Quoi de neuf ?

Que faire avec les djihadistes français survivants ?

Les parents de trois gamines françaises parties en Syrie rejoindre le groupe terroriste religieux Etat islamique, et actuellement détenues par les kurdes syriens, ont porté plainte contre l’Etat français sur la base de son « inaction » face à une « détention illégale ou arbitraire ». On ne sait pas bien ce que sont allé faire ces femmes sur le terrain des combats religieux moyen-orientaux. Il apparaît qu’en général les terroristes islamiques qui les recrutaient mettaient plutôt les étrangères à faire le ménage et des enfants quand les hommes étrangers pouvaient participer aux combats, massacres en tous genres et attentats terroristes le cas échéant. Mais tout est possible ; elles ont été capturées sur un terrain de guerre civile par la partie qui l’a emporté, au moins provisoirement, dans le camp de ceux qui ont perdu, tout aussi provisoirement sans doute. Le mieux aurait certainement été qu’elles restent dans leurs familles en France.

Elles ont compromis (et parfois fait des enfants) avec des terroristes religieux qui ont pris les armes contre la France et commis le pire. Elles sont maintenant aux mains de bandes armées, probablement sans foi ni loi. Bien sûr les parents préfèreraient certainement que leur progéniture soit jugée par la démocratie française plutôt que par la justice sans doute expéditive de ces bandes. On peut imaginer leur effarement face à la dérive, parfois meurtrière, de leurs enfants mais le dépôt de plainte contre l’Etat est indécent même si représentatif de notre société moderne : plus personne n’est responsable de rien ni n’assume ses actes et l’Etat (donc les contribuables) doit payer pour tout. On se souvient que le père de Mohamed Mehra avait également porté plainte contre l’Etat français depuis l’Algérie après que son fils eut tué sept personnes dont trois enfants, puis trouva lui-même la mort lors de l’assaut donné par la police dans l’appartement où il était enfermé.

Ceci étant dit la République se trouve confrontée à un véritable dilemme : que faire de ses citoyens qui ont pactisé avec des puissances ennemies, combattu sur le terrain syro-irakien et éventuellement commis des actes de terrorisme contre la France et des français. Ceux qui ont survécu aux combats souhaitent généralement revenir en France plutôt que d’être jugés par les autorités qui les détiennent. La République a déjà eu affaire à des traîtres, ce fut le cas des collaborateurs avec l’occupant allemand durant la deuxième guerre mondiale. Quelques-uns furent exécutés lors de la courte période d’épuration après la défaite nazie, nombre d’autres furent jugés et certains passèrent à travers les mailles du filet. Dans le cas des terroristes religieux français de retour au pays la situation est plus tendue car on peut craindre que ceux-ci n’aient pas abdiqué leur idéologie mortifère. Les collaborateurs de 1945, une fois leur peine accomplie ont généralement cherché à se réinsérer dans la société civile, certains y ont même très bien réussi, mais ils ont globalement admis leur défaite idéologique et plutôt cherché à passer à autre chose. Le djihadiste jugé en France, une fois sa peine accomplie, risque de reprendre les armes contre ses concitoyens : djihadiste un jour, djihadiste toujours ? Quant à ceux qui seraient jugés dans les pays où ils commirent leurs forfaits, eux aussi sortiront de prison dans quelques mois ou années, ils resteront un facteur de risque élevé pour encore longtemps.

Il faut travailler à tarir les vocations au djihadisme de citoyens français, cela passe par de l’éducation et du développement socio-économique, mais c’est une œuvre de plusieurs générations En attendant les premiers résultats il faudra bien vivre avec les risques que font porter à la société française ses enfants perdus, et le faire avec les voies et moyens de notre Etat de droit. Ce sera l’honneur de notre démocratie de s’imposer face à la déraison religieuse.

Lire aussi : Le retour des combattants religieux dans leur pays d’origine

Bataille de forbans dans les communications

TF1, chaîne de télévision privée criarde envahie par la publicité et la beaufitude, s’est fait couper sa diffusion par un « opérateur », en l’occurrence le groupe Canal+. Les forbans qui dirigent ces deux entités se sont battus à coup de communiqués de presse au sujet que la rémunération que l’un veut exiger de l’autre qui ne veut pas lui payer. Bref, un conflit commercial classique entre un client et un fournisseur dont on ne sait pas bien qui est le client de qui d’ailleurs.

TF1 a eu l’audace de faire état de téléspectateurs « désespérés » qui ne pouvaient plus regarder cette chaîne via leur abonnement payant à Canal+. Il leur restait plusieurs centaines d’autres chaînes disponibles, ou tout simplement la possibilité de se rebrancher sur la télévision numérique gratuite, mais ils frisaient le suicide. Devant la « gravité » de ce désespoir les pouvoirs publics sont intervenus (via le Conseil supérieur de l’audiovisuel – CSA) pour convaincre les forbans de trouver un accord. Ils l’ont trouvé bien entendu et l’on peut gager qu’une semaine de TF1 en moins aura eu un effet revitalisant sur les neurones des téléspectateurs.

