Sujets à cliquer

Un nouveau drame de la bêtise

La concomitance des émeutes en France avec un attentat religieux à Strasbourg provoque une recrudescence inhabituelle des théories loufoques dont Mme. MIchu se laisse convaincre au Café du Commerce. Qu’on en juge : les assassinats de Strasbourg auraient été commandités par le gouvernement français pour dissiper l’attention des citoyens sur les émeutiers et leurs revendications. Les premières enquêtes en cours ne confirment pas cette hypothèse.

Encore un drame de l’abrutissement des masses attisé par le niveau du débat citoyen actuel, des tweets de Nadine Morano aux interviews des joueurs de fouteballe. Soyons optimistes, investissons dans l’éducation et l’intelligence vaincra !

Le retour des attentats religieux en France

Un voyou multirécidiviste, a priori passé du banditisme au terrorisme religieux, tire au pistolet au hasard dans les rues de Strasbourg mardi 11 décembre. On en est à trois morts à ce jour plus une dizaine de blessés dont plusieurs entre la vie et la mort. Le suspect a été tué par la police ce soir après deux jours de traque dans la ville. D’origine marocaine, né à Strasbourg, ce citoyen français s’est plongé dans l’islam comme il avait baigné dans le deal et le braquage. Ces transitions qui n’ont rien de nouveau quand on regarde le parcours des terroristes religieux ayant sévi ces dernières sur le territoire français, laisse toujours l’observateur pantois tant semblent opposés les enseignements de la religion et les buts des terroristes. En réalité ces terroristes s’inspirent du langage moyenâgeux et métaphorique des livres saints, refusant d’en moderniser l’interprétation, et retournent leurs armes contre la République qui les a élevés. Le groupe Etat islamique a revendiqué cet attentat.

Comme à chaque attentat, le sang n’était pas encore séché sur les trottoirs que les aboyeurs habituels se sont déchaînés dans l’indécence. Laurent Wauquiez fut cette fois-ci encore en tête de gondole :

Parce genre de message félon, le chef du parti conservateur de droite laisse penser à Mme. Michu que ses dirigeants ne font rien et se contentent de regarder passer les trains. Cette hypothèse est incorrecte et il suffit tout simplement de compulser les textes des lois anti-terrorisme qui se sont succédé depuis les attentats des années 95′ pour le constater. Non seulement les textes évoluent mais les pratiques également. Outre l’engagement militaire à l’étranger de l’armée française, l’efficacité des forces de sécurité nationales s’est beaucoup renforcée. Mais le mieux est sans doute de laisser la caravane passer devant les chiens qui aboient. Wauquiez est désormais sans doute irrécupérable pour la raison.

Laurent Wauquiez soutient les émeutiers

Impayable : Laurent Wauquiez, chef de Les Républicains affirme sur un plateau télévisé qu’il n’a jamais porté de « gilet jaune », signe de ralliement des contestataires qui perturbent le fonctionnement de la République depuis plus d’un mois. Evidement une photo est rapidement ressortie des tiroirs montrant l’impétrant en… gilet jaune sur un barrage. La photo n’est pas contestée, M. Wauquiez a simplement expliqué qu’il avait oublié cet évènement.

La presse adore les « gilets jaunes »

Les plateaux médiatiques adorent la contestation actuelle. D’abord car il n’y a aucune analyse à faire sinon répéter jusqu’à la nausée qu’il ne faut pas confondre les gentils « gilets jaunes » avec les méchants casseur, que le mouvement est inédit car spontané et sans représentant ou gloser sur la pluie de sondages testant le sentiment des français vis-à-vis du mouvement.

Ensuite les politicards s’affrontent sur le sujet au mépris de toute cohérence, où l’on voit la droite conservatrice parader en gilet jaune, l’extrême droite appeler à ouvrir les Champs Elysées aux manifestants, un ancien président socialiste (dont le gouvernement a fait voter la hausse actuelle des taxes sur le carburant) expliquer comment lui écoutait la contestation, Christine Boutin ou Isabelle Balkany tweeter compulsivement leur amour des « gilets jaunes ». Bref, c’est le grand guignol qui constitue le fonds de commerce d’une grande partie de la presse qui se régale.

