Quoi de neuf ?

MARCEL Gabriel, ‘En chemin vers quel éveil ?’.

Sortie : 1971, Chez : Voies ouvertes – Gallimard

Gabriel Marcel (1889-1973 ) est un philosophe, dramaturge, critique littéraire et musicien (à ses heures perdues). Auteur de nombreuses œuvres philosophiques et de pièces de théâtre, au crépuscule de sa vie il a décidé d’écrire non pas ses mémoires mais des pensées lui venant lorsqu’il jette un regard sur toutes ces années passées à réfléchir, analyser, écrire sur le sort de l’Homme.

Au cœur d’une période si fertile en philosophes de tous bords, il a aussi développé un courant que l’on a appelé « existentialisme chrétien » pas vraiment compatible avec l’existentialisme de Sartre semble-t-il. Bref, l’Homme n’est pas déterminé par quiconque mais libre et responsable de son existence. Gabriel Marcel s’étant converti à la religion catholique il ajoute Dieu à son existentialisme et là commencent les problèmes conceptuels. Mais qu’importe, il explique ce qu’il croit et n’exclut rien, y compris le spiritisme dont certaines expériences l’ont marqué.

La guerre de 14-18 a précédé sa conversion et l’a poussé vers l’existentialisme, quoi de plus symbolique de la liberté que celle prise par les hommes de s’entre-tuer ? Son passage au catholicisme en 1929 est sans doute le fait marquant de sa vie, et de sa pensée, sur lequel il ne cesse de s’interroger, voire de se justifier. Il reconnaît toutefois « le caractère hasardeux de l’engagement [souscrit] » et n’exclut pas totalement qu’il existe « une marge d’incertitude » quant à la réalité de la résurrection du Christ qui pourrait un jour être contredite. Malgré tout, création, compassion, universalité, mystère [« ce qui n’est pas problématisable »]… sont des concepts qu’il vit « charnellement » et qui nourrissent ses réflexions sur cette religion à laquelle il s’attache en pleine connaissance de cause, non comme à une bouée de sauvetage à ses angoisses mais qu’il reçoit comme une éclairante certitude intellectuelle. Pour lui les valeurs chrétiennes ne peuvent pas être vécues sans la foi et l’existence de cet humanisme semble justement lui confirmer l’existence de Jésus. Chacune de ses pièces de théâtre semble inspirée par ces réflexions. Il reste à les lire !

Au-delà de ce retour sur des décennies de foisonnantes réflexions philosophiques il note quelques passages de l’Histoire et de son existence : le décès du Général de Gaulle qui après une vie de combats glorieux souhaite être enterré dans un petit village de France auprès de sa fille Anne handicapée et morte très jeune ; le procès des basques de Burgos par le régime de Franco en 1970 ; l’adoption de son fils « … une sorte de greffe spirituelle » ; la musique « …capable de traduire cette conjonction du chagrin et de la joie, qui ne se laisse pas exprimer dans un langage conceptuel [au sujet de l’armistice de 1918] » ; le décès de sa femme et d’autres proches…

Gabriel Marcel connut une reconnaissance certaine de ses pairs, y compris à l’étranger. Docteur honoris causa dans nombre d’universités, récipiendaire de nombreux prix… ce livre retrace quelques étapes du parcours d’un humaniste du XXème siècle éclairé par la foi catholique. Les non-initiés ne comprendront pas tous les concepts abordés mais on pressent un humain qui participa à cette grande tâche de la Pensée et c’est bien là le plus fondamental.

Cold War de Pawel Pawlikowski

Staline, la musique et l’amour sont réunis dans ce joli film du réalisateur polonais Pawlikowski, déjà auteur de Ida. A la fin des années 40 un professeur de musique tombe amoureux d’une femme recrutée pour chanter dans un ensemble vocal plus ou moins aux ordres du parti comme nombre d’organisations de jeunesse (voire mêmes d’organisations quelles qu’elles soient à cette époque). Afin de progresser et de réussir, la chorale accepte de chanter aussi la gloire du petit père des peuples, en plus des chants traditionnels ruraux, première compromission. Au cours des années qui suivent, l’occasion se présente pour le couple de passer à l’Ouest. L’un franchira le pas, l’autre pas. Et ils se suivront et se retrouveront aux fils de leurs vies toujours tournées vers la musique, et au hasard des compromissions qu’il faut bien consentir avec ses idéaux, ou pas.