La Turquie sur tous les fronts

La Turquie qui occupe illégalement au regard du droit international depuis des années un pays membre de l’Union européenne, Chypre, s’est lancée dans une nouvelle conquête, cette fois-ci en Syrie, pour prendre le contrôle d’une bande de territoire frontalière « gérée » pour le moment par des bandes armées kurdes considérées comme terroristes par Ankara et d’autres capitales. On connaît l’extrême rejet de la Turquie à l’idée de toute reconnaissance du fait kurde et encore plus à la création d’un Etat kurde, elle est rejointe en ce sens par tous les pays où existe une forte minorité kurde, alors Ankara s’est alliée avec des milices opposées au régime syrien, pour chasser les kurdes de cette bande frontalière. Ses forces armées sont en train de combattre sur le territoire de cette Syrie dévastée par plusieurs années de guerre civile attisée par les intérêts divergents des grandes puissances.

L’imbroglio syrien se complexifie : la Turquie membre de l’Otan et donc alliée des pays occidentaux de cette alliance, occupant une partie de la République de Chypre membre de l’Union européenne, plus ou moins réconciliée avec la Russie, avec laquelle il était sévèrement fâché depuis que son armée de l’air avait abattu un avion russe, pour soutenir le régime Assad en Syrie, lui-même soutenu militairement par l’Iran et le Hezbollah libanais, se lie avec des opposants armés audit régime et fait intervenir son armée à l’étranger pour chasser les kurdes qui ont pris le pouvoir sur une partie de la Syrie, les kurdes étant soutenus militairement par l’Otan pour lutter contre le terrorisme religieux en Syrie… Il y a maintenant sur le terrain des soldats slaves, arabes, persans, ottomans, et dans les airs, les mêmes plus les américains et quelques européens… Relisez depuis le début si cela ne vous paraît pas clair !

Ce qui est hélas relativement compréhensible c’est que la Turquie est une alliée de l’Occident quand cela l’arrange. Son implication armée désordonnée dans le conflit syrien risque de lui revenir en boomerang un jour ou l’autre et elle devra sans doute en payer l’addition un jour, sans parler des effets intérieurs négatifs de sa progressive transformation en « démocrature religieuse » source potentielles de tensions internes, ne serait-ce qu’avec sa très significative communauté kurde déjà sérieusement malmenée. On frémit à l’idée que la situation se retourne, que la Turquie soit agressée par l’un de ses multiples ennemis et fasse appel à l‘article 5 du traité de l’Otan qui veut que les pays membres de l’alliance volent au secours d’un des leurs en cas d’agression extérieure. Le cas échéant, cela voudrait dire que les armées européennes et des Etats-Unis seraient engagées pour défendre une Turquie guerroyant indirectement contre certains pays membres et occupant Chypre…

Grandeur et décadence de la diplomatie internationale !

Il y a 40 ans, l’Amoco-Cadiz…

AMOCO CADIZ coulant

L’une des plus dramatiques marées noire de l’Histoire maritime se déroula en 1978 lorsque l’Amoco-Cadiz s’échoua et coula à Portsall. 220 000 tonnes de pétrole se répandirent alors sur la côte nord de la Bretagne générant une terrible pollution qui mettra des années à être éliminée. Aujourd’hui encore des fosses existent où fut stocké le pétrole ramassé par une armée d’appelés du contingent et de bénévoles. C’était il y a quarante ans et la Bretagne se souvient : Vigipol.

Lire aussi : Exposition à Trébeurden

 

FANON Frantz, ‘Les damnés de la terre’.

Sortie : 1981 (première édition 1961), Chez : FM / petite collection maspero

« Les damnés de la terre » de Fanon sont au fait colonial ce que « Le capital » de Marx est au fait capitaliste : une analyse fine et fondée de la réalité, un immense espoir que le futur sera meilleur et une terrible désillusion pour ceux qui ont adhéré à cet espoir.

Psychiatre martiniquais né en 1925, il a rapidement pris fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie dans son combat contre la France et développé une pensée tiers-mondiste qui a marqué son siècle et dont « Les damnés… » sont l’œuvre majeure.

Son analyse porte sur les rapports colonisés/colonisateurs, remettant au clair toutes les justifications avancées par les puissances coloniales au sujet de leurs conquêtes. Depuis son poste à l’hôpital de Blida (en Algérie) il observe avec acuité la colonisation française de l’Algérie qui, à cette époque, vit son crépuscule : la violence du colonial sur les masses colonisées, la simple volonté du colonisé non pas d’obtenir le statut du colon mais de prendre sa place, la paresse voire la compromission de la bourgeoisie colonisée qui freine l’élan des masses, la difficulté de construire un sentiment national après des décennies d’asservissement, de fonder un développement économique pour l’après guerre de libération…

