Un dépouillement apaisé et convivial

19h55 en ce dimanche de deuxième tour d’élections législatives, arrivent une vingtaine de citoyens volontaires pour le dépouillement des suffrages dans une paisible école de quartier du XIVème arrondissement. 75 minutes plus tard, 220 bulletins ont été dépouillés à 4 à la table n°2 du bureau n°40 dans la joie et la bonne humeur. Le président du bureau et ses assesseurs apportent l’aide nécessaire aux scrutateurs débutants. Les documents à remplir manuellement sont clairs et lisibles. L’atmosphère est conviviale et apaisée. C’est la République pour tous.

Dans ce bureau dont les électeurs habitent autour du Parc Montsouris, c’est l’union de la gauche radicale (NUPES) qui l’emporte au détriment de la candidate de la majorité présidentielle.

Publié le
Catégorisé comme France

Manuel Valls : la déroute

Manuel Valls (59 ans) détenant une double nationalité franco-espagnole, parti en Espagne en 2018 après avoir démissionné de l’Assemblé nationale française, revenu en France en 2021 après avoir démissionné du conseil municipal de Barcelone, a fait sa réapparition sur les plateaux de télévision parisiens pour y donner ses analyses sur la politique française.

Lire aussi : Manuel Valls touche le fond
~~~~~~~~

Soutien du président Macron pour sa réélection en 2022, il obtient une investiture du parti LREM pour se présenter à l’élection législative comme député des Français de l’étranger. Il vient de perdre cette élection et manque la qualification au second tour. Il ne sera donc pas député de cette législature. Toujours un peu colérique, il a pris acte de cette défaite sur son compte Twitter qu’il a immédiatement clôturé.

Ses allers-retours de chaque côté des Pyrénées, les démissions répétitives de ses différents mandats franco-espagnols, ses apparitions sans grand intérêt sur les chaînes d’information en continu ont dérouté les électeurs français qui ont décidé de tourner la page. L’égo de l’impétrant ne lui a pas permis de percevoir les messages pourtant clairs qui lui avaient été adressés. Il choisit de se confronter à l’élection dont le résultat fut explicite.

Le mieux pour lui serait maintenant qu’il se retire effectivement de la vie politique en espérant que son indécision entre la vie politique espagnole ou française ne nuise pas trop à la trace de l’action politique qui fut la sienne en France et pour laquelle il n’a pas démérité.

Lire aussi : Manuel Valls ne veut pas choisir entre la France et l’Espagne
~~~~~~~~

Des contrefeux bienvenus

Alors que le monde politicomédiatique français consacre sa belle intelligence à plus de 100% aux violences du match de fouteballe de samedi dernier, deux évènements importants viennent un peu dissiper leur concentration exclusive sur le foute, il s’agit du procès en violences conjugales opposant deux vedettes d’Hollywood (Johnny Depp et Amber Heard) et du jubilé des 70 ans de règne de la Reine Elisabeth II de Grande Bretagne. Les experts en ballon sont remplacés par des spécialistes en cancan.

Et pendant ce temps on ne parle pas des vrais problèmes comme l’incapacité de la France à gérer ses finances publiques.

Le sens des priorités

Les incidents constatés lors d’un match de fouteballe au Stade de France samedi dernier sont en train d’occuper la toute première place des grands titres de la presse et des sujets de polémiques. Tout ce qui faisait encore l’actualité la semaine dernière a été balayé : les élections législatives françaises, la guerre en Ukraine, la transition écologique, la dette qui va peser sur plusieurs générations de nos enfants,… tout ceci n’existe plus, seule subsiste « la honte de la France devant le monde » pour n’avoir pas su rétablir l’ordre dans le chaos d’une finale de fouteballe que bien imprudemment la France avait proposé d’organiser pour remplacer au pied levé la ville russe de Saint-Pétersbourg qui pâtissait des sanctions internationale suite à la guerre en Ukraine.

Le Sénat français va entendre les responsables politiques, une commission d’enquête parlementaire formelle est envisagée, bref, le monde s’arrête de tourner pour se pencher sur des bagarres qui ont opposé des supporters avinés à des policiers débordés. Que la France soit championne du monde de la dépense publique ou incapable d’équilibrer ses dépenses et ses recettes depuis près de cinquante ans n’est pas une « honte » mais qu’une bande de décérébrés forcent des entrées du stade et dépouillent des fans brailleurs, alors la France s’arrête et se consacre à ce non-sujet dans un nombrilisme ravageur.

