Quoi de neuf ?

Un nouveau président au pouvoir au Brésil

Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro a pris ses fonctions ce premier janvier. Dans la lignée des pouvoirs populistes qui font fureur actuellement en Europe et aux Etats-Unis il déploie déjà l’étendard du repli sur le pays et le crucifix du Dieu des chrétiens, du développement forcené du libéralisme économique, de l’annulation de toutes mesures écologiques nationales ou multilatérales et de la lutte contre la violence et la corruption endémiques qui ravagent le pays. Plus original il a (re)lancé une croisade contre « les idéologies socialistes et communistes ».

Jusqu’à plus ample informé, le Brésil n’était pas à proprement parler un repaire bolchévique mais le nouveau président qui ne cache pas son attachement aux dictatures militaires passées en réactive le vocabulaire. On verra s’il en réhabilite également les méthodes. Sa tâche en tout cas sera rude pour réduire violence et corruption qui gangrènent cette immense nation et qui ont jeté à bas les progrès économiques des pouvoirs précédents. La devise du pays est « ordre et progrès » ; il est clair qu’à ce stade la première variable de l’équation est en déroute et qu’il sera difficile de maintenir la seconde sans résolution de la première !

Petit à petit des dirigeants « populistes » se font élire en disant à leurs électeurs ce qu’ils ont envie d’entendre. Leurs programmes économiques sont généralement hétérodoxes au regard de la théorie économique en vogue mais ils sont en train d’être déroulés. Voyons d’ici quelques mois ou années ce que cela donnera !

DJIAN Philippe, ‘Marlène’.

Sortie : 2017, Chez : folio 6537

35 ans après la sortie de ’37°2 le matin’, Philippe Djian publie toujours, en utilisant un peu les mêmes recettes qui ont fait son succès, et pourquoi pas ? Toujours fasciné par les Etats-Unis le voici avec deux militaires des forces spéciales de retour des guerres du XXIème siècle au Moyen-Orient (Afghanistan, Irak…) affrontant des familles un peu déglinguées. Marlène débarque dans cet environnement où les haines et les solidarités se percutent, elle y fait difficilement son chemin, parant presque tous les coups. Bien sûr, tout ceci se termine (très) mal.

Djian tient toujours son lecteur en haleine avec un style court et tranchant consistant à dévoiler les intrigues et les personnages par bribes. On s’y perd un peu et il ne faut pas hésiter à revenir en arrière pour resituer exactement qui est qui, le temps de se familiariser avec les situations. C’est la marque de fabrique de l’auteur, ce court roman ne sera pas inoubliable dans sa bibliographie mais il se lit facilement et avec plaisir.

Le clan des siciliens d’Henri Verneuil (1969)

Le Clan des siciliens tourné en 1969 par Henri Verneuil met en scène le trio gagnant des acteurs français de l’époque : Delon, Gabin et Ventura. C’était un temps où le grand banditisme était présenté avec romantisme et noblesse au cinéma, les mafieux étaient les nouveaux poètes d’une époque révolue, les trafics de drogue, d’humains et autres étaient des activités économiques, on cherchait alors à limiter les morts. Verneuil filme ce contexte avec talent, ses acteurs se régalent dans leurs rôles et le spectateur regarde avec plaisir ce bon film, 50 ans plus tard.

Depuis, Gabin, Ventura et Verneuil sont morts, Delon vieillit salement, le grand banditisme a été remplacé par le terrorisme, beaucoup plus sanguinaire, et des gamins tirent sur leurs congénères à la Kalachnikov dans les cités de banlieue. L’actualité sur YouTube a remplacé les films, la roue tourne !

« Jeunes Génération.s » et utopies

Cette affiche est placardée par le mouvement des jeunes du parti « Génération.s », fondé par Benoît Hamon en déshérence du PS après les élections présidentielles de 2017 où il a emporté 6,36% des suffrages sous la casquette socialiste. Au moins a-t-il la décence d’appeler à voter Macron contre Le Pen au deuxième tour (ce que n’ont pas fait nombre de partis de droite).