Et surtout il analyse tous les écueils que l’entité décolonisée devra affronter pour devenir une véritable nation, et ceux-ci sont légion. Les premières expériences et déconvenues africaines nourrissent sa réflexion : apparition de partis uniques à tendance autoritaires voire dictatoriales, fuite de capitaux des entreprises coloniales, relents de guerre froide, volonté de se définir par rapport à l’ancienne puissance coloniale plutôt que de développer une conscience nationale, apparition d’une caste de profiteurs, recolonisation rampante avec les flots d’experts étrangers se déversant dans tous les secteurs de la nouvelle nation, y compris son armée, tendances à la tribalisassions des nouveaux pouvoirs…

Un chapitre est consacré aux maladies mentales qu’en tant que psychiatre en Algérie durant la guerre il observe et tente de soigner. Il revient notamment sur les troubles mentaux générés par l’usage de la torture, autant sur les torturés que ceux qui ont torturés.

Avec un réalisme un peu désespéré Fanon constate l’ampleur de la tâche et des obstacles à franchir. Le fait colonial a insidieusement corrompu les mentalités des peuples et considérablement accru les difficultés pour se construire.

Pétrit d’analyse marxiste (il rencontrera Sarte qui préface sa première édition, et Lanzmann) il conseille aux nations se battant pour leur indépendance de ne pas suivre l’exemple de l’Europe qui « au nom d’une prétendue ‘aventure spirituelle’… étouffe la quasi-totalité de l’humanité. Regardez-là aujourd’hui basculer entre la désintégration nucléaire et la désintégration spirituelle. Et pourtant, chez elle, sur le plan des réalisations on peut dire qu’elle tout réussi. »

Dans une conclusion fiévreuse il abjure les nouveaux pouvoirs indépendants, et ceux aspirant à l’être, de ne pas singer ni rattraper l’Europe mais plutôt de « trouver autre chose » dont l’Homme serait le centre :

« Allons frères, nous avons beaucoup trop de travail pour nous amuser des jeux d’arrière-garde. L’Europe a fait ce qu’elle avait à faire et somme toute elle l’a bien fait ; cessons de l’accuser mais disons-lui fermement qu’elle ne doit plus continuer à faire tant de bruit. Nous n’avons plus à la craindre, cessons donc de l’envier…

Pour l’Europe, pour nous-mêmes et pour l’humanité, camarades, il faut faire peau neuve, développer une pensée neuve, tenter de mettre sur pied un homme neuf. »

Il renoncera à la nationalité française pour l’algérienne et décédera aux Etats-Unis d’une leucémie en 1961, à 36 ans, après avoir été soigné à Moscou. Il est inhumé en Algérie. Il n’a donc pas vu comment sa vision décolonisatrice avait été mise en œuvre, ni en Algérie ni dans les pays d’Afrique noire. Il n’a pas eu le temps d’être déçu mais il avait parfaitement anticipé tous les obstacles grâce à sa perception des dysfonctionnements congénitaux de la colonisation, pour en sortir il préconisa l’illusion de « l’Homme nouveau » qui a mal fonctionné, en Algérie comme ailleurs.

Malgré tout ces nations colonisées sont devenues indépendantes ce qui était inévitable et souhaitable, et le but ultime de combattants tel Frantz Fanon. Une pensée puissante !

GRINSPAN Ida, ‘J’ai pas pleuré’.

Sortie : 2002, Chez : Pocket Jeunes Adultes J1123

C’est un court et pédagogique ouvrage issu de dialogues entre Bertrand Poirot-Delpech et Ida Grinspan, jeune française juive, déportée à 14 ans à Auschwitz et qui en revint seule, ses parents y ayant été assassinés. Elle fut arrêtée par des gendarmes français au cœur d’un petit village, malgré le soutien de la population. A son retour, comme beaucoup de ses compagnons d’infortune, elle consacra beaucoup de temps à raconter et expliquer la Shoah aux jeunes dans les écoles.

Ce livre de la collection « Jeunes Adultes » est un peu le scénario de ces séances collectives : de courts chapitres pour narrer l’impensable, avant, pendant et après les camps. Il insiste particulièrement sur l’indispensable solidarité au cœur de l’horreur comme condition de la survie, et la volonté permanente des nazis de déshumaniser leurs prisonniers pour les réduire au néant et faciliter leur extermination.

On apprend rien sur le fond, il n’y a pas l’émotion ni le style des récits de Charlotte Delbo (elles furent amies) mais c’est œuvre utile pour ne pas oublier ce fait sinistre majeur du XXème siècle.

Le salon des lobbys

Comme chaque année le salon de l’agriculture à Paris qui s’est clos ce 6 mars fut l’occasion pour le monde rural de faire valoir ses problèmes et pour le microcosme politico-médiatique de se montrer sur les écrans en dégustant des verres de blanc en caressant de petits agneaux tous mignons et tous tendres quelques jours avant qu’ils ne terminent dans nos assiettes.