L’information sur le déroulement exact de cette soirée commence à filtrer. On a sans doute assisté à un cocktail poivré mêlant des organisations fouteballistiques mafieuses qui ont émis, ou laissé émettre, des faux tickets d’entrée en masse, de fans avinés qui n’avaient pas de billets mais projetaient de forcer l’entrée pour voir leur match, de voyous profitant de la situation pour piller tout ce qu’ils peuvent, de forces de police débordées par les évènements, de grèves dans les transports en commun délibérément organisées ce jour de finale pour maximiser la perturbation et de l’influence délétère d’un sport abrutissant qui n’en est pas à ses premières dérives. D’ailleurs, le lendemain soir d’autres émeutes se déroulaient à Saint-Etienne où des supporters de fouteballe déçus de la contreperformance de leur équipe ont semé le chaos à l’intérieur et à l’extérieur du stade. Au-delà du Stade de France, des « fan-zones » avaient été mises en place samedi où était retransmis le match sur de grands écrans. Elles n’ont pas donné lieu à des incidents particuliers mais ont été laissées dans un état de dévastation avancé après avoir été occupées quelques heures par des milliers de fans mal élevés. Ce n’est pas grave, les contribuables payent pour le nettoyage…

Tout ceci est l’image d’un pays décadent et d’un sport abrutissant. Oui la France est désormais en difficulté pour assurer le déroulement paisible de compétition de fouteballe. Oui le fouteballe déconnecte les neurones de ses amateurs. Le problème est assez simple à régler, il suffit de ne plus organiser de telles compétitions en France ce qui laissera aux dirigeants un peu plus de temps pour se consacrer à la résolution des vrais problèmes de la nation qui mettent notre avenir en péril : la dette du pays et la mauvaise gestion de ses finances publiques !

Oui on peut raisonnablement s’inquiéter de voir la France organiser la coupe du monde de rugby en 2023 et les jeux olympiques en 2024 qui vont être des sources de dépenses publiques inutiles, d’octrois d’exonérations fiscales iniques aux organisateurs et de troubles importants dans la vie quotidienne des citoyens. Mais la seule question qui vaille reste de savoir qui prend ces décisions, et par quels processus, de dilapider l’argent public dans l’organisation de ces compétitions ? Il faut pouvoir les bloquer à l’avenir si de telles idées germaient encore dans l’imagination débridée des dirigeants français pour accroître sans fin la dépense publique.

Le chaos du fouteballe

La finale d’une compétition européenne de fouteballe s’est déroulée hier soir à Paris au Stade de France dans un chaos avivé par des supporters avinées dont certains d’entre se sont trouvés tout désappointés de constater que leurs billets étaient des faux. Comme nous sommes dans le peuple du fouteballe les impétrants sont passés à l’attaque, tenté de franchir les grilles, de forcer les portes tout en agressant les forces de l’ordre un peu dépassées semble-t-il. Il y a des blessés, des interpellations, du gaz lacrymogène poivré a volé… bref, le chaos.

Comme nous sommes en France, les partis politiques se sont immédiatement emparés de ce non-sujet pour critiquer l’Etat (au lieu des supporters) et expliquer ce qu’il fallait faire. Mais personne ne pose la seule question vaille : qui a eu l’idée saugrenue de proposer Paris pour remplacer Saint-Pétersbourg, empêchée pour cause de sanctions internationales, comme lieu d’organisation de cette finale de foute ? Cela ne présentait strictement aucun intérêt pour la France sinon une croissance éphémère de ventes de bière et de vodka dans quelques bistrots du coin. En revanche il n’y avait que des coups à prendre et des dégradations à subir (et donc à rembourser).

Comme nous sommes en Seine-Saint-Denis, quelques centaines des loulous du quartier sont venus essayer de se faufiler dans le stade et, au passage, de pick-pocker les foules en détresse. Bien entendu ils ont largement diffusé leurs exploits sur les réseaux dits « sociaux ». Le tableau fut complet.

Bonne nouvelle tout de même dans ce chaos, les fédérations sportives et nombre de pays européens estiment désormais la France incapable d’organiser la coupe du monde de rugby de 2023 et les jeux olympiques de 2024. Ils ont raison mais il est sans doute trop tard pour que la France se retire de l’organisation de ces deux compétitions de musculeux qu’elle a voulu organiser sur son territoire en 2023 et en 2024 alors qu’elle n’en a pas les moyens.

Il faudra un jour demander des comptes aux responsables politiques français qui dilapident ainsi l’argent de leurs contribuables sans parler des exonérations fiscales qui sont octroyées à des fédérations sportives ou olympiques mafieuses qui sont généralement installées dans des paradis fiscaux suisses.

