Le stupide profère des stupidités

La justice qui enquête sur les arrangements salariaux de la famille Fillon déclare qu’elle ne peut pas prononcer un « classement sans suite en l’état ». On en déduit que les preuves d’activités professionnelles prestées par Mme. Fillon et ses enfants en échange d’argent public, et dans le cas de Mme., dans une deuxième étape, contre argent privé, ne sont pas éclatantes.

Après avoir accusé le pouvoir de « coup d’Etat constitutionnel », voilà notre homme qui, par la voix de ses avocats, dénie au parquet national financier la légitimité d’enquêter sur ses actes de parlementaire. La victimisation se porte bien mais sur le fond rien de bien nouveau : Fillon a nourrit les siens comme il le pouvait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.