DESPENTES Virginie, ‘By-bye Blondie’.

Sortie : 2004, Chez : Le Livre de Poche #30517

Le roman dérangeant de la vie d’une punk de Nancy, alternant entre bars glauques et bureaux du RMI, consommant à l’excès bière et LSD, injuriant ses parents et la société, fréquentant les concerts des Bérurier Noir et les bastons punks contre Teddy boys… C’est la chronique désabusée d’une gamine dévastée par la désillussion et la marginalisation, sans doute pour partie inspirée par la vie de l’auteur. Il y a du vécu dans la description de cette zone crade et violente, dans le langage ordurier (mais souvent hilarant) de l’héroïne, mais aussi des moments de tendresse lorsque la punkette essaye de dominer sa rage pour se laisser aller à vers l’amour mais là aussi la compromission est difficile.

Le style est vif et tendu, comme une chanson des Sex-Pistols. C’est l’histoire saccadée de la mise au rebut d’une jeunesse qui finalement sait aussi partager des moments heureux dans la dévastation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.