Le final est crépusculaire pour ce film tourné en noir et blanc dans des paysages d’un autre âge. La blondeur slave de Zula est encore plus bouleversante en noir et blanc. C’est triste comme une histoire d’amour.

Lire aussi : Ida

Nouvelle-Calédonie : une occasion manquée, mais rien n’est perdu

A la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? » posée par référendum hier, 56,7% du corps électoral local a répondu Non. C’est plutôt moins que ce que les sondages avaient anticipé, mais cela reste une mauvaise nouvelle, pour tout le monde ! Malgré tout, 43,3% des votants étaient donc pour l’indépendance ce qui dénote une évolution certaine des mentalités. Heureusement, les négociateurs des différents accords préparatoires à ce référendum et le législateur avaient heureusement prévu des étapes suivantes et deux nouveaux référendums peuvent être déclenchés en fonction de la réalisation de différents critères dans les années à venir. Ces accords dit « de Matignon » datent de 1988 et ont été approuvés à 80% par un référendum national organisé à l’époque, malgré une faible participation.

Gageons que la route pour la décolonisation de la Nouvelle-Calédonie va se poursuivre conformément aux demandes des Nations-Unies.

 

C’est parti pour le Brésil

Le Brésil vient d’élire un président nouveau : ancien militaire, nostalgique de la dictature militaire dans son pays, présentant un programme économique libéral tout en étant à ce stade relativement flou, promettant de rétablir la sécurité dans un pays rongé par la violence, mais surtout, à l’unisson de nombre de ses pairs en Occident, affichant une vulgarité assumée, mélange de racisme, d’homophobie et de simplisme, bref, un plouc de plus à la tête d’un grand pays.

Elu très largement, il est légitime et soutenu par la majorité des brésiliens. Voyons ce que donnera l’application de ce nouveau programme de société que les démocrates n’ont pas su empêcher d’advenir, condamnés qu’ils furent par les électeurs pour la corruption endémique qui ravage ce pays avec son flot de violences diverses. Comme on le sait, la corruption est un mal qui diffuse dans une société : les gros sont très corrompus, les moyens le sont moyennement et les petits le sont un peu. Régler cette histoire va nécessiter un changement drastique des mentalités auquel tout le monde n’est peut-être pas complètement prêt, y compris dans les électeurs de ce nouveau président.

Rendez-vous dans 5 ou 6 ans pour un premier bilan !

Elysian Fields – 2018/11/01 – Paris la Maroquinerie

Elysian Fields en concert ce soir à la Maroquinerie, le duo new-yorkais Jennifer Charles (chant) et Oren Bloedow (guitare) est accompagné d’une rythmique bass/batterie tenue par deux jeunes musiciens joyeux et efficaces. Le groupe est emmené par la voix sensuelle et ondulante de sa chanteuse déclamant des textes troublants sacrément appuyée par son guitariste sous sa casquette de titi parisien. C’est l’archétype du groupe underground, puissant et sincère, qui joue  dans des salles modestes mais devant des spectateurs passionnés. Elysian Fields a aussi amélioré sa notoriété en France en participant à des albums de Jean-Louis Murat, autre parangon d’un underground cette fois-ci français.

La soirée est magnifique d’autant plus qu’elle fut introduite par Joe Bel, jeune chanteuse française folk qui s’accompagne merveilleusement à la guitare et est renforcée par un percussionniste, une jolie surprise.

TRUONG Nicolas, ‘Résister à la terreur’.

Sortie : 2016, Chez : Le Monde – l’aube.

