Sujets à cliquer

Les prix du fouteballe en Russie

 


Les prix officiels des tickets des matches de la coupe du monde de fouteballe en Russie s’échelonnent entre 105 et 1 100 USD selon le stade de la compétition auquel on s’intéresse. Il y a une catégorie pour « personnes obèses », sans supplément de prix. Il s’agit des prix officiels affichés sur le site de la fédération internationale mafieuse de foute, gageons que le marché noir doit multiplier par trois ou par quatre.

Le grand abrutissement

10/02/2016

Ca y est : la grande procession de l’abrutissement des masses par le fouteballe a démarré. Les fans se précipitent vers leur anéantissement en chantant comme les chrétiens se faisaient dévorer par les lions dans les amphithéâtres de Rome en priant leur Dieu. Le championnat du monde de fouteballe commence cette semaine en Russie. C’est un mois à venir de déchaînements populaires sur l’insignifiant, d’hystérie médiatiques sur l’inintéressant et même d’allusions politiques sur l’inexistant. Les performances des pousseurs de baballe vont occuper les esprits et les conversations durant quatre semaines, dans les écoles, dans les bureaux, dans les palais du pouvoir, les villes et les campagnes.

Le business de la bière et de la pizza va exploser en même temps que les neurones vont brûler. C’est un désastre annoncé de l’intelligence, une nouvelle défaite de la pensée à venir. C’est la coupe du monde de fouteballe, tout simplement

Israël se déchaîne

Israël fait parler d’elle ces derniers temps et pas toujours de la meilleure façon. En effet, face à des manifestations palestiniennes faisant mine de traverser leur frontière nord pour envahir Israël l’armée tire sur ces manifestants. Il y a des dizaines de morts et ce, le jour où le pouvoir inaugure en grande pompe la nouvelle ambassade américaine transférée de Tel-Aviv à Jérusalem marquant ainsi le soutien des Etats-Unis au fait que cette ville est la capitale unique d’Israël bien que l’organisation des Nations Unies ait voté plusieurs résolutions prônant Jérusalem comme capitale partagée entre Israël et le futur Etat palestinien à créer.

Et revient la petite musique religieuse rappelant que « Dieu a promis Israël au peuple juif » et que c’est ainsi, non discutable. C’est la vieille histoire des références historiques (et, pire, bibliques) pour justifier des conquêtes territoriales. Ces références peuvent être vraies, elles n’en sont pas moins subjectives par nature car jusqu’où remonte-t-on, à quel siècle s’arrête-t-on, la parole de quel vainqueur retient-on ? C’est sans fin et ce sont des fondements ne reposant ni sur le droit, ni sur la science, et encore moins sur la raison. Depuis Neandertal il y a toujours eu des peuples ou des tribus qui ont existé sur un territoire avant d’autres, cela ne leur donne pas pour autant de prééminence sur un territoire, sinon il faudrait rendre les Etats-Unis aux Apaches, les Antilles aux Arawaks, la Savoie à l’Italie et l’Algérie aux descendants d’Homo-Sapiens (qui étaient là bien avant les Kabyles).

Les israéliens et leurs soutiens se réfèrent à l’ancien testament de la Bible pour justifier le « grand Israël », la colonisation des territoires occupés et l’annexion de Jérusalem-Est. Les israéliens et leurs soutiens se réfèrent à l’ancien testament de la Bible pour justifier le « grand Israël », la colonisation des territoires occupés et l’annexion de Jérusalem-Est. Là c’est encore plus contestable car on ne sait même pas qui a écrit ce livre, qui l’a traduit. Il nous dit « Dieu a promis Israël au peuple juif », mais on ne sait pas bien qui est Dieu ; Henri IV ou César, on voit à peu près, mais Dieu on ne l’a jamais vu, il n’a jamais signé de traité international, il ne s’est jamais présenté non plus au cadastre avec un acte de propriété du territoire qu’il « donne au peuple juif » ! Et si l’on commence à croire la Bible sur le « Grand Israël » pourquoi ne faudrait-il pas croire non plus toutes les « vérités » assénées dans le Coran et qui justifient nombre de pratiques d’un autre âge. Non, les livres religieux sont des fables littéraires qui doivent rester dans les bibliothèques à la disposition des théologiens, et n’en point sortir.

