Sujets à cliquer

Abrutissement et communautarisme sportifs

A la suite de la victoire de leur équipe de fouteballe dans une compétition internationale de baballe des supporters se répandent dans Paris, bloquent le périphérique, détruisent et pillent des magasins de moto sur l’avenue de la Grande Armée. Cela devient désormais un rituel, pour exister il faut casser quelque chose chez le voisin, le piller au passage lorsque cela se présente. L’intérêt particulier des uns n’est considéré comme comblé que si celui de la majorité des autres est dévasté. C’est devenu un mode de fonctionnement dans la République.

Elément de contexte, la compétition de foute en question est une coupe d’Afrique, l’équipe fêtée est celle d’Algérie et c’est là que les choses s’enveniment. Première (bonne) nouvelle : un supporter de l’équipe d’Algérie est une personne ni plus ni moins navrante que son alter-ego de l’équipe de France, un être décérébré dont la joie ou la peine ne peuvent s’exprimer qu’au détriment de son prochain. Deuxième nouvelle (moins bonne) : le syndrome franco-algérien toujours présent aggrave les effets de l’incivisme. Les supporters hooligans se drapent dans… des drapeaux algériens ce qui a tendance à provoquer un léger agacement chez une partie de la population, sans parler des partis politiques conservateurs. Ces comportements communautaires sont à tout le moins maladroits, chaque drapeau algérien agité provoque à coup sûr des votes supplémentaires en faveur de l’extrême droite et de ses messages simplistes.

Du bon sens et de la modération devraient amener ces supporters à un peu plus de discrétion, peut-être en déployant un peu moins de drapeaux algériens ? Ces qualités sont, hélas, assez peu partagées dans le monde de la baballe, la relation franco-algérienne à fleur de peau fait le reste en jetant du sel sur des plaies jamais complètement cicatrisées de la guerre coloniale qui a opposé ces deux pays. Les descendants de ces combattants qui ont vaincu leur puissance coloniale se croient beaucoup permis dans ladite puissance qui, le plus souvent, a octroyé sa nationalité à leurs parents. Et c’est là toute l’ambiguïté de la relation entre ces deux nations : des millions de français d’origine algérienne vivent dans le pays qui a asservi leurs ancêtres. Il y a pour certains la volonté plus ou moins consciente d’une revanche à prendre, d’une dette à faire payer, même après tout ce temps passé. La génération qui a fait et vécu cette guerre est en train de s’éteindre doucement des deux côtés ; gageons qu’une fois complètement disparue les tensions diminueront peu à peu. Les gouvernements algérien et français ne réussissent toujours pas à partager une relation politique apaisée, les prises de bec sont fréquentes, souvent sur des détails de protocole, même si la coopération sur le fond est excellente. Comment imaginer alors qu’il puisse en être autrement pour les citoyens ?

Une partie significative de la population française a des origines au Sud de la Méditerranée alors chaque évènement dans ces pays riverains d’Afrique du Nord, heureux ou malheureux, a des répercussions dans l’hexagone. L’enthousiasme méditerranéen ajoute l’exubérance et l’excès que l’on voit dans les rues ces jours-ci. Une génération plus tôt, la réconciliation franco-allemande s’est faite sur un mode plus froid, propre aux pays du Nord. Elle ne s’est pas traduite non plus par l’émigration significative d’une population vers le pays de l’autre. Après la dernière guerre chacun a repris son développement de son côté, mené par deux dirigeants visionnaires : le Général de Gaulle et le Chancelier Adenauer. Peut-être l’Algérie et la France ont-elles manqué de visionnaires ces dernières décennies ?

Privatiser ou ne pas privatiser

Encore un débat franchouillard inutile : la République prévoit des modifications dans la gestion de ses actifs comme le fait très normalement tout détenteur d’un patrimoine. Un projet déclenche un hourvari général de l’opposition, de l’extrême gauche à son pendant d’extrême droite, en passant par les partis républicains placés au milieu : la poursuite de la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), société déjà détenue à 49,4% par des acteurs privés qui possèdent donc 49,4% des infrastructures (pistes, terrains, etc.). Sur la forme il s’agit d’un mécanisme compliqué qui permettra à l’Etat de récupérer la pleine propriété des actifs au bout de 70 ans et de se repositionner alors sur la gestion de l’ensemble à confier à un nouvel opérateur ou à réintégrer dans le domaine public.