Lire aussi : La République se compromet avec les forbans du sport & L’escroquerie fouteballistique se poursuit !
~~~~~~~~

Redevance audiovisuelle : démagogie et déficit

A l’occasion du premier tour des élections présidentielles françaises du 10 avril, les tracts électoraux de nombre de candidats de droite affichaient leur volonté de supprimer, ou de réduire, la taxe sur l’audiovisuel public de 138,00 EUR (88,00 EUR dans les départements d’outre-mer) payée par tous les contribuables éligibles à la taxe d’habitation, sauf s’ils certifient ne pas avoir de poste de télévision. Cette taxe est affectée au financement des chaînes de radio et de télévision publiques, ce qui permet d’avoir moins de publicité abrutissante sur ces canaux.

  • Marine Le Pen : « …dès mon élection… je supprimerai la redevance audiovisuelle… »
  • Valérie Pécresse : « Mesure 14 : …suppression de la redevance audiovisuelle… »
  • Eric Zemmour : « …supprimer la redevance télévision (138EUR/an)… »
  • Emmanuel Macron : « …suppression de la redevance télé… »

Les candidats prévoyant de supprimer cette taxe sont de sensibilité conservatrice et seul Eric Zemmour explique comment il financera cette suppression : il privatise l’audiovisuel public, il n’y a donc plus de coûts pesant sur le budget de la République… problème réglé !

Les autres candidats n’expliquent pas comment ils financeront cette suppression de la taxe audiovisuelle qui rapporte dans les 3 milliards d’euros annuellement. Ils laissent généralement entendre que les radios et télévisions publiques sont gangrenées par le « gauchisme », problème que la suppression de la taxe audiovisuelle ne résoudra pas.

Si le projet est de maintenir l’audiovisuel public en France il faudra soit demander aux chaînes de se renforcer la publicité privée et institutionnelle qui pollue déjà gravement leurs émissions, soit, si le choix est de maintenir un financement des contribuables, baisser d’autre dépenses d’un montant équivalent à réaffecter à l’audiovisuel, ou créer un nouvel impôt ou augmenter une taxe préexistante.

Une nouvelle fois on prend les électeurs-contribuables pour des enfants et les candidats ont feint de croire qu’ils ne se poseraient pas la question de savoir comment sera financé demain l’audiovisuel public. Le pire est que la réponse est assez évidente pour tout le monde : on augmentera d’autres impôts ou on en baissera certain moins que prévu, mais c’est bien le contribuable qui continuera à payer ou devra supporter un temps supplémentaire de publicité abrutissante. Il est peu probable que l’audiovisuel public vive d’amour et d’eau fraîche, quelqu’un devra donc payer, même Mme. Michu le sait.

Omerta corse ou association de malfaiteurs

La justice française est en train de renoncer à faire la lumière dans l’affaire de l’assassinat en 2012 de Jacques Nacer, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Corse du Sud. Cet assassinat s’est déroulé un mois après celui du bâtonnier de la ville d’Ajaccio, Me Antoine Sollacaro. Dans l’affaire Nacer, un non-lieu général vient d’être émis, faute d’éléments. Il met fin aux investigations et les coupables resteront certainement impunis.

Ces assassinats en série fleurent bon les règlements de comptes entre clans mafieux. On a évoqué la bande « du Petit Bar », Alain Orsoni, Jacques Santoni, bref, toute la fine fleur du banditisme corse teinté de revendications nationalistes. Tout ce petit monde s’assassine et se tient par la barbichette et, surtout, respecte une redoutable omerta qui protège les uns et les autres des foudres de la justice.

Les mafieux corses préfèrent régler leurs comptes directement entre eux plutôt que de laisser agir le pouvoir judiciaire censé protéger les citoyens de leurs errances. La population semble ne guère leur en vouloir et participe d’ailleurs plus ou moins à l’omerta. C’est une preuve supplémentaire de l’incompatibilité de la Corse avec la République française. Cela tombe bien car les premières négociations sur l’autonomie sont programmées maintenant qu’un nouveau gouvernement a été désigné à Paris. Il faut rapidement avancer vers cette autonomie préalable à une totale indépendance qui est la seule voie pour organiser un futur serein et apaisé à la Corse qui fut rattachée à la France en 1769.

L’escroquerie continue

Lors des récentes élections présidentielles françaises, tous les candidats ont rivalisé de mesures visant à « préserver le pouvoir d’achat » des citoyens en une période de retour à l’inflation. Cela consiste en réalité à faire payer par les uns ce que les autres ne peuvent ou ne veulent pas payer. C’est généralement le contribuable qui est mis à contribution. Lorsque le prix de l’essence est subventionné par l’Etat comme c’est actuellement le cas et affiché sur toutes les stations-service, l’Etat prend en charge entre 15 centimes par litre acheté par le consommateur, c’est-à-dire que le contribuable rembourse entre 15 centimes/litre au consommateur. Lorsque le contribuable est également consommateur de carburant, l’opération est plus ou moins neutre. Si ce dernier est un gros rouleur et est peu imposé, il tape dans la poche du contribuable, et vice-versa.

Dans le cas de l’électricité où le producteur historique EDF est forcé par son actionnaire majoritaire, l’Etat, à livrer de l’électricité à bas coût à des distributeurs « indépendants », le transfert est un peu plus sinueux mais est largement similaire puisque EDF, société publique surendettée et non maître de ses prix de vente, doit être régulièrement recapitalisée par l’Etat, donc le contribuable. L’imposition de prix de vente « bas » à EDF revient à précipiter l’inévitable recapitalisation de ce producteur d’énergie par les contribuables.

Un autre grand classique de campagne électorale est l’annonce de baisse d’impôt sans annoncer quelles dépenses publiques diminueront en conséquence ou quel autre impôt augmentera pour compenser celui qui est annoncé comme devant baisser.