Enfin, il y a des émeutes et la vision des voitures brûlées dans les rues des beaux quartiers parisiens déclenche une excitation pavlovienne dans l’œil de journalistes qui ne se lassent pas de montrer ces images qu’ils assortissent de leurs banalités.

En fait, comme souvent en France une minorité de citoyens utilise sa capacité de nuisance pour bloquer le pays, et une minorité dans la minorité casse les biens desdits citoyens. Ces perturbateurs se sentent investis d’une mission souveraine qui ne peut pas attendre les prochaines élections pour s’exprimer, ils investissent donc la rue et se souviennent que leurs ancêtres ont guillotiné un roi ! 

Le Cameroun va employer son argent à meilleur escient

La fédération africaine de fouteballe constate que le Cameroun qui devait organiser une compétition régionale en 2019 ne sera pas en mesure de livrer les infrastructures attendues dans les délais, du coup voilà le pays privé de cette coupe qui sera organisée ailleurs. C’est une bonne nouvelle pour ce pays qui a vraiment d’autres priorités à prendre en compte que de construire des stades de sport dans un pays miné par le sous-développement, la corruption, la sécession entre anglophones et francophones, le terrorisme religieux, sans parler du vieillard de 85 ans qui occupe sa présidence depuis plus de 35 ans…

Ce malheureux pays concentre tous les errements de l’Afrique postcoloniale après avoir subi les ravages de la double colonisation britannique et française. Les dépenses qui seront ainsi économisées par la non-organisation de la compétition devraient pouvoir être réallouées à des sujets plus productifs et plus utiles à la population, à moins qu’elles ne viennent enrichir encore le clan présidentiel dont le parrain, Paul Biya, passe maintenant plus de temps en Suisse, entre sa résidence de nabab et l’hôpital local, que dans sa capitale.

La coupe « taliban » fait fureur

Voici une photo d’un journaliste du service public qui a adopté la coupe « taliban », crâne rasé et barbe fournie :

C’est une véritable mode virale qui saisit une portion significative de la population. Dès qu’une calvitie s’annonce les impétrants rasent le haut de la tête et libère le bas. Il faut dire que les talibans eux, n’attendent pas la calvitie pour adopter la coupe. Après Booba et Karis :

On a eu Thierry Henri :

Sans parler de notre voisin de palier…

Wauquiez dans tous les râteliers

Alors qu’un projet de loi sur l’ouverture de la procréation médicale assistée (PMA) aux couples homosexuels se prépare, Laurent Wauquiez rappelle quelques vérités devant un parterre catholique-conservateur de l’organisation Sens commun en expliquant que cette PMA qui existe depuis plusieurs décennies pour les couples hétérosexuels serait immanquablement étendue aux couples gays à partir du moment où le mariage de ceux-ci avait été légalisé. C’était écrit et c’est probablement ce qui va se passer, en ceci il n’avait pas tout à fait tort. Le problème avec ce garçon c’est que depuis qu’il a abandonné la philosophie pour la politique, il a perdu toute mesure et n’a pu s’empêcher d’assimiler la PMA de mener à l’eugénisme et au nazisme, ce qui a déclenché un peu d’émotion sur les plateaux télévisés fréquentés par le microcosme mondain, mais aussi des soignants pratiquant la PMA ainsi que les patients en bénéficiant.

Wauquiez s’adressait à un auditoire conquis qui avait déjà entendu Sarkozy, son ex-mentor, envisager de revenir sur le mariage pour tous. Il a eu son petit succès. Comme d’habitude il a dérivé vers la déraison et sa comparaison avec le nazisme n’a pas de sens et sans doute peu d’efficacité politique. Les militants de Sens commun ne veulent pas de la PMA ni de l’avortement car ces actes sont contraires à leur interprétation de la parole du Dieu auquel ils croient. Ils n’ont pas besoin de l’épouvantail du nazisme pour rejeter ces actes. Par contre les conservateurs et les centristes de droite peuvent être effrayés par un tel manque de sérénité d’un prétendant au pouvoir suprême. On se demande d’ailleurs si Wauquiez se laisse déborder par son bavardage de café du commerce ou si son discours est autocontrôlé ?

