Le retour des guerres de religion

Alors que les affrontements idéologiques ont à peu près disparu avec la chute du mur de Berlin, alors que les guerres de conquête sont réduites à quasi-néant après la ridicule indépendance du Kosovo, il nous reste les guerres de religion qui, elles, n’abandonnent rien à la cruauté et la sauvagerie, fidèles à l’arriération qui les caractérise !

Des extrémistes religieux continuent à se battre pour Dieu et à agiter le Moyen-Orient de leurs revendications célestes. Ils restent à ce jour les vrais déclencheurs de guerres chaudes. Les attentats et les enlèvements se succèdent au Pakistan, en Somalie, en Afghanistan, en Irak, au Nigeria, au Mali (voire même en Europe de temps à autre)… Des combattants pour Dieu partout veulent imposer leur loi par la violence puisqu’a priori la méthode douce ne donne pas de résultats en ligne avec leurs objectifs. Et aujourd’hui ils réalisent le miracle de pousser le pouvoir irakien dans les bras des Etats-Unis. Des sunnites attaquent des chiites (ce pourrait être l’inverse d’ailleurs), le dictateur ayant remplacé Saddam Hussein perd pieds, l’armée officielle déserte ou pactise avec l’ennemi du moment et avec armes et bagages, Bagdad se sent assiégée. Alors dans la panique, le dictateur local appelle au secours et demande des frappes aériennes américaines pour enrayer l’avancée des barbus vers la capitale. On croit rêver !

La guerre de religion, un drame de l’ignorance, éduquons les masses et elles oublieront Dieu. Comment éduquer les masses, beaucoup s’y sont cassé les dents ?

Un espoir

Le ministre algérien des affaires religieuses annonce son projet de rouvrir les synagogues dans son pays, fermées depuis la guerre civile déclenchant l’ire des barbus toujours virulents en Algérie. Ce n’est pas encore fait mais voilà un petit rayon de soleil sur l’horizon plutôt sombre de l’entente entre juifs et arabes.

La communauté juive en Algérie ne doit être bien nombreuse. Enrico Macias avait eu plusieurs projets de revenir chanter à Oran, toujours avortés.

Indicible…

Nous parlions il y a peu de l’arriération des guerres de religion. Les évènements récents ne viennent hélas que confirmer ce qualificatif : trois adolescents israéliens ont été enlevés et tués, a priori par des combattants palestiniens ; en représailles un enfant palestinien a été enlevé et brûlé vif, a priori par des colons israéliens. Depuis les ripostes des armées israélienne et palestinienne vont bon train…

Il n’y a pas grand-chose à ajouter, au nom de leurs Dieux des cinglés massacrent des gamins, c’est le retour au moyen-âge.

A se taper la tête contre les murs !

La secte Boko Haram qui sévit au Nigéria s’illustre encore de façon sordide en enlevant plus de 200 gamines dans une école. Boko Haram signifierait « l’éducation occidentale est un péché » ! Ce groupe veut bien entendu établir la charia au Nigéria et ailleurs, et pour bien marquer cette stratégie, massacre, pille et enlève à tout va. Comble de l’absurde on voit aujourd’hui une vidéo où le chef de ce clan, plutôt hilare, parade en treillis militaire et bonnet de laine devant un véhicule blindé, une kalachnikov en bandoulière, assénant qu’il est contre l’éducation occidentale, et que « j’ai pris les filles et je les vendrai, il existe un marché pour vendre les filles ». Il mixe dans sa liste des mécréants Abraham Lincoln et François Hollande, et appelle à la guerre contre tous les chrétiens.

C’est à se taper la tête contre les murs mais c’est la réalité. Il trouvera certainement des acheteurs pour ses filles occidentales, un peu par concupiscence et beaucoup par croyance pour les éloigner de l’éducation occidentale et ainsi les rapprocher de Dieu.

Il y a des gens qui croient à tout ce galimatias psycho-religieux et il y en a d’autres, sans doute les mêmes d’ailleurs, qui sont prêts à acheter ces gamines. Comme souvent on croit que l’on touche ici au summum de l’intolérable, et comme souvent la croyance sans la raison pousse vraiment à la folie la plus inepte.

Traditions religieuses et escroqueries intellectuelles

Deux papes décédés vont être déclarés « Saint » par le Vatican. Rappelons que pour prétendre à ce qualificatif il faut avoir accompli au moins deux miracles reconnus par l’Eglise.

Jean-Paul II

  1. Il a guéri une religieuse française atteinte d’une maladie dégénérative,
  2. Puis il a fait disparaître en 2011 l’anévrisme incurable dont souffrait une Costaricienne le jour de sa béatification (alors qu’il est mort depuis 2005).

