tous ces milliards qui s’abattent sur les citoyens français ? Chacun pressent la réponse mais pas grand monde n’ose la formuler : c’est nous tous qui allons payer collectivement ces dépenses publiques pharaonesques et comme nos vies n’y suffiront pas, nos enfants continueront la tâche et probablement encore les générations qui suivront, et ceci dans l’hypothèse optimiste qu’aucune nouvelle crise du même ordre ne viendrait encore alourdir la barque au risque de la faire couler.

Nous allons tous payer par un mix d’impôts, de cotisations et de dépréciations d’actifs monétaires, financiers et/ou immobiliers. Le premier coup de semonce vient d’être tiré avec la très probable reconduction de la CRDS (Contribution au remboursement de la dette sociale) pour au moins une dizaine d’années. Cette taxe avait été créée en 1996 par le gouvernement de M. Juppé pour financer la CADES (Caisse d’amortissement de la dette sociale), un machin public dans lequel avait été transféré la dette de la sécurité sociale de l’époque (environ 35 milliards d’euros) puisqu’il était clairement avéré que les cotisations sociales ne pourraient jamais suffire au remboursement de celle-ci. On chargeât donc les contribuables de la payer à la place des cotisants. Depuis cette époque quasiment chaque gouvernement, renonçant à équilibrer les recettes et les dépenses sociales, a refourgué à cette CADES des dizaines de milliards de dettes sociales. C’est devenu un jeu de bonneteau : les cotisations encaissées étant insuffisantes pour financer les dépenses engagées, on transfère les déficits sur le contribuable qui les rembourse en payant la CRDS qui était annoncée à sa création comme « provisoire ».

Promis-juré, dès que la dette est remboursée on supprime la CRDS et tout est fini. Mais bien sûr, la France impécunieuse et mal gérée a continué à faire grossir cette dette sociale composée des déficits accumulés et la CRDS n’a jamais été abolie. Il a même fallu à plusieurs reprises proroger la durée de vie légale de la CADES… C’en est devenu une galéjade qui fait se tordre de rire tous les fiscalistes de la planète.

Devinez-quoi ? Compte tenu de nouveaux gigantesques déficits sociaux dus à la crise sanitaire, le gouvernement français étudie actuellement un projet de loi pour proroger une nouvelle fois cette CRDS au-delà de 2024 qui était la dernière date d’extinction annoncée (après déjà deux ou trois reports). Il serait même question d’en augmenter le taux qui est resté fixe à 0,5% des revenus depuis sa création. Et voici donc la première augmentation (ou prorogation, ce qui revient au même) d’impôt coronavirus. La vérité est sans doute encore pire : cette taxe va être permanente et il faudra bien un jour ou l’autre entériner cette situation dans le droit fiscal.

Devant cette absence de contrôle de ses dépenses et de sa dette, on comprend mieux pourquoi la France inspire tant de méfiance aux autres pays européens du nord plus rigoureux qui ne souhaitent pas « mutualiser la dette », c’est-à-dire payer pour un partenaire aux poches percées.

L’histoire du canapé délocalisé

C’est l’histoire d’un canapé orange acheté au Galeries Lafayette il y a quinze ans, un modèle à deux places, modeste et convertible en lit, recouvert d’un tissu orange, payé sans doute moins de 1 000 euros à l’époque et sans doute fabriqué dans des pays exotiques à bas salaires, bref, un produit sans intérêt (ni valeur ajoutée) de la mondialisation. Le temps est passé et le tissu mérite d’être changé, la structure du canapé pouvant a priori survivre encore de nombreuses années. Le devis reçu pour recouvrir ce meuble est de 2 100 euros soit plus de deux fois le prix d’un canapé neuf de même standing.

Pour ceux qui n’auraient pas encore bien compris ce que veut dire concrètement délocalisation-relocalisation ce petit exemple du canapé orange l’illustre à merveille et mériterait d’être cité dans les débats oiseux et verbeux sur le sujet de « la chaîne de valeurs » qui hantent les plateaux télévisés en ces temps de pandémie planétaire où Mme. Michu semble découvrir que même son comprimé de paracétamol est fabriqué en Asie…

Eh oui, l’heure de couture coûte plus cher dans le XIIIème arrondissement qu’au Bangladesh. Délocalisation veut dire dépendance mais faible coût donc favorable au pouvoir d’achat, relocalisation veut dire indépendance mais coût élevé donc défavorable au pouvoir d’achat, et cela joue particulièrement pour les produits à faible valeur ajouté comme un canapé, beaucoup moins pour un Airbus. Le propriétaire du canapé orange fait ses calculs pour déterminer s’il veut payer deux fois le prix d’un canapé neuf pour retapisser son canapé d’occasion. Il lui faut déterminer s’il est prêt à payer un surcoût d’environ 1 500 euros pour favoriser une couturière française et éviter un transport international du meuble. Ainsi va l’économie, l’indépendance et l’écologie ont un coût qui n’était pas payé jusqu’ici.

