The Stranglers – 2014/04/07 – Paris l’Olympia

The Stranglers à Paris à l’occasion du quarantième anniversaire de leur formation, c’et le Ruby Tour, à l’Olympia et filmé par Arte, excusez du peu pour un groupe rebelle !

La même équipe habillée de noir : JJ, Dave (qui a inscrit sur de a face de ses claviers visible du public « No fromage, no concert ! »), Baz et le batteur remplaçant de Jet (toujours présent sur les affiche mais absent sur scène) ; quatre cadre stylés peinture classique avec écrans électroniques à l’intérieur diffusant de l’image stranglerisée (y compris de vieux films comme les stripteaseuses sur le live d’époque de Nice ‘N’ Sleazy) ; une set-list idéale revenant avec bon goût sur ces quarante dernières années de nos vies musicale ; les fans anglais habituels avec bière et T-shirts vintage ; bref une magnifique soirée qui n’eut que l’inconvénient de nous rappeler le temps qui passe.

Après la ritournelle de Valtzinblack qui annonce leur entrée, ils attaquent sur Toiler on the Sea et No More Heroes (habituellement réservé au rappel) et on adore. Suivra assez rapidement un magnifique enchaînement parlé-chanté, JJ sur La Folie et Baz sur Midnight Summer Dream, deux chansons au romantisme noir, plutôt rarement chantées sur scène :

Woke up on a good day/ And the world was wonderful/ A midnight summer dream had me in its spell/ I dreamt about an old man/ Sat and watched the rain all night/ He couldn’t sleep a wink as all the drops fell/ He told me of the beauty/ Hidden in our foreheads/ He told me of the ugliness/ We show instead…

Et pendant que se déroule ce rêve estival la panthère stylisée de Feline bondit entre les quatre écrans. Reconnaissante et émue, la foule chantera Happy Birthday à ses héros musiciens.

S’en suivent des classiques hargneux mais toujours adoucis d’une once d’ironie comme une reprise de Dionne Warwick entre Nice ‘N’ Sleazy et Duchess ! Le show se termine sur Hanging Around et le rappel reprend sur Norfolk Coast et Something Better Change, du sérieux donc. Et quand les lumières se rallument la musique étrange de Meninblack diffuse dans la salle pour accompagner notre sortie.

Les Stranglers ont notre âge, c’est triste, mais quel réjouissant spectacle de constater qu’à notre différence, ils n’ont rien lâché.

Setlist : 1. Toiler on the Sea/ 2. No More Heroes/ 3. Was It You?/ 4. Threatened/ 5. Summat Outanowt/ 6. Peasant in the Big Shitty/ 7. Peaches/ 8. La Folie/ 9. Midnight Summer Dream/ 10. Golden Brown/ 11. Always The Sun/ 12. Thrown Away/ 13. Never To Look Back/ 14. Nuclear Device (The Wizard of Aus)/ 15. Skin Deep/ 16. Time to Die/ 17. Lowlands/ 18. Nice ‘N’ Sleazy/ 19. Walk on By (Dionne Warwick cover)/ 20. Freedom Is Insane/ 21. Duchess/ 22. Five Minutes/ 23. Hanging Around
Encore : 24. Norfolk Coast/ 25. Something Better Change/ 26. All Day and All of the Night (The Kinks cover)
Encore 2 : 27. Tank