Le gouvernement des Hommes doit reposer sur le droit et la Raison. Et il se trouve que le droit et la Raison après lui avoir octroyé un territoire en 1948 demandent à Israël de revenir dans ses frontières de 1967 en restituant les territoires conquis par la force et de partager Jérusalem comme capitale de deux Etats, dont celui de la Palestine à créer un jour. C’est sans doute la raison pour laquelle les conservateurs israéliens se réfèrent à la Bible plutôt qu’à l’ONU.

Après les dirigeants visionnaires, Ben Gourion, Golda Meir, Begin, Rabin, Peres, Israël est maintenant dans les mains d’un clan d’affairistes qui balancent entre l’extrême-droite et l’extrême-judaïsme et ne font pas honneur à l’esprit des fondateurs. Ils colonisent à tour de bras en violation des décisions de la communauté internationale pour imposer le fait accompli. Mais il y a un combat qui est perdu d’avance, c’est celui de la natalité : celle des arabes israéliens (20% de la population, en majorité musulmans) comme celle des pays arabes alentour qui est bien supérieure à celle des israéliens non arabes. L’Histoire est tragique et à terme ceux-ci seront balayés à la fois de l’intérieur de leur pays et de l’extérieur, un peu comme les occidentaux qui perdent progressivement de leur puissance face au reste du monde, ce qui n’est d’ailleurs pas une mauvaise nouvelle. Déjà sous cette pression démographique, Israël en est au point de devoir faire faire du tir au pigeon sur la frontière sud sur les arabes de Gaza pour les bloquer. Cela ne pourra pas durer éternellement, il leur faudra bien composer.

La détestation du monde arabe partagée en Occident, teintée d’une admiration des capacités militaires israéliennes font que ce pays bénéficie d’une indulgence excessive de nos pays. Gageons que l’intelligence et la raison vont prendre un jour le pas sur les sornettes religieuses, bibliques ou coraniques. C’est déjà plus ou moins le cas dans les démocraties occidentales et nombre de pays asiatiques, il n’y a pas de raison que cela ne diffuse pas un jour au Moyen-Orient. Cela prendra des générations mais c’est leur intérêt et celui du reste de la planète.

Attaque terroriste religieuse à Liège

Un extrémiste islamiste tue ce 29 mai trois personnes, dont deux policières, à Liège en Belgique. Il apparaît qu’il en assassiné une quatrième le matin même, un ancien codétenu retrouvé mort chez lui. L’assaillant est un citoyen belge, repris de justice pour trafic de drogue, et converti à l’islam. Le groupe Etat islamique a revendiqué ce nouvel attentat.

Corses et fouteballeurs

Corse et fouteballeur, violence et stupidité : deux qualités qui sont finalement assez complémentaires et qui ont encore frappé récemment à l’occasion d’un match entre un club corse et un autre normand. Coups, insultes racistes, menaces diverses, les supporters et joueurs les uns contre les autres et contre les spectateurs. Les autorités en charge de ce sport prononcent des sanctions à l’encontre du club corse jugeant que celui-ci était plus coupable des dérives que son adversaire, hypothèse que l’on ne peut pas complètement exclure.

Aussitôt les dirigeants corses et la presse locale prennent la défense de leurs joueurs. Le parti indépendantiste publie le 21 mai sur son site web le communiqué suivant :

Corsica Libera constate à nouveau avec stupeur que le football français est l’alibi de tous les racismes anti-corses.

Depuis la rencontre avortée entre l’AC Ajaccio et Le Havre vendredi soir, c’est tout un peuple qui est à nouveau montré du doigt et critiqué avec une violence inouïe. En toute impunité, les médias français et leurs commentateurs pour la plupart anonymes des réseaux sociaux font preuve à l’égard des nôtres d’un racisme assumé et sans bornes. Depuis longtemps, les supporters corses, du Sporting Club Bastiais ou d’ailleurs sont les victimes d’un monde ou la présomption d’innocence n’existe pas. D’un monde où tout peut se dire, où toutes les critiques sont permises, où tous les mensonges ont droit de cité.

