Le communautarisme encore à l’œuvre

Des manifestants communautaires brûlent des voitures, bloquent routes et voie ferrée une journée durant à Moirans dans l’Isère en réclamant la possibilité pour l’un des leurs, emprisonné, de pouvoir sortir temporairement de prison pour assister aux obsèques de son frère, celui-ci étant décédé dans un accident de la route au volant d’une voiture volée et de retour d’un cambriolage… Le refus de sortie temporaire a été motivé par des violences en détention. Finalement, le jeune homme décédé sera enterré dans le calme et sans son grand frère.

Cette affaire, comme bien d’autre, marque la dérive du communautarisme qui aboutit à la négation de l’intérêt général au profit de celui des communautés, voire des individus concernés. On atteint ici un sommet dans l’absurde quand on voit le passif judiciaire des impétrants. Mais nous sommes dans un monde où plus personne n’est responsable de rien, chacun évoque ses droits et néglige ses devoirs, alors on casse, on brûle, on se plaint, on exige et qu’importe l’intérêt général. Il s’agissait à Moirans de la communauté gitane mais cela aurait pu en être bien d’autres. Ainsi va la vie aujourd’hui, tristement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.