Ceci étant dit le débat sur l’extension de la PMA mérite d’être mené car quoi que l’on en dise, l’étape suivante sera la GPA (gestation pour autrui). C’est écrit également et cela ne sert à rien que de vouloir cacher cet agenda, sinon attiser les haines et les soupçons. Oui il y a un risque d’eugénisme, ou en tout cas de choix génétiques qu’il faut anticiper et encadrer, oui il y a une possibilité de dérives commerciales concernant l’acte de procréation, etc. Ce débat mérite de l’intelligence et de l’éthique comme on en usa lors des discussions sur les différents textes de loi sur la fin de vie. Il faudrait donc exclure les Wauquiez & co. de ce type de discussions. C’est hélas démocratiquement impossible.

La minute de silence à la radio

En ce jour de commémoration du centenaire de l’armistice de la guerre de 14-18, les journalistes de radio s’écoutent parler en commentant un défilé de dirigeants mondiaux sur le pavé parisien. Mais il y a une chose qu’ils n’aiment pas c’est la minute de silence propre à ce genre de cérémonie. Une minute de silence  nécessite en principe… le silence, c’est-à-dire se taire, fermer sa bouche, mettre ses cordes vocales au repos pour 60 secondes. Se taire pour un journaliste c’est une maladie honteuse, alors généralement au bout de 15 secondes ils reprennent la parole pour aligner les banalités qu’ils affectionnent. Ainsi va notre société qui privilégie la communication sur le fond.

MARCEL Gabriel, ‘En chemin vers quel éveil ?’.

Sortie : 1971, Chez : Voies ouvertes – Gallimard

Gabriel Marcel (1889-1973 ) est un philosophe, dramaturge, critique littéraire et musicien (à ses heures perdues). Auteur de nombreuses œuvres philosophiques et de pièces de théâtre, au crépuscule de sa vie il a décidé d’écrire non pas ses mémoires mais des pensées lui venant lorsqu’il jette un regard sur toutes ces années passées à réfléchir, analyser, écrire sur le sort de l’Homme.

Au cœur d’une période si fertile en philosophes de tous bords, il a aussi développé un courant que l’on a appelé « existentialisme chrétien » pas vraiment compatible avec l’existentialisme de Sartre semble-t-il. Bref, l’Homme n’est pas déterminé par quiconque mais libre et responsable de son existence. Gabriel Marcel s’étant converti à la religion catholique il ajoute Dieu à son existentialisme et là commencent les problèmes conceptuels. Mais qu’importe, il explique ce qu’il croit et n’exclut rien, y compris le spiritisme dont certaines expériences l’ont marqué.

La guerre de 14-18 a précédé sa conversion et l’a poussé vers l’existentialisme, quoi de plus symbolique de la liberté que celle prise par les hommes de s’entre-tuer ? Son passage au catholicisme en 1929 est sans doute le fait marquant de sa vie, et de sa pensée, sur lequel il ne cesse de s’interroger, voire de se justifier. Il reconnaît toutefois « le caractère hasardeux de l’engagement [souscrit] » et n’exclut pas totalement qu’il existe « une marge d’incertitude » quant à la réalité de la résurrection du Christ qui pourrait un jour être contredite. Malgré tout, création, compassion, universalité, mystère [« ce qui n’est pas problématisable »]… sont des concepts qu’il vit « charnellement » et qui nourrissent ses réflexions sur cette religion à laquelle il s’attache en pleine connaissance de cause, non comme à une bouée de sauvetage à ses angoisses mais qu’il reçoit comme une éclairante certitude intellectuelle. Pour lui les valeurs chrétiennes ne peuvent pas être vécues sans la foi et l’existence de cet humanisme semble justement lui confirmer l’existence de Jésus. Chacune de ses pièces de théâtre semble inspirée par ces réflexions. Il reste à les lire !