Tous les arguments et leurs contraires sont débités par les opposants professionnels qui s’agitent dans les couloirs du parlement pour tenter de nuire au gouvernement en place. On voit même la droite demander l’annulation de cette privatisation alors qu’elle a de tous temps promu les privatisations après s’être opposée aux nationalisations « idéologiques » réalisées à différentes reprises par la gauche. Laurent Wauquiez, l’ex-chef de Les Républicains, après avoir soutenu récemment les émeutiers en gilet jaune, s’être opposé à la baisse des emplois aidés décidée au début du quinquennat actuel, conteste maintenant la privatisation d’ADP en déclarant « …on brade les bijoux de famille pour boucher les trous budgétaires ». Oui, c’est tout à fait et il faut effectivement boucher l’abysse du déficit budgétaire alors la République, comme tout ménage qui serait dans la même situation, va, non pas « brader », mais monétariser quelques-uns de ses actifs pour essayer de se renflouer. C’est un comportement responsable. Le produit de cette opération, à laquelle s’ajouteront les privatisations de la Française des Jeux et d’Engie (ex-Gaz de France), doit venir doter un fonds pour l’innovation.

Peut-être que le parti Les Républicains ne doit pas chercher beaucoup plus loin la raison de la baisse significative de ses scores électoraux. Il arrive un moment où les retournements de vestes et autres reniements opportunistes ont tendance à perdre l’électeur, voir à le faire fuir !

L’élément nouveau dans cette affaire est le regroupement improbable de parlementaires opposés (du parti communiste à Les Républicains) pour déclencher un référendum d’initiative partagée (RIP) tel que prévu dans la Constitution et bloquer ainsi le processus en cours. C’est la première fois qu’un tel référendum serait ainsi mis en œuvre à l’initiative du parlement et des citoyens, si toutefois 10% du corps électoral en signe la demande, ce qui fait plus de 4 millions de citoyens. Si la démarche réussit, cela démontrerait par l’absurde que finalement cette procédure de RIP peut être déclenchée si « le peuple » en manifeste la volonté et qu’elle n’a pas vraiment besoin d’être réformée comme le réclame à cor et à cri. Pour le moment il suffit de cliquer sur une plateforme ouverte par l’administration, ensuite il faudra tout de même se déplacer physiquement et voter pour ou contre.

D’ici là, le processus de privatisation de cette société est bloqué en attendant (i) de savoir si 4 millions d’électeurs veulent l’organiser le référendum et (ii), en cas de réponse est positive, ce que votera in fine le corps électoral dans son ensemble. Ainsi va le cheminement tortueux de notre vieille démocratie.

Le retour des enfants des terroristes religieux français

Comme annoncé, la France rapatrie au compte-goutte certains enfants mineurs de terroristes français partis participer à aux guerres religieuses du Proche et Moyen-Orient. Ces gamins, parfois orphelins, de nationalité française (même si pour ceux nés sur les champs de combat on peut imaginer qu’ils n’aient pas été déclarés au consulat de France…), sont exfiltrés de camps de prisonniers tenus par des forces kurdes en Syrie. Une dizaine sont arrivés ces jours-ci dans un avion de l’armée française et immédiatement placés dans des structures chargées d’abord de les soigner puis de les encadrer pour tenter de les remettre dans la société civile que leurs parents avaient voulu fuir pour rejoindre celle de leur Dieu. Ce n’est pas la première vague de retour et ce ne sera pas la dernière. Dans certains cas, leurs parents toujours vivants ont donné leur accord pour ce rapatriement, eux devant maintenant rendre compte de leurs actes aux justices locales dont ils dépendent.

Cette politique du cas-par-cas appliquée par la République est sans doute la moins mauvaise de toute la palette disponible. La discrétion dans laquelle elle est menée est indispensable. Est-elle risquée ? Oui, certainement, une partie de ces gamins a dû être programmée par une éducation religieuse extrémiste et on imagine sans peine le niveau de traumatisme vécu par ceux qui ont vu, voire participé, aux actes de guerres ainsi qu’aux massacres barbares d’un autre âge commis par leurs parents. Des vidéos ont été diffusées montrant des assassinats d’otages commis par des enfants. Certains ne sortiront sans doute jamais de cet embrigadement intellectuel et feront sans doute encore parler d’eux dans le futur.

Leur retour en France ou leur maintien en exil ne change finalement pas grand-chose au problème, ne l’aggrave véritablement ni ne le résous. L’interrogation reste la même : comment nos sociétés capitalistes occidentales ont pu générer une telle dérive de ses enfants prêts à retourner leurs âmes et leurs armes contre leur patrie, souvent en faisant preuve d’une barbarie rarement égalée depuis les camps nazis, le tout au nom d’un Dieu !

La politicaillerie franchouillarde s’empare évidemment du sujet avec son simplisme habituel, attisant les bas instincts de Café du commerce, toujours à fleur de peau sur ces sujets traumatisants. Chacun y va de sa solution entre les déchoir de leur nationalité française, les laisser où ils sont et les rapatrier automatiquement. Ces gamins sont de toutes façons une mine de problèmes présents et futurs, où qu’ils soient ou seront. Il faut bien faire avec, les solutions extrêmes proposées par certains n’étant pas une option. Il est des circonstances où un Etat doit savoir aller contre l’avis de sa population, un pouvoir socialiste l’a fait en 1981 en abolissant la peine de mort contre l’avis de Mme. Michu, les dirigeants actuels le pratique en reprenant, au compte-goutte, ces mômes égarés par la folie de leurs parents. C’est l’honneur de la République !