Corsica Libera soutient et soutiendra toujours tous les corses victimes du racisme et souhaite qu’enfin, celui contre notre peuple, aujourd’hui plus que reconnu et légitimé par nos victoires électorales successives, soit condamné sans délai et avec la plus grande fermeté.

Même le fouteballeur corse est peu compatible avec la République et défend avec efficacité l’indépendance de son île.

C’est parti pour deux mois d’abrutissement


Les citoyens français démarrent une période de deux mois qui vont être envahis par le fouteballe jusqu’au terme du championnat du monde qui va se dérouler en Russie. Les festivités ont démarré avec une finale d’on ne sait plus de quelle énième compétition de fouteux-surpayés et qui a été perdue par des marseillais face à plus fort qu’eux.

Mais le pire reste à venir avec la compétition russe dans laquelle la France est engagée. Le simple énoncé de la liste des joueurs-surpayés-et-mal-coiffés qui ont été sélectionnés a déclenché une avalanche d’émissions spéciales, de psychodrames, de répliques stupides. Même le porte-parole du gouvernement, payé par les contribuables pour travailler sur ses dossiers, s’est cru autorisé à consacrer quelques minutes de son temps de travail pour commenter la réaction d’un joueur-crétin-et-surpayé qui a fait une crise d’égo et refusé sa sélection car la place qui lui était proposée n’était pas à la hauteur de ses ambitions.

On peut espérer que la France soit rapidement éliminée de cette compétition de pousseurs de baballe, mais même si cette hypothèse optimiste se réalise la France entière va arrêter de vivre deux semaines durant pour suivre ces jeux du stade qui font progressivement fondre les neurones de leurs amateurs.

Avantage collatérale pour le Royaume-Uni : compte tenu du froid diplomatique entre Londres et Moscou suit à la tentative d’assassinat chimique d’un agent-double russe sur le territoire britannique, les membres de la couronne ont informé qu’ils n’assisteraient à aucun match de cette compétition de stupides mal coiffés.

Les jeunes et la communication

Le chroniqueur sexagénaire se fait rappeler par une gamine de 25 ans que « les moins de 30 ans n’écoutent pas leurs messageries téléphoniques » ! Il est vrai que cette jeunesse ne parle plus beaucoup au téléphone que ce soit en direct avec un interlocuteur ou via une messagerie ; les jeunes pianotent sur leurs écrans tactiles des messages en quelques signes via une multitude d’applications diverses. Il faut juste s’en souvenir et si l’on a besoin de communiquer avec un moins de 30 ans, cela ne sert à rien d’user sa salive, un petit texto sera bien plus efficace et atteindra immédiatement son destinataire.

Attaque terroriste religieuse à Strasbourg

Un extrémiste islamiste tue ce 12 mai une personne à Strasbourg et en blesse trois autres avant d’être tué par une patrouille de police. Le groupe terroriste religieux Etat islamique revendique l’attaque. L’assaillant est un citoyen français ayant obtenu sa naturalisation après que sa famille ait émigré de Tchétchénie.

Le président tchétchène, un forban de première catégorie à la sinistre réputation, déclare que la France est responsable de cette attaque puisque le terroriste y a grandit.

Universités « ouvertes »

On ne dit plus (comme Marine Le Pen) : « une université bloquée par les bolchos », mais une université ouverte « pour construire une vie politique alternative et plus démocratique au service de nos luttes que tout dans l’université contribue d’ordinaire à masquer, voire à réprimer » comme sur le site web Révolution Permanente (http://www.revolutionpermanente.fr/) qui se revendique comme le Courant Communiste Révolutionnaire du NPA.

On reconnaît ici toute la subtilité du débat politique franchouillard.