Nicolas Truong est responsable des pages « Idées-Débats » du journal Le Monde. Dans les jours qui ont suivi les attentats religieux de 2015 à Paris, nombre de contributeurs ont écrit pour cette rubrique pour faire part de leurs analyses et sentiments suite à cette terreur. Cet ouvrage reprend les principaux textes de l’époque pour former un patchwork de pensées sur des évènements indicibles que l’on arrive toujours pas bien à expliquer ni à comprendre. Alors ces auteurs constatent cette barbarie qui est factuelle et avancent des théories inspirées de leurs propres parcours idéologiques :

  • les universitaires Kepel et Filiu démontent la chronologie des massacres et des évènements qui les ont précédés, en avançant quelques causes possibles dans le comportement occidental et prédisant de nouvelles vagues de terrorisme encore plus sauvages.
  • le philosophe Marcel Gauchet théorise le fondamentalisme comme une dérive propre à toutes les religions qui n’a pas, dans le cas de l’islam, la puissance de la modernité malgré le nombre de morts qu’il peut générer.
  • d’autres glosent sur le terme « guerre » employée alors par le président de la République.
  • certains (comme Edgar Morin) pensent que faire la paix au Moyen-Orient est la seule solution pour gagner la guerre contre l’Etat islamique.
  • Guy Sorman (essayiste défenseur de l’éco mie libérale) pensent que les inégalité économiques dans nos pays occidentaux forment les réservoirs de djihadistes ; il cite les effets pervers du « logement social » qui a abouti à des ghettos de « demi-citoyens », explique que la politique de l’emploi ne fait que favoriser ceux qui ont déjà un emploi. Bref, on dirait qu’il pense que si on avait laissé le « Dieu Marché » libre d’agir nous n’en serions pas arrivé là.
  • Etc.

En fait, tout ce gratin intellectuel a la critique facile contre les gouvernants mais ne propose pas véritablement de solutions pragmatiques et réalistes. En réalité, pas plus le citoyen lambda que le chercheur de Sciences-Po n’a encore bien compris comment des gamins français, certains issus de l’immigration et d’autres convertis à l’islam, peuvent se laisser embobiner par cette idéologie mortifère, d’autant plus qu’ils ne sont pas tous issus de classes matériellement défavorisées. A la différences des mouvements violents d’extrême gauche des années 60/70′ qui se sont éteints d’eux-mêmes par manque de combattants, le djihadisme ne manque pas de nouvelles recrues. C’est sans doute la différence entre une idéologie politique qui n’échappe pas complètement à la raison et une idéologies religieuse qui elle n’est basée que sur le dogme.

Ces intellectuels sont dans leur rôle, probablement les pouvoirs en charge de la sécurité des Etats attaqués font leur marché dans cette liste pour le moins diverse d’analyses et de conseils.

La Nouvelle Calédonie fait de la résistance

Le referendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, ancienne colonie devenue « territoire d’outre-mer », se déroulera ce dimanche 4 novembre. La question posée :

« Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à lapleine souveraineté et devienne indépendante ? »

Les derniers sondages penchent en faveur du Non mais les sondages se sont beaucoup trompés ces dernières années. Avec les « Kanaks », espérons néanmoins que le Oui l’emporte et que ce magnifique archipel existe désormais de façon indépendante d’une France éloignée de plus de 15 000 km ! Indépendance ne veut pas dire rompre les liens mais signifie plus prosaïquement « être responsable » de ses actes et la responsabilité a beaucoup manqué dans ce territoire ces dernières décennies.

Lire aussi : Nouvelle-Calédonie, le référendum est en marche.

Fillon lâché par ses potes

Aprèsavoir été dénoncé par son « ami » Robert Bourgi, un affairiste de la FrancAfrique qui lui offrait des costumes à 6 000 EUR pièce, ce qui marqua le début de son échec eux élections présidentielles de 2017, voici maintenant François Fillon, ou plus exactement sa femme, Pénélope, dénoncé par un autre « bon ami » du couple, l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière qui a choisi de « plaider coupable » dans l’affaire non encore jugée de l’emploi fictif de Mme. Fillon à la Revue des deux mondes qu’il dirige. En gros il reconnait que l’emploi était bien fictif. Gardons-nous de nos « amis » et que la justice passe !