Dans une malhonnêteté intellectuelle toute française, les dirigeants expliquent que ces dispositifs sont destinés à éviter aux français de se heurter aux hausses des prix :

Pour plus de pouvoir d’achat dès cet été : maintien des boucliers gaz et électricité, « prime Macron » jusqu’à 6000 euros sans charges ni impôts, indexation des retraites sur l’inflation, suppression de la redevance télé et baisse des impôts de succession.

Mesure n°1 tract électoral Macron 2ème tour (24/04/2022)

L’Etat ne sait plus dire non aux nouvelles dépenses exigées par les citoyens, c’est probablement l’une de ses plus grandes défaillances. L’exemple de l’acceptation du financement sur fonds publics de la coupe du monde de rugby en 2023 et des jeux olympiques en 2024 en est probablement la plus flagrante illustration. En termes de priorité tout le monde est d’accord pour placer l’école, le système de santé, la recherche, la police, l’armée, etc… bien plus prioritaires que le sport, et pourtant la France a préféré financer les jeux du cirque plutôt que ses instituteurs.

Et c’est ainsi que le dernier budget de la République en équilibre date de 1974, une époque où le président Macron n’était même pas né…

Bonne nouvelle : la théorie économique est confirmée

L’inflation est de retour dans le monde, et particulièrement dans les pays occidentaux. Depuis le début de la crise sanitaire les économistes avaient du mal à comprendre comment après avoir déversé tant d’argent « central » sur les économies, sans aucun rapport avec l’évolution de la production qui était au ralenti, nous n’avions pas constaté un retour de l’inflation.

Il y a sans doute eu un peu d’inertie mais cette création monétaire débridée ajoutée à la hausse significative des prix des matières premières a déclenché le retour de l’inflation qui semble durable en cette année 2022. La théorie économique est donc toujours d’actualité : si l’on crée plus de monnaie que n’en nécessite l’évolution de la production, la différence va dans l’inflation. Nous en sommes là !

Les conséquences sont diverses :

  • Les sexagénaires rajeunissent en se souvenant des années 1980 où l’inflation était à deux chiffres et que c’est un gouvernement… socialiste qui a cassé la spirale inflationniste, notamment en coupant le lien entre salaires indexés et inflation.
  • Les banques centrales ont déjà commencé à faire remonter les taux d’intérêt ce qui va ralentir la croissance en renchérissant le coût de la dette.
  • Les pays financièrement mal gérés et en déficits publics permanents, comme la France, vont devoir payer des charges d’intérêt de plus en plus importantes compte tenu des niveaux extravagants de leurs dettes.

La prochaine crise risque d’être financière et toucher plus gravement les pays surendettés…

Pendant la guerre, le gaz à flots continus

La guerre de la Russie contre l’Ukraine remet au goût du jour la dépendance énergétique de nombreux pays européens à l’égard de Moscou mais le plus étonnant est l’espèce d’équilibre de fait, accepté par les belligérants et l’Europe. Alors que les combats font rage avec leur cortège d’exactions, de civils et militaires tués de part et d’autre, de villes dévastées par les bombes, la Russie continue à envoyer son gaz dans les pipelines en direction de l’Ouest, y compris le pipeline traversant l’Ukraine.

L’utilisation de l’arme d’un embargo/coupure de l’approvisionnement du gaz russe effraie tout le monde : la Russie qui du coup verrait disparaître les revenus correspondants, les pays européens qui devraient demander à leurs citoyens de réduire leur consommation. Alors les bombardements russes comme ukrainiens prennent bien soin de ne pas risquer d’endommager les pipelines qui sont à leur portée sur le territoire de l’Ukraine, les autres tuyaux d’approvisionnement se trouvant dans d’autres pays. Le gaz circule joyeusement et il est payé rubis sur l’ongle à des cours extravagants compte tenu de la loi du marché. Le gaz passe d’Est en Ouest et les sous font le chemin inverse. On voit même la Russie payer à l’Ukraine les droits de passage dus au titre du transit de son gaz par les oléoducs traversant ce pays…

En voyant cet accord tacite inattendu entre des nations qui ne se parlent plus qu’à coups de bombes, on se dit que la guerre mondiale n’est pas encore pour tout de suite !

Les bonnes âmes occidentales qui n’osent toujours pas dire à Mme. Michu qu’il va falloir qu’elle diminue sa consommation et que, même après restriction, elle paiera plus cher pour se chauffer, parlent de « diversifier » les approvisionnements c’est dire d’aller acheter des hydrocarbures au Qatar ou en Arabie-Saoudite, pays guère plus recommandables que la Russie et tout aussi capables de couper le robinet si leurs intérêts le commandaient.

On parle de « diversifier » la consommation d’hydrocarbures et non de la diminuer, c’est bien là le problème. Les programmes électoraux présidentiels français d’avril dernier de nombre de candidats misaient sur l’arrêt des projets éoliens, notamment :

Protection de nos paysages : pas d’éolien sans accord des populations.

Mesure 24 de Valérie Pécresse

Interdire tout nouveau projet d’éoliennes.

Eric Zemmour

Et sans parler de l’inénarrable Stéphane Bern qui a pris la tête d’une croisade contre les éoliennes en 2021 en les qualifiant de « supercherie ». Par les temps qui courent, tous ces pourfendeurs d’énergie non carbonées vont peut-être devoir ravaler leurs arguments de « bobos en circuits courts ». Certes, l’énergie éolienne n’est sans doute pas exempte de défauts et ne va pas tout résoudre, mais c’est probablement une diversification aussi intéressante que d’aller acheter du pétrole au Qatar qu’il convient de ne pas négliger. La diversification doit concerner non seulement l’origine mais aussi la nature de l’énergie. D’ailleurs on entend beaucoup moins M. Bern ces derniers temps ce qui est de toute façon une bonne chose.

Lire aussi : Le goût de la polémique
~~~~~~~~