Jeux de maux

En ces temps d’agitation syndicale on ne dit plus « convergence des luttes » mais « coagulation des revendications ». Dans le même ordre on a remplacé autrefois « l’enculage de mouches » par « la sodomisation de coléoptères » ! On joue avec les maux, cela ne trompe pas grand monde et on peut placer de bons mots.

Une affaire de ploucs à la une

Après la mort de Johnny Halliday, dit « l’idole des jeunes » il y a bien longtemps, ses familles décomposées s’opposent dans la presse et devant les tribunaux pour de sombres histoires de sous. Certains auraient été déshérités au profit d’autres. Les artistes de variété et les fans franchouillards prennent parti sur les plateaux télévisés. Les journalistes se régalent : enfin un sujet qu’ils peuvent commenter du haut de leur immense paresse intellectuelle…

Nous sommes en présence d’une affaire de ploucs enrichis qui se déchirent les restes d’une vedette dont on ne sait d’ailleurs pas bien s’ils sont composés de plus d’actifs que de dettes. Il eut été plus élégant qu’ils entendent avec discrétion sur le cadavre de leur père et mari.

Un nouvel os à ronger pour la presse

Le nouveau débat qui fait fureur sur les plateaux télévisés concerne le « rythme des réformes » : est-il trop intense ? Se concentrer sur la forme des changements plutôt que sur le fond permet aux journalistes, « communicants » et autres experts de service de leur éviter de lire et travailler sur les nombreux textes législatifs qui sont actuellement en discussion. Certains d’entre eux sont assez complexes et mériterait un véritable investissement de la presse pour qu’elle puisse faire son travail pédagogique et critique desdits textes.

On a même entendu certains journalistes expliquer qu’ils frôlaient le « burn-out » pour essayer de suivre et de comprendre la volonté réformatrice du gouvernement issu des dernières élections présidentielles en France. Alors à défaut d’analyser ces réformes, la presse préfère discuter de leur rythme. Qu’elle se rassure, la niche fiscale dont bénéficie les journalistes et les subventions versées par les contribuables pour la diffusion des journaux ne semblent pas encore atteints par l’ouragan réformateur. Gageons que s’ils l’étaient un jour, nous en entendrions parler !

Que faire avec les djihadistes français survivants ?

Les parents de trois gamines françaises parties en Syrie rejoindre le groupe terroriste religieux Etat islamique, et actuellement détenues par les kurdes syriens, ont porté plainte contre l’Etat français sur la base de son « inaction » face à une « détention illégale ou arbitraire ». On ne sait pas bien ce que sont allé faire ces femmes sur le terrain des combats religieux moyen-orientaux. Il apparaît qu’en général les terroristes islamiques qui les recrutaient mettaient plutôt les étrangères à faire le ménage et des enfants quand les hommes étrangers pouvaient participer aux combats, massacres en tous genres et attentats terroristes le cas échéant. Mais tout est possible ; elles ont été capturées sur un terrain de guerre civile par la partie qui l’a emporté, au moins provisoirement, dans le camp de ceux qui ont perdu, tout aussi provisoirement sans doute. Le mieux aurait certainement été qu’elles restent dans leurs familles en France.

Elles ont compromis (et parfois fait des enfants) avec des terroristes religieux qui ont pris les armes contre la France et commis le pire. Elles sont maintenant aux mains de bandes armées, probablement sans foi ni loi. Bien sûr les parents préfèreraient certainement que leur progéniture soit jugée par la démocratie française plutôt que par la justice sans doute expéditive de ces bandes. On peut imaginer leur effarement face à la dérive, parfois meurtrière, de leurs enfants mais le dépôt de plainte contre l’Etat est indécent même si représentatif de notre société moderne : plus personne n’est responsable de rien ni n’assume ses actes et l’Etat (donc les contribuables) doit payer pour tout. On se souvient que le père de Mohamed Mehra avait également porté plainte contre l’Etat français depuis l’Algérie après que son fils eut tué sept personnes dont trois enfants, puis trouva lui-même la mort lors de l’assaut donné par la police dans l’appartement où il était enfermé.