Au-delà de ce retour sur des décennies de foisonnantes réflexions philosophiques il note quelques passages de l’Histoire et de son existence : le décès du Général de Gaulle qui après une vie de combats glorieux souhaite être enterré dans un petit village de France auprès de sa fille Anne handicapée et morte très jeune ; le procès des basques de Burgos par le régime de Franco en 1970 ; l’adoption de son fils « … une sorte de greffe spirituelle » ; la musique « …capable de traduire cette conjonction du chagrin et de la joie, qui ne se laisse pas exprimer dans un langage conceptuel [au sujet de l’armistice de 1918] » ; le décès de sa femme et d’autres proches…

Gabriel Marcel connut une reconnaissance certaine de ses pairs, y compris à l’étranger. Docteur honoris causa dans nombre d’universités, récipiendaire de nombreux prix… ce livre retrace quelques étapes du parcours d’un humaniste du XXème siècle éclairé par la foi catholique. Les non-initiés ne comprendront pas tous les concepts abordés mais on pressent un humain qui participa à cette grande tâche de la Pensée et c’est bien là le plus fondamental.

L’église fait dans le clanisme

On apprend avec stupeur qu’un schisme se déroule au sein de l’Eglise orthodoxe dont la section russe a décidé de rompre « totalement » avec le patriarcat de Constantinople car ce dernier aurait reconnu l’indépendance de l’Eglise ukrainienne qui était placée sous la tutelle russe depuis 332 ans. Du coup tout ce petit monde ne pourra plus partager ni liturgie ni communion entre ses fidèle mais chacun mènera ses petites affaires politico-religieuses de son coté, en attendant des jours meilleurs.

Constantinople on s’en souvient est le nom de la ville qui est devenue Istanbul après la chute de l’empire ottoman au début du XXème siècle. Le patriarcat en est resté à Constantinople et règne plus ou moins sur l’Eglise orthodoxe turque, c’est-à-dire un marché extrêmement réduit au sein d’un pays très majoritairement musulman, mais il étend aussi son autorité sur les territoires grecs autrefois conquis par les ottomans, dont la Crète, Patmos, Rhodos, Simi et quelques îles du Dodécanèse et même des micro-archevêché orthodoxes en Europe et en Amérique. Tout ceci additionné, cela fait plus de monde (et de ressources financières).

De schismes en excommunication puis en tentatives de réconciliation, les églises comme les partis politiques se déchirent, se divisent, agitées par l’ambition des hommes que la sagesse de Dieu ne parvient que rarement à apaiser. L’Eglise orthodoxe aujourd’hui c’est un peu comme la gauche en France, à force de se fâcher les uns avec les autres, ses représentants ont scindé le marché en une multitude de petites niches qui ne représentent plus grand-chose mais où chacun a monté sa propre boutique pour essayer d’en capter la clientèle. Dans l’Eglise orthodoxe le militant donne beaucoup et le parti est exonéré d’impôt, les intérêts commerciaux ne sont donc jamais très loin. Dans un cas comme dans l’autre, cela n’a finalement guère d’importance. D’ailleurs, les adhérents comme les fidèles ne semblent pas s’en émouvoir particulièrement.

La presse ventile le vide

Un remaniement ministériel est annoncé depuis quelques jours suite à l’abandon de poste du vieillard félon qui occupait le fauteuil de ministre l’Intérieur. Le président et le premier ministre prennent leur temps pour mettre en œuvre ce mouvement. Après tout rien ne presse, un ministre intérimaire a été désigné et, surtout, les fonctionnaires de ce ministère font leur boulot. Les citoyens ne semblent pas trop s’émouvoir de cette situation plus préoccupés par leur quotidien que par cette éphémère agitation médiatique de salons parisiens.

Le plus édifiant dans cette histoire est que la presse ne sait pas se taire quand elle ne sait pas ou même dire « je ne sais pas, passons au sujet suivant ». Elle ne connait pas ni quels ministres seront remplacés, ni par qui. Alors sur les plateaux télévisés chacun y va de son pronostic, certains font allusion avec un air entendu à des informations confidentielles qu’ils auraient obtenues, d’autres à des contacts au plus haut niveau qui seraient les leurs, untel saurait que tel élu aurait refusé une proposition, qu’un autre aurait sollicité un poste… En fait, très peu de monde doit savoir quelque chose et c’est très bien ainsi. Un remaniement ministériel ce n’est pas une vente aux enchères, discrétion et efficacité doivent être de rigueur. Mais cela, un journaliste de rencontre le vit comme une « entrave au devoir d’informer ».