Cette affiche réclame des points surréalistes pour « changer la vie des jeunes » : études et vacances payées par le contribuable, salaire garanti par le même contribuable et fumette à la clé pour se détendre (il n’est pas précisé si les fumeurs pourront se faire rembourser leurs dépenses). C’est un programme qui ne dénote pas un sens des réalités très développé. Il ne précise pas comment seront financées ces mesures de changement. Il va quand même falloir que quelqu’un explique à cette jeunesse que pour le moment notre économie occidentale ne fonctionne pas tout à fait selon ces principes, même si en France les études sont quand même déjà majoritairement payées par la République…  

Durant sa campagne présidentielle Benoît Hamon avait déjà avancé l’idée du « revenu universel », défendue il est vrai par quelques économistes de qualité mais généralement abandonnée devant le mur du financement impossible à abattre. Chassée par la porte du premier tour, la voici revenue par la fenêtre.

Dans sa revue interne, Jeunes Génération.s explique que :

L’ambition du revenu universel doit être la disparition de la pauvreté en France et l’avènement d’un contre-modèle à une société qui exploite autant les individus que la planète. Il doit permettre de rebattre les cartes du monde du travail pour sortir des millions de travailleurs.es de la précarité.

L’objectif est noble, pas sûr que ces jeunes arrivent à le mettre en place entre deux pétards…

NB : La caractéristique la plus voyante de ce nouveau parti fut l’adoption de l’écriture dite « inclusive » (ou encore appelée « non sexiste ») consistant à utiliser une syntaxe destinée à assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, notamment en n’appliquant plus la règle donnant préférence au masculin : on n’écrit plus « les étudiants » pour désigner les étudiants et les étudiantes, mais « les étudiant.e.s » ; plus quelques règles complémentaires comme de ne plus mettre de H majuscule à l’homme : on écrit « les droits de l’homme » et non plus « les droits de l’Homme ». Pour le moment cette nouvelle grammaire est fort peu utilisée, sauf par le parti « Générations.s » toujours à la recherche d’innovation.

Décorations et décadence

Les joueurs français de fouteballe (ainsi que leur entraîneur et quelques notables de ce sport) qui ont gagné le dernier championnat du monde de foute sont faits chevaliers de la légion d’honneur pour « services exceptionnels nettement caractérisés ». En plus des fouteux susmentionnés, la promotion du 1er janvier comporte 402 noms dont nombre de gens qui n’ont rien à y faire : des présentateurs télé (Stéphane Bern), des acteurs (Nathalie Baye…), des écrivains, des banquiers… Heureusement, il y a aussi des citoyens, policiers et pompiers, qui ont servi la Patrie et qui viennent relever le niveau de cette promotion plus mondaine que méritante.

Le site internet de la légion d’honneur précise que la Légion d’Honneur est censée être « …la plus haute distinction française et l’une des plus connues au monde. Depuis deux siècles, elle est remise au nom du Chef de l’Etat pour récompenser les citoyens les plus méritants dans tous les domaines d’activité. »

PROMOTION SPÉCIALE DE LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL 2018 EN RUSSIE / ORDRE NATIONAL DE LA LÉGION D’HONNEUR : Décret du 31 décembre 2018 portant promotion et nomination NOR : PRER1835394D Par décret du Président de la République en date du 31 décembre 2018, pris sur le rapport du Premier ministre et de la ministre des sports et visé pour son exécution par le grand chancelier de la Légion d’honneur, vu la déclaration du conseil de l’ordre portant que les présentes promotions et nominations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements en vigueur, notamment de l’article R. 27 du code de la Légion d’honneur, de la Médaille militaire et de l’ordre national du Mérite, le conseil des ministres entendu, sont promus ou nommés, pour prendre rang à compter de la date de réception dans leur grade… La suite sur : http://www.legiondhonneur.fr/sites/default/files/20190101_foot.pdf)

Le syndrome français

On le sait, la France est perturbée depuis deux mois par des émeutes initiées à l’occasion de l’application d’une hausse de taxes sur les carburants afin de rendre plus chers les modes de déplacement moins « écologiques ». Au vu du niveau d’énervement des manifestants, du nombre de morts (par accident sur les barrages) et blessés et des destructions significatives, la République dans un premier temps a mis en place des « mesures d’accompagnement » consistant à compenser une partie de ces augmentations de taxes pour les plus défavorisés.

Les émeutes continuant à enflammer la France et très sérieusement perturber son économie, l’Etat a finalement décidé d’annuler ces hausses de taxes et d’ajouter à ce recul d’autres mesures financières destinées à améliorer le sort des plus défavorisés. L’ensemble coutera une dizaine de milliards en 2019 aux contribuables.

