La Turquie fait plier la Finlande et la Suède

Jamais à l’abri d’une ambiguïté, la Turquie, membre de l’OTAN, s’est opposée à la candidature de la Suède et de la Finlande pour entrer dans cette alliance militaire occidentale. Ces deux pays nordiques, traditionnellement « neutres » depuis des décennies, ont pris peur devant les ambitions impériales de leur voisin russe qui s’expriment actuellement par l’invasion de l’Ukraine. En réalité, la neutralité de ces deux pays semblait plutôt formelle tant ils étaient clairement du côté du monde occidental, y compris militairement.

La guerre d’invasion de l’Ukraine par l’armée russe déclenchée le 24 février va accélérer l’officialisation du rapprochement de la Suède et la Finlande avec l’OTAN susceptible de mieux les défendre en cas d’invasion de la Russie, comme ils ont déjà eu à en souffrir dans le passé. Seul obstacle, comme souvent : Ankara, au motif que ces pays accueillent des opposants kurdes. La Turquie a donc marqué sa mauvaise humeur afin d’obtenir un accord des deux pays candidats sur l’extradition de réfugiés turcs d’origine turcs qualifiés de « terroristes » par le pouvoir turc.

La Finlande et la Suède ont donc signé cet accord avec Ankara tout en précisant que leurs lois respectives seront respectées. Soit, il est probable qu’à l’avenir les réfugiés turcs d’origine kurdes iront chercher refuge ailleurs qu’en Finlande ou en Suède. C’était le prix à payer pour leur adhésion à l’OTAN qui est maintenant acquise.

Une nouvelle fois la Turquie marque sa différence et utilise sa forte capacité de nuisance pour forcer ses partenaires. On se demande comment ce pays asiatique a pu être intégré dans une alliance militaire de pays « atlantique », mais c’était au temps de la guerre froide et à une époque où la Turquie semblait plus attirée par l’Occident que par le monde soviétique, il fallait la confirmer dans ce choix. Les choses ont bien changé, la Turquie a envahi et occupe Chypre, un pays membre de l’Union européenne, islamise son fonctionnement interne, utilise ses nombreuses diasporas en Europe pour faire jouer un softpower contre les Etats, saisit toutes les occasions pour nuire à l’Occident, insulter ses dirigeants, menacer certains pays et systématiquement contester ses politiques. Les plus optimistes pensent qu’il vaut mieux avoir la Turquie dans l’OTAN où elle serait moins nuisible, qu’à l’extérieur où elle tomberait dans les bras de la Chine ou la Russie. L’histoire dira si l’optimisme à l’égard de la coopération avec la Turquie qui oblige l’Occident à avaler nombre de couleuvres aura été une attitude réaliste.

Lire aussi : La Turquie s’oppose, comme souvent
~~~~~~~~

Publié le
Catégorisé comme Turquie