L’adhésion de l’Ukraine à l’UE n’est pas raisonable

Les ukrainiens continuent à se déchirer en une simili guerre civile à l’Est du pays entre ceux qui veulent rallier la Russie et d’autres qui préfèrent faire allégeance à l’Union européenne. Le désastre se poursuit, attisé par l’Europe qui continue d’agiter la carotte de l’adhésion devant une nation en ruine ! Les Etats membres ont déjà dû avaler la couleuvre de l’adhésion de Chypre, ile-nation (et paradis fiscal de renom) coupée en deux par une guerre entre la Grèce, Etat membre, et la Turquie, Etat candidat en négociation, et l’on laisse espérer à l’Ukraine une adhésion lointaine. Ce n’est pas sérieux.

Les transports publics ne facturent pas leurs coûts

Un rapport judiciaire accable la SNCF suite à l’accident ferroviaire de Brétigny qui avait fait plusieurs morts en juillet 2013. Il apparaît notamment que les travaux d’entretien et d’investissement sur le réseau ne sont plus menés dans les règles de l’art.

La SNCF et son acolyte RFF (Réseau ferré de France) ont sûrement des choses à se reprocher mais il faudra sans doute un jour que l’Etat (et les électeurs) se demandent s’il est bien raisonnable de continuer à encadrer les prix de vente des sociétés nationales. Globalement le chemin de fer français est déficitaire et accumule une dette très significative qui est surtout l’effet de l’accumulation d’excès des dépenses par rapport aux recettes. A la fin de l’histoire, le contribuable est garant de cette dette en partie générée pour permettre aux consommateurs de voyager à un prix inférieur aux coûts réels.

Bien sûr SNCF et RFF peuvent sans doute améliorer encore leur gestion, certainement l’immobilisme syndical génère des surcoûts dans ces entreprises, mais le problème le plus fondamental est que les prix de commercialisation ne couvrent pas les coûts d’exploitation, d’où moins de moyens pour entretenir le réseau.

On a grosso-modo les mêmes sujet avec la RATP, EDF et d’autres : à défaut de vouloir faire payer les consommateurs-électeurs, on fait payer les contribuables eux-aussi électeurs. Il n’est pas sûr que le calcul soit efficace.