Le bal des traîtres bat son plein !

A la suite des mauvais résultats enregistrés aux dernières élections européennes par les partis de gouvernement français traditionnels, le bal des traîtres a débuté. Les plus emblématiques dans la couardise politique et l’absence de convictions se trouvent sans conteste chez Les Républicains. Après la démission de leur chef Laurent Wauquiez dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne fut point trop efficace à l’occasion de cette élection, Valérie Pécresse, toujours un pied dedans un pied dehors depuis des mois, a finalement franchi le pas et sauté à pieds joints en dehors du parti pour une destination assez floue pour le moment.

Voilà qu’aujourd’hui 72 élus Les Républicains publient une tribune pour annoncer leur soutien au parti majoritaire et au président de la République. A gauche ce n’est guère plus brillant et La France Insoumise affronte également une vague de départs et de contestations répandue sur la place publique et dans les réseaux dits sociaux.

C’est la débâcle ! Comme la banquise qui se désagrège au printemps dans le golfe du Saint-Laurent, les élus déboussolés se noient, se percutent et se déchirent, cherchant vers quel rivage se diriger. On mesure mal ce qui relève dans ce comportement de convictions mollassonnes ou, plus prosaïquement, de la volonté de se rapprocher d’une écurie plus susceptible d’assurer leurs réélections aux prochaines échéances. Après tout c’est leur job qui est en jeu et quand il faut nourrir ses enfants à la fin du mois on hésite moins à tourner sa veste.

Ce que semble entériner ces fuites en rase campagne c’est la congélation du débat dans ces partis et le renoncement des impétrants à pouvoir le changer de l’intérieur. Les dinosaures continuent à phagocyter le pouvoir et les idées sans volonté de partage. Les jeunes générations politiques n’arrivent pas à les pousser dehors et on a vu avec consternation les Nadine Morano et autres Brice Hortefeux être élus députés européens la semaine dernière. Les fuyards abandonnent le navire et on ne sait pas encore sur quel bateau ils vont déposer leurs paquetages. Ces partis contestés ont encore des fans et des militants. Ils vont se recentrer sur leurs valeurs basiques, renouveler leurs dirigeants les plus visibles et, s’ils font preuve d’un peu d’intelligence et d’humilité, survivre à la tempête. Qui sait si dans dix ans la République n’aura pas un président Les Républicains ? En attendant, le radeau de la méduse dérive un peu pour trouver un abri !

Retour modeste

Alors que le Figaro Magazine annonçait il y a peu en couverture : « la droite est de retour » sur fond du ravi de la crèche et des ruines de Notre Dame de Paris, il apparaît que ce retour est plutôt modeste (8% et quelques des suffrages exprimés) et provoque un peu d’émotion dans les rangs conservateurs au point que leur chef a annoncé sa démission ce soir. Il a tout de même assuré l’élection de Nadine Morano et Brice Hortefeux qui étaient respectivement numéros 4 et 5 de la liste européenne : hommage et respect aux anciens. Il a surtout beaucoup innové en enfilant un gilet jaune sur un rond-point lors des émeutes fin 2018, en défendant les emplois aidés lorsqu’ils ont été sérieusement limités par le pouvoir actuel pour faire des économies et par conviction économique et il lutte actuellement contre la privatisation d’Aéroports de Paris détenu en partie par le contribuable national contre tous les principes de l’économie libérale pourtant chers à cette droite conservatrice.

Cette ligne en zig-zag, le développement d’une langue de bois en chêne massif contre l’Europe, le concept de double-frontières contre l’immigration que personne n’a vraiment compris, plus quelques sorties sur les sujets sociétaux ont emporté 8% des électeurs. C’est ainsi, le parti a compté le soutien à ses idées et ce n’est finalement pas si mal payé ; d’autres partis traditionnels ont fait bien pire. Il reste un socle de 8% et Les Républicains vont bien arriver à se reconstruire (on dit d’ailleurs « se refonder » en jargon politique), il suffit de renouveler un peu le personnel de ce parti et de sélectionner les nouveaux dirigeants plutôt sur l’intelligence et le bon sens que sur les copinages et les renvois d’ascenseur (cf. l’ineffable tandem Morano/Hortefeux). Bien sûr, aujourd’hui ont déjà démarré le bal des faux-jetons et la ronde des traîtres. Le parti va se purifier avec le départ naturel des plus faibles, ceux qui n’ont pas de réelles convictions et lorgnent déjà le fumet de la bonne soupe du voisin. Il repartira bien d’une façon ou d’une autre.