Le crépuscule des bobos, l’envol des ploucs !

Dans un bel ensemble les démocraties votent les unes après les autres pour des pouvoirs qui reviennent sur les grandes directions économiques et sociétales suivies depuis l’après-guerre. La mondialisation est condamnée et le retour sur les frontières nationales est prôné, la liberté de circulation des individus est progressivement entravée, la fermeté et l’autorité sont annoncées comme remède à la délinquance. Ces évolutions politiques significatives fleurent, un peu, les relents d’extrême droite des années 30’ mais sans arriver à trop effrayer. On a quand même du mal à y déceler une idéologie, il s’agit tout au plus de recettes de cuisine basées sur le principe : « c’est pas ma faute, c’est celle de l’étranger » !

Aux Etats-Unis d’Amérique Donald Trump est devenu président, au Royaume-Uni les britanniques s’activent pour quitter l’Union européenne, les pouvoirs dans les pays d’Europe de l’est encaissent les subventions communautaires et contestent tout ce qui vient de Bruxelles, en Allemagne et en Autriche l’extrême droite (la vraie) se rapproche des commandes, la France risque de les rattraper dès qu’elle aura remplacé la dirigeante incompétente de son Rassemblement national, en Italie c’est un improbable attelage entre l’extrême droite et un parti « populiste » qui a pris les commandes. Si l’on regarde un plus loin, les Philippines sont présidées par un excité qui pousse les citoyens à se faire justice eux-mêmes, le Brésil vient d’élire un nostalgique de la dictature militaire d’antan, l’Inde est gouvernée par un parti nationaliste, la Chine, la Thaïlande, c’est un peu la même histoire, le Moyen-Orient c’est la guerre sans fin…

Le développement explosif des inégalités dans les pays libéraux et démocratiques, l’émergence du terrorisme religieux à travers la planète, l’abrutissement général des masses par le fouteballe, la téléréalité, la publicité, les réseaux et les aïe-phones…, tous ces phénomènes ont convergé pour rendre les électeurs des démocraties de plus en plus hermétiques aux discours des élites qui les dirigent depuis des décennies, bien éduquées, formées dans les grandes écoles ou universités, rodées à la bienséance des petits fours de conférences internationales ; de Michel Rocard à Barack Obama, de Pierre Mendè-France à Angela Merkel, une génération de dirigeants policés est mise sur le côté et remplacée par une bande de forbans, grandes gueules aux teints rougeauds, élus sur des programmes de café du commerce.

La théorie économique prévoit leur échec, mais la théorie s’est beaucoup trompée dans l’Histoire récente. Le rétablissement ou le renforcement de la peine de mort n’a jamais enrayé la violence dans les pays concernés, mais qui sait ce dont sera fait l’avenir ? Le retour vers la religiosité d’Etat n’a fait qu’asservir les peuples dans le passé, peut-être va-t-elle maintenant les libérer ?

C’est le retour des ploucs au pouvoir et la défaite des bobos. Les premiers voulaient les clés de la maison, les seconds leur ont données, voilà au moins un mérite de la démocratie, la volonté des peuples est écoutée. Maintenant voyons les à l’œuvre et faisons le bilan des opérations dans dix ans. Les plus optimistes pensent que les forbans ne mettront pas en cause les institutions démocratiques même s’ils prennent quelques libertés avec leurs principes. Le mouvement devrait être réversible mais les bobos ont échoués à se faire réélire, alors souhaitons bonne chance aux ploucs.

PREVOT Sandrine, ‘Inde, comprendre la culture des castes’.

Sortie : 2014, Chez : l’aube poche.

Un livre malin et bien écrit sur l’organisation de la société indienne, qui se lit comme un guide de voyage « Lonely Planet ». Son auteur, Sandrine Prévot, anthropologue, connaît son sujet, le pays et ses habitants. Elle nous fait partager sa connaissance et son intérêt avec clarté.