Le psychodrame des élections municipales en temps de pandémie

Kiro / Le Canard Enchaîné (17/09/2017)

La question de l’organisation du second tour des élections municipales est à nouveau sur la table. On se souvient su psychodrame déclenché par le maintien du premier tour le 15 mars dernier malgré la période de pré-confinement qui était déjà commencée. Ce dimanche électoral avait déclenché un assaut de joutes oratoires où la mauvaise foi se disputait à la beaufitude. Il apparaît que le gouvernement était alors plutôt en faveur d’annuler cette élection mais qu’après consultation des partis politiques, l’opposition avait crié au « coup d’Etat » en cas de report. Constatant ce dissensus le pouvoir avait finalement maintenu l’échéance. Evidemment à l’époque les sondages étaient plutôt favorables aux candidats d’opposition qui souhaitaient donc passer devant les électeurs pour entériner leur avance. Ceux-ci ne s’étaient pas gêné bien entendu pour reprocher ensuite au gouvernement d’avoir maintenu le premier tour… Les électeurs étaient eux allés prendre le soleil (et le virus…) dans les parcs ensoleillés plutôt que de fréquenter les bureaux de vote de la République.

A ce stade on n’a pas identifié de lien significatif entre ces bureaux de vote et la circulation de la pandémie. Certainement des membres de bureaux de vote ont été contaminées à l’occasion de cette élection mais il semble que statistiquement ils ne l’aient pas été plus que s’ils étaient allés au jardin public du coin de la rue.

Le deuxième tour du 22 mars avait évidemment été annulé et pourrait être reprogrammé fin juin. De nouveau consulté par le gouvernement sur une telle hypothèse, une partie de l’opposition, échaudée par les conséquences de sa volte-face politique de mars, se refuse à se prononcer arguant qu’il s’agit de « la responsabilité du gouvernement ». Encore un grand moment de responsabilité politique des élus payés par les impôts versés par les contribuables.

Le prévisionniste qui se trompe

Patrick Arthus est polytechnicien, économiste, directeur de la recherche et des études de la banque Natixis. Il s’est beaucoup trompé dans sa carrière de prévisionniste mais ce sont les risques du métier. En 2008 pendant qu’il se trompait dans son analyse de la crise financière occidentale, il ne voyait pas non plus que se développait au cœur de la banque qui l’emploie un des plus grands scandales financiers de la Vème République lorsque qu’un quarteron de dirigeants irresponsables et incompétents a joué avec l’argent des petits déposants des banques populaires et des caisses d’épargne sur le casino des marchés financiers. Les contribuables ont alors sauvé Natixis de la faillite.

Au moins M. Arthus, qui prévoyait une crise financière de courte durée en 2008, admit que ses prévisions étaient erronées. Il est chevalier de la légion d’honneur, on ne sait pas bien pourquoi.

La dernière théorie de M. Arthus est intéressante en ce qu’il prévoit que l’émission massive de monnaie centrale en cours dans la plupart des pays pour survivre à la crise sanitaire ne va pas générer une inflation galopante comme le postulent les sciences économiques mais une baisse de la valeur des actifs immobiliers. Dans un cas comme dans l’autre l’émission de monnaie sans rapport avec la production va dévaloriser les actifs. Que ce soient l’épargne de Mme. Michu ou la valeur de son bien immobilier quand elle en a un, elle va y perdre et se retrouvera avec moins de richesse une fois la crise passée. L’avenir dira si les prévisions de M. Arthus se révèlent une nouvelle fois erronées.

Souvenons-nous…

N’oublions pas les noms des cadors politiques du Parlement qui ont voté contre le plan de déconfinement, ou se sont abstenus ce qui, au Sénat, a permis au « Non » de l’emporter : Julien Aubert, Valérie Boyer, Valérie Rabault, Boris Vallaud, Frédérique Dumas, Jean Lassalle, Sylvia Pinel, Clémentine Autain, Éric Coquerel, Alexis Corbière, Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono, Marie-George Buffet, André Chassaigne, Louis Aliot, Sébastien Chenu, Nicolas Dupont-Aignan, Samia Ghali, Marie-Pierre de la Gontrie, Patrick Kanner, Jean-Pierre Sueur, et bien d’autres… Parmi les cadors qui se sont abstenus, favorisant ainsi le rejet du plan par le Sénat on note quelques bons clients de la contestation systématique comme : Roger Karoutchi, Philippe Bas, Ladislas Poniatowski, Valérie Létard, Gérard Longuet, Bruno Retailleau, Pierre Charon.