Effet collatéral direct de cette démission, nombre de nos lecteurs s’inquiètent de la survie de notre rubrique « L’instant Laurent Wauquiez » ! Qu’ils se rassurent : d’abord l’impétrant n’est pas mort et va certainement nous régaler encore longtemps de ses galéjades méritant publication et publicité, ensuite, la rédaction vient de décider d’élargir cette rubrique à l’ensemble des élus français déployant des comportements similaires à celui de M. Wauquiez c’est à dire : intelligence et mauvaise foi, conservatisme et retournements de veste, opposition permanente et absence de propositions… On peut prévoir un avenir radieux à la rubrique !

Les femmes s’y mettent

Après avoir vu le fouteballe masculin abrutir toute une frange de la population française par décérébration progressive de millions de personnes, voici maintenant le fouteballe féminin qui arrive. La République organise même la semaine prochaine un championnat du monde de foute de filles à Paris. Evidemment elles n’ont pas encore l’aura de la bande de crétins surpayés qui envahissent les ondes et les cerveaux, mais elles ont encore une « marge de progression » importante ! Cela veut dire que le fouteballe va envahir encore plus les plateaux médiatiques, les conversations de Café du commerce, les dîners de famille et les neurones de 65 millions de français. Accessoirement, cela veut dire aussi encore plus d’argent public jeté par les fenêtres en faveur de pousseurs de baballe : un championnat du monde organisé en France l’est au frais des contribuables bien entendu.

Une nouvelle défaite de la pensée et de l’intelligence !

La droite conservatrice en plein marasme

Le parti Les Républicains est en pleine descente aux enfers après le score de 8 et quelques % réalisé aux élections européennes dimanche dernier, qui a déçu certains et semblé surprendre tout le monde. Sa tête de liste le gentil philosophe catholique Bellamy est aux abonnés absents et le grand chef à plumes Laurent Wauquiez, après avoir rendu responsable le président de la République de ce score a décidé d’organiser des états généraux de son parti en septembre prochain. Soit !

Ce que ne dit pas cette affiche bien propre c’est juste derrière ces trois ravis de la crèche se cachent les numéros 3 et 4 de la liste électorale : Nadine Morano et Brice Hortefeux qui ne sont pas vraiment des perdreaux de l’année. Ces deux zigotos viennent donc d’être élus députés européens pour représenter la France au parlement européen durant les cinq prochaines années et aux frais des contribuables européens. C’est assez navrant !

Peut-être ne faut-il pas chercher beaucoup plus loin la raison de ces 8% qui doivent être finalement assez proche du niveau de popularité de ces deux dinosaures de la politique conservatrice, qui traînent depuis des décennies dans les couloirs du pouvoir. L’un des thèmes à mettre en avant lors des états généraux serait sûrement : comment renouveler le personnel politique présenté aux suffrages des électeurs.

Imaginer un seul instant que Nadine Morano est repartie pour cinq années de mandat européen fait juste frémir d’horreur comme l’illustre le niveau de crétinerie hors catégorie de l’un de ses tweets pris au hasard dans une longue liste, enrichie tous les jours :

Des résultats électoraux inattendus

Les partis de gouvernement historiques sortent laminés de l’élection française au parlement européen qui s’est déroulée aujourd’hui. Le PS associé à Place publique emporte 6,2% des suffrages et Les Républicains 8,5%, ce qui est fort peu pour des partis qui ont dirigés la France depuis l’après-guerre. C’est un peu la confirmation de leurs scores aux élections présidentielles de 2017 mais on dirait qu’ils n’arrivent pas à renouveler leurs idées et, surtout, leur personnel.

C’est particulièrement intéressant dans le cas de Les Républicains qui avaient placé Nadine Morano en n°4 et Brice Hortefeux en n°5, et l’on avait échappé de justesse à Rachida Dati qui avait renoncé pour se consacrer aux élections municipales parisiennes. On ne peut pas dire que cette liste fleure bon le renouvellement des personnes…

Ce soir, le chef de ce parti, Laurent Wauqiez, a déclaré :

Le Président de la République a fait un choix lourd de conséquences, en réduisant le débat européen à une croisade contre Marine Le Pen pleine d’arrière-pensées, ce qui n’a abouti qu’à une seule chose : faire progresser les extrêmes. Il a une lourde responsabilité. Il n’a pas été un rempart contre le Rassemblement national, il a été ce soir l’artisan de leur progression.

On ne peut pas dire que ce genre de pleurnicheries fleure bon le renouvellement des idées ni un sens aigu des responsabilités… Pas sûr que la barre ne se redresse pour les prochaines élections !