Jean XXIII

  1. Eh bien pour lui l’Eglise fait une exception et il n’a qu’un seul miracle à son palmarès : une religieuse guérie d’un cancer de l’estomac en 1966.

On aurait peut-être pu aussi faire de Jean-Paul II un saint mono-miracle plutôt que de lui attribuer la guérison d’un anévrisme costaricien alors qu’il était déjà dans la tombe. Ces deux garçons ont sûrement été de bons papes, ils ont fait leur boulot, leur patron et leurs clients doivent être contents de leurs services. Leur canonisation est dans l’ordre des choses et prévue dans le règlement intérieur de l’Eglise, très bien. Ne pourrait-on pas moderniser un peu la procédure et pourvoir les élever au rang de Saint sans devoir en passer par le décompte un peu ridicule de leurs miracles ?

In extrémis

Deux gamins de 15 ans envolés pour rejoindre les combats en Syrie sont rattrapés par leurs parents en Turquie et ramenés en France où ils sont mis en examen par un juge. Un de leurs avocats explique que ce voyage était à but humanitaire et que les gamins partaient là-bas pour aider, pas pour se battre.

C’est possible mais, dans le contexte actuel, un juge peut raisonnablement envisager que ces lascars soient partis vers la Syrie pour participer au jihad. On ne peut pas complètement l’exclure. Cela s’est déjà été fait avant ce cas et se fera encore après. La justice passera.

Commerce d’otages au Nigeria

Un curé français retenu en otage au Nigeria, sans doute par la secte des Boko Haram, qui prône l’application de la charia dans tout le pays mais ne néglige pas de remplir ses caisses en se livrant au commerce (ou au massacre) des otages, a été libéré le 1er janvier.

Alors que la presse l’interroge sur sa détention qui ne s’est pas trop mal passé comparée à d’autres, il explique que « ces gens n’ont de compassion pour personne, ils travaillent pour eux ». Heureusement que c’est un prêtre qui le dit, d’autant plus que le garçon a l’air d’avoir le cœur sur la main et semble épris de bonté catholique à l’égard de son prochain.

Il est bon de dire quelques vérités sur ce sujet. Il serait également opportun que nos Etats disent la réalité en ce qui concerne le paiement des rançons car ne nous y trompons pas, il y a certainement de l’argent qui est versé à ces despérados qui n’ont de compassion pour personne ! Les dirigeants français jouent sur les mots et affirment que la France ne paye pas de rançon. Certes, l’Etat n’a sans doute pas signé un chèque prélevé sur le Trésor Public, mais les entreprises, comme Areva pour les ex-otages du Niger, voire certains Etats « amis », comme le Qatar pour les infirmières bulgares de Lybie, ou le Cameroun dans le cas de notre bon curé, ont versé de l’argent. Comment imaginer autrement que les otages fussent libérés. Si les ravisseurs n’ont pas été payés avec de l’argent ils l’ont été avec des armes ou toutes autres marchandises susceptibles de satisfaire leur rapacité.

Pourquoi ne pas le dire que ces gens font du commerce d’humains ? Ce serait les faire apparaître tels qu’ils sont : des businessmen bien éloignés de toute considération religieuse ou morale. Qui sait, peut-être certains de leurs fans trouveraient à y redire ? La raison officielle pour justifier ce silence coupable est de ne pas favoriser ce business en affichant que la France paye pour récupérer ses otages. Restons sérieux, les gens impliqués dans ce trafic savent bien qui paye et qui ne paye pas, alors quitte à payer, faisons le savoir : combien, à qui, par quels canaux ! Soyons transparents autant que ces despérados sont manipulateurs.

Les sables mouvants de l’Azawad

Le Mouvement de libération de l’Azawad (MLNA), composés de multiples factions, réunissant des Touareg moitié indépendantistes moitié islamistes, dont les membres ont, en ordre dispersé, mené une guerre civile au Mali dans les années 80 et 90, servi de nervis au clan Kadhafi du temps de sa gloire, fait alliance avec Al Qaida en 2012 pour tenter un coup d’Etat et instaurer la charia, puis pactisé avec l’armée française en lutte contre les barbus tout en enlevant des otages occidentaux, le MLNA donc, ce groupe aux convictions politiques pour le moins mouvantes vient de déclarer qu’il reprenait les armes contre le gouvernement malien. Bien, voilà qui est clair… pour le moment !

KGB et religion

Rigolo : Poutine, ex-officier du KGB, nostalgique de la grande Union Soviétique, qui semble n’avoir jamais eu d’autres convictions que celle de son maintien au pouvoir, Poutine donc, président de la Russie, rencontre le pape François et les deux compères affichent leurs convergences de vue sur le refus d’une solution militaire en Syrie et le sort peu enviable des chrétiens d’Orient. Un ancien espion soviétique rendant hommage à la religion, opium du peuple, il fallait le faire !

