Paris et la pollution

Journée de circulation alternée à Paris pour cause de pollution aux particules fines : on s’attendait à un hourvari franchouillard, une attaque d’apoplexie de Mme. Michu au Café du Commerce, et finalement cela passe assez bien. On a bien sûr Copé critiquant la mesure, mais au moins n’a-t-il pas demandé la démission d’un ministre ou de Mme. Taubita, contrairement à ses habitudes.

Malgré les évidents désagréments causés à certains d’eux, les citoyens seraient-ils devenus progressivement capables de partager un fardeau, celui de la pollution en l’occurrence ? Ou alors tellement désespérés, ont-ils définitivement renoncé à contester ?

Publié le
Catégorisé comme France