Dans les écoles de journalisme on doit donner des cours sur le thème « remplir le vide sur les ondes quand on ne sait rien ». On peut penser que cet enseignement est de qualité car télévisions et radios françaises pullulent d’experts capables de tenir un plateau en moulinant dans le vide jusqu’à épuiser leurs auditeurs sans rien leur apprendre. Cette attitude est un étrange mélange entre autosatisfaction, nombrilisme et inculture. Heureusement il reste encore quelques médias où l’intelligence et la compétence priment sur la ventilation. Soutenons-les pour qu’ils survivent !

Le pape et le tueur à gage

Le pape catholique gratifie son marché d’une nouvelle déclaration contre l’avortement :

« Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ?… Est-il juste d’avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème ? »

Rien de bien nouveau sur le fond, l’Eglise a été, est et restera hostile à cet acte qui contrevient à son idéologie. La comparaison du médecin pratiquant l’avortement à un tueur à gages sera certainement appréciée par la communauté médicale. Les médecins qui croient à la Bible approuveront, ceux qui croient à la Raison souriront. Le mieux est certainement de traiter cette nouvelle saillie papiste par le dédain, vouloir convaincre l’Eglise catholique des bienfaits de l’avortement c’est un peu comme d’imaginer Marx en trader à Wall-Street chez Goldman Sachs. On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif !

Evidement ces assertions moyenâgeuses renforcent ceux qui sont déjà convaincus mais il est improbable qu’elles fassent changer d’avis ceux qui privilégient la raison sur le dogme. En Europe certains pays restreignent considérablement (voire cherchent à interdire) le droit à l’avortement, ce sont les nations à forte domination catholique comme la Pologne ou l’Irlande. Les pouvoirs en place y sont élus démocratiquement et les conservateurs y dominent, ils adorent le pape et détestent l’avortement, c’est ainsi, on ne saurait toujours pas faire boire un âne qui n’a pas soif ! Sans doute les nouvelles générations feront évoluer la situation vers plus d’intelligence, une question de temps. Il suffit de voter pour un parti d’inspiration plus libérale et d’aller moins à la messe…

L’écume inutile de la politique

On le sait, suite à la démission du ministre de l’intérieur, vieillard irresponsable de 71 ans abandonnant le navire après une année au service de la République, un remaniement ministériel est nécessaire car il faut au moins remplacer le déserteur. En attendant, un intérimaire a été nommé en la personne du premier ministre. Il y a du monde sur le pont.

Les nominations n’ont pas encore été annoncées au bout de plusieurs jours alors les journalistes mondains et l’opposition à court d’idées glosent sans fin sur cette défaillance du pouvoir en place. Dans la réalité, la maison est tenue par les hauts fonctionnaires et il n’y a pas défaillance du pouvoir. Vu d’ailleurs le calibre du partant, on peut penser que ces dits fonctionnaires étaient déjà aux commandes lorsque le ministre âgé était à leur tête.

Ce déchaînement éphémère permet une fois de plus aux occupants des médias de s’exonérer de travailler sur les vrais sujets. Plutôt que de lire le projet de loi de finances 2019 (274 pages) et de l’expliquer aux citoyens, les journalistes de circonstance préfèrent parier sur l’heure exacte d’annonce de la composition du nouveau gouvernement. Plutôt que d’annoncer leurs programmes alternatifs de gouvernement les oppositions politiques diverses choisissent d’invectiver le pouvoir devant la télévision à l’assemblée nationale au sein de laquelle ils sont rémunérés par les contribuables pour travailler et non pour jouer au ballon.