Ceci étant dit la République se trouve confrontée à un véritable dilemme : que faire de ses citoyens qui ont pactisé avec des puissances ennemies, combattu sur le terrain syro-irakien et éventuellement commis des actes de terrorisme contre la France et des français. Ceux qui ont survécu aux combats souhaitent généralement revenir en France plutôt que d’être jugés par les autorités qui les détiennent. La République a déjà eu affaire à des traîtres, ce fut le cas des collaborateurs avec l’occupant allemand durant la deuxième guerre mondiale. Quelques-uns furent exécutés lors de la courte période d’épuration après la défaite nazie, nombre d’autres furent jugés et certains passèrent à travers les mailles du filet. Dans le cas des terroristes religieux français de retour au pays la situation est plus tendue car on peut craindre que ceux-ci n’aient pas abdiqué leur idéologie mortifère. Les collaborateurs de 1945, une fois leur peine accomplie ont généralement cherché à se réinsérer dans la société civile, certains y ont même très bien réussi, mais ils ont globalement admis leur défaite idéologique et plutôt cherché à passer à autre chose. Le djihadiste jugé en France, une fois sa peine accomplie, risque de reprendre les armes contre ses concitoyens : djihadiste un jour, djihadiste toujours ? Quant à ceux qui seraient jugés dans les pays où ils commirent leurs forfaits, eux aussi sortiront de prison dans quelques mois ou années, ils resteront un facteur de risque élevé pour encore longtemps.

Il faut travailler à tarir les vocations au djihadisme de citoyens français, cela passe par de l’éducation et du développement socio-économique, mais c’est une œuvre de plusieurs générations En attendant les premiers résultats il faudra bien vivre avec les risques que font porter à la société française ses enfants perdus, et le faire avec les voies et moyens de notre Etat de droit. Ce sera l’honneur de notre démocratie de s’imposer face à la déraison religieuse.

Lire aussi : Le retour des combattants religieux dans leur pays d’origine

Tic verbal compulsif : les territoires et les quartiers

On ne parle plus de régions ou de provinces ou de départements, on parle maintenant de « territoires », en les accompagnant généralement de l’adjectif « oubliés ». On a même créé un Ministère de la cohésion des territoires dans le gouvernement actuel ! L’expression « les territoires » est employée dans un cadre toujours un peu misérabiliste : le territoire est forcément oublié et, par construction, maltraité par la « capitale » qui en est le négatif, ou vice-versa.

On avait déjà il y a quelques années détourné le terme « quartier » pour désigner des zones urbaines, plutôt en banlieue, peuplées d’habitants défavorisés, si possible « issus de la diversité ». Un quartier représente sémantiquement une partie d’une ville désigne désormais une banlieue peuplée de chômeurs et de dealers, possiblement d’origine immigrée.
La langue bouge avec les modes et les snobismes !

Les brutes avinées françaises à l’œuvre


Les brutes avinées françaises qui, aux frais du contribuable alignent les défaites au rugby sous les couleurs nationales, ont poursuivi dans la bestialité après une récente correction administrée par l’Ecosse. Voulant sans doute noyer leur crétinerie et leur incompétence dans l’alcool, ils ont déclenché bagarre et agressions sexuelles dans une boîte de nuit locale, au point que la police écossaise en a « entendu » certains, les sortant de leur avion tel DSK à New York il y a quelques années.

Dans un sal état physique, les impétrants ont expliqué s’être soit « fracturé le nez et ouvert la lèvre en sautant [du] lit » soit « ouvert une arcade sourcilière en heurtant un luminaire lors d’un jeu à boire ». Quelle décadence !

Laurent Wauquiez : morceaux choisis

M. Wauquiez, chef du parti conservateur d’opposition Les Républicains (LR) a confirmé, sur la forme et le fond, les propos qu’il a tenus devant une assemblée d’étudiants et que l’un ou plusieurs d’entre eux ont enregistrés et communiqués à la presse. Il va attaquer en justice le journal qui les a publiés.