Comme chaque année ce salon fut un long moment de pleurs et de lamentations pour un secteur qui se qualifie globalement en crise depuis des décennies et qui utilise au mieux sa forte capacité de lobbying pour faire admettre par la pensée commune que la « crise » agricole est plus profonde que partout ailleurs. La réalité est sans doute plus nuancée car si nombre de petits paysans sont laminés par la concurrence dans notre monde libéral et le font savoir, d’autres secteurs de l’agriculture restent beaucoup plus discrets car ils ont développé des business rentables.

La France est le premier producteur agricole européen et tient aussi la première place dans les productions végétale et animale. Le secteur génère des exportations significatives et des flux de subventions également importants, c’est-à-dire qu’il y a un transfert de richesse des contribuables vers les producteurs agricoles, ceci pour de bonnes raisons de développement économique, social et environnemental. Cela n’a pas empêché une partie de ce secteur de se restructurer et de se moderniser au point de rester compétitif sur les marchés internationaux. Evidemment il reste les petits producteurs qui se heurtent douloureusement aux forces du marché, au secteur de la distribution et qui n’arrivent pas à survivre. Ceux-là vont disparaître du moins tant que les consommateurs ne sont pas prêts à payer plus cher leur production par rapport à celle de l’agriculture industrielle vendue dans les supermarchés, ou aux contribuables à financer à des niveaux de subventions supérieurs à ceux actuellement constatés.

C’est le b-a-ba de l’économie libérale : les plus efficaces mangent les moins efficients et globalement l’économie est censée être gagnante ; la destruction créatrice est à l’œuvre modulo les transferts financiers des contribuables vers les agriculteurs compte tenu de l’importance sociale du secteur.

Il faudrait idéalement mettre un terme à ce rapport émotif que l’on porte sur le secteur économique de l’agriculture où tout est toujours plus grave qu’ailleurs : les déficits, la dette, la difficulté du marché libéral, etc. C’est aussi le symptôme d’un lobby fort et puissant qui malgré son peu d’impact électoral (le nombre d’agriculteurs-électeurs est maintenant extrêmement faible) continue à agir avec force et influence sur les leviers politiques multi-partisans. Il faut continuer à restructurer l’agriculture, comme le fait l’économie privée et publique depuis des décennies pour s’adapter à l’évolution des marchés et des pratiques ; là où il y a surproduction il faudra bien réduire celle-ci à moins de revenir à l’économie de kolkhoze, là où il faut augmenter la taille des exploitations il faudra favoriser les rapprochements, là où il y a besoin d’aides du contribuable il faudra le cas échéant réorienter les flux de subventions vers les activités pouvant les utiliser avec le plus d’efficacité, etc.

Bref, il faut faire de la politique entre gens intelligents et si possible de bonne compagnie.

L’Asie nourrit les siens

Paris-Chinatown, dans l’entresol des tours Olympiades rue de Tolbiac, le parking Avis est logé au bout de cet immense espace dédié au commerce asiatique. Le locataire d’une minuscule Clio se faufile au milieu des semi-remorques qui défilent pour livrer leurs marchandises devant une succession d’entrepôts où s’entassent du crabe de Thaïlande, de la crevette de la mer de Chine, du Nuoc-mâm du Vietnam, de la nouille chinoise et sans doute d’autres marchandises plus ou moins avouables. C’est une véritable ruche en plein Paris, une sorte d’impressionnant Rungis chinois…

L’Asie nourrit les siens !

Des économies faciles à réaliser

Le gouvernement français a annoncé renoncer à sa candidature d’accueillir l’exposition universelle de 2025. Le premier ministre s’est fendu d’une missive adressée à l’organisation en charge de cet évènement pour l’informer, en gros, que la République ne garantirait pas financièrement cette exposition en France ce qui marque un coup d’arrêt à celle-ci. Dieu merci il reste trois pays candidats que sont le Japon (Osaka), la Russie (Ekaterinburg) et l’Azerbaïdjan (Bakou).

Les promoteurs français de cet évènement se plaignent bien entendu de ce revirement de l’Etat, tout en expliquant qu’aucun argent public n’aurait été engagé. Certes, mais ils avaient néanmoins besoin de la garantie du contribuable pour mener à bien leur organisation « privée ». La ville de Boston a renoncé à l’organisation des jeux olympiques de 2024 (que Paris finalement organisera) lorsque le comité olympique lui demanda sa garantie financière. Comme Boston l’an passé, le gouvernement français a estimé qu’il n’était pas opportun de faire peser sur les contribuables nationaux le risque financier d’organisations d’expositions un peu démodées.

L’essentiel de cet évènement devait se dérouler en banlieue parisienne sur le campus dit de Paris-Saclay où résident nombre de centres de recherche, d’universités et de grandes écoles, du secteur privé comme public. Le comité d’organisation composé d’élus et de diverses entreprises privées est mécontent et le fait savoir par la voix de son président Jean-Christophe Fromantin (élu des Hauts de Seine) :

« …les arguments invoqués par Matignon sont faux. C’est justement parce que nous étions soucieux de la dépense publique que nous avons, depuis le début, construit ce modèle privé qui a séduit de nombreux partenaires économiques. Une telle probité devrait être exigée à tous les grands événements internationaux que la France organise ».