L’augmentation des taxes ayant généré les troubles étant annulée, ces « mesures d’accompagnement » auraient également dues être annulées. Mais nous sommes en France et face à la pression, le gouvernement a dû les maintenir après avoir tenté vainement de les reprendre. Les contribuables vont donc payer pour compenser une hausse des taxes qui n’existe plus.

C’est Noël et c’est ainsi que le budget de la République est déficitaire depuis 45 ans.

Leto de Kirill Serebrennikov

Un joli film russe en noir et blanc narrant l’histoire vraie du groupe de rock de Viktor Tsoï, célèbre à Leningrad à la fin des années 80’. On prépare la perestroïka, les posters de T-Rex et Bowie couvrent les murs des appartements communautaires des musiciens, Tatiana fait chavirer les cœurs, l’alcool est consommé à gogo et tout ce petit monde fait sa musique dans un monde qui prépare le grand saut de la fin du communisme. Le réalisateur se régale et parsème le film des références musicales que nous avons tant aimées : The Passenger d’Iggy repris par les voyageurs d’un train, Just a Perfect Day de Lou Reed chanté par les passagers d’un bus… Ce film est un petit bijou.

La fratrie de Jésus

Au cours d’un repas de Noël la théorie des frères et sœurs de Jésus vient dans la conversation. La majorité des participants n’ont jamais entendu parler d’une telle hypothèse qui, si elle était vérifiée, briserait bien des certitudes. Après consultation des spécialistes en bondieuseries (on en trouve toujours un ou deux dans une famille) il s’avère que ce serait une fake news complètement contraire au dogme qui veut que les parents de Jésus, Marie et Joseph, soient consacrés, c’est-à-dire qu’ils ont fait vœux de chasteté pour leurs vies entières. L’Eglise n’envisage pas une seconde que ce vœu ait pu être brisé avant ou après la naissance de Jésus conçu par les voies miraculeuses que l’on sait. Ouf !

On Air au Palais de Tokyo

Tomás Saraceno, architecte-artiste argentin, expose sa vision des rythmes et trajectoires sur la planète, générées par l’humain et le non humain. On commence par une pièce composée de toiles d’araignée se développant dans de grandes cages en plexiglas. Les œuvres sont vivantes, éclairées par des spots alors que la salle aux murs noirs est plongée dans l’obscurité. Le résultat est léger et élégant, voire un peu fascinant par sa fragilité. On poursuit avec des installations sonores qui transforment en son les mouvements de l’air, y compris ceux provoqués par les déplacements des spectateurs. Puis vient une salle dédiée aux trajectoires de l’air : sur une carte animée de la planète progressent des lignes allant d’un point à un autre indiquant la route des flux d’air pouvant nous véhiculer vers la destination choisie grâce à la chaleur du soleil… La dernière salle est animée par l’organisation Aerocene qui explique ses buts et expériences avec force vidéos, images et explications : se déplacer en utilisant uniquement l’air et le soleil !

Evidemment tout ceci est très conceptuel, plutôt arty ; un mix d’art contemporain, de perceptions évanescentes, de routes imaginaires et de rêve bobo, très bien pour le Palais de Tokyo. Il ne faut pas s’empêcher de rêver ni de chercher, surtout quand le résultat est esthétique.

Un pédégé en prison

Carlos Ghosn, pédégé (ou assimilé) de trois groupes automobiles : Renault + Nissan + Mitsubishi est embastillé au Japon pour divers soupçons de délits financiers et fiscaux. Le dirigeant qui dispose de trois nationalités : française + brésilienne + libanaise a régulièrement fait parler de lui dans la presse économique, d’abord pour la réussite de son concept d’alliance qui a permis à ces trois groupes de mettre en commun toute une série de départements et d’activités, sans pour autant fusionner dans un groupe tentaculaire et ingérable, chaque partenaire gardant une relative indépendance, au moins juridique. C’est ainsi ces trois entreprises qui étaient plutôt en mauvaise santé prises séparément, mais pas au même moment, se sont ragaillardies sous la direction de l’impétrant. C’est bien.

Cependant, le garçon a fait aussi parler de lui pour de moins bonnes raisons et tout d’abord pour les rémunérations indécentes qu’il cumulait aux trois sources et sous différentes formes, l’ordre de grandeur est d’une quinzaine de millions d’euros par an. L’Etat français qui reste actionnaire de Renault a toujours voté « Non » en assemblée générale à la résolution informant de la rémunération de son chef. C’était avisé. Celle-ci étant présentée « pour information », ces votes négatifs n’ont jamais empêché Renault de verser ces sous à son pédégé. Il était également connu pour n’avoir pas su ou pas voulu préparer sa succession. C’est l’un des travers assez fréquents de ce genre d’ambitieux.