Des slogans racoleurs vides de sens

Les tracts électoraux des 34 listes aux élections parlementaire européennes, tout au moins pour celles qui ont eu les moyens d’en émettre, sont parsemées de slogans naïfs, dans le meilleur des cas, racoleurs dans les autres, dignes du Café du commerce après 4 tournées de Ricard. Ils relèvent souvent au mieux de l’incompétence, au pire du mensonge, tant ils semblent ignorer que nombre des revendications affichées relèvent de politique purement nationale, la fiscalité par exemple. On voit par ailleurs des concepts étranges comme la double frontière « européenne et nationale » ; comment fait-on, l’une est en principe exclusive de l’autre ? Quand on passe la frontière française à Genève, rentre-t-on en France ou en Europe, ou les deux ?

Tous, en tous cas sous-estiment la complexité d’emporter les décisions lorsqu’on est 28 ou 27 autour de la table avec 28 ou 27 avis différents. Augmenter le pouvoir d’achat est certes un objectif noble mais est-ce que les bulgares et les allemands se mettront d’accord sur un salaire moyen commun compte tenu de leur différence de niveau de vie ? Sans doute difficilement. En attendant si la France veut augmenter son SMIC elle peut tout à fait le faire de son propre chef avec une loi votée par son parlement national ; mais si elle ne veut pas faire cavalier seul sur un sujet qui touche à la compétitivité, il suffit de s’entendre avec ses 27 partenaires

En vérité, l’Europe est un vieux et grand projet, pétrie d’une Histoire tragique, qui a déjà beaucoup donné à ses citoyens. Elle doit continuer à évoluer et elle le fera contre vents et marées, sur la base du consensus car aucun pays ne peut imposer ses vues aux autres, et c’est bien ainsi. Il faut négocier puis voter sur base de majorités qualifiées ou d’unanimité selon des procédures que les pays eux-mêmes ont décidés dans les traités qui régissent l’Union. Ainsi va la vie communautaire, un peu comme dans les familles.

Le bon sens devrait normalement triompher des populismes, ou en tout cas reprendre le flambeau de ceux-ci après leurs échecs programmés. Il est sûr qu’on ne peut qu’être sceptiques lorsque l’on mesure la stupidité de ces tracts électoraux. Ils sont hélas le lot commun des campagnes électorales françaises mais une fois face à leurs responsabilités, les élus européens  retrouvent généralement le chemin du réalisme au parlement, celui de la vraie vie, bien loin de saillies médiatiques de plateaux télévisés qu’ils croient nécessaires de proférer pour être réélus.

Florilège :

Donnons le pouvoir au peuple… Rétablir la démocratie en France en en Europe en respectant les citoyens – c’est possible ! (Rassemblement national)

Pour stopper l’immigration de masse, il faut imposer une double frontière, européenne et nationale. (Les Républicains)

Nos eurodéputé.es se battent et se battront pour augmenter les salaires de celles et ceux qui travaillent, et mettre fin à l’évasion fiscale de celles et ceux qui truquent et trichent. (Génération.s)

Respectons les votes des français ! Rendons à chaque pays le contrôle de ses frontières, de ses lois et de son budget. Mettons fin aux normes européennes absurdes. Instaurons le Référendum d’initiative citoyenne – RIC. (Debout la France)

Mettons fin aux inégalités salariales et garantissons les droits des femmes pour écrire une nouvelle page du progrès social. (Europe Ecologie)

Une fiscalité juste et une régulation financière efficace. (PS/Place Publique)

Envoyons des parlementaires de combat pour défendre au niveau européen nos services publics, le protectionnisme solidaire, le climat, la justice fiscale et nos droits sociaux. (La France Insoumise)

Défendre nos conditions de vie et notre pouvoir d’achat exige de s’affronter à la grande bourgeoisie qui tient les commandes. (Lutte Ouvrière)

La France doit se ressaisir. Elle doit cesser d’obéir à Bruxelles et aux lobbys. Elle doit adopter les mesures voulues par la majorité des Français : la hausse des salaires et du pouvoir d’achat, le référendum d’initiative citoyenne (RIC) en toutes matières, le retour de l’emploi en France par la réindustrialisation… (UPR)

Supprimer les 700 milliards de contributions nationales pour que l’Europe ne soit plus financée par nos contribuables mais par une taxe sur les transactions financières, sur les produits importés polluants et sur les visas touristiques. (UDI)

Création d’une clause de non-régression sociale : un Etat membre pourra s’opposer à toute décision de l’UE qui conduit à dégrader nos conditions de vie. (PCF)

Etc. etc.

Commérage de dîner en ville

Entendu dans un dîner en ville de convives qui ne lisent pas les programmes électoraux : « Macron va dans le sens du vent et se lance dans l’écologie pour embobiner les électeurs pour le futur parlement européen ; 9 points sur 10 de son programme sont verts. »

Vérification faite sur le site de la liste « Renaissance » du parti politique fondé par le président, seul 1 point sur 9 concerne l’écologie. Qu’on en juge sur les têtes de chapitre :

  1. Faire de l’Europe une puissance verte  
  2. Bâtir l’Europe de la justice sociale et fiscale  
  3. Faire respecter l’Europe dans la mondialisation  
  4. Donner à l’Europe les moyens de se défendre  
  5. Faire respecter nos valeurs et nos frontières  
  6. Unir autour de l’identité européenne  
  7. Rendre l’Europe aux citoyens  
  8. Pour une politique féministe européenne  
  9. Réussir la Renaissance européenne  

On dirait que cette année encore les électeurs français vont se prononcer sans avoir lu les programmes proposés.