Le chef du groupe Les Républicains à l’assemblée a fait aujourd’hui cette déclaration inoubliable au premier ministre qui l’écoutât avec sérénité :

« … quand les premiers soutiens désertent ou n’y croient plus, c’est une Bérézina annoncée. Ce n’est pas votre capacité à composer un gouvernement qui va rassurer les français. Depuis une semaine, la tragi-comédie continue. Vous n’arrivez même plus à dissimuler l’affaiblissement du pouvoir exécutif… Le président de la République a perdu son autorité, son crédit, son image personnelle est durement entachée. Votre politique est un échec. Le chômage, les impôts, le pouvoir d’achat, tous les indicateurs sont au rouge. Vous êtes aujourd’hui incapable de proposer un gouvernement crédible à la France tant c’est le vide autour de vous monsieur le premier ministre. Ma question est donc simple : jusqu’à quand cette mascarade va-t-elle continuer monsieur le premier ministre ? »

Ce garçon, Christian Jacob, joue le rôle de l’aboyeur en chef de la droite depuis si longtemps. Ex-ami de Jean-François Coppé, voilà des années qu’il injurie ceux qui ne sont pas dans son camp. Les comptes rendus des débats de l’assemblée nationale en attestent. Il faut quand même une drôle de constitution d’esprit pour exercer un tel métier. Sur sa fiche signalétique de l’assemblée nationale il se déclare « agriculteur » ; cela doit tout de même faire un moment qu’il n’a pas fait de récolte, il préfère manifestement le champ de bataille des questions au gouvernement que les champs de colza. Il fait partie de ce personnel politique qui abaisse le débat et abrutit ceux qui l’écoutent. Il a 58 ans, et sans doute encore sur la scène pour longtemps…

Valls dans Paris-Match plutôt qu’à l’Assemblée nationale


Manuel Valls, ex-premier ministre français et actuel député, s’expose dans Paris-Match avec sa nouvelle fiancée. Il aurait l’intention de porter plainte contre le torchon parisiano-pipole. Il n’a pas toujours été opposé à Paris Match et on se souvient de ces images gnan-gnan de 2013 avec une ancienne fiancée, validées à l’époque par l’impétrant :

Le garçon bénéficie d’une double nationalité française et espagnole. Il serait intéressé par la mairie de Barcelone où il passe beaucoup de temps. S’il bossait un peu plus à Paris dans son job à l’Assemblée nationale, pour lequel il est correctement payé par les contribuables nationaux, plutôt qu’à faire le dindon en Rayban à Barcelone il prendrait moins de risque d’être la cible de la presse de caniveau. Ces comportements de midinettes tuent la politique et la pensée. Au boulot M. Valls, et au boulot à Paris pour le moment !

Lire aussi : Les ambiguïtés de la double nationalité

Désespérance des idéologies religieuses

La religion catholique se débat depuis des décennies dans d’interminables, récurrentes et déprimantes histoires de pédophilies. Des curés à la sexualité trouble ont violenté des enfants pendant des générations entières, souvent des petits garçons, parfois des filles, dans un silence assourdissant et… religieux. Rien de vraiment bien nouveau, même la littérature en a parlé, Montherlant et d’autres.

Ce qui provoque l’ire actuelle des victimes et les réjouissances de la presse c’est qu’il apparaît que certains de ces agissements illégaux et moralement choquants de prêtres catholiques auraient été couverts par leurs hiérarchies, locales ou vaticanes, pour les soustraire à la justice. Des cardinaux ont déjà été mis sur la touche, si l’on ose dire, voire démissionnés par un pape qui n‘arrive pas bien à se dépêtrer de ces affaires gênantes et, en tout cas, très contraires aux enseignements de la Bible.

La corporation catholique cherche à se protéger mais comme souvent en ces circonstances il apparaît des « sociaux-traitres ». Un ancien ambassadeur du Vatican (Carlo Maria Vigano) vient de publier une lettre ouverte de 11 pages (cf. ci-dessous) dans laquelle le garçon explique qu’il a déjà dénoncé ces pratiques pédophiles auprès de sa hiérarchie depuis 2006 lorsqu’il était en poste aux Etats-Unis. La lettre rappelle tous ces faits et cite les noms des coupables, des faits et de leur couverture. Au bout des 11 pages de dénonciation, il implore le pape de reconnaître ses erreurs et de démissionner, et Dieu de les aider sur le chemin de la repentance :

In this extremely dramatic moment for the universal Church, he must acknowledge his mistakes and, in keeping with the proclaimed principle of zero tolerance, Pope Francis must be the first to set a good example for cardinals and bishops who covered up McCarrick’s abuses and resign along with all of them.