La Commission européenne a choisi

La représentation de la Commission européenne à Paris est installée face à l’assemblée nationale dans ce très bel immeuble arrondi qui fait l’angle du boulevard Saint-Germain et du Quai Anatole France. Son balcon du premier étage est pavoisé de drapeaux bleu européen frappés des douze étoiles jaunes. Le drapeau central, beaucoup plus grand que les autres est à double-faces : au recto les couleurs européennes, au verso les couleurs ukrainiennes.

On le sait, la Commission européenne est largement en faveur d’une adhésion de l’Ukraine le plus vite possible à l’Union européenne. D’une manière générale, la Commission a toujours promu les élargissements de l’Union. Comme un chef d’entreprise qui n’aime rien tant que voir grossir son business, la Commission qui exécute les décisions prises par les Etats mais avec une forte capacité d’influence, voire une totale indépendance pour les questions commerciales, accroit son pouvoir à chaque fois que de nouveaux pays entrent dans son périmètre. C’est humain.

Outre l’Ukraine, aujourd’hui la Serbie, l’Albanie et la Macédoine du Nord sont sur la liste des candidats ; la Géorgie et la Moldavie viennent de s’y inscrire dans la suite de Kiev. On imagine aisément ce que serait un Conseil européen avec ces 6 pays en plus des 27 préexistants : un capharnaüm indescriptible et ingérable dans lequel serait sans doute impossible tout décision politique, une espèce d’ONU à 33 pays, sans équivalent du Conseil de sécurité permettant à un petit groupe de pays privilégiés d’imposer leurs décisions aux autres.

Ce serait sans doute la fin de l’Europe politique telle que voulue par ses pères fondateurs, sans parler des pratiques mafieuses pratiquées dans ces pays candidats et sans doute pas en voie de disparition sur le court terme… L’invasion russe contre laquelle se bat courageusement aujourd’hui l’Ukraine lui vaudra sans doute son ticket d’entrée sans trop de discussions et, dans ces conditions, il sera difficile de le refuser aux 5 autres.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la Commission européenne qui décide d’accepter les candidats mais les Etats-membres. En France, la constitution stipule dans son article 88-5 que :

Tout projet de loi autorisant la ratification d’un traité relatif à l’adhésion d’un État à l’Union européenne est soumis au référendum par le Président de la République.

Toutefois, par le vote d’une motion adoptée en termes identiques par chaque assemblée à la majorité des trois cinquièmes, le Parlement peut autoriser l’adoption du projet de loi selon la procédure prévue au troisième alinéa de l’article 89.

https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur

Ce qui signifie que l’adhésion de l’Albanie ou de l’Ukraine devront être approuvées par un référendum, sauf si elle était approuvée dans les mêmes termes par le sénat et l’assemblée nationale à une majorité des 3/5. Compte tenu des conséquences prévisibles sur l’avenir de l’Union, il est peu probable qu’une telle majorité puisse être atteinte. Le référendum devrait en principe être inévitable si le texte constitutionnel n’est pas modifié et est appliqué. Voilà qui promet des débats animés.

Lire aussi : Une première victoire de la Russie
~~~~~~~~

Saint Bolloré et ses apôtres veillent sur leurs téléspectateurs

Félix / Charlie Hebdo (20/01/2021)

Les médias détenus par l’homme d’affaires breton Vincent Bolloré diffusent la bonne parole le dimanche. On connaît les convictions catholiques traditionnalistes du patron, alors elles sont déclinées le dimanche sur l’antenne. « En quête d’esprit » d’Aymeric Pourbaix le matin pour aborder « l’actualité d’un point de vue spirituel et philosophique », « Face à Rioufol » le soir. Véronique Jacquier, commentatrice pieuse et conservatrice, fait le lien entre les deux programmes auxquels elle participe.

Yvan Rioufol est chroniqueur au Figaro et sur CNEWS, plutôt anti-gouvernement actuel sans que l’on sache vraiment quelle offre politique emporterait son agrément, plus que sceptique sur les politiques sanitaires et climatiques appliquées ou envisagées, se plaignant régulièrement de la « dictature sanitaire » dans laquelle le fait vivre le pouvoir français. Il recevait ce soir Laurent Toubiana, chercheur épidémiologiste qui s’est rendu célèbre par des positions anti-establishment lors de l’épidémie de Covid, et Christian Gerondeau (84 ans), que les anciens connaissent comme le Délégué à la sécurité routière dans les années 1970, et qui consacre sa retraite à développer des thèses climato-sceptiques.

Lire aussi : Le Café du commerce sur CNews
~~~~~~~~

Rioufol et Jacquier ont du mal à cacher leur jubilation en écoutant ces invités dont ils partagent les convictions. De la religion le matin à l’actualité post-scientifique le soir, la chaîne Bolloré surfe sur le dogme. C’est une orientation qui rencontre de plus en plus de téléspectateurs et de militants. CNEWS en est l’un des piliers.