Il semble qu’il soit en train de tomber au Japon à cause de sa voracité financière : on l’accuse, entre autres joyeusetés, d’avoir dissimulé des rémunérations au fisc local, d’avoir facturé à Nissan des pertes d’investissements personnels et de s’être fait attribuer des résidences de prix exorbitants dans ses différents pays d’origine.

Toute ceci doit évidement se doubler de règlements de comptes et de différences culturelles entre les dirigeants de Nissan, japonais et étrangers, comme c’est souvent le cas à ce niveau de pouvoir et de responsabilités. Bref, il est à craindre qu’au moins une partie de ces accusations ne soient vérifiées et l’on verrait alors Carlos Ghosn tomber par où il a péché, pour avoir eu les yeux plus gros que le ventre. Qu’avait-il besoin de gagner et de dissimuler tant d’argent ? Au-delà de son cas personnel qui n’a finalement que peu d’importance, on voit là l’une des faiblesses du capitalisme financier d’aujourd’hui : verser de pareilles rémunérations n’a aucun sens ni justification (et encore les banquiers de la crise financière de 2008 pouvaient percevoir 2 à 3 fois ces montants) mais au contraire génère des risques significatifs de déconnection de leurs bénéficiaires qui, obnubilés par l’argent, peuvent perdre complètement la raison et oublier l’intérêt social de l’entreprise qu’il gouverne au profit de leur propre intérêt. On a vu des cas similaires chez Lehman Brothers, Enron, Vivendi… Heureusement cela reste plutôt exceptionnel mais il est navrant de constater que le court-termisme des actionnaires de marchés pousse au crime. Ils se disent : « Carlos nous a fait verser beaucoup de dividendes donc donnons lui ce qu’il demande, ce n’est finalement qu’une goutte d’eau dans la marée des milliards de dividendes, il suffira d’avoir revendu nos actions avant qu’il ne tombe ». Nous en sommes là.

La vérité c’est que ces hauts dirigeants mercenaires sont interchangeables et il était sans doute aisé de trouver à temps un clone de Carlos sur le marché des pédégés mondialisés, et pour bien moins cher. Cela n’a pas été fait en temps utiles. L’histoire dira comment et pourquoi le clan japonais a mené cette cabale. Il aurait été plus efficace et moins dangereux de débarquer le pédégé en conseil d’administration comme n’importe quel mandataire social, ou tout simplement de lui refuser ces rémunérations vertigineuses. Mais sans doute tous ces gros poissons se tiennent par la barbichette et ils ont estimés la voie judicaire plus certaine et définitive. Gageons que Carlos Ghosn ne va pas se laisser faire, il a du répondant et des moyens pour financer de bons avocats. Le procès, s’il a lieu, sera intéressant.

Que la justice japonaise passe !

Les cordons de la bourse

Comme c’était à prévoir, après avoir accepté de débourser 10 milliards d’euros pour répondre aux revendications des émeutiers qui perturbent la France depuis plus d’un mois, le bureau des pleurs et des lamentations n’arrive pas à refermer ses portes et se succèdent désormais à son guichet toutes les corporations qui ont quelque chose à demander. Les forces de sécurité ont déjà commencé depuis hier et à n’en pas douter d’autres attendent déjà à la porte : les infirmières, les enseignants, d’autres catégories de fonctionnaires, la liste sera longue !

Les policiers ne sont doute pas les moins méritants mais on pourra sans doute en dire autant de nombre de corporations. Il va être difficile de renouer les cordons de la bourse et il très peu probable que ces dépenses publiques non anticipées puissent être compensées par une baisse équivalente d’autres dépenses. La République est donc repartie dans un cycle de dépenses publiques et de dettes. Comment reprendre le contrôle des choses ?

Chapeau bas pour le premier ministre britannique !

Theresa May, premier ministre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, mène un valeureux combat, avec courage et abnégation, face à une classe politique en déliquescence devant le mur d’incertitudes qui se dresse en vue de l’échéance du 30 mars 2019, date à laquelle le divorce de ce pays avec l’Union européenne, le « Brexit », doit être scellé.