La France a le bonjour du groupe Etat islamique

Le chef du groupe Etat islamique, Al-Baghdadi, dont on ne savait plus bien s’il était vivant, mort ou blessé, réapparaît sur un enregistrement vidéo récent dont l’authenticité n’a pas été remise en cause à ce stade par les services occidentaux. Il a l’air plutôt en bonne forme, semblant même avoir pris du poids. Il pose à coté de la traditionnelle kalachnikov et donne des nouvelles. Il rend hommage, notamment, aux frères Clain, des français convertis à l’islam et qui sont montés assez haut dans la hiérarchie du groupe terroriste (l’un a été annoncé comme tué par un drone occidental, l’autre on ne sait pas trop). Il continue de prôner un long combat contre l’Occident et cite la France tout particulièrement qui tient toujours la corde du petit-Satan, juste derrière le grand que sont les Etats-Unis.

Cet homme est très recherché, il fait preuve d’un talent certain pour se cacher et se mettre à l’abri des forces occidentales qui doivent déployer la dernière énergie pour l’éliminer. Jusqu’ici, il résiste. Avec ou sans lui, son organisation en cours de redéploiement après ses défaites territoriales va continuer encore longtemps à tuer… au nom de Dieu.

Christine Boutin, 75 ans, le retour

L’un des dommages collatéraux significatifs de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris est le retour de Christine Boutin, 75 ans, dans l’actualité nationale. Elle a publié un tweet dans lequel elle s’est emmêlée dans la manipulation de ses smileys. Au lieu de terminer son message avec des logos de tristesse ☹, elle a ajouté des smileys de joie 😊. Il s’agit juste d’une méprise dans le sens de la parenthèse. Evidemment une bonne partie des réseaux dits sociaux en rigole encore…, évidemment les mal-élevés qui hantent ces réseaux se sont déchaînés :

La remarque de Gunther Love fait référence au fait que Mme. Boutin est mariée avec l’un de ses cousins. Elle lui répond dans des termes fleuris. Compte tenu des torrents de haine et d’extrémisme que déclenchent les tweets racoleurs de Christine Boutin, le mieux serait qu’elle déconnecte la possibilité de déposer des commentaires. Elle éviterait ainsi de se faire insulter. L’Intelligence et la Raison y gagneraient en attendant qu’elle se consacre plutôt à sa foi qu’à la communication.

320 morts au Sri-Lanka dans un attentat religieux

Le groupe Etat islamique a revendiqué l’attentat terroriste qui a fait plus de 320 morts et encore plus de blessés dans des hôtels et des églises de cette île-Etat. Il s’agit d’une attaque coordonnée de plusieurs kamikazes qui ont ciblé tout particulièrement des églises où se pressaient des foules de fidèles à l’occasion de la célébration des fêtes catholiques de Pâques. La cible des hôtels a « permis » d’atteindre une population non-sri-lankaise nombreuse.

C’est un Dieu contre un autre, et la guerre continue ! Elle a même tendance à s’élargir à des pays d’Asie qui étaient jusqu’ici plutôt épargnés par cette barbarie religieuse.

La cathédrale brûle et la nation perd la raison : le sabre au secours du goupillon !

La cathédrale catholique Notre-Dame de Paris a été fortement endommagée ce lundi 14 avril par un incendie de sa charpente en bois. Une émotion démesurée s’empare de la France face à cet incident immobilier touchant un bien de l’Etat, donc des contribuables. Le président de la République reporte une déclaration économique qui était programmée sur les ondes, Stéphane Bern (présentateur télévisé) pleure devant les caméras, tout ce qui compte d’élus en recherche de suffrages se déchaîne en messages inutiles sur Twitter, l’ineffable Christine Boutin sort de sa retraite pour nous asséner quelques bondieuseries larmoyantes, les grosses entreprises se battent pour annoncer le plus gros don pour les réparations futures, les télévisions organisent des émissions spéciales sur le sujet où siègent dire cardinaux et experts qui lancent immédiatement des polémiques franchouillardes si chères à la presse : faut-il reconstruire à l’identique, ou pas, les donateurs privés vont-ils bénéficier de niches fiscales, ou pas, les pompiers avaient-ils des lances à incendie suffisamment puissantes, ou pas, etc. etc.