La faille dans le raisonnement est que le projet est certes « construit sur un modèle privé » mais a tout de même besoin de la garantie de l’Etat, donc des contribuables et l’on peut prévoir sans beaucoup de risques de se tromper que cette garantie aurait été mise en jeu.

L’écueil dans cet évènement est qu’il vient après les ponctions déjà engagées sur les contribuables pour les organisations de jeux olympiques à Paris en 2024 et de la coupe du monde rugby l’année suivante. Trop c’est trop et il faut bien arrêter à un moment ou à un autre la machine à dépenser l’argent des contribuables. Il aurait été préférable de la stopper avant d’accepter les jeux olympiques de 2024 mais la malchance pour l’exposition universelle est que le couperet tombe sur elle.

Ainsi le campus de Paris-Saclay pourra se consacrer à ses travaux de recherches sans être perturbé par les flonflons d’une exposition consommatrice de temps et d’argent. Ces dépenses somptuaires ne sont pas prioritaires pour un pays surendetté, il est sain qu’elles soient contrôlées. La France ira installer son pavillon à l’exposition à Bakou et en survivra. Mettre fin au financement de ce type d’évènements et ainsi réduire la dépense publique est facile à faire : il suffit de le décider !

Tic verbal compulsif : les territoires et les quartiers

On ne parle plus de régions ou de provinces ou de départements, on parle maintenant de « territoires », en les accompagnant généralement de l’adjectif « oubliés ». On a même créé un Ministère de la cohésion des territoires dans le gouvernement actuel ! L’expression « les territoires » est employée dans un cadre toujours un peu misérabiliste : le territoire est forcément oublié et, par construction, maltraité par la « capitale » qui en est le négatif, ou vice-versa.

On avait déjà il y a quelques années détourné le terme « quartier » pour désigner des zones urbaines, plutôt en banlieue, peuplées d’habitants défavorisés, si possible « issus de la diversité ». Un quartier représente sémantiquement une partie d’une ville désigne désormais une banlieue peuplée de chômeurs et de dealers, possiblement d’origine immigrée.
La langue bouge avec les modes et les snobismes !

Ecriture inclusivement étonnante

La maire de Paris adresse une lettre à tous les nouveaux citoyens-contribuables déboulant dans sa ville ou changeant d’arrondissement qui commence ainsi :

Au nom de l’ensemble des élu.e.s parisien.ne.s je vous souhaite la bienvenue dans votre nouvel arrondissement de résidence.

La mairie a donc adopté l’écriture dite « inclusive » censée respecter l’égalité entre l’homme et la femme et permettre de cesser « d’invisibiliser les femmes ». Cette nouvelle grammaire veut supprimer la règle d’accord selon laquelle, au pluriel, « le masculin l’emporte sur le féminin ». Il s’agit, en gros :

  • D’accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres (Exemples : « présidente », « directrice », »chroniqueuse », « professeure », « intervenante », etc)
  • D’user du féminin et du masculin, par la double flexion, l’épicène ou le point milieu (Exemples : « elles et ils font », « les membres », « les candidat·e·s à la Présidence de la République », etc.)
  • De ne plus mettre de majuscule de prestige à « Homme » (Exemple : « droits humains » ou « droits de la personne humaine » plutôt que « droits de l’Homme »)

Moult cénacles pour l’égalité, pour la grammaire, pour la langue française, etc. ont pris parti pour ou contre cette nouvelle conception de la grammaire. Le premier ministre a signé une circulaire dans laquelle il demande aux services de l’Etat de ne pas faire usage de cette « écriture inclusive » dans les textes officiels, notamment « pour des raisons d’intelligibilité et de clarté de la norme. »

L’académie française, qui n’est pas particulièrement réputée pour son ouverture au féminisme ni au modernisme, a publié une déclaration critique sur cette nouvelle mode grammaticale qui « aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité ».

Accessoirement, les logiciels de traitement de texte comme Word de Microsoft, n’ont pas encore appris ces nouvelles règles et ressortent en fautes soulignées de rouge toute ces tentatives de « visibiliser les femmes ».

Bref, en est en plein débat picrocholin comme la France aime à en mener. La bonne nouvelle c’est au moins de pouvoir se dire qu’un pays qui a les moyens de payer tant de personnes à se pencher sur ce genre de sujets ne peut pas être fondamentalement un pays qui va mal !

La puissance des nations désunies


Le clan syrien des Assad qui tient la Syrie avec l’aide de ses alliés russe et iranien continue à reconquérir le territoire un temps perdu face à un patchwork, devenu assez incompréhensible, composé de rebelles, de terroristes, de religieux, de laïques, de kurdes, d’arabes, soutenus, ou pas, par un autre patchwork de nations étrangères arabes, slaves, européennes, américaines… Dans cette situation kafkaïenne, ceux qui tirent leur épingle du jeu sont les Etats qui sont sur le terrain avec des forces armées : la Syrie, qui est chez elle, la Russie et l’Iran qui y sont invités par la première. Ces Etats sont déterminés, ont des moyens et ne renoncent à rien pour atteindre leurs objectifs. Ils sont donc en train de gagner, au moins provisoirement.

