Baxter Dury – 2011/12/10 – Paris la Maroquinerie

Baxter Dury ou la merveilleuse surprise de Noël ce soir à la Maroquinerie pour la sortie de son disque Happy Soup. Une tête d’angelot en costume-cravate-noir-chemise blanche façon mod, accompagné d’un groupe fusionnel dont Madelaine Hart en robe de Pierrot lunaire au minois aussi charmant que sa voix se place merveilleusement bien sur celle de Baxter, et l’excellent Mike Moore aux guitares qui réussit l’exploit d’allumer ses cigarettes au milieu de solos redoutables et nerveux.

Bref, une bande de sales gosses a pris le pouvoir sur une soirée parisienne et enthousiasmé l’audience avec une musique ironique et une gouaille sans égard. Faut-il rappeler que Baxter est le fils de son père Ian (et ses Blockheads), aux performances duquel le chroniqueur a applaudi en son temps dans les années new wave : Wake-up an Make Love with Me, Sex & Drug & Rock’n’Roll… La génétique fait des miracles et Baxter poursuit la lignée post-punk lancée par son paternel.

Le groupe démontre une affectueuse complicité pour délivrer une prestation jouissive. La musique est ingénue et les textes ébouriffants, il y est question de Claire, Isabel, de câlins l’après-midi, de garçons qui pleurent dans les hôtels de Brixton, le ton est désabusé mais l’atmosphère est enlevée. Baxter carbure au cognac, chante et slam avec naturel, raconte son ressenti des odeurs parisiennes alors que les techniciens rebranchent des fils. Madelaine tape à deux doigts sur ses claviers et virevolte aux facéties de son leader, les harmonies qu’elle réalise sur ses chœurs sont un régal de douceur et d’élégance, en fait, la marque des chants de ce groupe dont Madelaine est co-chanteuse ! Mike triture ses guitares et tressaute sur ses riffs. Baxter s’abandonne à ses claviers hystériques. Le show courre à perdre haleine emmené avec habilité par la morgue de son créateur et l’unité des siens.

Baxter Dury vous salue bien : She’s early for no reason ans she’s dancing at angles/ Yet another slim man’s taking chances with another girl/ She could be in her marigolds, dancing on her patio but/ She’s living it up in an other dreary disco town/ Isabel’s sleeping, Isabel’s sleeping/ I think my mate slept with you when you were in Portugal…

Warm up : Theodore, Paul & Gabriel (un trio de folkeuses françaises à suivre)

Waltari Mika, ‘Jean le Pérégrin’.

Sortie : 1979, Chez : Phébus – libretto. Un roman posthume de l’écrivain finnois dans lequel on suit les pérégrinations d’un jeune scribe au XVème siècle, des conciles cherchant à réconcilier les églises romaine et orthodoxe, aux croisades contre l’empire ottoman en passant par Constantinople et la vieille Italie, Jean à la recherche du savoir, tiraillé entre Dieu et les tentations du Monde évolue de Europe à Orient à la fin du moyen-âge. Le roman est parfaitement documenté et plonge le lecteur dans cette époque passionnante, aussi mystique que violente.