Alors qu’elle était à l’origine opposée à l’organisation du référendum qui posa il y a deux ans la question aux britanniques de savoir s’ils voulaient ou non rester dans l’Union, elle a été chargée par son parti de mettre en œuvre la réponse négative à la question référendaire. Elle mène ce projet alors que tous ceux qui avaient soutenu le Brexit, sans aucun programme précis tant ils n’avaient pas anticipé la volonté populaire, se sont débinés dans un bel ensemble la laissant à peu près seule pour gérer les contradictions politiques flagrantes de ce processus : on veut à la fois quitter l’Union mais garder l’accès au marché communautaire, à la fois rétablir les frontières mais surtout pas entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Dans la tourmente Mme. May a réussi à négocier un accord de sortie avec les 27 pays de l’Union mais celui-ci mécontente à peu près tout le monde : les partisans du Brexit qui le trouvent trop mou et les opposants qui le trouvent trop dur. Une ribambelle de ministres a démissionné et la majorité de gouvernement s’effrite. Le Parlement se divise et a priori refuse d’adopter cet accord en l’état, bien qu’il ne se soit pas encore formellement prononcé. Le temps courre et l’échéance se rapproche !

D’autres auraient jeté l’éponge depuis bien longtemps dans cette affaire où il n’y a que des coups à prendre. Pas Mme. May qui applique l’instruction du peuple britannique en refusant d’ailleurs l’idée même d’un deuxième référendum qui ne ferait qu’apporter de la confusion et remettre potentiellement en cause la décision souveraine du peuple qui a décidé de quitter l’Union européenne. Elle dit fièrement depuis le début des négociations « Brexit means brexit ». On ne saurait être plus claire et elle tenta de négocier quelque chose qui lui paraissait dans l’intérêt supérieur de la nation. Le Parlement décidera in fine au nom du peuple qui l’a élu.

En réalité ce qui pèse sur toutes les parties c’est l’incertitude considérable dans laquelle tout le monde se trouve. Les marchés n’aiment pas l’incertitude, pas plus que le business ou la politique. Les seuls qui apprécient l’incertitude sont les spéculateurs car elle est annonciatrice de rendements élevés, tout aussi élevés d’ailleurs que les risques pris. Personne ne sait bien si un Brexit doux donnerait de meilleurs résultats qu’un Brexit dur, que ce soit pour le Royaume ou pour l’Union. Nous sommes dans le brouillard et le Parlement qui va voter va en fait lancer un formidable coup de dés dont tout le monde ignore l’issue. Mme. May s’est dit qu’un accord modéré et raisonné était la meilleure solution à proposer, le Parlement n’en sait rien mais doit décider, grandeur et servitudes de l’action politique, ainsi va la démocratie !

Mais au-dessus de ce débat somme toute démocratique, se révèle une dirigeante modérée qui applique ses convictions en respectant la direction décidée par ses électeurs, indiquée par ses citoyens. Alors que tous les initiateurs du processus qui mena au Brexit se sont égayés dans la nature comme un vol de perdreaux au milieu des champs, elle tient la barre. Et quand nombre de dirigeants européens surfent sur l’éphémère illusion de leur popularité, leur colonne vertébrale ramollie pour s’avachir plus rapidement devant leurs renoncements, Theresa May se bat pour l’intérêt général comme la future reine Elisabeth arpentait les rues de Londres bombardées en 1940 par les allemands pour soigner les blessés de son peuple.

L’Histoire reconnaîtra ceux qui ont agit pour le bien général qu’elle distinguera des forbans à la recherche de leur gloriole.

L’emploi fictif de Pénélope Fillon confirmé par l’employeur et la justice

Comme c’était annoncé, l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharière, « ami » de la famille Fillon a reconnu que l’emploi qu’il avait offert à Mme. Fillon au sein de la Revue des deux mondes dont il est propriétaire était un emploi de complaisance. Il a utilisé la procédure française de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) ce qui lui permit d’amoindrir sa peine. Il a été condamné à huit mois de prison avec sursis ainsi qu’à une amende de 375 000 EUR pour abus de bien sociaux.

La famille Fillon reste encore sous le coup de différentes mises en examen dans d’autres affaires toutes sorties à l’occasion de l’élection présidentielle de 2017 et qui avaient montré le rapport très particulier qu’entretenait le candidat avec l’argent.