Le monument religieux est important et magnifique, il sera donc réparé et c’est très bien ainsi. Les financements plus ou moins privés abondent, les travaux sont déjà surfinancés. On parle à ce stade d’un milliard d’euros et personne ne semble percuter sur le fait qu’un milliard pour réparer un toit est juste une somme absurdement excessive. Malgré cela, le président de la République annonce une souscription publique et la création d’un établissement public dédié à ce chantier (comme s’il n’y avait pas assez d’agences gouvernementales existant pour ce genre de tâches) qui sera présidé par un général, rien de moins. Le sabre va organiser le goupillon. On est en plein délire communicant, en excès de surenchères populeuses, en racolage politico-religieux de bas étage.

Il faudrait revenir à la raison : le financement est assuré, le principe des travaux de réparation du toit est décidé, la République possède les compétences nécessaires et les architectes des monuments historiques nationaux vont coordonner le chantier comme ils l’ont déjà fait par le passé pour nombre de bâtiments. Donc, on y va et on passe au sujet suivant !

La communication pousse à la non-décision

L’une des plaies de notre société occidentale moderne est l’envahissement de la communication qui, petit à petit, prend le pas sur la raison et la décision. L’asservissement volontaire du monde politico-médiatique à la communication est un renoncement de premier ordre qui n’est pas toujours très compréhensible.

Les plateaux télévisés et les débats politiques, même sur les ondes les plus sérieuses, sont envahis de communicants, sorte de sorcières cruella se sentant pousser des ailes en déversant sur les téléspectateurs des commentaires vides de sens et sans l’ombre d’une réflexion. Ils ont chacun monté leur boutique de communication et cherchent à vendre du conseil au Prince et à ses affidés, ou à défaut, sur les plateaux mondains. Ils se croient indispensables à la démocratie et fréquentent les dîners en ville dont ils dégorgent les ragots en guise de réflexion politique. Ils s’inquiètent que le président de la République n’ait plus de directeur de la communication depuis plusieurs semaines et semble s’en porter comme un charme. Comme l’indique son nom, il s’agit de communication, donc pas de fond ni de raison. On ne commente pas les programmes ni les propositions (que le plus souvent personne n’a pris le temps d’analyser ni de comprendre) mais les médias utilisés ou les moments choisis ou la décoration du bureau du président… L’une des phrases les plus prononcées par les journalistes commence par : « mais en termes de communication et bla-bla-bla… ». Il serait souhaitable que dirigeants et commentateurs travaillent un peu plus sur le fond pour le bien de leurs électeurs et de leurs spectateurs. La communication ne sert à rien s’il n’y a rien à transmettre, elle n’est qu’un moyen qui ne peut pas cacher une absence de fond plus de quelques heures. Pour le moment elle sert surtout à masquer incompétence et indécision, mais cela ne dure qu’un temps… de plus en plus court.

Le pape, Satan et la pédophilie dans l’Eglise

Perdu au milieu de la polémique sans fin des crimes de pédophilie commis par des prêtres catholiques, le pape actuel ne sait plus trop comment s’en sortir. Il est le patron sur terre de l’institution, rend compte à Dieu seul, mais doit aussi compromettre avec la Loi des Hommes qui composent le marché de ladite institution et le font vivre.

Confronté par ailleurs à la contestation interne des plus réactionnaires de ses troupes qui ne veulent rien changer, ni à leurs dérives sexuelles, ni à l’extravagance de leur idéologie, le pape François 1er défroque quelques évêques, assiste impuissant aux condamnations pénales de certains autres et surtout, enregistre la défection de ses clients dans les pays occidentaux, découragés par une telle hypocrisie. A défaut de solution évidente, le pape invoque l’action néfaste de… Satan ! On croit rêver. En fait, comme le capitalisme ne se réforme que sous la pression du marché, l’Eglise ne changera que lorsqu’elle perdra ses clients et donc ses revenus. C’est le cas dans nombre de pays occidentaux mais ces défections semblent largement compensées par les nouveaux marchés ouverts dans les pays émergents, alors pourquoi changer ? Avec l’arrivée au pouvoir de partis fricotant avec l’extrême droite dans certains pays européens, mais aussi aux Etats-Unis d’Amérique, les théories bibliques loufoques dite du « créationnisme » prennent le pas sur la science et la raison. L’Eglise a encore de beaux jours devant elle, il lui faudra juste s’adapter à l’évolution de ses marchés, comme n’importe quelle entreprise mondialisée. Il n’est pas sûr que Dieu ou Satan ne soient d’une grande aide pour ce faire, un bon contrat de consulting avec Ernst & Young serait sans doute plus efficace.

