COBAIN Kurt ‘Journal, musiques & cie’.

Sortie : 2002, Chez : 10/18. Le journal décousu du leader du groupe grunge Nirvana, suicidé alors en pleine gloire après un nombre limité de disques météorites. L’idole d’une jeunesse désillusionnée, séduite par ce rock vigoureux et déprimant. Kurt écrit ce qui lui passe par la tête sur des bouts de papier éparts, dessine des esquisses qui se perdront, où deviendront les couvertures de ses disques les plus célèbres. Il y est question de musique bien sûr, mais aussi de sentiments un peu confus. L’œuvre est émouvante quand on sait ce qu’est devenu son auteur mais on préfère Nirvana sur scène plutôt qu’en librairie.

Carrère Emmanuel, ‘Limonov’.

Sortie : 2011, Chez : POL. Un étrange récit où Emmanuel Carrère, fils d’Hélène Carrère d’Encausse historienne et soviétologue réputée, mêle autour de la vie de Limonov, la sienne et l’histoire de l’URSS contemporaine, devenue Russie.
Limonov est un exalté ayant traîné ses guêtres de l’association des poètes soviétiques, à l’underground moscovite, mercenaire proserbe dans la guerre des Balkans, créateur-animateur du parti national-bolchevick (il faut quand même le vouloir…), il a passé deux ans dans les prisons du régime Poutine pour défendre plus ou moins les mêmes idées en faveur de la renaissance de la grande Russie, vécu à l’Ouest, aux Etats-Unis, puis à nouveau Moscou où il tente de faire vivre son parti.
Carrère, admiratif de cette vie d’aventures et de convictions, la raconte, y mêlant sa sienne qui traverse à plusieurs instants ce destin de Limonov, tragique et tellement russe.