François Fillon est maintenant reconverti dans les affaires financières privées et quand il voit les émeutes agitant actuellement la France qu’il rêvait de gouverner, peut-être ne regrette-t-il pas trop d’avoir changé de voie, contraint et forcé ?

Honneur et tragédie !

Ossuaire de Douamont – Verdun

Il est difficile de ne pas ressentir d’émotion en parcourant les champs de bataille de la « Grande guerre » où nos anciens ont connu la mort et l’enfer pour l’une des choses les plus stupides du XXème siècle occidental : les guerres entre la France et l’Allemagne.

Aujourd’hui des sapins ont été replantés dans les cratères d’obus et le drapeau allemand flotte à côté des bannières française et européenne sur les monuments commémorant cette barbarie. L’Histoire passe ; c’est bien ainsi.

Le Centre mondial de la paix de Verdun

Installé dans un vieux palais épiscopal de Verdun à côté de la cathédrale de la ville, le Centre mondial de la paix organise des évènements sur le thème de la paix, des libertés et des droits de l’Homme. Aujourd’hui, l’exposition « Que reste-t-il de la Grande guerre ? », faisant suite à la commémoration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, raconte les traces de cette guerre barbare si présentes dans les paysages de la région. En avançant dans des pièces un peu délabrées où les boiseries moisissent, on découvre l’intensité terrible de cette première guerre moderne mais aussi ce qu’elle déclencha en termes de progrès techniques et médicaux, le rôle des femmes qui ont fait tourner le pays pendant que les hommes se massacraient sur le front (mais elles n’obtiendront le droit de vote qu’à la fin de la guerre suivante en 1946), le sort d’un million de veuves et encore plus d’orphelins, le financement de la guerre comme celui de la reconstruction, les innombrables lettres échangées entre les familles entre le front et l’arrière…

Cette guerre fut la première à être véritablement médiatisée. Il en subsiste un patrimoine photographique et filmographique inestimable dont de nombreux extraits sont présentés ici. Grave et passionnant ! Le site du centre se termine par .eu, histoire de marquer l’importance de l’Europe pour la paix.

Le Mémorial de Verdun

« Ce Mémorial a été édifié par les survivants de Verdun, en souvenir de leurs camarades tombés dans la bataille pour que ceux qui viennent se recueillir et méditer aux lieux mêmes de leur sacrifice, comprennent l’idéal et la foi qui les ont inspirés et soutenus. »

Maurice Genevoix

Créé à l’initiative de l’écrivain Maurice Genevoix et d’autres survivants, le musée a été agrandi et modernisé entre 2013 et 2016, année où il a été réouvert pour le centenaire de la bataille de Verdun. La visite est passionnante ; basée sur les techniques muséales modernes elle nous fait comprendre les tenants et aboutissants des 300 jours de combats à Verdun et ses alentours. Et l’on revient sur les points de vue français, allemand, sur le Kaiser, l’Alsace et la Lorraine, l’économie de guerre, les techniques de combat, les généraux et maréchaux français ou allemands, l’arrivée et l’aguerrissement des troupes américaines (jusqu’à 2 millions d’hommes sous le commandement du général Pershing), les histoires de fraternisation entre combattants, les forts des environs pris et repris, les villages détruits, les débuts de l’aviation de guerre… jusqu’au jour tant attendu de l’armistice qui s’ouvre sur une Europe dévastée qui ne s’en est jamais vraiment remise !

L’ossuaire de Douaumont

Ossuaire de Douaumont – Verdun

Réunissant les restes de quelques 130 000 combattants, français et allemands, le bâtiment construit après la guerre sur une colline qui domine une vallée de croix blanches. Les ossements sont entassés au sous-sol. Au premier étage la chapelle et une immense salle du souvenir où se succèdent des plaques individuelles avec d’autres rappelant des unités combattantes et des lieux de la bataille. C’est le lieu du recueillement. Au-dessus, le sommet de la tour offre un panorama sur cet immense cimetière de croix blanches cernée des collines ondulantes de la Meuse.