Constantinople et la politique moderne

En campagne électorale municipale le président turc passe la vitesse supérieure dans le beaufitude de son argumentation politique. Le voici maintenant qui s’attaque au statut de la basilique Sainte-Sophie à Istanbul, qui a été successivement une église, puis une mosquée, puis un musée depuis 1934, au fur et à mesure des guerres de conquête des croisés catholiques puis des guerriers musulmans qui ont marqué cette ville, de Byzance à Istanbul, en passant par Constantinople. Dans sa grande sagesse le président Atatürk avait transformé l’ancienne basilique en musée pour marquer l’impossible réconciliation entre les religions, alors que ses troupes voulaient la dynamiter en 1918 après la défaite des puissances de l’Entente lors de la première guerre mondiale et que des troupes occidentales occupaient Istanbul…

Evidement le président actuel dont l’une des stratégies est de réislamiser la Turquie s’empare du dossier et veut retransformer ce musée en mosquée. On se demande s’il n’a vraiment rien de mieux à faire que de perdre son temps à ces billevesées religieuses qui n’intéressent que les extrémistes des deux bords. Il pourrait par exemple consacrer un peu plus de temps au développement économique de son pays ? Ainsi vont politique et religion lorsque par malheur elles sont mélangées.

La Turquie attise le feu

Tout en subtilité, le président turc commente dans ses meetings les attentats de Nouvelle-Zélande contre deux mosquées qui ont fait 50 morts et de nombreux blessés, commis par un suprémaciste blanc australien qui a priori ne nie pas les faits mais au contraire les a théorisé sur ses différents comptes dans les médias dits-sociaux. En campagne électorale le président turc harangue les foules en clamant :

Ce n’est pas un acte isolé, c’est quelque chose d’organisé… Ils sont en train de nous tester avec le message qu’ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16 500 kilomètres d’ici.

Se référant à la bataille des Dardanelles pendant la première guerre mondiale, perdue par les alliés, y compris l’Australie, contre l’empire ottoman, il ajoute :

Il y a un siècle, vos aïeuls sont repartis à pied ou dans des cercueils. Si votre intention est la même que la leur, nous vous attendons.

Le terroriste australien qui a mené ces attaques a filmé ses exploits qu’il a diffusés en direct sur les réseaux dits-sociaux. Le président turc a rediffusé une partie de ces images lors de meetings électoraux. Il est indéniable que cet attentat en Nouvelle-Zélande était dirigé contre l’Islam comme ceux commis ces dernières années étaient dirigés contre les non-musulmans. Dans un cas comme dans les autres, ils sont surtout le triomphe de la bêtise humaine sur l’intelligence, la victoire de l’obscurantisme religieux contre la raison. Il n’est pas sûr que la récupération de ces attaques meurtrières dans le cadre d’un débat électoral puisse avoir d’autres effets que celui d’attiser les haines des uns contre les autres. Ce n’est pas le rôle qu’une démocratie assigne à ses dirigeants.

Le gouvernement australien s’est ému de ces propos présidentiels et en a demandé le retrait. Comme il est assez peu probable qu’il obtienne satisfaction, il recommande en attendant la prudence à ses concitoyens qui voudraient se rendre en Turquie. C’est bien le moins.

Lire aussi Attentat terroriste en Nouvelle-Zélande

Attentat terroriste en Nouvelle-Zélande

Un « suprémaciste blanc » australien a attaqué cette semaine des mosquées dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande, il y a une cinquantaine de morts. Le terroriste est arrêté, il a filmé et diffusé en direct ses meurtres sur Facebook. Ce pays pacifique est choqué, la dernière fois qu’il eut à affronter le terrorisme c’était lors de l’action des services secrets français contre le bateau écologiste Rainbow Warrior qui manifestait contre les essais nucléaires français dans le Pacifique, il y eut un mort, c’était en 1985.

On suppose que le nom de la ville, Christchurch, n’a pas été choisi au hasard par ce suprémaciste dont l’idéologie est de marquer la supériorité de la civilisation blanche et chrétienne sur le reste de la planète, et particulièrement face à la civilisation islamique. Le terrorisme idéologique est maintenant clairement mondialisé et le bal morbide des crétins n’a plus de frontière, du Bataclan à Christchurch.

Mehdi Nemmouche et le Mossad

Riss – Charlie Hebdo

Le terroriste religieux français, Mehdi Nemmouche, qui avait assassiné quatre personnes au musée juif de Bruxelles en mai 2014 a été condamné à la prison à vie par la justice belge devant laquelle il comparaissait. Jusqu’au bout son avocat belge aura défendu la thèse d’une machination libano-iranienne visant à faire éliminer des agents des services secrets israéliens par son client. Celle-ci n’a pas été considérée comme convaincante par le jury.

L’accusé, désormais coupable, est resté mutique tout au long du procès qui a duré plusieurs mois et à la barre duquel ont comparus des journalistes français qui ont affirmé que M. Nemmouche fut l’un de leurs geôliers lorsqu’ils furent pris en otage en Syrie. Il a juste énoncé qu’il avait été « piégé » avant d’entendre sa condamnation.