Ces sorties quelque peu tonitruantes paraissent effectivement plutôt conformes à ce que l’on sait des convictions du personnage, pas de surprises à ce niveau-là. Non, ce qui étonne véritablement c’est le niveau de beaufitude de ces propos qui relèvent plus d’une fin de beuverie au Café du Commerce plutôt que d’un prétendant aux plus hautes fonctions de l’Etat. L’homme joue sur l’abrutissement des masses plutôt que leur rédemption, il parie sur la bêtise et délaisse la raison. Il n’est pas sûr qu’une telle tactique le porte au pouvoir, mais on ne peut pas l’exclure.

On peut quand même avancer que ces candidats aux suffrages des électeurs-contribuables feraient mieux de travailler leurs dossiers et de mesurer leur parole plutôt que de se prendre pour Mme. Michu dans toutes les circonstances possibles. Le nombrilisme de ce personnel politique est détonnant, il pourrait être suicidaire.

Qu’on en juge :

Continuer la lecture de « Laurent Wauquiez : morceaux choisis »

Laurent Wauquiez tel qu’en lui-même


Le chef de Les Républicains, Laurent Wauquiez, se fait enregistrer alors qu’il dit du mal avec condescendance de tout le monde politique qui l’entoure. Bien entendu ses paroles sont publiées et le microcosme parisiano-médiatique s’agite. En fait il n’y a rien là de bien nouveau dans le Café du commerce franchouillard de la politicaille de bas étage animé par des personnages de cet acabit. Tout ça n’a guère d’importance et ne fait que confirmer que ces forbans qui grenouillent dans les partis politiques feraient bien mieux de bosser leurs dossiers plutôt que de parader sur les plateaux.

Entre autres amabilités à l’encontre de ses congénères, il revient sur les causes de la défaite de Fillon et accuse Emmanuel Macron, alors candidat à l’élection présidentielle, d’avoir entretenu une « entreprise de démolition » contre lui. C’est plutôt cocasse car Fillon lui-même à l’époque accusait sur les plateaux télévisés le président Hollande d’avoir monté un « cabinet noir » pour l’abattre. Nous sommes un an plus tard et l’opposition conservatrice n’arrive pas à tourner la page de la défaite, refuse même d’envisager sa responsabilité dans cette situation et, encore plus désopilant, ne s’est pas remise au boulot pour espérer pouvoir assurer une alternative possible, peut-être un jour.

Enrichir le narratif et bla-bla-bla

Nouveau tic verbal compulsif entendu dans la bouche d’un soi-disant « communiquant » : enrichir le narratif. En gros cela veut dire changer de discours. Ce conseil abscons est généralement adressé aux hommes politiques de plateaux télévisés à qui les « communicants » apprennent la joute oratoire c’est-à-dire parler pour ne rien dire en réponse à un adversaire qui n’en dit guère plus.

L’Afrique fantôme…

Comme nombre de citoyens connectés, le chroniqueur reçoit régulièrement dans sa boîte à lettres électronique des propositions douteuses, parfois cocasses, souvent affichées comme expédiées d’un pays africain, et promettant la lune. Celle d’aujourd’hui appuie à la fois sur le misérabilisme, la situation d’un jeune dont les deux parents auraient été assassinés lors des coups d’Etat en Côte d’Ivoire et qui veut reprendre des études à l’étranger, l’espérance de la fortune (avant leurs morts lesdits parents auraient accumulé une fortune de 8 millions d’euros dans l’agriculture…) et la perspective de l’immigration. Il s’agit de fournir une adresse et un téléphone au demandeur, de recevoir et de garder un colis contenant les 8 millions d’euros. Ensuite, il s’agit d’aider le garçon à immigrer et il promet de nous laisser 20% de sa fortune agricole.

Encore plus réguliers sont les emails reçus de fausses banques affichant des noms et des adresses email qui semblent réalistes et qui instruisent de rentrer des coordonnées bancaires sur un site affichant quelques vagues logos plus ou moins ressemblant avec ceux des banques qui sont censé les expédier.

