L’Arabie saoudite en vedette à l’ONU

Un jeune homme saoudien a été condamné à mort par décapitation avec ensuite crucifixion de son corps sans tête jusqu’à ce que ses chairs commencent à se décomposer. Il lui est reproché d’avoir participé à une manifestation contre la famille royale, le tout dans un contexte de manifestants musulmans chiites dans un pays majoritairement sunnite.

Rappelons que ce qui différencie ces deux courants depuis l’an 632 est que :

  • Les chiites pensent que le successeur légitime du prophète Mahomet est Ali, son gendre et fils spirituel.
  • Les sunnites pensent que le successeur légitime du prophète Mahomet est Abou Bakr qui deviendra effectivement calife.

La communauté internationale, majoritairement occidentale, s’émeut de cette condamnation qui n’a pas encore été mise en œuvre à l’heure où nous parlons. L’émotion est d’autant plus grande qu’au même moment l’Arabie saoudite vient d’être nommée à la tête d’une commission consultative du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Ce machin n’a sans doute pas grande influence ni importance, il n’en demeure pas moins que les démocraties réagissent sur les plateaux télévisés mais personne ne sait bien comment s’opposer à ce mouvement. Ce pays a été nommé sur proposition du groupe Asie du Conseil au sein duquel les pratiques judiciaires saoudiennes choquent sans doute beaucoup moins qu’en Europe ou qu’aux Etats-Unis… Si vous ajoutez les enjeux commerciaux et financiers que représentent Ryad vous en arrivez à cette proposition.

L’ONU c’est aussi ce mélange interlope où se côtoient tous ces pays aux croyances et coutumes différentes. L’ethnocentrisme propre à nos démocraties occidentales nous fait considérer que les droits de l’homme tels qu’ils ressortent de la déclaration de 1948 portant le même nom sont universels et devraient être applicables partout. Ce n’est hélas pas le cas au sein des 193 pays membres de l’ONU. D’ailleurs cette fameuse déclaration a été suivie de toute une série de traités et protocoles internationaux liés aux droits de l’homme. Tous les pays n’ont pas signé ni ratifié ceux-ci, ou alors l’ont fait avec des réserves. Certains de ces documents sont d’ailleurs bizarrement qualifiés de « facultatifs » ce qui en dit long sur leur robustesse…

Malgré tout l’enceinte de l’ONU à New York est la seule où se retrouvent les 193 Etats membres, plus quelques satellites, pour y discourir, confronter beaucoup de mauvaise foi, cacher nombre d’intérêts inavouables, jauger leurs capacités de nuisance respectives, parfois détourner de l’argent, mais aussi de temps en temps, adopter des résolutions qui ont fait progresser l’Humanité. Alors il faut parfois compromettre pour maintenir ce dialogue et puis, au moins en ce qui concerne les droits de l’homme on sait que les peuples quand ils en ont l’occasion votent avec leurs pieds comme actuellement les réfugiés syriens qui prennent la route de l’Europe plutôt que celle de l’Arabie saoudite. Leurs dirigeants évolueront un jour… Quand on songe au nombre de dictatures galonnées qui existaient en Amérique latine, voire en Europe de l’est, dans les années 70’ on peut espérer une évolution identique sur les autres continents. L’ONU est là pour ça et en attendant l’organisation arrivera peut-être à faire éviter l’exécution barbare de ce citoyen saoudien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.