Lire aussi : La France éternelle…

Ces forbans ont dévié de leur rôle, privilégiant la politicaillerie de Café du commerce à la conduite du pays, abandonnant leurs responsabilités d’élus au profit de leurs pitoyables petits égos, sur un sujet qui devrait pourtant emporter le consensus. N’oublions pas leur infamie !

Lire aussi : La France, un pays irresponsable

Les milliards tombent comme les obus à Gravelotte

Comme souvent, à situation équivalente, la France va dépenser plus d’argent public (celui des contribuables) que d’autres pays occidentaux pour essayer d’amortir les effets économiques dramatiques de la crise sanitaire en cours. De prêts garantis par l’Etat en fonds de secours d’urgence, de mesures de chômage partiel en annulations de charges, les contribuables français se sont engagés dans des dépenses considérables, qui vont peser sur les finances publiques pour des décennies. Comme toujours en France, les revendications sociales sont fortes et même accrues à la suite de cette crise. Durant la période de confinement, ceux qui ont fait leur travail sur le terrain veulent des augmentations de salaires pour risques pris (personnel soignant, employés des magasins de distribution alimentaire, éboueurs, etc.), ceux qui ont été mis en chômage partiel (financé par l’Etat et non leurs employeurs) se verraient bien poursuivre ainsi jusqu’à que le risque soit complètement circonscrit et ceux qui sont d’ores et déjà sans emploi émargent en masse à l’assurance chômage.

Tout le monde se plaint, tout le monde critique, tout le monde attaque l’Etat, chacun en veut plus pour sa corporation et se scandalise qu’elle ne soit pas considérée comme prioritaire et pendant ce temps les contribuables se sont fouiller les poches sans même s’en apercevoir. Les experts de plateaux télévisés regardent leurs courbes d’audience, sondent l’humeur de Mme. Michu sur l’Hydroxychloroquine et l’interroge : « Etes-vous en faveur de l’augmentation des salaires du personnel soignant ? Oui-oui-oui » en oubliant la question conséquente : « Etes-vous prête à payer plus de cotisations sociales ? Non-non-non ! ».

En réalité le robinet des aides publiques est déjà largement ouvert et coule à flot. Le chroniqueur a pu constater qu’il a été crédité en 8 jours du chômage partiel de son employée de maison, que l’association d’insertion qu’il conseille a obtenu la garantie de l’Etat pour un prêt bancaire de 30 000 euros sur simple déclaration sur le site Internet de la Banque publique d’investissement (BPI), qu’un petit commerçant qu’il aide dans sa gestion a touché deux fois 1 500 euros d’aide en avril et en mai compte tenu de la fermeture de son magasin (soit plus que son salaire mensuel), etc. Il serait peut-être opportun que quelques journalistes regardent un peu plus loin que la niche fiscale dont ils bénéficient indûment, pour constater, chiffrer et relater ce qui fonctionne dans notre pays au lieu de chercher sans relâche à mettre en difficulté leurs interlocuteurs politiques.

Les décideurs français sont à l’image de leurs électeurs et gèrent une crise, incroyable il y a encore 6 mois, comme ils le peuvent. Il y a certainement des erreurs commises, il y a des changements de pieds, il y a des questions sans réponse un jour dit, il y a des décisions prises qui ne satisfont pas tout le monde, il y a 26 000 morts connus à ce jour (sur une moyenne annuelle d’environ 650 000 en régime de croisière) mais la situation est gérée sans doute pas plus mal que dans les pays avoisinants. La seule chose que cette crise ne semble pas en voie de régler est le pessimisme tapageur des français, leur propension à se plaindre de tout et leur réflexe pavlovien à critiquer tout le monde sauf eux-mêmes.

L’enjeu « vital » des parcs et des plages

Le déconfinement décidé à compter du 11 mai est progressif et certaines restrictions restent en vigueur. Un premier point doit être fait début juin sur les premiers effets, positifs comme négatifs, de ce déconfinement et en définir les étapes suivantes. En attendant, la France du Café du commerce se déchaîne et chacun y va de son petit intérêt particulier pour expliquer combien ces restrictions sont acceptables pour ses voisins, mais surtout pas pour lui-même.