Le groupe Bolloré a récemment annoncé la vente de tout son business de logistique et de transport en Afrique, ce qui devrait lui rapporter quelques milliards d’euros. Vincent Bolloré (70 ans) que l’on qualifiait de « Mozart du cash-flow » à l’époque où il a construit son groupe risque d’investir ce nouveau trésor dans d’autres médias pour saturer le paysage audiovisuel de ses idées. Espérons que les médias plus orientés sur le journalisme que la croyance survivront pour pouvoir continuer à opposer la contradiction.

Le temps de l’irresponsabilité

On se souvient que des émeutiers on copieusement saccagé villes, magasins, bâtiments public, véhicules variés et mobilier urbain, et ce tous les samedis durant des mois entre 2018 et 2020. La préfecture de Puy-en-Velay avait même été attaquée et incendiée et le président de la République qui s’y était rendu quelques jours plus tard pour soutenir le préfet et son équipe, le 04/12/2018, avait dû être évacué d’urgence devant les menaces des manifestants.

L’une des premières émeutes avait abouti au saccage de l’arc de triomphe lors d’une des premières manifestations avec une série de photos et de vidéos impressionnantes dont notamment celles d’une bande de zozos faisant les clowns sur ta tombe sur soldat inconnu. Pendant ces deux années de troubles insurrectionnels il y eut de nombreux blessés lors de combats de rue entre les forces publiques et les émeutiers, et des dizaines de millions d’euros de dégâts.

Bien entendu, les contribuables et les assurances (donc leurs clients-cotisants) avaient payé rubis sur l’ongle pour réparer ces destructions et soigner les blessés. On apprend aujourd’hui que le tribunal administratif de Paris vient de condamner l’Etat à indemniser la municipalité de Paris à hauteur de 1,4 millions d’euros.

…en raison des dégradations subies à l’occasion des manifestations organisées dans le cadre du mouvement des « gilets jaunes ».

https://presse.paris.fr/pages/20148

On est là au cœur de la déresponsabilisation des citoyens qui tend à être érigée en règle de fonctionnement de nos démocraties repues. Quand des furieux dévastent l’environnement commun c’est la faute de l’Etat et donc de ses contribuables qui doivent payer. D’autres villes ont déjà, ou auront, des indemnisations similaires. La puissance publique est accusée de ne pas savoir maintenir l’ordre et est donc jugée financièrement responsable des dommages endurés par la communauté.

En l’occurrence il s’agit d’un transfert de charges des contribuables locaux vers les contribuables nationaux, ce qui ne change pas grand-chose : les contribuables payent ! C’est ainsi, l’Etat français est considéré comme ayant des poches profondes et disponible pour régler tous les errements de ses citoyens.

Lire aussi : Le coût des émeutes
~~~~~~~~

Ces émeutes nous ont quand même donné l’occasion d’une franche poilade lorsque l’on vit les opposants de droite au début du mouvement à la fois soutenir les émeutiers et critiquer le « laxisme » du gouvernement. L’inénarrable Laurent Wauquiez a même revêtu le « gilet jaune » emblème des contestataires sur son inséparable parka rouge :

Toutefois, ces imprudents se sont assez rapidement mis en retrait de ce soutien un peu trop vite octroyé, lorsque les émeutiers ont commencé à défoncer les portes de ministères à coup de bulldozers, ou à affirmer leur volonté de « prendre l’Elysée ». Trop tard, les photos et les enregistrements étaient pris et restent disponible pour illustrer l’opportunisme qui est quand même le mode de fonctionnement privilégié de la classe politique française, au détriment de l’intelligence, hélas !

La déconvenue des traîtres à droite

Lorsqu’Éric Zemmour, polémiste de plateaux télévisés, annonça sa candidature à l’élection présidentielle en novembre 2021 il remporta un franc succès dans les sondages, montant jusqu’à 15% des intentions de vote, à tel point que nombre d’élus aux convictions molles ont quitté les partis Les Républicains (LR) et Rassemblement National (RN) pour rejoindre Reconquête !, le parti créé par Zemmour pour soutenir sa conquête.

Guillaume Peltier (vice-président LR), Gilbert Collard (74 ans, avocat médiatique), Jérôme Rivière (chef des eurodéputés RN), Philippe de Villiers (73 ans, retraité de la droite décomplexée), Christine Boutin (78 ans, ancienne ministre conservatrice et bigote), Patrick Buisson (73 ans, ancien conseiller conservateur du président Sarkozy, impliqué dans différentes affaires financières et qui enregistrait secrètement ses conversations avec le président) et surtout, Marion Maréchal ex-Le Pen, petite fille du parrain Jean-Marie Le Pen, qui a trahi sa cousine Marine Le Pen, candidate du partie RN.

Tout ce petit monde devait croire en la victoire de son poulain polémiste de plateaux télévisés, espérer quelques postes en échange d’un soutien de dernière heure. Las, il a terminé avec un score peu glorieux de 7% au premier tour ce qui l’a empêché bien entendu de s’aligner pour le second. Ses afficionados de circonstance ont dû se mordre les doigts de leur félonie et doivent se promettre d’y réfléchir à deux fois avant une nouvelle trahison, car il va bien falloir qu’ils se recasent (sauf pour les plus âgés) : rester chez le perdantou refranchir le Rubicon pour retrouver leurs anciens camarades ?

Lire aussi : Le bal des traîtres en surchauffe
~~~~~~~~

