TOLSTOÏ Léon, ‘Les Cosaques’.

Paru : 1863, Chez : Livre de Poche – Classique #1399

Un officier russe en campagne dans le Caucase, Olenine,  est logé dans un village cosaque et tombe amoureux de la fille de sa logeuse. L’armée russe épaulée par les cosaques est en lutte contre les rebelles tchéchènes (déjà). Toute une soldatesque, jeune, éprise de grandeur et de liberté, combat autant pour briller et séduire les femmes que pour défendre le Tsar qui est bien loin.

Olenine du haut de son statut d’officier russe découvre avec envie ce monde des fiers cosaques. Tiraillé entre son sens du devoir et son amour pour cette cosaque il erre, indécis, au milieu des ces sentiments qui le hantent et le mèneront à l’échec.
Encore jeune, Tolstoï a lui-même suivi son frère militaire au combat dans le Caucase. « Les Cosaques » raconte cette aventure pleine de sentiments violents.

 

Un médecin généraliste à la retraite

Le médecin généraliste référent du chroniqueur lui apprend qu’il part à la retraite à la fin de l’année at qu’a priori son cabinet situé dans le XIVème arrondissement ne sera pas repris. Les jeunes médecins ne souhaiteraient plus s’embarquer en profession libérale et dans la gestion d’un cabinet. Ils préfèreraient travailler comme salariés dans des maisons de santé avec des horaires plus ou moins fixes et moins de contraintes de paperasserie.

Ce ne semble pas être une désertification médicale en marche à Paris, mais plutôt une évolution dans la façon de se faire soigner. Moins de relations personnelles avec le médecin de famille d’antan et une médecine qui sera plus industrialisée, c’est ainsi. Cela ne veut pas dire que nous serons moins bien soignés mais la médecine est également en cours de restructuration, comme le reste de la société.