Délinquance et chantage

Lavrilleux, le garçon qui était directeur de quelque chose à l’UMP et sous-chef d’autre chose dans la campagne électorale de Sarkozy, a avoué il y a deux ou trois mois avoir fait passer une dizaine de millions d’euros de fausses factures de communication de la campagne sur la caisse de l’UMP pour éviter de dépasser la limite légale des dépenses de campagne. Bien, la veille de ses aveux pitoyables, sur un plateau de télévision bien entendu, il avait été élu député européen (on envoie vraiment les meilleurs à Bruxelles…). Une information judiciaire est ouverte dans cette affaire. Il semble qu’une procédure d’exclusion de l’UMP soit en cours contre lui, c’est bien le moins, et cela énerve le garçon qui se répand en menaces, toujours dans la presse, en affirmant dans Le Parisien : « Pour le moment je me tais. Mais si on m’exclut de ce parti auquel j’appartiens depuis vingt-cinq ans, alors je reprendrai ma liberté de parole et je parlerai ».

Ah-ah ! Est-ce à dire qu’il n’aurait pas tout dit sur les plateaux télévisés ou à la justice ? Il faut donc l’exclure de toute urgence :

  • Primo ses actes délictueux le rendent en principe incompatible avec toute activité publique,
  • Deuxio, si c’est un moyen de lui faire avouer l’ensemble du dispositif de fausses factures il ne faut pas s’en priver.

Pour bien faire il faudrait également l’exclure du Parlement européen. Comment un délinquant maître-chanteur peut-il représenter la France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.