A Paris, les bois de Boulogne et de Vincennes sont ouverts aux promenades mais pas les parcs et jardins car potentiels foyers de rassemblements humains susceptibles de favoriser la contamination des citoyens. Aussitôt chacun argumente tout et son contraire pour justifier ou contester cette mesure parisienne. Ces décisions ont été prises par des gens intelligents et compétents, il suffirait de les appliquer, consacrer son énergie à des questions plus sérieuses et attendre deux petites semaines la nouvelle évaluation de la situation pour une éventuelle réouverture des parcs et jardins. Mais non, nous sommes en France alors toute une partie de nos édiles rémunérée par les impôts que nous payons s’agite, ventile, mouline, dans la vacuité qui caractérise dédormais le débat public. Que ces gens travaillent et attendent début juin l’analyse de l’évolution de la pandémie pour savoir s’ils pourront aller se promener au Luxembourg, en attendant, s’ils ont véritablement besoin de voir des arbres ils vont au bois de Boulogne ou au bois de Vincennes. Mais surtout : qu’ils bossent un peu plus au lieu de polémiquer sans cesse !

Autre sujet qui semble vital pour la survie de notre nation : va-t-on pouvoir aller à la plage sans attendre la situation de la pandémie début juin ? Devant l’ampleur de cette question, le gouvernement a décidé de laisser les maires se coordonner avec les préfets pour en décider. Alors on a de tout, des plages qui restent fermées, d’autres complètement ouvertes, certaines en « ouverture dynamique » c’est-à-dire que vous pouvez vous baigner mais pas bronzer sur votre serviette, etc. Et dans chaque situation nous avons des râleurs et des soutiens. Cela en devient souvent risible, parfois le risque psychosocial est évoqué pour exiger la « réouverture » … On frise le grotesque mais c’est souvent ce que nous sommes : une bande de gaulois débrayés et râleurs, parfois créatifs.

La bonne nouvelle est qu’un pays qui n’a pas d’autres sujets d’interrogation que savoir s’il pourra ou non déplier sa serviette sur une plage bretonne balayée par des vents glacés sans attendre début juin, est un pays qui ne va pas si mal que cela.

La CGT ne dévie pas de sa ligne

Kiro / Le Canard-Enchaîné (04/02/2019)

Alors que l’entreprise Renault est soutenue à bout de bras, un peu par ses actionnaires, beaucoup par les contribuables nationaux, pour éviter sa cessation des paiements, le syndicat CGT parvient à faire annuler la décision de réouverture post-confinement de l’usine de Sandouville, ouverture dont les conditions sanitaires avaient été négociées et acceptées par les autres syndicats de l’usine. Pour atteindre son but la CGT a utilisé un vice de forme dans la procédure de communication de la direction avec les représentants syndicaux. Des courriels auraient été utilisés à la place de courriers recommandés.

Cette entrave n’a fait que retarder de quelques jours la réouverture qui était souhaitées par les autres syndicats. Elle marque en tout cas la constance de la CGT qui suit sa ligne quoi qu’il arrive : retraite à 60 ans (sauf pour ceux qui bénéficient déjà d’une retraite à un âge inférieur et qui doivent le conserver), semaine de travail à 32 heures pour tous, pas de reprise du travail s’il n’y a pas zéro risque pour la santé, financement de toutes ces mesures par les contribuables et les cotisants.

Fiston-Lagardère reste en place, l’assaut d’Amber raté de peu

L’assemblée générale du groupe Lagardère a rejeté à 79% toutes des résolutions proposées par le fonds activiste Amber Capital qui voulait prendre le pouvoir en remplaçant tous les administrateurs par des individus de son cru avec pour mission de remplacer le grand chef Arnaud Lagardère dont le mandat arrive à échéance l’an prochain. Grâce à ses nouveaux « amis » Bolloré et Sarkozy, le fiston Lagardère a sauvé son poste et son système. Le « loup » Bolloré étant désormais dans la bergerie il n’est sûr que Lagardère garde longtemps sa place dans l’édifice. D’ailleurs, Vivendi le groupe qu’il préside a continué à acheter des actions depuis l’assemblé générale du 5 et se retrouve aujourd’hui avec plus de 13% du capital du groupe Lagardère qui a publié les résultats de son assemblée assortis d’un remerciement ému :

La Société remercie ses actionnaires de la confiance qu’ils ont exprimée, en soutenant la stratégie claire, responsable et ambitieuse qui leur est présentée avec transparence depuis de nombreuses années.

COMMUNIQUÉS DE PRESSE Lagardère – 06/05/2020

L’affaire ne va sans doute pas en rester là. A suivre…

Lire aussi : La chasse est ouverte