Religion au palais de justice

La famille d’Hasna Aït Boulahcen aurait porté plainte contre X. La jeune femme est morte dans l’assaut donné par la police au squat de Saint-Denis où s’étaient réfugiés une partie des extrémistes religieux qui avaient mené les attaques de novembre contre le Bataclan et les terrasses de café de la République à Paris ayant fait 130 morts et des centaines de blessés. Cousine de l’un des organisateurs et acteurs de ces massacres, elle avait à sa demande trouvé ce logement pour y rassemblé les terroristes survivants qu’elle était allé chercher elle-même en auto. Sur sa page FaceBook elle affichait le drapeau du groupe Etat Islamique ainsi que son soutien à Hayat Boumédienne, épouse de feu Amedy Coulibaly, terroriste religieux qui avait tué quatre personne en janvier 2015 à l’hyper-casher de la Porte de Vincennes avant d’être abattue par la police.

Mme. Aït Boulahcen est décédée du fait du souffle de la ceinture d’explosifs déclenchée par l’un des terroristes qui a ainsi mis fin à ces jours et à ceux de sa voisine.

Sa famille et son avocat essaye de défendre l’idée qu’Hasna Aït Boulahcen n’est ni terroriste ni complice, mais victime. Elle aurait trouvé le squat de Saint-Denis sous la menace de son cousin terroriste. Il va falloir être persuasif pour faire admettre cette théorie. Si jamais elle prévalait cela voudrait dire que les attentats de Paris en janvier ont fait 131 victimes et que cette 131ème victime aurait droit aux mêmes hommages que les 130 premières, ce qui risquerait de provoquer un peu d’émoi.

Que la Justice passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.