Mais quel étonnement que de plonger dans la complexité de cette société fondée sur l’inégalité des castes, sur laquelle se superpose celle des classes plus classique et mieux partagée sur le reste de la planète. Quelle frayeur également de découvrir à quel point le concept de « pureté » guide les comportements, un concept qui en d’autres temps a mené à des désastres humains considérables. L’Inde n’est d’ailleurs pas restée à l’abri de cette violence ces dernières décennies.

Religiosité et inégalité semblent des valeurs régressives pour l’Occident mais n’empêchent pourtant pas l’Inde de progresser vers la modernité, tout au moins pour une partie de sa population. Gageons que, comme le reste de la planète, au fur et à mesure de son développement économique les habitants de ce grand pays rangeront ces références d’un autre âge au rayon du folklore traditionnel plutôt qu’au cœur de leurs faits et gestes. 

Dans sa conclusion l’auteur anticipe d’ailleurs des évolutions probables tout en affirmant que « se moderniser n’est pas s’occidentaliser ni adopter les valeurs occidentales » ! Certes, mais le développement et l’épanouissement d’une population génèrent très souvent des revendications d’égalité. L’éducation et l’ouverture à la science entraînent en principe un éloignement de la religion, le Dogme n’étant que très peu compatible avec la Raison. Comme d’autres, l’Inde est « en marche ».

Basquiat-Shiele à la Fondation Louis Vuitton

Merveilleuse exposition groupée Jean-Michel Basquiat / Egon Shiele à la Fondation Louis Vuitton, deux artistes sublimes, emportés en pleine jeunesse, le premier en 1988 d’une overdose à 28 ans, le second en 1918, au même âge, emporté par la grippe espagnole, deux êtres torturés et créatifs qui sont magnifiquement racontés ici !

Shiele, autrichien, fils spirituel de Klimt, est l’auteur d’une profusion de dessins, souvent des nus plutôt provoquants, mais aussi de troublants autoportraits ; ses personnages sont long et osseux, déglingués, à mi-chemin entre Giacometti et Corto Maltese, ils rapportent une vision du monde toute en angles et en érotisme.

Puis l’on monte dans les étages rejoindre les toiles de Basquiat, parfois gigantesques, qui nécessitent les grands espaces de ce bâtiment baroque. Le choc est total dans une explosion de couleurs, de personnages robotisés, de collages inattendus, de références multiples, de mots et d’images, de graffitis et de copies ; c’est une profusion d’idées et de visions d’une folle modernité. Basquiat est l’homme d’un lieu et d’une époque, new-yorkais des années 70 et 80’  il a vécu et animé cette folle période où le Velvet Undergound jouait à la Factory, où les poètes de la beat génération croisaient Bob Dylan au bar du Chelsea Hotel, il est devenu l’ami de Keith Haring, et au milieu de cette fabuleuse énergie créatrice, il a créé sans réserve, dessiné, peint, imaginé, il a bu son époque comme un buvard aspire l’air du temps, il a aussi et surtout restitué la souffrance de l’homme noir dans une société violente et raciste. Toute son œuvre est tournée vers cette mission rédemptrice : faire comprendre le sort du Noir sous la férule du pouvoir blanc, celui d’une complète domination, politique, sociétale, artistique ; un pouvoir absolu qui continue à asservir les descendants de l’esclavagisme, fléau de la civilisation américaine.

Les toiles se succèdent comme dans un tourbillon et le visiteur erre dans les salles, fasciné par l’incroyable et spectaculaire productivité de cet artiste dont quelques photos montrent l’aspect juvénile. Le tragique des thèmes abordés cohabite avec la naïveté des formes et des couleurs. Mais au cœur de ce temps l’étoile Basquiat va exploser, victime de l’héroïne, autre marqueur de cette époque avec le Sida. Création-destruction, on se croirait dans une chanson de Lou Reed. Il subsiste face à cette perte brutale un énorme regret mais surtout une fabuleuse actualité.