Le pays est en partie détruit, des millions de syriens quittent ou ont quitté la Syrie, des massacres en tous genres ont eu lieu et sont en cours, des civils et des hôpitaux sont sciemment visés. Il faudra plusieurs générations pour redresser ce pauvre pays si la situation un jour le permet. Les quinze pays membres du conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) planchent régulièrement sur le sujet pour essayer de mettre fin à cette guerre d’un nouveau genre et peine à trouver un accord.

Une nouvelle résolution sur un cessez-le-feu temporaire en en cours de discussion. Les associations humanitaires et la presse à sensation s’époumonent contre « l’impuissance des Nations-Unies ». Le refrain est connu, la naïveté des commentateurs ne change pas. Les « Nations-Unies » sont tout simplement Nous ! L’impuissance des Nations-Unies c’est la puissance des nations fortes à défendre leurs intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. Les Nations-Unies ne sont pas une création ex-nihilo, ce sont tout simplement nos nations qui essayent de se mettre d’accord sur des sujets communs, avec difficultés et des résultats mitigés. L’irresponsabilité des « Nations-Unies » c’est notre responsabilité collective. Ceux qui siègent et qui votent au conseil de sécurité ce sont les représentants de nos dirigeants élus. L’impuissance des Nations-Unies, c’est tout simplement notre incompétence qui laisse la bride au cou aux nations puissantes dans un contexte donné comme c’est actuellement le cas de la Russie et de l’Iran sur le terrain des combats en Syrie. Le mieux est de l’assumer. Ceux qui ont l’illusion de la puissance sont ceux qui ont des combattants sur le terrain, mais cette puissance est éphémère, souvenons-nous de l’Indochine, du Vietnam, de la Somalie, de l’Irak… Ceux qui détiennent la clé sont les syriens qui peut-être un jour réussiront à s’entendre et reconstruire.

Pour le moment, l’Occident n’arrive à rien avec la Syrie dont le régime s’est donné au Diable. Tout le monde le paiera, les syriens ont commencé, la Russie suivra et l’Occident avec.

Les brutes avinées françaises à l’œuvre


Les brutes avinées françaises qui, aux frais du contribuable alignent les défaites au rugby sous les couleurs nationales, ont poursuivi dans la bestialité après une récente correction administrée par l’Ecosse. Voulant sans doute noyer leur crétinerie et leur incompétence dans l’alcool, ils ont déclenché bagarre et agressions sexuelles dans une boîte de nuit locale, au point que la police écossaise en a « entendu » certains, les sortant de leur avion tel DSK à New York il y a quelques années.

Dans un sal état physique, les impétrants ont expliqué s’être soit « fracturé le nez et ouvert la lèvre en sautant [du] lit » soit « ouvert une arcade sourcilière en heurtant un luminaire lors d’un jeu à boire ». Quelle décadence !

Laurent Wauquiez : morceaux choisis

M. Wauquiez, chef du parti conservateur d’opposition Les Républicains (LR) a confirmé, sur la forme et le fond, les propos qu’il a tenus devant une assemblée d’étudiants et que l’un ou plusieurs d’entre eux ont enregistrés et communiqués à la presse. Il va attaquer en justice le journal qui les a publiés.

Ces sorties quelque peu tonitruantes paraissent effectivement plutôt conformes à ce que l’on sait des convictions du personnage, pas de surprises à ce niveau-là. Non, ce qui étonne véritablement c’est le niveau de beaufitude de ces propos qui relèvent plus d’une fin de beuverie au Café du Commerce plutôt que d’un prétendant aux plus hautes fonctions de l’Etat. L’homme joue sur l’abrutissement des masses plutôt que leur rédemption, il parie sur la bêtise et délaisse la raison. Il n’est pas sûr qu’une telle tactique le porte au pouvoir, mais on ne peut pas l’exclure.

On peut quand même avancer que ces candidats aux suffrages des électeurs-contribuables feraient mieux de travailler leurs dossiers et de mesurer leur parole plutôt que de se prendre pour Mme. Michu dans toutes les circonstances possibles. Le nombrilisme de ce personnel politique est détonnant, il pourrait être suicidaire.

Qu’on en juge :

Continuer la lecture de « Laurent Wauquiez : morceaux choisis »

Laurent Wauquiez tel qu’en lui-même


Le chef de Les Républicains, Laurent Wauquiez, se fait enregistrer alors qu’il dit du mal avec condescendance de tout le monde politique qui l’entoure. Bien entendu ses paroles sont publiées et le microcosme parisiano-médiatique s’agite. En fait il n’y a rien là de bien nouveau dans le Café du commerce franchouillard de la politicaille de bas étage animé par des personnages de cet acabit. Tout ça n’a guère d’importance et ne fait que confirmer que ces forbans qui grenouillent dans les partis politiques feraient bien mieux de bosser leurs dossiers plutôt que de parader sur les plateaux.