Changer de camp, en politique comme en privé, est toujours un risque à prendre et on ne gagne pas à tous les coups. Le moins dangereux est sans doute de rester fidèle à ses idées en essayant de convaincre ses amis plutôt que de fuir dans le camp d’à côté à la moindre alerte sondagière !

Le Mali a toujours un coup d’avance sur Paris

Dans un communiqué lu hier soir à la télévision publique, le gouvernement malien a annoncé sa décision de dénoncer le « Traité de coopération en matière de défense » qui l’unissait à la France depuis le 16 juillet 2014 et remplaçait un accord plus ancien de 1985. Cette dénonciation est faite conformément aux dispositions de l’article 26, notamment concernant le préavis de six mois après la réception d’une notification écrite.

Après avoir expulsé l’ambassadeur de France en début d’année, le gouvernement malien poursuit sa stratégie de rupture avec la France, et il le fait dans le respect des textes signés, sans excès de propagande et avec une relative discrétion gage d’efficacité pour l’atteinte de ses objectifs. Ces accords de défense n’avaient bien entendu plus de sens depuis plusieurs mois alors que le Mali avait décidé de mettre fin à l’intervention de l’armée française dans ce pays sahélien.

Il aurait été plus satisfaisant pour l’égo français que ce soit Paris qui dénonce en premier ces accords, et même expulse l’ambassadeur du Mali, plutôt que l’inverse, mais la France doit préserver la sécurité de son armée en cours de retrait et de ses citoyens résidant au Mali. Paris avale donc ces pilules amères depuis un an mais au moins une fin nette est prononcée à cette coopération militaire et c’est une bonne chose. Il faudra saisir cette occasion pour passer en revue l’ensemble des « accords de défense » que Paris entretient avec ses anciennes colonies qui n’ont plus guère de sens aujourd’hui.

Espérons que la France ne perdra pas la mémoire de sitôt et qu’elle ne cherchera pas à revenir au Mali par la fenêtre alors qu’elle en a été chassée par la porte ! Il faut laisser le Mali aller vers son destin qui sera désormais sans la France. C’est ce qu’on appelle la décolonisation.