L’église fait dans le clanisme

On apprend avec stupeur qu’un schisme se déroule au sein de l’Eglise orthodoxe dont la section russe a décidé de rompre « totalement » avec le patriarcat de Constantinople car ce dernier aurait reconnu l’indépendance de l’Eglise ukrainienne qui était placée sous la tutelle russe depuis 332 ans. Du coup tout ce petit monde ne pourra plus partager ni liturgie ni communion entre ses fidèle mais chacun mènera ses petites affaires politico-religieuses de son coté, en attendant des jours meilleurs.

Constantinople on s’en souvient est le nom de la ville qui est devenue Istanbul après la chute de l’empire ottoman au début du XXème siècle. Le patriarcat en est resté à Constantinople et règne plus ou moins sur l’Eglise orthodoxe turque, c’est-à-dire un marché extrêmement réduit au sein d’un pays très majoritairement musulman, mais il étend aussi son autorité sur les territoires grecs autrefois conquis par les ottomans, dont la Crète, Patmos, Rhodos, Simi et quelques îles du Dodécanèse et même des micro-archevêché orthodoxes en Europe et en Amérique. Tout ceci additionné, cela fait plus de monde (et de ressources financières).

De schismes en excommunication puis en tentatives de réconciliation, les églises comme les partis politiques se déchirent, se divisent, agitées par l’ambition des hommes que la sagesse de Dieu ne parvient que rarement à apaiser. L’Eglise orthodoxe aujourd’hui c’est un peu comme la gauche en France, à force de se fâcher les uns avec les autres, ses représentants ont scindé le marché en une multitude de petites niches qui ne représentent plus grand-chose mais où chacun a monté sa propre boutique pour essayer d’en capter la clientèle. Dans l’Eglise orthodoxe le militant donne beaucoup et le parti est exonéré d’impôt, les intérêts commerciaux ne sont donc jamais très loin. Dans un cas comme dans l’autre, cela n’a finalement guère d’importance. D’ailleurs, les adhérents comme les fidèles ne semblent pas s’en émouvoir particulièrement.

Des frontières

Les négociations sur les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne battent leur plein. Les difficultés auxquelles les britanniques ne s’étaient pas préparés, sans doute convaincus que le résultat de leur référendum de 2016 ne serait pas ce qu’il fut, ces difficultés sont grandes. Il est vrai qu’il faut démonter une fantastique bureaucratie multilatérale et en remonter une seconde qui fondera les nouvelles relations entre l’ile et le continent après la séparation.

Il apparaît que le point dur auquel se heurtent les parties concerne la frontière à rétablir entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, territoire britannique postcolonial. Et ce n’est pas la moindre des contradictions dans cette affaire : alors que l’une des causes majeures de cette volonté britannique de quitter l’Union est justement de vouloir rétablir les frontières et mettre fin à la libre circulation des personnes, le Royaume ne veut surtout pas en voir une réapparaître en Irlande. Tout d’abord la majorité conservatrice actuelle à Londres tient aussi à quelques députés d’Irlande du nord unioniste qui ne le veulent pas, mais surtout il existe des craintes probables que l’hypothèse ne relance la guerre civile et religieuse qui a ravagé ce territoire des décennies durant.

Le risque existe et Londres en fait un point de blocage à la conclusion de tout l’accord. Elle veut des frontières partout, sauf avec Irlande. L’Union ne sait pas trop comment faire avec cette exigence qui reviendrait à maintenir du libre-échange avec l’Irlande du nord qui est elle-même territoire britannique, ce qui fait réagir Londres qui refuse qu’une partie du Royaume reste régie par les règlements européens et à exercer des contrôles douaniers entre l’Irlande du nord et l’Ile principale britannique. C’est assez inextricable. En fait, au-delà des questions de souverainetés respectives, ce qu’il y a au bout du chemin c’est la question de la réunification de l’Irlande et c’est évidemment encore bien plus explosif…