Le chroniqueur s’est même vu confronté à une tentative d’arnaque en cherchant à vendre un meuble sur « Le BonCoin ». Pour être payé, il fallait d’abord envoyer 100 EUR sur un compte en Côte d’Ivoire qui seraient ajoutés au paiement à recevoir, procédure imposée par la Loi…

Il y a toute une activité d’escroqueries sur Internet qui doit faire chauffer des robots à l’origine de ces messages et de leur diffusion et, sur le nombre, sans doute quelques personnes se laissent prendre. C’est étonnant vu l’évidente duplicité de ces messages, mais statistiquement il doit suffire d’attraper un ou deux gogos de temps en temps pour rentabiliser les frais du robot qui envoie des millions de messages chaque jour à travers la planète.


« De Paul Yapi
Bonjour,

Tout d’abord je vous presente mes excuses si mon courrier ne rencontre pas votre éthique personnelle, je voudrais trouver auprès de vous une oreille attentive.
Je suis Paul Yapi ivoiren et le fils unique de mes défunts parents M. et Mme Yapi George Mon père, ma mere et mes deux soeurs ont été assassiné deux ans après le coup d’etat de septembre 2011 à la maison. J’ai eu la vie sauve parce que j’etais à l’ecole à l’internat.

Mon père m’a laisse une fortune de huit million deux cent Euro (8.200.000 Euro). Mon but est de les investir hors de mon pays dans des domaines rentable a cause du problème socio-politique et que je n’ai plus personne sur qui je peux compter pour mon avenir. Présentement l’argent est sauvegarde dans une societe de finance de la place declaré comme une valeur familiale.
Malgre le fait que mon père etait un fonctionnaire dans la Société de raffinage il faisait ses propres affaires dans le domaine de l’agriculture ou il a eu cette richesse.

S’il vous plait, je ne vous connait pas réellement mais comprenez que je souhaiterai que vous soyez comme un parent pour moi. J’ai pris un risque de vous contacter par internet lors de mes recherches et vous parler d’une telle somme qui va peut être vous paraître étonnant et surprenant mais croyez moi sincèrement.

Après avoir eu des renseignements et informations fiables avec le directeur de la societe ou mon defunt pere avait faire le depot, il m’a fait savoir que cela est possible de pouvoir effectuer un transfert de colis à l’étranger car il dispose d’un service de courrier pour ce genre de transfert, et pour ce faire nous devrions établir des dossiers légal et conforme aux règles d’un tel transfert car je lui ai fait comprendre que je souhaiterai que le transfert soit effectué chez mon partenaire à l’étranger.

Je demande honorablement votre aide de la manière suivante: Pour me fournir une adresse ainsi qu’un numéro de téléphone à laquel le colis sera expédié, servir de gardien de ces fonds puisque j’ai seulement 19 ans enfin m’aider à immigré dans votre pays afin que je puisse poursuivre mes études.

Ainsi dit, votre effort après la reception des fonds sera recompense de 20% de mon héritage.

En outre, vous indiquez vos options pour m’aider sachant que pour moi, j’ai la foi que cette transaction peut se faire le plus vite possible.
J’aimerai avoir votre point de vue sur cette question et cela selon votre disponibilité.

Dans l’attente d’une suite favorable à ma demande, veuillez accepter mes sincères salutations.

Paul Yapi »

Rachida « hors sol »

Rachida Dati, ex-ministre un peu oubliée, élue plutôt inexistante, qui se rappelle au souvenir des électeurs par une activité compulsive sur Tweeter, cède aux tics verbaux de circonstance et ponctue ses phrases de « hors-sol » pour illustrer le fait que les politiciens incompétents sont loin du peuple, ce qui n’est pas son cas bien entendu.

Cette expression « hors-sol » nous vient de l’agriculture où l’on parle d’élevage hors-sol lorsque l’alimentation du bétail ne provient pas de l’exploitation elle-même ou de culture « hors-sol » c’est-à-dire sans terre, ou tout au moins pas la terre de la ferme.

On se demande bien comment les politiciens et les journalistes ont adopté ce terme pour l’adapter à la critique politique ? Sans doute leur désir de changer les mots pour cacher la répétition et la platitude du fond.