Réglement de comptes

Le chef des talibans pakistanais a été tué par les Etats-Unis via un de leurs fameux drones, indument qualifiés d’avion sans pilote, puisque ces aéronefs ont bien un pilote mais qui n’est pas dans l’avion. Il a été immédiatement remplacé par un autre chef taliban du nom de Fazullah qui s’est déjà rendu célèbre ces dernières années en faisant brûler les écoles de filles et en assassinant les personnels chargés des campagnes de vaccination des enfants, éducation et vaccination étant considérés comme contraire à la charia…

Des Touaregs à la dérive

Il semble que les deux journalistes assassinés au Mali au début du mois l’aient été par des rebelles Touaregs enrôlés dans l’islamisme, mêlant revendications d’indépendance et de charia après avoir vendu leurs services au clan Kadhafi des années durant et s’être recyclés depuis dans le juteux business des otages. Ont-ils même les idées au clair sur ce qu’ils veulent ou ce qu’ils sont ? En tout cas ces groupes dépenaillés, disséminés dans l’immensité du Sahara, se déjouant des frontières invisibles et se défiant d’Etats locaux inexistants, ayant troqué les chameaux pour des Toyota, tiennent tête à l’Occident dans leurs dunes. Tout ça n’est pas bien brillant.

Des cinglés en Somalie

Une bande de cinglés somaliens (et autres nationalités semble-t-il), moitié islamistes, moitié gangsters, massacrent à tout va dans un supermarché de Nairobi au Kenya. Evidemment ils se drapent une fois encore derrière le drapeau de l’islam pour commettre leur forfait. Les autorités kényanes ont du mal à reprendre le contrôle de la situation. Le bilan va sans doute se chiffrer en dizaines de morts.

Ben Laden a dit de son vivant : « nous aimons la mort autant que vous aimez la vie ». Les cinglés du jour appliquent cette maxime devant les médias du monde entier, et en direct sur leur compte tweeter. C’est ce qu’on appelle de la terreur. On peut être assuré que demain le régime syrien va expliquer pourquoi il a raison de lutter dans son pays contre le terrorisme, et la boucle sera bouclée dans ce Moyen-Orient agité dont la violence déborde gravement sur l’Afrique ces derniers temps.

Le triomphe de la bêtise n’est pas encore acquis !

Après l’arrestation d’un apprenti-nazillon, jeune militaire professionnel, qui s’apprêtait sans doute à commettre un attentat contre une mosquée, diverses associations se plaignent d’un accroissement de l’islamophobie en France. C’est probablement vrai. On parle beaucoup trop de l’Islam : cette interminable guerre israélo-arabe qui dure depuis 1948 et sert de justification à tant de dérives, ce mélange explosif entre politique et religion prôné par nombre de pays sur la planète, les luttes en cours post-« printemps arabes » entre pouvoir laïque et pouvoir religieux, l’émergence de nouvelles religions dans nombre de pays occidentaux de tradition chrétienne qui rend inévitable de profonds débats de société et pousse Mme. Michu à se remettre en question, etc., etc.

Le déni des Lumières au profit du dogme est une étape hélas incontournable par laquelle transite toute religion à un moment ou à un autre de son histoire, ajoutez-y toute la beaufitude du café du commerce (une richesse nationale française) épicée par les tweets crétins de la Morano ou d’Estrosi, et vous avez un mélange explosif où la bêtise triomphe de tout et se manifeste parfois par des actes illégaux. On en est là !

Donnez du développement économique aux populations qui hésitent entre religion et Etat, elles opteront pour le second ; donnez de l’intelligence à Mme. Michu en censurant les tweets de la Morano et d’Estrosi et elle fera fonctionner ses neurones. Tout ceci est un vaste programme mais il ne faut pas y renoncer, c’est l’honneur de la politique d’affronter des objectifs ambitieux et à long terme.

Le ridicule sanctifie

Le deuxième miracle attribué à Jean-Paul II pour le canoniser est d’un ridicule achevé. Cette fois-ci une femme costaricaine atteinte d’un anévrisme au cerveau aurait guéri 5 ans après le décès du pape alors que sa famille lui demandait par la prière d’interférer en faveur de la malade. Tout ceci pour pouvoir canoniser Popol.

Que l’on sanctifie ce pape, qu’on lui décerne la légion d’honneur ou qu’on le fasse entrer à l’académie à titre posthume, très bien, il a sans doute mérité tous ces honneurs, mais que l’on évite de nous infliger le bourrage de crâne avec le concept du miracle post-mortem !