Entre autres amabilités à l’encontre de ses congénères, il revient sur les causes de la défaite de Fillon et accuse Emmanuel Macron, alors candidat à l’élection présidentielle, d’avoir entretenu une « entreprise de démolition » contre lui. C’est plutôt cocasse car Fillon lui-même à l’époque accusait sur les plateaux télévisés le président Hollande d’avoir monté un « cabinet noir » pour l’abattre. Nous sommes un an plus tard et l’opposition conservatrice n’arrive pas à tourner la page de la défaite, refuse même d’envisager sa responsabilité dans cette situation et, encore plus désopilant, ne s’est pas remise au boulot pour espérer pouvoir assurer une alternative possible, peut-être un jour.

BOBIN Christian, ‘Le Très-bas’.

Sortie : 1992, Chez : folio 2681

La vie rêvée de Saint François d’Assise racontée par Christian Bobin, écrivain, philosophe et poète, plutôt concerné par la religion. Un ouvrage court fait de scénettes qui mêlent la bible et des étapes du parcours de François qui a consacré la majeure partie de son existence à la pauvreté après avoir commercé dans les affaires de son père et festoyé avec ses amis du XIIIème siècle.

Le style est léger et poétique, un peu abscons, voire mystique. Le sujet s’y prête. Saint-François d’Assise était réputé pour parler aux animaux :

« Il parle aux hirondelles et s’entretient avec les loups. Il entre en réunion avec des pierres et organise des colloques avec des arbres. Il parle avec tout l’univers car tout a puissance de parole dans l’amour, car tout est doué de sens dans l’amour insensé. »

Da paraboles en fables, Bobin nous ramène vaguement au message de Dieu d’une façon guillerette et sautillante, enrobant la vie de François de jeux de mots et d’exercices de style.

Enrichir le narratif et bla-bla-bla

Nouveau tic verbal compulsif entendu dans la bouche d’un soi-disant « communiquant » : enrichir le narratif. En gros cela veut dire changer de discours. Ce conseil abscons est généralement adressé aux hommes politiques de plateaux télévisés à qui les « communicants » apprennent la joute oratoire c’est-à-dire parler pour ne rien dire en réponse à un adversaire qui n’en dit guère plus.

L’Afrique fantôme…

Comme nombre de citoyens connectés, le chroniqueur reçoit régulièrement dans sa boîte à lettres électronique des propositions douteuses, parfois cocasses, souvent affichées comme expédiées d’un pays africain, et promettant la lune. Celle d’aujourd’hui appuie à la fois sur le misérabilisme, la situation d’un jeune dont les deux parents auraient été assassinés lors des coups d’Etat en Côte d’Ivoire et qui veut reprendre des études à l’étranger, l’espérance de la fortune (avant leurs morts lesdits parents auraient accumulé une fortune de 8 millions d’euros dans l’agriculture…) et la perspective de l’immigration. Il s’agit de fournir une adresse et un téléphone au demandeur, de recevoir et de garder un colis contenant les 8 millions d’euros. Ensuite, il s’agit d’aider le garçon à immigrer et il promet de nous laisser 20% de sa fortune agricole.

Encore plus réguliers sont les emails reçus de fausses banques affichant des noms et des adresses email qui semblent réalistes et qui instruisent de rentrer des coordonnées bancaires sur un site affichant quelques vagues logos plus ou moins ressemblant avec ceux des banques qui sont censé les expédier.

Le chroniqueur s’est même vu confronté à une tentative d’arnaque en cherchant à vendre un meuble sur « Le BonCoin ». Pour être payé, il fallait d’abord envoyer 100 EUR sur un compte en Côte d’Ivoire qui seraient ajoutés au paiement à recevoir, procédure imposée par la Loi…

Il y a toute une activité d’escroqueries sur Internet qui doit faire chauffer des robots à l’origine de ces messages et de leur diffusion et, sur le nombre, sans doute quelques personnes se laissent prendre. C’est étonnant vu l’évidente duplicité de ces messages, mais statistiquement il doit suffire d’attraper un ou deux gogos de temps en temps pour rentabiliser les frais du robot qui envoie des millions de messages chaque jour à travers la planète.


« De Paul Yapi
Bonjour,

Tout d’abord je vous presente mes excuses si mon courrier ne rencontre pas votre éthique personnelle, je voudrais trouver auprès de vous une oreille attentive.
Je suis Paul Yapi ivoiren et le fils unique de mes défunts parents M. et Mme Yapi George Mon père, ma mere et mes deux soeurs ont été assassiné deux ans après le coup d’etat de septembre 2011 à la maison. J’ai eu la vie sauve parce que j’etais à l’ecole à l’internat.