Lire aussi : https://rehve.fr/2022/02/une-decision-porteuse-davenir-levacuation-du-mali-par-larmee-francaise/
~~~~~~~~

Les jeunes ne sont pas contents

Entre les deux tours des élections présidentielles les jeunes ont manifesté leur insatisfaction avec force occupation de facultés et manifestations de rues. Des dégradations importantes ont été commises contre les locaux de la Sorbonne à Paris, notamment dans la chapelle. Une plainte contre X a été déposée par cette université.

Selon les analyses, près de 40% des 18-24 ans ne sont pas allés voter au premier tour, et 30% des autres ont voté pour le candidat Mélenchon. Comme ce dernier n’a pas été qualifié pour le second tour, les jeunes, comme le reste de la France, se sont donc retrouvés au second tour avec deux candidats de droite ce qui n’eut pas l’heur de leur plaire.

Peut-être aurait-il été plus efficace d’aller voter le dimanche au lieu de casser la Sorbonne le mercredi ? C’est un vieux débat, déjà en 1968 les révolutionnaires du VIème arrondissement scandaient « élections piège à cons ! » en dévastant le boulevard Saint-Michel. La plupart d’entre eux ont eu le temps de changer d’idées depuis et se sont recyclés dans les entreprises du CAC40 ou sur les plateaux télévisés avec Daniel Cohn-Bendit qui n’aime rien tant que deviser sur la politique française.

L’histoire est un éternel recommencement mais on semble plus proche en 2022 de l’instauration d’un pouvoir illibéral en France qu’on ne l’était en 1968. L’abstention des jeunes est donc plutôt une bonne chose à court terme car, quand ils votent, ils se prononcent en faveur de candidats illibéraux (Mélanchon ou Le Pen pour cette élection). A plus long terme c’est une autre histoire car la démocratie a besoin du vote pour exister. A trop se désintéresser des bureaux de vote, les citoyens jeunes et vieux risquent de favoriser un jour l’élection de candidats non souhaités par eux.

Si cela arrivait, ils n’auraient plus que leurs yeux pour pleurer en espérant que les institutions de la République seraient suffisamment solides pour offrir une chance d’inverser l’élection la fois suivante, ou pas…

Merci Monsieur le président

Le président russe souhaite « bonne santé et du bonheur » à son homologue français Emmanuel Macron à l’occasion de sa réélection acquise hier soir.

Bonne nouvelle : malgré la guerre les amabilités diplomatiques continuent !

Les médias toujours à leur limite d’incompétence

Alors que le deuxième tour des élections présidentielles françaises doit se dérouler ce dimanche 24 avril, le traditionnel débat télévisé entre les deux candidats finalistes Marine Le Pen et le président actuel, Emmanuel Macron, est programmé demain mercredi. Les médias frétillent d’impatience et affichent une fébrilité sans borne face à cet affrontement de circonstance qu’ils chérissent car potentiellement porteur de petites phrases assassines, d’approximations à relever, voire de crises de nerfs des débatteurs, bref, d’une bonne audience garantie et donc d’un prix de la minute de publicité à la hausse pour cette soirée de duel.

Du coup, ces médias se consacrent depuis quelques jours quasi exclusivement à déblatérer sur les aspects mineurs de la préparation du débat de mercredi : l’espacement entre les candidats, la température, qui commencera et qui clôturera, comment et où se préparent les belligérants, etc. Et tous ces mêmes médias de se référer aux débats similaires des élections précédentes en ressortant des placards les journalistes qui opéraient à l’époque.

Plutôt que délayer sur des sujets annexes de peu d’importance, il serait plus utile pour leurs auditeurs et téléspectateurs qu’ils investissent dans l’analyse des programmes proposés qui vont régir la vie des Français pour les cinq années à venir. Mais cela nécessiterait qu’ils lisent et analysent lesdits programmes ce qu’ils n’ont manifestement ni l’envie ni le temps de le faire, préférant consacrer leurs talents à l’écume des choses.

Rappelons que la corporation des titulaires de cartes de presse bénéficie d’une niche fiscale sous forme d’un abattement forfaitaire sur leurs revenus imposables pour « frais d’emploi ». Ces subventions financées par les contribuables devraient, à tout le moins, générer un comportement responsable des journaux et journalistes qui en sont les bénéficiaires. Ils sont ainsi reconnus un peu comme service public, qualification qui devrait être un gage de qualité et non de beaufitude alors qu’aujourd’hui le mélange entre divertissement et information est de plus pratiqué.

On pourrait supprimer cette niche fiscale imméritée et en réorienter le produit au financement de l’amélioration de la qualité de la formation dans les écoles de journalisme. Ce serait juste et annonciateur d’un meilleur niveau de compréhension de la politique par Mme. Michu qui pratiquerait ainsi son droit de vote de façon plus éclairé.

Perruques et rumeurs

Une rumeur persistante mais non encore certifiée voudrait que Brigitte Macron et Rachida Dati portent des perruques. Au vu des photos disponibles, c’est une hypothèse que l’on ne peut pas exclure. Une seule certitude, à leurs âges, leurs couleurs ne sont pas naturelles, pas plus que la tenue de leurs cheveux. A tout le moins, si ce ne sont pas des perruques, elles doivent passer au moins une heure tous les matins avec un coiffeur pour afficher une telle raideur.

Si elles portent des perruques, est-ce à dire qu’elles ont rasé leurs vrais cheveux pour porter ce succédané de chevelure ? Cela relève du même processus que celui de la chirurgie esthétique, en moins définitif bien sûr : se mutiler pour des questions de paraître. Et lorsque le paraître à ce point privilégié, c’est souvent pour masquer l’insuffisance de l’être.

L’élection en cours confirmera peut-être cette rumeur du déni de réalité qui frapperait également les deux femmes.

Compétition de la dépense publique

La campagne électorale présidentielle française s’achève avec le premier tour demain. C’est un véritable championnat mondial de celui qui proposera le plus de dépenses publiques. La lecture des douze tracts électoraux des douze candidats retenus est édifiante à ce niveau et sont une succession d’annonces de nouvelles dépenses et de baisses d’impôts[1]. Rares sont les mesures qui vont dans le sens d’une tentative de maîtriser le gouffre du déficit des finances publiques, mais il en existe heureusement quand même quelques-unes. La crise sanitaire de 2020-2021 durant laquelle le dogme du « quoi qu’il en coûte » a été appliqué sans limite a fait tomber toutes les barrières de la bonne gestion. Il est toujours vivace dans les esprits au cœur de la campagne présidentielle. Si ce concept a été largement appliqué par toutes les démocraties, la France a encore réussi à battre les records du pays ayant le plus dépensé par habitant. La guerre entre la Russie et l’Ukraine donne une nouvelle excuse pour encore repousser le moment du retour aux réalités.


[1] La candidate du parti conservateur LR propose même : « Un vrai statut rémunéré pour les sportifs de très haut niveau qui leur permettra de se consacrer entièrement à leur pratique ».

La hausse de l’inflation mondiale depuis quelques mois est la première sanction de ces politiques de la dépense publique sans compter rendue possible par de la création monétaire indirecte (rachat de dettes publiques par les banques centrales ou « quantitive easing »). C’est aussi le retour de la théorie économique : la création de monnaie centrale déconnectée de l’évolution de la production se traduit par de l’inflation. Nous y sommes.

La prochaine crise devrait être financière mais il est vulgaire de parler de ces problèmes en France en pleine campagne électorale. L’avenir risque de nous rappeler assez rapidement aux affres de la vraie vie.