Moyen-Orient

Après la énième guerre d’Israël contre Gaza cet été, les désormais habituelles accusations réciproques de crimes de guerre vont bon train. Des quartiers entiers de la bande de Gaza ont été réduits en poussière, des écoles ont été visées, des familles décimées, bref, le quotidien d’une sale guerre. Même l’armée israélienne a ouvert des enquêtes sur les agissements de ses forces durant cette guerre !
Mais cette fois-ci un élément nouveau se fait jour : 43 réservistes d’une unité de renseignement militaire israélien, dont 10 officiers, ont signé une lettre dans laquelle ils annoncent leur refus de participer à toute action qui « porterait atteinte à la population palestinienne. » Il semble que cette unité œuvre dans la manipulation de citoyens palestiniens pour en faire, de gré ou de force, des collaborateurs de l’armée israélienne.
On est toujours étonnés de penser que les attaques ciblées israéliennes contre des maisons ou des voitures de responsables palestiniens sont provoqués par des renseignements précis ne pouvant provenir que des palestiniens eux-mêmes. D’ailleurs à la fin de la guerre, le Hamas a exécuté nombre de palestiniens accusés de traîtrise.
Cette lettre ouverte des militaires israéliens explique comment sont utilisées des informations personnelles pour exercer des pressions sur les citoyens palestiniens et les forcer à collaborer. Cela n’étonne pas grand monde, au moins les choses sont-elles dites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.