Réalisme public

Réaliste : le ministre des finances français admet officiellement que les engagements pris de réduction du déficit des dépenses publiques ne seront pas tenus, une nouvelle fois. Le déficit 2014 augmentera à 4,4% du PIB. Autant le dire à nos partenaires européens, et à nos citoyens qui se plaignent de la politique « d’austérité » ; ils n’ont encore rien vu.
Accessoirement cela veut dire que les citoyens des autres pays européens plus rigoureux font bénéficier la France de leur bonne conduite. Cela crée un peu d’acrimonie de leur part, bien compréhensible.
Au même moment Pierre Moscovici était nommé commissaire européen pour l’Economie et les affaires monétaires, ce qui est parfaitement risible et immérité compte tenu des performances de la France dans ce domaine en général, et de Moscovici ex-ministre des finances français en particulier. Ainsi va la politique où la compétence n’est que rarement utilisée comme critère de sélection de ses responsables, au détriment du sens de la communication et de l’appartenance au parti qu’il faut.
La France ne méritait pas ce poste, Moscovici (qui a par ailleurs laissé de très mauvais souvenirs de son arrogance lorsqu’il était ministre des affaires européennes) n’a pas performé à la tête des finances françaises, c’est le moins que l’on puisse dire, mais la politicaillerie européanisée en a décidé autrement. Les membres méritants de l’Union européenne sont bons pour payer pour les pays défaillants. C’est ce qu’on appelle le nivellement par le bas.

Publié le
Catégorisé comme Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.