Les forts de Douaumont et de Vaux

Fort de Douaumont – Verdun

Symbole de la lutte sauvage qui opposa les français aux allemands, pris et repris par les uns puis les autres, ils ont été l’objet d’un héroïsme exceptionnel de leurs défenseurs. Sortes de canonnières fixes, ils marquaient, avec d’autres, la ligne de front que les « boches » n’ont finalement jamais pu durablement franchir dans leur offensive sur Verdun. Des combats au corps à corps se sont déroulés dans les souterrains qui ont été gazés, les installations ont subi des bombardements continuels et massifs durant toute la bataille dont tous les paysages alentours portent encore les traces. Même les pigeons, seuls moyens de communication quand le téléphone fut coupé, furent héroïques. Le dernier d’entre eux a même été décoré après qu’il mourut mais porta à destination le message suivant du 4 juin 1916 en provenance de Vaux :

Nous tenons toujours mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumées très dangereuse. Il y a urgence à nous dégager. Faites-nous donner de suite communication optique par Souville qui ne répond pas à nos appels. C’est mon dernier pigeon.

Commandant Raynal

Quelques heures plus tard les survivants français se rendaient. Il se dit que les allemands rendirent les honneurs à ces soldats alors qu’ils sortaient de leur souterrain. Mais l’inverse a également été avancé. Sur le haut du fort de Douaumont, les tourelles métalliques des canons, défoncées par les obus prussiens et tournées vers l’Est subsistent, sombre symbole d’un combat que l’on espérait définitivement révolu, hélas à tort en 1918.

Les Eparges

Voici le cadre du récit de guerre de Maurice Genevoix : « Ceux de 14’ ». On se promène sur ces collines reboisées comme dans les pages de l’œuvre de Genevoix, avec fascination et désespérance devant le spectacle de cette sauvagerie européenne. Il y a le monument dédié aux mineurs du génie qui s’évertuaient à creuser sous les lignes ennemies pour y déposer et faire exploser des charges de plusieurs centaines de kilos d’explosifs qui tuaient et ensevelissaient « le boche » qui ne se gênait pas pour rendre la pareille. Il y a aussi le « point X » qui domine la plaine et représente un observatoire idéal pour l’artillerie, pris et repris par les forces en présence. On y regarde désormais un paisible paysage en pensant intensément à « Ceux de 14’ ».

La citadelle enterrée de Verdun

Cette citadelle fut le quartier général de l’armée française durant la Grande guerre. La partie haute fut construite au XVIIème siècle, renforcée par Vauban, puis complétée d’une citadelle « basse », enterrée à la fin du XIXème avec 7 kilomètres de galeries. C’est là que fut organisée la cérémonie de désignation du soldat inconnu qui repose depuis 1920 à Paris sous l’Arc de triomphe. Le caporal Thin fut chargé de déposer un bouquet de fleurs sur le cercueil qu’il choisit, le sixième des sept présents en l’occurrence :

Il me vint une pensée simple : j’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132e, c’est également le chiffre 6 que je retiens. La décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai. »

Auguste Thin

La visite de la citadelle se déroule sur des chariots sans chauffeur qui cheminent dans une partie seulement des galeries et marquent des poses devant des scènes reconstituées en hologramme.

La voie sacrée nationale

C’est la dernière étape pour aller reprendre son train à la gare TGV Meuse, suivre une partie de cette route stratégique reliant Bar-le-Duc à Verdun, qui fut utilisée la guerre durant pour nourrir la bête guerrière en hommes et munitions. Entretenue jours et nuits par une noria de sapeurs du Génie, protégée par la force aérienne, elle a vu défiler des centaines de milliers de soldats et autant de tonnes de matériel de ravitaillement. C’était l’artère vitale à maintenir ouverte, elle le resta jusqu’à la victoire.

Eh oui…

Le président de la République et son premier ministre semblent un peu fatigués ces derniers temps. Il est vrai qu’ils sont soumis à rude épreuve après plus d’un mois d’émeutes hebdomadaires. Ils ont sans doute été un peu optimistes en partant bille en tête il y a dix-huit mois après leur installation pour réformer la France. L’intention est louable, la méthode connaît quelques ratés mais ni les citoyens, ni, encore moins, les partis politiques qui les représentent n’ont véritablement changé leurs (mauvaises) habitudes. Leur évolution, si elle se produit un jour prendra plusieurs générations.

En attendant, nous vivons dans un pays qui préfère financer à coups de milliards à fonds perdus des jeux sportifs (coupe du monde de rugby en 2013, jeux olympiques en 2024…) sur son territoire plutôt que de rembourser ses dettes ou d’investir dans des domaines productifs ou sociaux, une nation où une minorité agissante est capable d’imposer ses vues à la majorité, une République où depuis des siècles la grogne sociale s’éteint en distribuant l’argent du contribuable mais sans jamais le récupérer lorsque cela va mieux, où les partis politiques n’hésitent pas à se déjuger d’un plateau télévisé à l’autre, d’une élection à la suivante, juste pour occuper le terrain.