Mon père m’a laisse une fortune de huit million deux cent Euro (8.200.000 Euro). Mon but est de les investir hors de mon pays dans des domaines rentable a cause du problème socio-politique et que je n’ai plus personne sur qui je peux compter pour mon avenir. Présentement l’argent est sauvegarde dans une societe de finance de la place declaré comme une valeur familiale.
Malgre le fait que mon père etait un fonctionnaire dans la Société de raffinage il faisait ses propres affaires dans le domaine de l’agriculture ou il a eu cette richesse.

S’il vous plait, je ne vous connait pas réellement mais comprenez que je souhaiterai que vous soyez comme un parent pour moi. J’ai pris un risque de vous contacter par internet lors de mes recherches et vous parler d’une telle somme qui va peut être vous paraître étonnant et surprenant mais croyez moi sincèrement.

Après avoir eu des renseignements et informations fiables avec le directeur de la societe ou mon defunt pere avait faire le depot, il m’a fait savoir que cela est possible de pouvoir effectuer un transfert de colis à l’étranger car il dispose d’un service de courrier pour ce genre de transfert, et pour ce faire nous devrions établir des dossiers légal et conforme aux règles d’un tel transfert car je lui ai fait comprendre que je souhaiterai que le transfert soit effectué chez mon partenaire à l’étranger.

Je demande honorablement votre aide de la manière suivante: Pour me fournir une adresse ainsi qu’un numéro de téléphone à laquel le colis sera expédié, servir de gardien de ces fonds puisque j’ai seulement 19 ans enfin m’aider à immigré dans votre pays afin que je puisse poursuivre mes études.

Ainsi dit, votre effort après la reception des fonds sera recompense de 20% de mon héritage.

En outre, vous indiquez vos options pour m’aider sachant que pour moi, j’ai la foi que cette transaction peut se faire le plus vite possible.
J’aimerai avoir votre point de vue sur cette question et cela selon votre disponibilité.

Dans l’attente d’une suite favorable à ma demande, veuillez accepter mes sincères salutations.

Paul Yapi »

Rachida « hors sol »

Rachida Dati, ex-ministre un peu oubliée, élue plutôt inexistante, qui se rappelle au souvenir des électeurs par une activité compulsive sur Tweeter, cède aux tics verbaux de circonstance et ponctue ses phrases de « hors-sol » pour illustrer le fait que les politiciens incompétents sont loin du peuple, ce qui n’est pas son cas bien entendu.

Cette expression « hors-sol » nous vient de l’agriculture où l’on parle d’élevage hors-sol lorsque l’alimentation du bétail ne provient pas de l’exploitation elle-même ou de culture « hors-sol » c’est-à-dire sans terre, ou tout au moins pas la terre de la ferme.

On se demande bien comment les politiciens et les journalistes ont adopté ce terme pour l’adapter à la critique politique ? Sans doute leur désir de changer les mots pour cacher la répétition et la platitude du fond.

Dérapage corse, encore…

Un compte tweeter corse publie quelques amabilités adressées à la veuve du préfet Erignac assassiné en 1998 dans cette île accueillante. Son épouse accompagnait récemment le président de la République française venu, entre autre, inaugurer une place « Claude ERIGNAC » à Ajaccio pour le vingtième anniversaire de son meurtre.

Le tweet délicat précisait notamment :

« Il faut respecter la douleur et, en ce jour, celle de Mme Erignac. Elle est le symbole de la femme française. Ces courageuses femmes françaises qui, de 1940 à 1944 réussirent à faire 400 000 petits bâtards aux valeureux soldats du 3e Reich. 400 000 bâtards, cela peut vous sembler léger, sur 10 000 000 millions de femmes fécondables mais songez à toutes celles qui n’eurent pas la chance de tomber enceinte. Ou alors à toutes celles qui ont joué de l’aiguille à tricoter. En un mot comme en dix, il y eut en pas moins de 4 000 000 de bonnes petites salopes françaises. Ach so… »

Il a été retiré au bout de quelques jours et son auteur potentiel, Charles Pierri avec un « i muet », repris de justice, un des dirigeants du parti indépendantiste Corsica Libera est convoqué par la justice qui enquête sur ces injures qui contreviennent à la loi française. Tout ceci est sans surprise  mais le plus regrettable dans cette affaire est que la République ait emmené Mme. Erignac dans cette aventure qui devait forcément mal se terminer pour elle.

Pourquoi ouvrir une place « Claude Erignac » en Corse ? Elle sera sans doute régulièrement taguée et dégradée, puis rebaptisée après l’indépendance. Il eut été plus avisé de rendre hommage à ce préfet sur le continent, pourquoi pas à Paris, ce qui aurait été bien plus avisé et respectueux et, accessoirement, plus pratique et confortable pour que la famille Erignac vienne y rendre hommage à son défunt. Vouloir imposer les symboles de la République à des gens qui n’en veulent pas ne fait que provoquer aigreur, difficulté et violence. On vient de commencer à y gouter avec ce tweet pour le moment anonyme.