Even in dismay and sadness over the enormity of what is happening, let us not lose hope! We well know that the great majority of our pastors live their priestly vocation with fidelity and dedication.

It is in moments of great trial that the Lord’s grace is revealed in abundance and makes His limitless mercy available to all; but it is granted only to those who are truly repentant and sincerely propose to amend their lives. This is a favorable time for the Church to confess her sins, to convert, and to do penance.

Le pape quant à lui s’est refusé à commenter cette lettre ouverte mais a conseillé à tous de la lire. C’est ce que nous avons fait. Il s’agit d’une classique lettre de dénonciation, au moins est-elle signée. Le lecteur lambda est bien sûr incapable de démêler le vrai du faux. On a rarement vu par ailleurs une corporation s’autosanctionner objectivement pour ses errements. La justice de Dieu a ses limites et, en ce qui concerne des affaires pénales, c’est la justice des hommes qu’il faut laisser agir, basée sur le code pénal et non sur la Bible. La Justice française est saisie du cas de l’évêque Barbarin soupçonné d’avoir couvert des actes de pédophilie dans son diocèse de Lyon, elle jugera bien mieux et objectivement que des cardinaux réfugiés à Rome. Il faut faire de même avec d’autres religieux qui seraient soupçonnés de faits comparables.

Le célibat imposé au statut du prêtre pousse sans doute les sexualités perverties à se manifester plus facilement. Il faut probablement réfléchir à le faire évoluer, comme d’ailleurs d’autres dogmes datant d’un autre âge, ce qui n’est pas gagné compte tenu du côté très réactionnaire de cette religion. C’est sans doute à ce prix qu’elle regagnera des parts de marché en Occident. En attendant il est plus prudent que les parents ne mettent pas leurs enfants dans des écoles religieuses ni ne les envoient dans des organisations catholiques pour les vacances ou le catéchisme. Il existe bien d’autres alternatives dans nos sociétés pour l’éducation et les loisirs de nos chères petites têtes blondes car il est à craindre que ces histoires de curés touche-pipi seront aussi éternelles que l’au-delà qu’ils nous promettent dans les églises, hélas !

La lettre ouverte de Carlo Maria Viganò

Continuer la lecture de « Désespérance des idéologies religieuses »

Les joueurs de rugby tombent

Un joueur de rugby de 21 ans est décédé ce 10 août après un choc sévère sur le terrain. Le lien entre les deux évènements est en cours d’analyse. Comme à chaque drame de cet ordre, la presse sportive, éventuellement suivie par les fédérations de ballons, constate que la professionnalisation du rugby a renforcé la force physique des joueurs et les affrontements violents sur le terrain. La médiatisation et les intérêts financiers ont fait le reste : le nombre de traumatismes crâniens avec séquelles lourdes augmente sensiblement, la mort est parfois au bout du chemin, même au cours de matchs amateurs. Des constats équivalents sont portés sur le fouteballe américain ou la boxe.

Il suffit de passer quinze minutes devant un poste de télévision lors d’un match de ballon ovale pour comprendre la violence de ce « jeu », voire même s’étonner qu’il n’y pas plus de blessés. Mais le public est enthousiaste et les télévisions en redemandent. Du pain et des jeux pour le peuple…

La bonne nouvelle est que pour réduite cette hécatombe, en théorie, il suffit de ne plus jouer au rugby et de passer au curling. La moins bonne est que c’est plus difficile à faire qu’à dire tant l’attrait que ces « vedettes » du ballon exercent est fort en ces temps d’affadissement intellectuel de nos sociétés. Des gamins de 20 ans s’y brulent les ailes en espérant un jour briller sous la lumière des stades.

Pour Louis Fajfrowski qui jouait à Aurillac, il est trop tard pour réfléchir, hélas.