Le gouvernement d’un tel pays nécessite la prise en compte de ce terreau mouvant où l’émotion prime sur la raison. Il faut arriver à concilier l’inconciliable, c’est dans la fiche de poste d’un ministre ou d’un président, le job est difficile !

COLETTE, ‘L’ingénue libertine’.

Sortie : 1909

Pour ceux qui ont refermé les aventures de Claudine avec un petit regret d’abandonner là cette allégresse littéraire, « L’ingénue libertine » permet de prolonger encore un peu le plaisir avec quelques pages supplémentaires, toujours sur le même ton et avec une égale maîtrise littéraire.

L’aventure commence alors que Minne et Antoine, cousins adolescents, découvrent le monde et la sensualité. Elle se poursuit quelques années plus tard alors qu’ils sont mariés et que Minne est à la recherche du plaisir physique que ne lui procure pas son mari, ni d’ailleurs quelques amants de rencontre.

Colette parle avec beaucoup de subtilité et d’ironie des choses dont on ne parle pas à l’époque, et encore moins dans le monde bourgeois du début du XXème siècle où se passe l’intrigue. Mais cette quête de Minne est irrépressible, son couple en chavire puis finalement tient bon. L’absence de jouissance était le problème, après bien des errements dans les bras des uns et des autres, c’est avec Antoine que le problème va être réglé…

La sexualité est centrale au cœur de l’œuvre de Colette (et particulièrement la bisexualité dont il n’est pas question ici) « L’ingénue libertine » en est un nouvel épisode, toujours aussi délicat et bien écrit.

Un nouveau drame de la bêtise

La concomitance des émeutes en France avec un attentat religieux à Strasbourg provoque une recrudescence inhabituelle des théories loufoques dont Mme. Michu se laisse convaincre au Café du Commerce. Qu’on en juge : les assassinats de Strasbourg auraient été commandités par le gouvernement français pour dissiper l’attention des citoyens sur les émeutiers et leurs revendications. Les premières enquêtes en cours ne confirment pas cette hypothèse.

Encore un drame de l’abrutissement des masses attisé par le niveau du débat citoyen actuel, des tweets de Nadine Morano aux interviews des joueurs de fouteballe. Soyons optimistes, investissons dans l’éducation et l’intelligence vaincra !

Le retour des attentats religieux en France

Un voyou multirécidiviste, a priori passé du banditisme au terrorisme religieux, tire au pistolet au hasard dans les rues de Strasbourg mardi 11 décembre. On en est à trois morts à ce jour plus une dizaine de blessés dont plusieurs entre la vie et la mort. Le suspect a été tué par la police ce soir après deux jours de traque dans la ville. D’origine marocaine, né à Strasbourg, ce citoyen français s’est plongé dans l’islam comme il avait baigné dans le deal et le braquage. Ces transitions qui n’ont rien de nouveau quand on regarde le parcours des terroristes religieux ayant sévi ces dernières sur le territoire français, laisse toujours l’observateur pantois tant semblent opposés les enseignements de la religion et les buts des terroristes. En réalité ces terroristes s’inspirent du langage moyenâgeux et métaphorique des livres saints, refusant d’en moderniser l’interprétation, et retournent leurs armes contre la République qui les a élevés. Le groupe Etat islamique a revendiqué cet attentat.

Comme à chaque attentat, le sang n’était pas encore séché sur les trottoirs que les aboyeurs habituels se sont déchaînés dans l’indécence. Laurent Wauquiez fut cette fois-ci encore en tête de gondole :

Par ce genre de message félon, le chef du parti conservateur de droite laisse penser à Mme. Michu que ses dirigeants ne font rien et se contentent de regarder passer les trains. Cette hypothèse est incorrecte et il suffit tout simplement de compulser les textes des lois anti-terrorisme qui se sont succédées depuis les attentats des années 95′ pour le constater. Non seulement les textes évoluent mais les pratiques également. Outre l’engagement militaire à l’étranger de l’armée française, l’efficacité des forces de sécurité nationale s’est beaucoup renforcée. Mais le mieux est sans doute de laisser la caravane passer devant les chiens qui aboient. Wauquiez est désormais sans doute irrécupérable pour la raison.